AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Anne Wicke (Traducteur)
EAN : 9782267020328
192 pages
Christian Bourgois Editeur (16/04/2009)
3.75/5   406 notes
Résumé :
« Situé deux cents ans avant Beloved, Un don évoque, dans la même prose lyrique et verdoyante qui caractérisait son précédent roman, le monde beau, sauvage et encore anarchique qu'était l'Amérique du XVIIe siècle.

Toni Morrison a redécouvert une voix pressante et poétique qui lui permet d'aller et venir avec autant de rapidité que d'aise entre les mondes de l'histoire et du mythe, entre l'ordinaire de la vie quotidienne et le royaume de la fable...>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 406 notes

ninosairosse
  15 septembre 2016
Ne pas faire d'amalgame, ce n'est point un livre sur l'esclavage...mais sur la servitude.
Dans ce roman de Toni Morrison, on trouve des esclaves plus libres que des hommes libres (religions, rites,batailles...) l'un est un lion dans la peau d'un baudet, l'autre un baudet dans la peau d'un lion...
Recevoir le pouvoir de dominer autrui est chose difficile mais s'emparer de force de ce pouvoir est chose erronée... Si le début n'est pas sans nous rappeler Faulkner W. (le bruit et la fureur où sans nous prévenir d'aucune sorte, il nous transporte dans l'esprit quelque peu torturé d'un débile), Tony Morrison réussit la même prouesse mais dans l'esprit de plusieurs personnages toutes origines confondues mais esprits tout aussi torturés par ce don de clairvoyance .
Enfin pour nous parler des étoiles avec tant d'éloquence, pour récompenser ce style d'écriture, je lui attribue un 4* :" le ciel était paré d'étoiles lointaines posées sur une toile aussi sombre et lisse que la robe de son cheval".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          752
Yaena
  26 juillet 2021
A la lecture de la quatrième de couverture je m'attendais à un récit sur l'esclavage. En fait le sujet est traité de façon beaucoup plus large que cela. Ce texte met en exergue la servitude sous toutes ses formes. Asservissement volontaire, involontaire, légal, de fait, à une caste, à un être humain, à l'autre sexe, aux croyances, à un dieu, à l'argent,… Toni MORRISON joue avec les nuances avec beaucoup de talent. Esclavage, servitude, soumission, dépendance, la frontière est parfois mince. Toutes ces notions s'emmêlent, se confondent, se distinguent et surtout cela nous questionne ; parfois brutalement. Jusqu'à quel point un être humain est-il complice de sa servitude ? Dans quelle mesure un être voué à la soumission de par sa naissance, son statut social, sa couleur de peau… est-il complice de sa situation ? - Sortez vos stylos vous avez 4 heures après je ramasse les copies !-
Et puis il y a la question des femmes : quelle que soit la couleur de leur peau leur degré de dépendance est, à l'époque, complètement conditionné par leur sexe. - Hein quoi qu'est-ce que j'entends dans le fond de la salle ? Qui a dit pas qu'« à l'époque » ?-
Bon, je disais, leur liberté se limite à un choix initial plutôt restreint, encore plus quand elles sont pauvres: bonne soeur, prostituée ou épouse dévouée. - Qui a dit bobonne ?! –
Dans ces conditions le concept de liberté fait beaucoup moins rêver. On finit même par se demander si la liberté n'est pas justement qu'un concept abstrait qui n'a jamais existé. – Aïe ! Qui balance des boulettes ? Non je ne suis pas en dépression !-
J'en étais où… ? Ah oui donc… le lecteur est invité tout à tour dans la tête de chaque personnage. Chacun dévoile sa part de mystère mais leurs histoires personnelles étant liées les unes aux autres, petit à petit le puzzle s'assemble jusqu'à prendre tout sa dimension. Chaque personnage prend de l'épaisseur à être ainsi décortiqué sous tous les angles. 4 femmes: 2 blanches, 1 indienne et 1 noire et aucune n'est vraiment libre, pas pour les raisons auxquelles vous pensez. D'ailleurs quand Rebekka pourrait être libre elle choisit une autre forme d'asservissement. Les hommes ne sont guère mieux. Une seule exception, je vous laisse découvrir.
