AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Koshi Miyoshi (Traducteur)Vincent Zouzoulkovsky (Traducteur)
ISBN : 2908981637
Éditeur : Vertige Graphic (01/05/2003)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 150 notes)
Résumé :
Dans le Japon en guerre, le jeune Gen Nakaoka et sa famille survivent, tant bien que mal, entre la faim et les persécutions dues au pacifisme militant du père, dans une ville curieusement épargnée par les bombardements, jusqu'au matin du 6 août 1945, lorsque l'enfer nucléaire se déchaîne soudain sur Hiroshima...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
pdemweb1
09 janvier 2016
Gen D'Hiroshima décrit la vie d'un jeune garçon pauvre habitant Hiroshima lors de la fin de la seconde guerre mondiale. En partie biographique, l'auteur Keiji Nakazawa témoigne de son expérience le long d'une suite de dix Manga.
En commençant la série par le N°3, j'avais été conquis par la sincérité et la force du témoignage, et ainsi est née la curiosité de connaître la vie de l' « avant le feu nucléaire », en lisant le premier tome de la série.
Ce qui frappe dans ce premier tome, est la corruption de la société japonaise : officiers, officiels, enseignants sont décrits comme des profiteurs ; les personnes âgées comme des jusqu'au-boutistes.
Keiji Nakazawa révèle des cas d'objecteurs de consciences : un Kamikaze qui ne veut pas s'écraser, le père de Gen refuse d'aller se battre.
Gen du tome 1, avant la même l'explosion de la bombe, est déjà un enfant révolté contre la société japonaise ; ce qui est un peu ma déception, car dramatiquement je m'attendais à ce que le traumatisme de la bombe le transforme en Gen du tome 3.
Gen est un garçon très sensible et très réactif, ce qui est très bien rendu dans le Manga.
Malheureusement le manque de vocabulaire de Gen donne aux scènes variées un sentiment de répétition.
Les mangas de Keiji Nakazawa restent un bon moyen de sensibiliser contre les armes nucléaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Under_The_Moon
08 février 2013
6 août 1945 : c'est la date que nous avons tous appris en cours d'histoire.
Ce jour-là, l'aviation américaine a jeté une bombe atomique sur la ville d'Hiroshima - première d'une série qui devait amener à la capitulation sans condition de l'empire du soleil levant.
Au final, même si on se rend compte qu'il ne s'agit pas d'un évènement anodin - sinon quel est l'intérêt de l'enseigner -, difficile de se rendre compte de l'impact qu'a eu cette journée. de simples chiffres sur un calendrier qui ont pourtant bouleversé et blessé d'une façon à peine imaginable, la vie de milliers de personnes.
Ce premier tome montre bien sûr des images cauchemardesques de cette tragédie humaine, mais pas seulement. Keiji Nakazawa dépeint ce qu'était le quotidien des Japonais pendant la guerre. La privation, les humiliations, l'intimidation avec le spectre du sacro saint "patriotisme", la méchanceté des petits chefs de quartiers et des officiers, ... Mais il y a aussi le courage, la générosité et la loyauté de Gen envers sa famille qu'il aime et qui l'aime aussi.
Famille Nakoka que l'on voit devenir victime de la communauté dans laquelle ils vivent à cause des idées pacifistes du père de famille. D'autres souffriront de cet impératif d'honneur pour la patrie, et le prix nous semble bien disproportionné à nous petits occidentaux du 21ème siècle !
Il peut paraître maladroit de dire que l'histoire contée par ce manga est belle, tant elle est tragique. Quelque part, elle me rappelle ce qui m'avait touché dans le Tombeau des Lucioles, dont j'ai envie de lire la nouvelle maintenant (pour cela je remercie kuroineko ).
On pourrait décrire chaque vignette de ce manga, et n'en avoir rien dit pourtant. Alors, pour faire un peu justice à son auteur, qui s'est inspiré de sa propre expérience pour réaliser Gen d'Hiroshima : je vous conseille de découvrir cet oeuvre dès que possible. Pour les aficionados du Japon et/ou de la Seconde Guerre mondiale. Et pour les autres aussi.
A signaler aussi, la préface d'Art Spiegelman à ne pas "zapper".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
colimasson
21 mai 2013
Art Spiegelman avait lu pour la première fois Gen d'Hiroshima un jour au cours duquel la fièvre l'avait cloué au lit. L'histoire lui avait semblé géniale. Plus tard, il avait voulu la relire pour avoir la confirmation que son appréciation dépendait bien du livre en lui-même, et non pas de l'état second dans lequel aurait pu le placer la fièvre. Conclusion : fièvre ou non, Gen d'Hiroshima est bien une lecture géniale.

