AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782264021052
192 pages
10-18 (19/02/1993)
3.79/5   408 notes
Résumé :
Au cœur de l'Amérique profonde, deux petites filles noires s'inventent une autre vie, plus riche, plus drôle, plus libre surtout que la dure réalité qui les entoure.
L'âge venant, Sula la rebelle part rouler sa bosse dans les grandes villes alors que Nel, la sage, accomplit sa vocation de mère et d'épouse.
Quarante ans après, elles font leurs comptes, s'opposent et incarnent chacune à sa manière la farouche énergie de la femme noire face aux hommes si... >Voir plus
Que lire après SulaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 408 notes
Dans l'Ohio dans les années 1920, les noirs ne sont plus esclaves, mais leur sort est-il meilleur ? Les femmes noires ne sont pas des objets, mais sont-elles mieux traitées ? Face à cela, l'indifférence des blancs, un peu de charité, mais aucun sentiment d'injustice.
C'est un roman très dur qui décrit la survie des noirs dans le chômage, la faim, le froid, la détresse des mères noires presque toujours abandonnées sans ressources quand viennent les enfants. Et pourtant, des amours naissent, et une très profonde amitié entre deux fillettes. Cette amitié durera-t-elle, résistera-t-elle au passage de nombreuses années, aux événements les plus durs, aux remords et à la liberté qu'une seule acquerra ?
Toni Morrison raconte des drames atroces et m'a bouleversé sans avoir l'air d'y toucher ; les faits sont narrés sans commentaire, comme si tout était naturel. Cette communauté survit de justesse, presque sans se plaindre, l'amélioration n'interviendra qu'après 1960.
La première partie m'a paru difficile, je m'embrouillais dans les noms de tous ces personnages, avant que les deux familles ne se rencontrent. Mais j'avais enregistré malgré moi ces histoires familiales lourdes et complexes, assez pour être frappé par leurs suites. La construction est implacable (mais invisible : quel art), l'auteure nous tient jusqu'à la fin dans un récit qui semble logique, bien que rempli de surprises jusqu'à une conclusion bouleversante d'amitié et de douleur qui donne envie de reprendre aussitôt le début du récit.
C'est ma troisième lecture de Toni Morrison, ma troisième admiration, mais que ce monde est dur. Et comment les américains peuvent-ils supporter qu'on leur montre ainsi ce qu'ont fait leurs pères ?
Commenter  J’apprécie          676
Sula est le deuxième roman qu'a écrit Toni Morrison. C'est le plus court, mais aussi le plus dense ! (et pour lequel il ne va pas être facile de rédiger une critique...)
Complexe et très représentatif de l'oeuvre de Toni Morrison, dans la mesure où tous les thèmes qu'elle développera dans ces romans à venir sont dans Sula. Bien sûr, il y a aussi l'aspect "oral" de son écriture - qui peut aussi compliquer la lecture de Sula.

En ce qui me concerne, cette histoire m'a passionnée, mais je dois avouer que c'est parce que j'en avais lu d'autres avant. Et, au moment où je l'ai lu, j'avais toutes les clés nécessaires en main pour comprendre et apprécier Sula. En effet, pour ceux qui ne sont pas familiers de la Bible, la littérature afro-américaine, des "mythes" sur les noirs véhiculés par les blancs, l'histoire américaine, et plus particulièrement de l'histoire de la communauté afro-américaine.... Passez à un autre roman !

Une fois qu'on a le "bagage requis" et qu'on se met à l'esprit qu'il faut à tout prix éviter les points de vue trop manichéen : on est prêt !

Contrairement à ce que laisse penser le titre, Sula n'est pas le personnage principal - pour preuve, elle n'apparaît ni dans le premier ni dans le dernier chapitre. C'est la communauté - the Bottom - qui est au coeur du roman, le point duquel tout part et où tout s'achève.

Si l'on se tourne vers les êtres humains, Toni Morrison met une fois de plus en avant les Afro-Américains et plus particulièrement les femmes. Tous luttent pour exister. Exister au sein de la communauté, malgré les Bancs qui les rejettent mais aussi pour eux-mêmes. Tous les personnages sont traumatisés, que ce soit par leur héritage d'esclaves, la guerre ou les normes "des blancs" dans lesquels ils ne se reconnaissent pas. L'auteur dénonce de façon très vigoureuse l'idéal de l'amour romantique (un dogme de la classe moyenne blanche) et la politique américaine.

Les relations entre les personnages ne sont que passionnées. Il n'y a pas de relation "normale" si on peut dire. L'amour et le sens du sacrifice des femmes amènent certaines à tuer leurs enfants, par exemple. Et beaucoup de femmes se perdent dans leurs relations avec les hommes - la sexualité tient une part très importante dans le récit. La relation la plus équilibrée reste celle entre Sula et Nel, qui illustrent la définition qu'a donné Lord Byron de l'amitié - " two souls dwelling in two bodies".