En pointillé derrière ces histoires il y a des petits bouts de l'Histoire des Etats Unis qui nous sont dévoilés. Une Amérique sauvage et faite de grands espaces vierges ou tout est possible mais aussi instable, à commencer par les frontières. – Non à l'époque il n'y avait pas de mur avec la frontière Mexicaine ! Z'avaient pas eu l'idée. Chut j'ai dit ! –
Je disais, une Amérique où des peuples sont exterminés, où des peuples sont asservis pendant que d'autres exploitent cette situation pour s'extirper de la fange et se hisser vers le haut. Une ascension sociale, mais à quel prix ?
Toni MORRISON nous rappelle que la servitude ne se résume pas à l'esclavagisme mais que tous nous pouvons aliéner notre liberté : volontairement ou non, consciemment ou non, sous le poids de la société et de ses moeurs, sous le poids des traditions, des superstitions, ou que sais-je. – Quoi qu'est-ce que tu dis ? L'esclavage c'est du passé ? Toi t'es libre, tu fais c'que tu veux ? Tu peux me le redire en lâchant ton écran des yeux STP ? Ah pardon tu surveilles tes likes, ...libre à toi…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5047
Titania
  18 février 2018
À la fin du 17ème siècle, en Virginie, dans une des 13 colonies, on est à peu près un siècle avant la déclaration d'indépendance des Etats-Unis.
Toni Morrison nous raconte dans ce contexte une histoire de femmes, de celles qui ont fondé un pays, dans la douleur et la terrible égalité de la servitude.
C'est une autre histoire de l'esclavage qui nous est contée là. En effet, débarquaient dans les colonies des gens qui ne l'avaient pas vraiment choisi, condamnés de droit commun, fils et filles vendus pour ne plus être à charge de leurs familles au pays, main d'oeuvre exploitée, non payée, et brutalisée comme les esclaves africains, dans les plantations de tabac.
Dans un pays immense, s'affrontent aussi les communautés religieuses qui ont fui des persécutions en Europe. Ça ne les a pas rendues plus tolérantes. On chasse les sorcières, et on refuse des sacrements et de l'aide à qui ne partage pas le même clocher.
Autour de Rebekka qui a fait la traversée pour épouser Jakob, le commerçant, se regroupent Lina, la servante amérindienne, Sorrow , la métisse naufragée, Florens la petite esclave africaine donnée par sa mère . Une drôle de famille à l'écart d'une communauté, où se jouent des solidarités, de l'entraide dans les travaux de la ferme, des tragédies, des jalousies aussi.
On découvre le destin de ces personnages de l'intérieur de l'univers de chacune, leur regard sur le monde, et les hommes, avec une très belle langue, un certain lyrisme. La dramaturgie met en place nombre d'énigmes qui se résolvent patiemment de la complémentarité des récits.
C'est du grand art, une belle construction, un très beau texte, pas simple, certes, mais avec aussi un éclairage original sur l'histoire de l'esclavage, et les violences faites aux femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
MarieC
  18 décembre 2012
Il arrive parfois (trop rarement) que l'on repose un livre en se disant qu'il vous habitera toute votre vie. Que vous vous répéterez régulièrement certaines de ces phrases, car elles expriment, en quelques lignes, une vérité que vous n'auriez jamais réussi à formuler. Que les thèmes abordés touchent à l'universalité de la condition humaine et que ce texte est décidément, à lire et à relire. Eh bien, "le don" est pour moi un de ces romans là, bien difficile à chroniquer, car il entre d'emblée dans l'intimité de mes sentiments.