Pour ma part, j'ai lu cette histoire dans mon enfance et je l'avais aussi trouvée exceptionnelle. Comme l'enfance et la fièvre sont, à peu de choses près, identiques, j'ai voulu la reprendre aujourd'hui pour avoir, comme Art Spiegelman, la confirmation du talent de Keiji Nakazawa.

Je retourne donc prudemment, volume par volume, dans la série Gen d'Hiroshima qui s'étend sur plus de 2000 pages au total. J'ai retrouvé le jeune garçon –personnage inspiré de Keiji Nakazawa-, avant-dernier d'une famille composée de cinq enfants au cours de l'année charnière 1945, à Hiroshima. Ce premier volume expose au lecteur les conditions de vie quotidiennes au Japon en temps de guerre. La famille de Gen est étonnement moderne et semble guidée par le pacifisme du père, soutenue par l'approbation de la mère et prolongée par l'éducation des enfants. A cette période où chacun doit soutenir l'effort de guerre et où le sacrifice personnel prévaut au-delà de toute compromission individualiste voire familiale, le pacifisme revendiqué du père fait figure de provocation suicidaire. Autour de lui et de sa famille, les voisins, les instituteurs et les marchands forment un bloc de haine massive, lâche et sournoise. Les brimades injustes s'abattent sur les enfants, les champs sont pillés alors que la famine fait des ravages, et toute tentative de vivre dignement et légalement est rendue impossible par l'acharnement d'une population qui n'aime pas voir remettre en question ses convictions. Et pourtant, aucun membre de la famille ne reniera le pacifisme du père. Cette valeur leur permet de rayonner, quelle que soit la quantité de malheur qui leur parvient quotidiennement. Elle fédère les enfants et les parents envers et contre ceux qui défendent le plus ostentatoirement possible les valeurs de l'Empire.

Dans la description de ce quotidien, j'ai retrouvé avec plaisir les personnages au caractère bien affirmé de cette famille. Leur joie et leur bonne humeur alternent souvent avec leurs emportements colériques ou leurs impulsions démentes, comme le bonheur d'une vie de famille soudée est sans cesse remis en question par les conséquences du rejet social et de l'ostracisme dont elle fait l'objet. Hiroshima en 1945… Même si la bombe n'a pas encore été lâchée sur la capitale, Keiji Nakazawa est impressionnant de sobriété et de courage. La force vitale qui émane de cette première partie du récit éclipse presque la suite inéluctable des évènements que nous connaissons pourtant. Mais dans les dernières pages de ce premier volume, la bombe finit malgré tout par s'abattre sur Hiroshima le 6 août 1945. le dessin, naïf et simpliste, s'enflamme et sert cette fois à représenter des corps dégoûlinants, flambés par la force de l'explosion.