Un roman d'une grande richesse qui ne peut pas être abordé comme un roman de gare !
Commenter  J’apprécie          421

Ah, le pouvoir fécond du roman qui me fait vivre « d'autres vies que la mienne » , pour reprendre le titre de ce beau livre d'Emmanuel Carrère.
Ici, c'est un peu de la vie des noirs dans la première moitié du 20ème siècle, dans un État du centre des États-Unis, l'Ohio, et plus particulièrement des femmes noires, qui nous est donné. C'est-à-dire le double malheur d'être noire, et femme, dans un pays où même si l'esclavage a été aboli il y a quelques années, une ségrégation sévère est présente,
Et comme c'est la grande Toni Morrison (c'est le quatrième livre que je lis d'elle) qui nous conte cette histoire, c'est d'une exceptionnelle justesse et d'une beauté qui suscite l'admiration.

Le cadre, c'est un quartier de Medallion, une petite ville de l'Ohio, laissé aux noirs par la communauté blanche, et dénommé ironiquement le Fond, alors qu'il s'agit de collines difficiles à cultiver, et que la vallée fertile est réservée aux blancs.

L'histoire, c'est celle de deux jeunes filles de ce quartier, Nel et Sula, toutes deux enfants uniques, et toutes deux « avec le rêve d'une autre vie », qui se rencontrent à l'âge de 12 ans. .. «avec l'aisance et l'agrément d'amies de longue date ».
Et pourtant, Nel Wright, est élevée seule par une mère très rigoureuse alors que Sula Peace vit dans une maison débordante de gens, dirigée par Eva, une grand-mère fantasque et cruelle, avec une mère, Hannah, plus préoccupée d'aventures masculines que de sa fille.
Et pourtant l'une, Nel, a un caractère pondéré et réfléchi alors que Sula, dont le nom de Peace est à l'opposé de son caractère, est une fille inquiète, excessive et provocatrice.
Mais elles vont tout partager, le pire et le meilleur, puis tout cela se brisera sans retour.

L'auteure nous fait vivre l'évolution de la relation entre ces deux filles adolescentes, puis adultes, celle de leur famille et de leur quartier.
Nel qui deviendra une femme mariée, à la vie plutôt ranquille et Sula, avide de liberté qui quittera le Fond pour y revenir 10 ans après, et y semer le désordre, jusqu'à finir par être détestée de tous et surtout de toutes, y compris de Nel, dont le mari Jude, d'abord séduit par Sula puis rejeté par elle comme un Kleenex après usage, abandonnera Nel et ses enfants.

C'est un monde de pauvreté et de souffrance, mais aussi d'une entraide sans limites.
C'est plein d'amour et de haine, de folie et de drames terribles, d'une sexualité crue.
Mais aussi de religiosité mêlée à des croyances magiques, telle cette invasion de rouges-gorges qui annonce le retour de Sula.

J'ai eu le sentiment d'y vivre, de le sentir, de le comprendre, ce quartier du Fond, et de ressentir les espoirs et les échecs de Sula et de Nel.

Un très beau roman de cette écrivaine magnifique et engagée, et pas loin du niveau de Beloved, son chef-d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          299
Un roman difficile à raconter tant il est flamboyant. Nel et Sula sont amies depuis l'enfance dans une Amérique profonde des années 20. Elles vivent dans un quartier de relégation où la boue et le froid rendent le quotidien difficile.
Nel est issue d'une famille traditionnelle, ordre et propreté sont la règle, la mère faisant régner la terreur sur la maisonnée. La maison de Sula est ouverte aux quatre vents, accueille les pauvres et les orphelins sous la direction d'une grand-mère unijambiste, figure excentrique du Fond.
Liées par une relation fusionnelle, elles partagent des expériences – pas toutes plaisantes – des rires, des glaces et des désirs :
« Comme chacune avait compris depuis longtemps qu'elle n'était ni blanche ni mâle, que toute liberté et tout triomphe leur étaient interdits, elles avaient entrepris de créer autre chose qu'elles puissent devenir. ».
Toni Morrison fait s'étendre l'histoire des fillettes de 1920 à 1965. On assiste ainsi à leur entrée dans l'âge adulte et à l'évolution de leur relation, bien loin des rêves qu'elles pouvaient nourrir. On aime Sula pour sa liberté, sa candeur et sa profondeur, son goût pour le plaisir. On a de la tendresse pour Nel qui s'échine à mener une vie conforme aux enseignements de sa mère.
C'est aussi l'occasion pour l'auteur d'évoquer la condition des afro-américains et la place qui leur est faite dans une société où la ségrégation fait loi. Un roman comme une fable cruelle, c'est poétique, tragique, violent. Que dire du style de Toni Morrison sinon qu'il est coloré, qu'il crée un univers particulier dans lequel les dialogues permettent aux personnages de s'incarner et les descriptions de nous faire voyager, éprouver la chaleur ou sentir les odeurs ?
Un très beau roman dont j'ai relu plusieurs fois les dernières pages pour ne pas perdre de la subtilité du message délivré.