Le livre est constitué de plusieurs monologues qui s'entrecroisent : celui de Florens, esclave offerte par sa mère en paiement d'une dette de son maitre, celui du colon américain, maitre un peu malgré lui de Florens, celui de Lina, esclave africaine dans cette petite famille, celui de Sorrow, pauvre folle traumatisée, qui a rejoint cette drôle de communauté, celui de la maitresse, jeune européenne envoyée se marier aux Amériques par des parents qui n'ont pas envie de la doter... Des personnages détruits par la vie, l'esclavage ou la misère, qui ont reconstruit leur propre équilibre à leur manière, réinventé leur monde, et dont les visions confrontées font apparaitre la dramatique incompréhension entre les hommes. Car le don, dans ce roman est bien ambigu : une mère qui donne son enfant à un maitre, une mère qui donne une chance à son enfant, une femme qui se donne, qui donne son amour à un homme qui ne veut pas le recevoir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
MELANYA
  09 juin 2022
Aujourd'hui, « Un don », le neuvième roman de Toni Morrison, prix Nobel de littérature, paru en 2008 sous le titre original » A Mercy », (traduit en français en 2009). Il a l'esclavage comme thème principal et décrit la cohabitation exempte de racisme d'un « microscome » de pauvres colons et de leurs esclaves – celui d'une petite ferme du Maryland, tenue par Jacob Vaark (fermier et négociant anglo-néeerlandais), qui a pour épouse Rebekka.
Se trouve également, Florens, une enfant noire, que le fermier a « acquis » en échange d'une dette avec l'espoir que Rebekka, ayant perdu ses enfants, verra ses souffrances un peu soulagées.
Le troisième personnage central est Lina, l'esclave indienne à qui a été confiée la garde de Florens, et qui témoigne du sort réservé aux indigènes, elle qui, rescapée d'un massacre, est recueillie puis abandonnée « sans même un murmure d'adieu » par une communauté de presbytériens.
Ce roman polyphonique, débute par une intervention de Flores, qui, ensuite, est toujours traitée à la première personne, alors que les autres personnages sont à la troisième personne.
Ce livre n'est peut-être pas toujours facile à lire, surtout au début. Cela provient du fait que Toni Morrison passe d'une époque à une autre et que l'on risque de ne pas toujours bien voir les rapports entre les personnages ni le moment où sont décrits les faits.
Une fois les liens compris notre lecture devient plus facile et aussi plus intéressante. L'auteur nous décrit bien sûr, ce qu'est la situation des Noirs, surtout ceux en provenance de l'Angola, une fois arrivés en Amérique.
Nous sommes aux débuts des immigrations et le pays appartient toujours au roi d'Angleterre. Il n'y a pour ainsi dire pas d'actes de propriétés et tout a un côté provisoire , sauf à faire partie d'une secte religieuse qui pourrait vous défendre des autres.
Entre les catholiques et les protestants règne la haine la plus totale. Mais cela ne s'arrête pas là. Les protestants ne cessent de créer des sous-groupes avec d'autres idées et il est évident pour eux que l'enfer attend les adeptes des autres sous-groupes.
Nous en sommes encore au stade où des hommes et des femmes fouettent une jeune fille quasiment chaque jour afin de vérifier si elle a Satan en elle. Et cela parce qu'elle a un oeil bloqué dans une direction alors que l'autre est mobile !
Rebekka, qui est devenue veuve suite à la variole, risque de perdre tout ce qu'elle possède, toute blanche qu'elle soit. En effet, la veuve n'a pas de statut légal !... Un grand moment du livre réside dans la narration par Rebekka de ce qu'a été son voyage entre l'Angleterre et l'Amérique.
L'homme aussi est un des grands dangers de cette époque, en Angleterre comme en Amérique. Il est celui qui frappe - celui qui n'est que violence. Seul un groupe de jeunes Indiens vont se conduire correctement avec une jeune fille noire totalement isolée.
Parmi les esclaves de Rebekka, on en trouve ainsi trois jeunes - des femmes : la simple d'esprit, Sorrow - la jeune gamine follement amoureuse, Florens et Lina, la confidente.