La fièvre ni l'enfance ne permettent de justifier la force véhiculée par Gen et l'admiration que l'on est en droit d'éprouver pour Keiji Nakazawa. Parce que cette histoire n'est pas seulement un récit historique, on a beau se souvenir de la suite des évènements, il apparaît indispensable de poursuivre la lecture de cette série pour le plaisir de côtoyer ses personnages et de se sentir amélioré par leur force et leur courage.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Malahide75
13 juillet 2013
Ville d'Hiroshima, Japon, été 1945.
La guerre bat son plein et la propagande est incessante pour justifier l'effort de guerre et l'enrôlement des jeunes dans l'armée. La famille Nakaoka est pauvre et a bien du mal à joindre les deux bouts. Heureusement, grâce à l'ingéniosité de Gen, le quotidien est moins difficile. mais le père de Gen est contre la guerre et il le fait savoir.
Catalogués traîtres à la patrie, Gen et sa famille voient leur vie devenir encore plus compliquée.
Jusqu'au matin du 6 août, où la vie de tous les habitants d'Hiroshima bascule dans l'horreur...
Basé sur les souvenirs autobiographiques du mangaka, Keiji Nakazawa, "Gen d'Hiroshima" ne parle pas seulement de la guerre, mais aussi de la violence et de la haine qu'elle provoque chez les hommes.
Profondément noir, malgré le soleil éclatant d'Hiroshima et celui qui ponctue comme un métronome les journées de Gen et de sa famille, des pousses d'espoir germent cependant ça et là, allégeant le propos. Gen et Shinji, son jeune frère, sont de drôles de petits diablotins, capables des pires bêtises mais aussi des plus grands élans de coeur.
"Gen d'Hiroshima est dans sa forme un manga classique : le style de dessin est clair et précis, les sentiments sont exacerbés, la violence également. La difficulté de lecture de la droite vers la gauche, ainsi que la mise en page des textes dans les bulles est rapidement dépassée par la puissance du sujet.
On est submergé dès la première page et anéanti à la dernière.
Je ne saurais trop conseiller cette lecture, pour deux raisons principales : d'une part pour convaincre tous ceux qui n'ont jamais lu de mangas et qui croient, à tord, qu'il n'y est question que de mutants ou de filles pré-pubères à grosses poitrines. Et d'autre part pour donner à réfléchir aux personnes qui pensent que "grâce à la bombe, la guerre s'est arrêtée". "Gen d'Hiroshima" va donner à ceux-là un nouveau champ de réflexion.
Tout simplement indispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
melusine1701
19 mai 2011
Tout le monde connaît l'histoire d'Hiroshima, l'après, les gens irradiés, la méconnaissance des conséquences de l'utilisation de l'arme atomique. Ce manga nous présente aussi l'avant, la société japonaise épuisée par l'effort de guerre, le véritable fanatisme militaire du pays, les suicides multiples pour éviter d'être torturé en refusant la guerre, et la famine, omniprésente. Ce n'est pas l'ennemi américain qui est accusé, c'est le Japon lui-même, victime de sa propre course à la violence. Ce premier tome pose les jalons d'une histoire où la tension monte, degré par degré. le début du manga est la chronique douloureusement lancinante d'une ville comme tant d'autres, mais la guerre s'y infiltre de manière de plus en plus physique, jusqu'à en devenir le symbole. Les dernières images du livre sont insoutenables, comme Art Spiegelman, l'auteur de Maus qui préface le livre, le dit avec simplicité et justesse: "Je n'oublierai jamais ces gens traînant leur propre peau en fusion à travers les ruine d'Hiroshima". L'auteur a voulu faire un témoignage brut, nu, violent, dans un style naïf du manga où nous, lecteurs occidentaux, ne nous attendrions pas à le trouver. Pari réussi: le livre bouscule. A lire d'urgenceTout le monde connaît l'histoire d'Hiroshima, l'après, les gens irradiés, la méconnaissance des conséquences de l'utilisation de l'arme atomique. Ce manga nous présente aussi l'avant, la société japonaise épuisée par l'effort de guerre, le véritable fanatisme militaire du pays, les suicides multiples pour éviter d'être torturé en refusant la guerre, et la famine, omniprésente. Ce n'est pas l'ennemi américain qui est accusé, c'est le Japon lui-même, victime de sa propre course à la violence. Ce premier tome pose les jalons d'une histoire où la tension monte, degré par degré. le début du manga est la chronique douloureusement lancinante d'une ville comme tant d'autres, mais la guerre s'y infiltre de manière de plus en plus physique, jusqu'à en devenir le symbole. Les dernières images du livre sont insoutenables, comme Art Spiegelman, l'auteur de Maus qui préface le livre, le dit avec simplicité et justesse: "Je n'oublierai jamais ces gens traînant leur propre peau en fusion à travers les ruine d'Hiroshima". L'auteur a voulu faire un témoignage brut, nu, violent, dans un style naïf du manga où nous, lecteurs occidentaux, ne nous attendrions pas à le trouver. Pari réussi: le livre bouscule. A lire d'urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
pdemweb1pdemweb109 janvier 2016
Koji :
- Mon idéal est de mourir pour la patrie et le peuple japonais.
- Je ne suis pas un lâche.
Son père , Mr NaKaoka :
- Le peuple japonais, penses-tu vraiment que cette guerre fasse le bien de tous les japonais ?
- Cette guerre est faite pour une minorité de nantis qui cherchent à s’enrichir sans nous demander notre avis !
- Où est la patrie ? où est le peuple japonais ? ouvre les yeux !
- Tu veux mourir pour ces richards ? Ta vie est plus importante que ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Under_The_MoonUnder_The_Moon07 février 2013
- C'est pour le bien et l'honneur du Japon que je m'oppose à cette guerre.

