AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvain Cardonnel (Traducteur)
ISBN : 2877307638
Éditeur : Editions Philippe Picquier (01/02/2005)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 113 notes)
Résumé :
Un jeune homme, Uehara, croit abriter en son corps un parasite avec lequel il vit en symbiose. Ce ver est le signe qu'il a été choisi pour accomplir une mission : détruire une espèce qui a programmé son propre anéantissement. L'espèce humaine, bien sûr. On pourrait raconter l'histoire autrement. Uehara vit en reclus dans son appartement jusqu'au jour où sa mère lui achète un ordinateur portable et où il se connecte à l'Internet. Il entre en relation avec une organis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  27 mars 2019
Fin des années 1990, Tokyo, Japon. le contexte nippon n'est alors pas au mieux entre l'explosion de la bulle immobilière du début de la décennie qui engendra une terrible crise économique, le grand séisme de Kobe et l'attaque au gaz sarin en 1995. Murakami Ryū parsème d'ailleurs son Parasites de quelques références par-ci par-là de ces tristes événements. de même qu'il n'oublie pas les déchirures mémorielles d'un passé plus ancien avec plusieurs évocations significatives de la seconde guerre mondiale et de la défaite subie par l'archipel.
En même temps, ouvrir un livre de cet auteur histoire de s'envoler gaiement vers le pays de Hello Kitty, ça tient de l'utopie à l'état pur.
Ici il met en scène un personnage atypique et psychologiquement très instable. Uehara vit refermé sur lui-même et sans sortir - mode hikikomori extrême - depuis sa deuxième année de collège, huit années auparavant. Il est persuadé d'avoir été envahi par un étrange ver très long et plat, en primaire, qui lui donne des pulsions de violence réprimées à coup d'antidépresseurs, de somnifères et anxiolytiques.
Sa découverte du monde d'Internet, qui n'a pas encore alors l'omniprésence actuelle, va paradoxalement le conduire à sortir et regagner le monde du dehors... Certes par un cheminement à la Murakami Ryū...
Le ton est extrêmement froid et clinique. La narration centrée sur Uehara nous plonge en accès direct dans ses troubles et délires, de façon d'autant plus dérangeante qu'à certains moments, comparé aux masses grégaires attroupées autour d'un nouveau portable ou autre, il semble presque plus sensé. Dans le sens où sa coupure du monde le tient à l'écart des errances et désespérances de la société japonaise reprochées par l'auteur (ici comme dans ses autres ouvrages).
Même si le roman n'est pas très épais, un bon élagage au moment de la relecture avant publication n'aurait pas été inutiles. Entre des longueurs dans le cheminement de Uehara et des litanies de textes abscons qu'il trouve sur Internet, il y a de quoi rebuter le lecteur parfois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
SMadJ
  23 février 2014
Hermétique et froid.
Comme souvent dans les romans de Ryû Murakami. Mais poussé à son extrême ici.
L'auteur nous déverse sa rage d'un Japon où les rêves et l'espoir sont formatés voire annihilés par une société stricte, élitiste et sans repères.
Mais ce Japon souffre.
De tous les traumatismes liés à la seconde guerre mondiale et surtout de l'Unforgettable Fire" qui mit le pays à feu et à sang, liquéfiant les chairs et les esprits, obligeant la société à se durcir pour survivre, à s'imposer des règles et des codes rigides pour se reconstruire.
Plus de 50 ans après, les ravages, peurs, phobies se font toujours ressentir dans la société nippone.
L'individualisme, le positif, celui qui crée les rêves et oblige l'individu à se dépasser, à se nourrir d'espoirs pour se construire des promesses d'avenir plus éblouissantes devra être la réponse selon l'auteur.
Du coup, on appréciera le parcours symbolique du personnage principal, vivant reclus chez lui au début du roman, pour devenir l'explorateur des déchirures du passé nippon et qui se servira du meurtre pour se transcender et changer le cours de sa vie, passant du statut de chenille apeurée à celui de papillon mortel.
Pour en arriver là, il faudra néanmoins subir une lecture glacée, éprouvante, clinique, sans passion, pleine de digressions sentant le remplissage qu'il conviendrait de dégraisser pour rendre plus digeste.
L'histoire passionne peu, Uehara, le personnage principal, n'étant pas d'un charisme fou et ses pérégrinations guère passionnantes.
Heureusement ce bouquin est souvent traversés de fulgurances littéraires, de phrases d'une poésie déchirante et somptueuse. Ça sauve du néant. 2/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
ericbo
  11 août 2018
