AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00ANTU1PM
Éditeur : Grasset (30/11/-1)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
La petite enfance d’henry de Monfreid se déroule principalement chez ses grands-parents maternels à La Franqui. Ils adorent ce sauvageon épris de nature, attiré par la mer et qui découvre le monde…
L’été, la famille se retrouve : George, Amélie, l’oncle Locamus. Après un orage conjugal, George doit affronter une tempête dans le Golfe de Gascogne alors qu’il essaie de ramener à Port-Vendres la goélette qu’il vient d’acheter.
Un été riche d’aventures et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  14 juin 2017
C'est peut-être lorsque, par trop présomptueux, l'on pense bien connaître l'oeuvre d'Henry de Monfreid, en avoir lu l'intérêt et le capital, que ce livre vient à point nommé.
"Le cap des trois frères" s'ouvre sur une vieille photo de famille.
Henry de Monfreid entame, ici, le récit des souvenirs de ses premières années passées à la Franqui, près de Leucate dans l'Aude.
La mer déjà borde son enfance.
Déjà l'aventurier montre son nez derrière l'enfant qu'il est encore.
Le récit est captivant, sensible et souple.
Henry de Monfreid relate et analyse avec des mots d'adulte.
Comme il sait le faire, Il esquisse les paysages, il raconte quelques anecdotes mais surtout il peint une splendide galerie de portraits.
Ce livre, mal connu, est saillant dans l'oeuvre de Monfreid.
Car ayant montré l'enfant, il fait voir d'un autre oeil l'homme qu'il deviendra, l'écrivain qui s'imposera.
C'est de plus un livre riche, foisonnant, tendre et sensible.
Il est empli de scènes fortes comme l'arrivée à la propriété d'un trimardeur en pleine nuit, le naufrage de la "Marietta" ou comme la mort du vieux jardinier normand.
Le livre est écrit de main de maître.
Il est une magnifique clé pour entrer dans l'oeuvre de Monfreid autrement qu'en découvrant "les secrets de la mer rouge".
Car loin du rivage de Djibouti, il parle du temps aujourd'hui disparu, celui des petits garçons en robe, celui des photos en noir et blanc, celui d'antan où le bien-être n'était pas fait en série et où l'on pétrissait le pain à la ferme tous les dix jours.
L'univers de son enfance est féminin.
Et Henry de Monfreid sait se faire émouvant lorsqu'il évoque le souvenir de sa mère, de sa tante Hortense, de sa grand-mère.
Mais il est sans indulgence lorsqu'il parle de son père, Georges.
Le récit est intelligent et lucide.
Bien sûr, il sera question de navigation, un peu ... et de la mer, beaucoup.
Dans "Le cap des trois frères", Henry de Monfreid, finalement, écrit peu sur lui.
Sa plume va là où porte son regard, vers qui se tourne son attention d'enfant et s'émeut pareillement de ce qui a pu l'émouvoir.
Le détenteur des secrets de la mer rouge en possédait un de plus qui était celui de son coeur d'enfant.
Il nous l'offre avec ce livre superbe ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   14 juin 2017
Je vois encore le sourire mystérieux de tante Hortense qui, sans doute, se réjouissait de découvrir en moi ce goût de la fiction dont elle ornait sa vie monotone de paysanne pour ne pas sombrer dans l'ennui mortel des esprits pauvres.
Elle avait une âme d'artiste et assez de profondeur d'esprit pour comprendre la valeur de ce trésor ...
Commenter  J’apprécie          170
gillgill   12 juin 2017
De temps en temps, Corentin, le baigneur, arrivait avec la Finotte, sa femme, mais leur maison des cabines était déjà un peu loin, leur visite était exceptionnelle.
Tout ce monde se tenait un peu en arrière dans la pénombre pour écouter parler le brigadier qui se piquait d'instruction.
Il arrondissait ses phrases comme on moule une belle écriture, mais ce genre était superficiel : sous cette forme prétentieuse il avait gardé son bon sens de paysan et quelquefois, sans le vouloir, il avait de l'esprit ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   14 juin 2017
Qui prétend vivre par lui-même et refuse la protection de la bergerie pour affronter seul la lutte de la vie, celui-là est suspect, et moins il demandera à la collectivité, plus celle-ci lui sera hostile, car elle exerce sa tyrannie dans la mesure où l'individu s'appuie sur elle ...
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   12 juin 2017
J'allais maintenant sur mes quatre ans : l'univers s'était créé autour de moi ...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Henry de Monfreid (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Monfreid
Sigolène Vinson présente "J'ai déserté le pays de l'enfance" .Je rêve d'autre chose... La vie d'adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l'enfance se rappelle à nous, cette époque où l'on était quelqu'un, où l'on était sûr de le devenir. Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire. Loin, à la Corne de l'Afrique, il y a Djibouti, qu'elle a désertéà la fin de l'enfance. le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d'aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l'on raconte qu'accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles. En librairie à partir du 26 août. http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259214469
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
636 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre