AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264047977
432 pages
Éditeur : 10-18 (22/05/2008)
3.92/5   72 notes
Résumé :
A la fin des années 70, dans l'Isle des Chevaliers aux Caraïbes, un milliardaire vit en bonne intelligence avec ses deux domestiques noirs et leur nièce, Jadine, un jeune mannequin intégré dans le monde des Blancs.

L'arrivée d'un va-nu-pieds, Fils, incarnation d'un ange noir, bouleverse cet ordonnancement factice. Condamnée par le mensonge des apparences, Jadine va apprendre à renouer avec son héritage identitaire.


A travers une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
zabeth55
  06 juillet 2015
Etrange ! Si j'avais lu ce roman sans voir le nom de l'auteur, je n'aurais pas pensé qu'il s'agissait d'un livre de Toni Morrison.
Habituée par elle à me creuser les méninges pour suivre les méandres de ses pensées, ici, la construction du roman est très classique, chronologique, claire.
Le sujet traite toujours de la condition des noirs. C'est une belle histoire d'amour.
Le récit est très conventionnel. Les dialogues aussi. Mais au détour de certaines pages, on retrouve la puissance littéraire, intellectuelle, humaine et poétique de Toni Morrison.
Commenter  J’apprécie          220
stcyr04
  07 juin 2021
Valerian Street coule une retraite paisible selon ses voeux, à jardiner sur fond de musique classique dans une ile des Antilles. Héritier d'une famille qui a construit sa richesse sur un modèle paternaliste, dans le domaine de la confiserie, il habite une jolie maison de style colonial, avec son épouse, de vingt ans sa cadette, qui donne des signes de fatigue mentales, et qui regrette les trop rares visites de leur fils unique Mickaël. Ils sont fidèlement servis, de longue date et en grand style, par un couple de gens de maison de couleur. La nièce de ses derniers, d'une grande beauté, qu'ils ont chéri comme la fille qu'ils n'ont pas eu, est l'invitée des Street, occupant une chambre à l'étage, mangeant à leur table. Rien de surprenant sachant qu'ils ont agi en mécène pour elle, lui payant des études couteuses et lui offrant un statut social bien supérieur à ce que sa condition d'orpheline laissait présager. Un soir un cri s'élève dans la nuit : madame Street surprend un homme noir dans sa penderie, hirsute, puant; il est amené par le majordome, canon dans le dos, auprès du maître de maison, qui ne trouve rien de mieux que de l'inviter à sa table et de l'installer dans la chambre d'hôte.
Toni Morrison est une maitresse femme pour mettre en place une intrigue, avec les lignes de tension qui vont alimenter, enrichir l'intrigue et la faire progresser, souvent vers un dénuement tragique. Tar Baby ne déroge pas, la première moitié du récit est très prenante. En revanche l'évocation de la relation d'amour passionnée de l'intrus et de la belle choyée, débouchant sur une impasse causée par deux visions différentes de la négritude nourries par leur expérience respective, alourdit considérablement le récit. L'oeuvre de Toni Morrison, incontournable et nécessaire, a comme force centripète une racialisation des ressorts narratifs, qui peut s'avérer lassant par un engagement idéologique très prégnant, et des discours qui prêtent parfois à confusion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Liver
  13 février 2015
Un style remarquable certes, mais une noirceur (et ce n'est pas un vilain jeu de mots) et une complaisance à creuser le sale et le sordide de l'humain qui donnent davantage la nausée que l'envie d'une réflexion!
Commenter  J’apprécie          70
Flocava1
  12 mars 2021
J'avais lu uniquement Beloved de Toni Morrison dont je n'ai plus trop de souvenir aujourd'hui. Que dire de ce livre ci dont la lecture ne m'a pas enchantée et jusqu'à la moitié quasiment je me suis demandée si je n'allais pas abandonner et puis à mi-chemins,un peu de souffle épique arrive. Mais en grosse majorité, je ne me suis attachée ni aux personnages, ni à l'histoire et si l'écriture est parfois très belle et subtile, d'une justesse et précision sidérantes, je n'ai pas aimé ce monde là
Commenter  J’apprécie          10
emidam
  12 février 2016
Encore un beau roman de Toni Morrison, avec une histoire mystérieuse, des personnages complexes et de la poésie à chaque page. Si j'ai trouvé Tar Baby moins percutant et poignant que Beloved, il reste cependant un magnifique roman.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
emidamemidam   11 février 2016
A un certain moment de la vie, la beauté du monde suffit. On n'a pas besoin de la photographier, de la peindre ni même de s'en souvenir. Elle suffit. On n'a pas besoin d'en garder des enregistrements ni d'avoir quelqu'un pour la partager ou pour en parler. Quand cela arrive - cet abandon - on abandonne parce qu'on le peut. Le monde sera toujours là - quand on dormira, il sera là - quand on se réveillera il sera encore là. Aussi on peut s'endormir et on a une raison pour se réveiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
madamedekeravelmadamedekeravel   08 juillet 2014
That was the sole lesson of their world (the white, ndlr): how to make waste, how to make machines that made more waste, how to make wasteful products, how to talk waste, how to study waste, how to design waste, how to cure people who were sickened by waste so they could be well enough to endure it, how to mobilize waste, legalize waste and how to despise the culture that lived in cloth houses and shit on the ground far away from where they ate. And it would drown them one day, they would all sink into their own waste and the waste they had made of the world and then, finally they would know true peace and the happiness they had been looking all along.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emidamemidam   28 janvier 2016
Elle connaissait ce que redoutent les insomniaques - non pas de rester éveillée mais bien les pensées qui remplissent comme un tic-tac l'espace que devrait occuper le sommeil.
Commenter  J’apprécie          90
PEG67PEG67   07 mai 2017
Qu'est-ce que tu essaies de prouver ici ? Pourquoi te coupes-tu de tout le monde et de tout ?
- C'est simplement parce que j'ai entrepris cet énorme changement dans ma vie qui s'appelle mourir.
- La retraite ce n'est pas la mort
- Une distinction sans différence.
- Eh bien moi, je ne suis pas en train de mourir.Je vis.
- Une différence sans distinction.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Toni Morrison (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Toni Morrison
Lecture par Greg Germain, Mariann Mathéus, Roberto Jean, Sophie Bourel & Steffy Glissant Accompagnés de Viktor Lazlo (chant), Marie-Claude Bottius (chant) & de Grégory Privat (piano) Mise en musique par le Trio Mahagony
« Every great dream begins with a dreamer. Always remember, you have within you the strength, the patience, and the passion to reach for the stars to change the world. »
Harriet Tubman