Lu à l'époque de sa sortie en France, ce roman m'a longtemps marqué. Un jeune homme, vraisemblablement psychotique, en passant ses journées sur Internet va se retrouvé investi d'une mission par un groupe terroriste. Répandre un gaz toxique dans le métro de Tokyo (si je me souviens bien). A travers cet acte, cet ado se découvre, reprend contact avec lui-même, avec la vie.
En toile de fond, encore et toujours, la solitude et l'isolement dans une société en perte de valeurs où les individus sombrent dans la folie. La société japonaise est malade.
C'est du grand Ryu Murakami, peut-être juste un poil en dessous de « La consigne ».
Commenter  J’apprécie          170
klagg36
  30 mars 2012
Un livre à découvrir assurément.
On se laisse facilement entraîner dans cette histoire qui aurait pu rester celle d'une psychose si elle n'avait rejoint les thèmes qui hantent les livres de l'auteur et qui semblent caractériser Sa société japonaise. A mille lieues des clichés bonbons sucrés et des gentils mangas de la télévision pour enfants....égoisme, isolement, solitude, folie, indifférence, violence...
Pour d'autres manifestations de sa lecture de la société nippone, lisez "Miso Soup" ou encore "Bleu presque transparent." et si après ces livres, auxquels vous ajouterez la trilogie Ecstazy, Melancholia et Thanatos, vous ne vous lancez pas dans la lecture systématique de cet auteur, eh bien, cela prouvera que nous n'avons pas les mêmes goûts!
Commenter  J’apprécie          60
malko
  16 août 2013
Eh bhé quelle lecture périlleuse !Cela nous raconte l'histoire de Uehara, un ado paumé, solitaire, en marge du monde ( comme toujours avec ryu murakami qui nous dresse une vision du japon chaotique) qui s'intéresse à l'internet ( sa seule occupation) et s'y pert. Il tombe sur un site -INTER BIO-qui le persuade qu' il a été choisie pour tuer des personnes.(du coup sa l'oblige a sortir un peu de chez lui!bhé ouais c'est le prix a payer!) Pour couronner le tout,cet ado se croit habitué par une sorte de ver avec lequel il vit en symbiose et qui l'oblige a faire le mal. J'ai lu la moitié du roman et survolé l'autre. le sujet - les dérives de l internet - est très intéressant mais mon dieux, il y a bien trop de longueurs. Même en lisant une page sur vingt on comprend l'histoire ! J'aime beaucoup l'auteur mais ce roman est loin d'être un de mes préférés .Bizarrement le roman m' a rappeler des scènes des bébés de la consigne automatique et également du film "le cercle ".
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   25 mars 2019
Uehara avait quatorze ans lorsqu'il avait refusé d'aller au collège. Il était en deuxième année. Mais ce n'est qu'après avoir fait le tour de plusieurs hôpitaux psychiatriques accompagné de sa mère qu'il avait commencé à se replier sur lui-même, puis habité seul un petit appartement situé non loin de la maison familiale quand ses parents avaient fini par renoncer à s'occuper de de lui.《Y a peut-être tout simplement pas de place pour toi dans la société》, avait déclaré son frère la dernière fois qu'il etait venu le voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HebephrenieHebephrenie   10 avril 2011
Uehara comprit qu'il avait pu prendre conscience de tout cela parce qu'il avait refusé tout contact inutile. Enfermés dans le jeu superficiel des relations humaines, la plupart des êtres finissaient par ne plus savoir en quoi leur existence singulière pouvait avoir la moindre importance.
Commenter  J’apprécie          40
SMadJSMadJ   23 février 2014
J'aimerais que ces lignes aient la même hésitation qu'un papillon perdu dans l'immensité d'un haut plateau.
Commenter  J’apprécie          120
HebephrenieHebephrenie   10 avril 2011
L'espoir n'est pas une chose qu'une société puisse offrir. C'est une chose que les individus doivent formuler eux-mêmes et qui reste à découvrir. En d'autres termes, le Japon n'est aujourd'hui capable que d'offrir de fausses espérances sur l'avenir ou de rabâcher de grands mots creux à force d'avoir été prononcés. Les individus contraints de vivre "en retrait du monde" refusent probablement ce monde de fausses espérances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ryû Murakami (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryû Murakami
Payot - Marque Page - Ryù Murakami - Chansons populaires de l'ère Showa
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Murakami Ryû

Quel est le premier roman de Murakami paru au Japon ?

Le bleu du ciel
Une transparence de bleus
Bleu presque transparent
Les bébés de la consigne automatique
Thanatos

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Ryû MurakamiCréer un quiz sur ce livre