- ESPECE DE SALE PETIT TRAITRE ! SALETE DE TRAITRE PACIFISTE !

- J'ai déjà bien assez contribué à cette guerre ! ...
Mon aîné, Koji, a dû sacrifier ses études pour travailler gratuitement à l'usine d'armement.
On a pris tous nos objets en métal, même les casseroles et les marmites, afin de construire vos navires, vos chars et fabriquer vos fusils...
Mes enfants crèvent de faim... Ils se bagarrent tous les jours pour une seule patate et quelques grains de riz... Tout ça pour qu'on puisse nourrir l'armée !
Et vous nous dites que nous ne participons pas à l'effort de guerre et que nous sommes des traîtres ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Under_The_MoonUnder_The_Moon07 février 2013
(un kamikaze qu'il doit mourir 5 jours plus tard s'adresse à Koji, frère de Gen, qui veut s'engager )

Normalement ce sont les vieux qui meurent en premier !
Et là, c'est nous les jeunes, qui avons l'avenir devant nous qui devons mourir !
Ce sont les vieux cons qui sont responsables de la guerre et ne font que donner des ordres qui survivent, c'est dégueulasse !
Commenter  J’apprécie          210
Malahide75Malahide7513 juillet 2013
- Mais tout le monde dit que les Coréens et les Chinois sont des arriérés...
- C'est de la propagande ! Nos dirigeants ont déclenché cette guerre en affirmant la supériorité des Japonais, en ridiculisant les Coréens et les Chinois... En dénigrant les autres peuples et en les faisant passer pour des démons, ils veulent nous faire croire en une victoire facile contre des adversaires trop faibles !
- Alors, quand le prof dit que les Américains et les Britanniques sont des dégénérés, c'est faux ?
- Oui
- Il dit aussi que le Japon est le pays des dieux et que l'empereur est un dieu et que nous allons gagner la guerre grâce au Vent Divin, tout cela est faux ?
- Oui. Aujourd'hui le Japon est au main des militaires qui ont déclenché cette guerre ! Il manipule tout : les écoles, les journaux, la radio, la police... On ne vous apprend que des mensonges ! Vous ne devez pas être dupes. Notre réel intérêt des d'avoir de bonnes relations avec les Coréens et les Chinois. C'est le seul moyen de vivre en paix...Quand les militaires prennent le pouvoir, ils plongent le monde dans les ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson31 mai 2013
- Q… Quoi ?! Mon fils s’est évadé car il n’avait pas supporté les ordres et a fini par se suicider… Mais qu’est-ce que vous racontez ! C’est un décès d’honneur par accident. Le capitaine me l’a bien dit.
- Je voulais juste vous dire la vérité…
- Taisez-vous ! Mon fils est mort honorablement pour la patrie ! Ne gâchez pas notre rêve ! Ne nous déshonorez pas !
- Votre rêve… ?
- Nous voulions qu’il meure à la guerre pour la patrie. Voilà, c’est notre rêve !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Keiji Nakazawa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keiji Nakazawa
Un duo d'artistes, originaire de Düsseldorf, s'est attaqué à l'oeuvre fleuve du célèbre auteur de Manga, Keiji Nakasawa : "Gen d'Hiroshima" (1972), l'histoire d'un petit garçon qui survivra comme il peut à l'apocalypse d'Hiroshima.
autres livres classés : hiroshimaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
658 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
. .