Commenter  J’apprécie          250
Medallion est une petite ville tout en haut d'une colline, peu à peu construite par les Noirs. L'histoire raconte qu'un esclave fraîchement affranchi avait reçu ce lopin de terre grillé par le soleil par son dernier maître, celui-ci se gardant, évidemment, les terres riches et ombragées. Au fil des ans, une communauté s'est installée autour de cet ancien esclave, et Medallion est née.
A Medallion, il y a ceux qui reviennent traumatisés de la guerre en Europe et qui ne s'en remettront jamais, il y a bien sûr les descendants d'esclaves et quelques Noirs canadiens qui n'auraient jamais connu l'oppression. Des femmes qui surveillent leurs hommes, oisifs, car il n'y a pas de travail pour eux, les Blancs préférant faire venir des cohortes d'immigrés plutôt que de les employer eux. Il y a, enfin, une vieille estropiée, Eva, ses enfants, et sa petite-fille Sula. Je ne sais pas quoi penser de Sula. Ni des autres personnages d'ailleurs. Refusant tout manichéisme, Toni Morrison en vient à me perdre quant à leurs motivations et le sens de leurs traumatismes.
Je me suis davantage plu au coeur de cette communauté en tant que telle et ce réalisme magique qui l'entoure.
Ce roman, si je ne m'abuse, est son deuxième, publié trois ans après L'Oeil le plus bleu. Comme ses romans en général, il est plutôt sombre et peut mettre mal-à-l'aise. Ce n'a pas été un coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Tenant le couteau de la main droite, elle tira l'ardoise vers elle et appuya violemment son index gauche sur le tranchant, d'un geste résolu mais maladroit. Elle ne réussit qu'à trancher le bout du doigt. Les quatre garçons restèrent bouche bée devant la blessure et le bout de chair recroquevillé comme un bébé champignon dans le sang écarlate qui coulait sur le bord de l'ardoise.
Sula leva les yeux. « Si je suis capable de me faire ça, qu'est-ce que vous croyez que je vais vous faire ? » dit-elle d'une voix calme.
Page 64
Commenter  J’apprécie          201
Aucune créature n'était assez impie pour qu'ils veuillent l'anéantir. Tuer leur était facile, sous le coup de la colère, mais pas de façon délibérée, ce qui expliquait pourquoi ils ne pouvaient lyncher qui que ce soit. Agir ainsi eût été non seulement contre nature, mais indigne. La présence du mal était d'abord quelque chose qu'il fallait reconnaître avant de s'en occuper, de lui survivre, de ruser et enfin d'en triompher.
Page 129
Commenter  J’apprécie          160
Comme chacune avait compris depuis longtemps qu'elle n'était ni blanche ni mâle, que toute liberté et tout triomphe leur était interdits, elles avaient entrepris de créer autre chose qu'elles puissent devenir.
Page 61
Commenter  J’apprécie          180
Quand j'étais petite les têtes de mes poupées en papier tombaient toujours et il m'a fallu longtemps pour comprendre que ma tête n'allait pas tomber si je courbais la nuque. Je marchais toujours la tête très droite parce que je croyais qu'un coup de vent ou une bourrade allait me casser le cou. C'est Nel qui m'a appris la vérité. Mais elle avait tort. Je n'ai pas tenu la tête assez droite quand je l'ai rencontré et je l'ai perdu tout comme mes poupées.
Commenter  J’apprécie          80
Sula avait probablement été pétrifiée, comme n'importe qui voyant sa mère brûler vive. Eva acquiesça, mais resta convaincue, au fond d'elle-même, que Sula avait regardé sa mère brûler non parce qu'elle était paralysée, mais parce qu'elle trouvait ça intéressant.
Page 89
Commenter  J’apprécie          131

Videos de Toni Morrison (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Toni Morrison
Vendredi 18 septembre 2020 / 9 h 45
Jean Guiloineau part sur les traces des petits cailloux semés par Geneviève Brisac et qui font écho ou référence à l'oeuvre de Virginia Woolf. Lectures par Anne Mulpas, poète, performeuse et artiste multimédia.
Directeur de la revue Siècle 21, Littérature & société. Jean Guiloineau est aussi traducteur : Nelson Mandela, Toni Morrison, Nadine Gordimer, André Brink, etc.
autres livres classés : ségregationVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (1287) Voir plus



Quiz Voir plus

Beloved de Toni Morrison

De quoi s'inspire ce roman ?

D'un fait divers
De rien
De la vie de l'auteur

7 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Beloved de Toni MorrisonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..