AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782884710282
48 pages
Éditeur : Lucky Luke (02/10/2001)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Ce personnage immortel parcourt depuis 1947 (44 ans !) l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Luc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  30 avril 2016
René Goscinny aime bien faire visiter des contrées exotiques à ses héros de bande dessinée. On sait qu'Astérix a fait quasiment le tour de l'Europe et de la Méditerranée ; Iznogoud ne s'est pas contenté de siéger à Bagdad mais s'est essayé en Inde et ailleurs.
Pour Lucky Luke, c'est un peu plus compliqué, car hormis le Mexique (Tortillas Pour Les Dalton) et le Canada (Les Dalton Dans le Blizzard, visité assez tôt dans l'ontogenèse de la série) il a fallu ruser pour occasionner des chocs culturels et linguistiques autres qu'avec les éternels indiens.
C'est ce qui fut initié de façon originale avec les scientifiques des Collines Noires mais pour les autres pays, un peu à la manière de Lagardère, si tu ne vas pas à l'étranger, l'étranger viendra à toi. Ce fût d'abord le fameux pied-tendre d'Angleterre, et ici, c'est le Russe en la personne du Grand-Duc Léonide. Plus tard il y aura les Chinois dans L'Héritage de Rantanplan.
Goscinny avance donc en terrain connu avec une mécanique déjà bien rodée dans Astérix et qui fonctionne bien aussi dans Lucky Luke. Et c'est parti pour les clichés à gogo, roulette russe en tête (il a oublié les montagnes russes, je me demande encore comment).
Lucky Luke se retrouve à devoir promener un Grand Duc qui rêve de danger quand les instructions du gouvernement américain sont précisément de lui éviter tout danger. On assiste donc à une sorte de road-movie savamment toujours édulcoré par Lucky Luke qui doit essuyer les frustrations du Grand-Duc.
Bref, un album un peu moins al dente que ce à quoi on aurait pu s'attendre, avec des gags un peu mous, du Goscinny en petite forme et du Morris pas génial non plus côté dessin, donc un résultat moyen, pas catastrophique mais très loin des sommets de la série. du moins c'est mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
jamiK
  29 avril 2020
J'avais un peu oublié cette histoire, que je n'ai pas ouverte depuis une éternité, j'avais oublié à quel point elle est drôle. le Grand Duc est un personnage burlesque, extravagant, qui ne parle pas la langue de Lucky Luke, et qui du coup s'exprime beaucoup en onomatopées et en gestes. Dans cet épisode, Jolly Jumper vient encore ponctuer le récit de ses réflexions sardoniques, et la situation, cette visite de l'Ouest sauvage par ce personnage d'importance diplomatique est totalement loufoque, Lucky Luke s'échine à sauver les apparences tout en travestissant la vérité pour la sécurité de son protégé ce qui crée des situations totalement rocambolesques. Sans être dans les tous meilleurs albums de la série, c'est tout de même un très bon opus.
Commenter  J’apprécie          220
frandj
  25 janvier 2018
Les créateurs de la série Lucky Luke ne manquaient pas d'imagination ! Dans cet album, ils imaginent qu'un grand-duc russe désire absolument découvrir le Far West. Ce sera une "visite guidée" par Lucky Luke, qui a pour mission de lui éviter les ennuis dans ces contrées lointaines où les hors-la-loi sont légion. De plus, un terroriste part sur le même chemin, avec une obsession: poser des bombes pour tuer le grand-duc. Celui-ci est très pittoresque: il est fort, il hurle, il n'a pas peur de la mort et surtout il veut tout voir par lui-même, notamment une guerre contre les Indiens (même si, en réalité, ceux-ci sont actuellement en paix). Lucky Luke doit, non seulement protéger le grand-duc, mais aussi faire semblant de le mettre en danger. Comme d'habitude, il y a beaucoup de gags, de clins d'oeil, d'humour au second degré. C'est très plaisant pour les lecteurs jeunes et moins jeunes. En fin d'album, le lecteur apprend comment se traduit le mot « raté » en russe.
Commenter  J’apprécie          70
HORUSFONCK
  10 juillet 2017
La visite de ce Grand duc de la Sainte Russie, avec lucky-Luke pour l'escorter, constitue un des meilleurs albums de la série.
C'est l'époque où Goscinny et Morris éclatent de talent dans les pages de l' hebdomadaire Pilote.
La plus belle séquence de cet excellente opus des aventures du cow-boy solitaire, consiste en la rencontre du Grand-duc et d'un outlaw...
Vraiment un très bon album.
Commenter  J’apprécie          100
Yaneck
  30 septembre 2011
Petite visite du far-west et de ses clichés, via Lucky Luke et son Grand Duc. Goscinny en profite pour nous faire la totale, pour nous proposer tout ce qui fait la popularité du far-west dans l'inconscient collectif. Les saloons, les attaques de train, de diligence, les joueurs de poker, les cités minières, les danseuses, les indiens et la cavalerie... le scénariste nous offre un condensé de tout ce qu'on peut attendre, mais sans jamais nous lasser, car jamais rien ne se passe comme attendu. Les cow-boys de saloon deviennent de gentils moutons, les vieilles d'hôtels des mégères insupportables, et les attaques ratent toutes systématiquement. Comme quoi, on peut aussi se moquer des clichés, sans en donner l'impression. le Grand Duc est un personnage attachant, courageux et drôle. Goscinny fait des merveilles avec son faux "parler russe".
Morris, lui, est dans la plénitude de son art. C'est le Lucky Luke qu'on connaît tous, et qu'on aime, le définitif, en somme, graphiquement.
Pour un album datant d'il y a quarante ans, celui-ci se lit encore très bien. C'est sans doute la force de Goscinny. Une écriture intelligente, vivante et qui perdure. Dans dix ans, je suis sûr que de tels albums resteront encore parfaitement lisibles.
Lien : http://www.chroniquesdelinvi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   08 mai 2013
JOLLY JUMPER : C'est bien, comme ville, Abilene ?
L'AUTRE CHEVAL : Pas une ville pour nous. Quand j'y reste trop longtemps, je prends l'accent.
JOLLY JUMPER : L'accent ? Quel accent ?
L'AUTRE CHEVAL : MEUH.
Commenter  J’apprécie          160
Nastasia-BNastasia-B   11 mai 2013
LE COLONEL : Sergent ! Vous devriez être mort !
LE SERGENT : Mais, Colonel, ils ne m'ont pas encore visé, et...
LE COLONEL : Sergent, je vous ordonne de mourir ! La mort ou quatre jours d'arrêt ! Au choix !
LE SERGENT : Bon, bon...
Commenter  J’apprécie          132
Florian07Florian07   05 février 2016
[Jolly Jumper à un des chevaux tirant la calèche du secrétaire d'État]

- C'est bien d'être fonctionnaire ?
- De temps en temps il y a un coup de collier à donner, mais il y a la sécurité de l'emploi.
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   10 septembre 2014
GRASSY JUNCTION
Etranger, les deux hommes les plus riches de la ville sont le bourreau et le croque-mort.
Commenter  J’apprécie          130
fannyvincentfannyvincent   20 février 2015
(Lucky Luke) Vous voulez que je promène ces deux épouvantails à travers le far west ?!?
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Morris (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Morris
Morris et Goscinny - Lucky Luke (1971)
autres livres classés : far westVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les albums de Lucky-Luke ( BD).

...................de Dick Digger.

la jambe
la mine d'or
le cheval
la mine d'argent

30 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : MorrisCréer un quiz sur ce livre