Un livre qui vaut vraiment la peine d'être lu et puis, c'est Toni Morrison !
« le Nobel de littérature livre un roman flamboyant sur les premières années de servitude des Noirs américains. D'une pâte d'émotions, d'une boule de sentiments, elle pétrit et sculpte un roman politique caché sous un cauchemar d'enfant. » (Valérie Marin La Meslée – le Point)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321


critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°131 - septembre 2009 - C'est à la fin du XVIIe siècle, dans une Amérique naissante et chaotique, alors que racisme et esclavage ne se confondent pas encore, que se déroule le nouveau roman de Toni Morrison (prix Nobel de littérature 1993). Dans ce contexte historique bien particulier où les esclaves peuvent être noirs, blancs ou indigènes, l'auteur mène une réflexion sur la signification de la « servitude » en suivant Florens, une jeune fille donnée par sa mère à Jacob Vaark dans l'espoir de lui offrir une vie meilleure. À la voix principale de Florens, que l'on voit passer, au fil du roman, du statut d'esclave à celui d'esclave de la passion, se mêlent, comme autant de variations sur la notion de servitude, les voix des autres habitants du domaine Vaark : Rebekka, la femme de Sir choisie par arrangement, Lina, la gouvernante totalement dévouée, ou encore la bien nommée Sorrow, la sauvage simple d'esprit aux étranges pouvoirs.
Au-delà de la réflexion sur l'esclavage, on retrouve les thématiques chères à Toni Morrison, comme celle de la maternité : Florens est hantée par sa mère, a minha mae, qui revient de manière obsédante lui expliquer qu'elle ne l'a pas abandonnée, mais a tenté de lui faire « don » d'une vie meilleure. Le roman est servi par la magnifique plume de Toni Morrison (totalement respectée par la traduction d'Anne Wicke), maniant les beautés de la langue avec une incroyable fluidité et une grande poésie, réussissant ainsi à faire surgir la beauté fulgurante de l'horreur du quotidien. Marianne Joly
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
caro64caro64   06 juin 2010
La pluie elle-même devint une chose tout à fait nouvelle : de l'eau propre sans aucune trace de suie qui tombe du ciel. Elle joignait les mains sous son menton et contemplait des arbres plus hauts qu'une cathédrale, du bois de chauffage si abondant que cela faisait rire, puis pleurer. Elle n'avait jamais vu des oiseaux pareils, ni bu de l'eau fraîche coulant sur des pierres blanches visibles.
Commenter  J’apprécie          400
caro64caro64   06 juin 2010
Ils avaient jadis pensé qu'ils formaient une sorte de famille parce qu'ils avaient créé ensemble un compagnonnage à partir de l'isolement. Mais la famille qu'ils imaginaient être devenus était fausse. Quel que fût ce que chacun aimait, recherchait ou voulait fuir, leurs avenirs étaient séparés et imprévisibles. Une seule chose était certaine, le courage seul ne suffirait pas. Sans les liens du sang, il ne voyait rien à l'horizon pour les unir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
ladesiderienneladesiderienne   31 octobre 2013
Sir et Mistress croyaient qu'ils pouvaient mener une vie honnête de libres-penseurs, et pourtant, sans héritiers, tout leur travail ne valait guère plus qu'un nid de moineau. Leur isolement progressif des autres avait produit une intimité égoïste et ils avaient perdu le refuge et la consolation que peut procurer un clan. Baptistes, presbytériens, tribu, armée, famille, il fallait bien quelque chose pour faire un cercle et protéger de l'extérieur. La fierté, se disait-elle. Seule la fierté leur avait fait penser qu'ils n'avaient besoin que d'eux-mêmes, qu'ils pouvaient modeler ainsi la vie, comme Adam et Eve, comme des dieux venus de nulle part et uniquement redevables à leurs propres créations. Elle aurait dû les prévenir, mais sa dévotion la mettait en garde contre une telle impertinence. Tant que Sir était en vie, il était facile de voiler la vérité : ils ne formaient pas une famille - même pas un groupe de gens pensant de la même façon. Ils étaient des orphelins, tous autant qu'ils étaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ninosairosseninosairosse   14 septembre 2016
"Nous n'avons pas besoin d'une autre maison, lui dit-elle. Et certainement pas d'une maison de cette taille." Elle était en train de le raser, et elle parla alors qu'elle venait de finir.
"Il ne s'agit pas de besoin, ma femme.
- Et de quoi s'agit-il, je te prie ? " Rebbeka nettoya les dernières traces de mousse sur la lame.
" De ce qu'un homme laisse derrière lui et de ce qu'il est.
- Jacob, un homme n'est rien d'autre que sa réputation.

p107
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
bilodohbilodoh   10 septembre 2014
Ils laissaient leurs porcs brouter la côte de l’océan, la transformant ainsi en dunes de sable sur lesquelles rien de vert ne pousserait jamais plus. N’ayant aucun lien avec l’âme de la terre, ils tenaient absolument à en acheter le sol, et, comme tous les orphelins, se montraient insatiables. C’était leur destinée que de chiquer le monde et de recracher des horreurs qui détruiraient tous les peuples premiers.
(p. 68)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Toni Morrison (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Toni Morrison
Vendredi 18 septembre 2020 / 9 h 45
Jean Guiloineau part sur les traces des petits cailloux semés par Geneviève Brisac et qui font écho ou référence à l'oeuvre de Virginia Woolf. Lectures par Anne Mulpas, poète, performeuse et artiste multimédia.
Directeur de la revue Siècle 21, Littérature & société. Jean Guiloineau est aussi traducteur : Nelson Mandela, Toni Morrison, Nadine Gordimer, André Brink, etc.
autres livres classés : esclavageVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Beloved de Toni Morrison

De quoi s'inspire ce roman ?

D'un fait divers
De rien
De la vie de l'auteur

7 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Beloved de Toni MorrisonCréer un quiz sur ce livre