Il y a 20 ans, le 10 mai 2001, le Parlement français votait la loi reconnaissant la traite négrière et l'esclavage transatlantique comme crime contre l'humanité, loi portée et défendue par Christiane Taubira. le texte stipule en son article 1 :
« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'Océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'Océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité. »
Dans son discours de présentation du projet de loi, Christiane Taubira déclarait :
« Nous sommes là pour dire que la traite et l'esclavage furent et sont un crime contre l'humanité ; que les textes juridiques ou ecclésiastiques qui les ont autorisés, organisés percutent la morale universelle ; qu'il est juste d'énoncer que c'est dans nos idéaux de justice, de fraternité, de solidarité, que nous puisons les raisons de dire que le crime doit être qualifié. Et inscrit dans la loi parce que la loi seule dira la parole solennelle au nom du peuple français. »
Pour commémorer ce mois des mémoires, l'institut du Tout-Monde présente un « Chaos-opéra » imaginé par Sylvie Glissant et Greg Germain.

Avec les textes de Christiane Taubira, Léon-Gontran Damas, Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Eugène Pottier, Gaël Faye, Marie-José Mondzain, Monique Arien-Carrère, Dénètem Touam Bona, Nicole Cage, Nancy Morejón, Léonora Miano, Estelle Coppolani, Aimé Césaire, Toni Morrison …

Soirée proposée par l'Institut du Tout-Monde.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Beloved de Toni Morrison

De quoi s'inspire ce roman ?

D'un fait divers
De rien
De la vie de l'auteur

7 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Beloved de Toni MorrisonCréer un quiz sur ce livre