AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vincent Zouzoulkovsky (Traducteur)
ISBN : 2908981971
Éditeur : Vertige Graphic (01/04/2005)

Note moyenne : 4.49/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Trois années ont passé depuis que la bombe atomique a ravagé Hiroshima ; les survivants tentent de reprendre le cours d'une vie qui, si elle n'aura plus jamais rien de " normal ", doit néanmoins continuer.
Plus que jamais dans ce nouveau volume, Gen et ses compagnons sont les témoins des fossés qui divisent et déchirent le peuple japonais : victimes de la bombe qui effraient ceux que l'explosion a épargnés ; sans-abris qui côtoient les profiteurs et les maffi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Foxfire
  29 janvier 2019
Tome après tome, je me répète un peu mais que dire de plus sur ce chef d'oeuvre ? Après plusieurs centaines de pages on pourrait craindre que l'auteur peine à conserver l'intérêt du lecteur, d'autant plus que la vie quotidienne des survivants est finalement assez répétitive dans son horreur. Mais Nakazawa garde toute l'attention du lecteur. Je ne vais pas parler d'un récit addictif, vu le sujet le terme serait malvenu mais il est impossible de lâcher cette série. Cela est dû en 1er lieu à une galerie de personnages formidable. En effet, si Gen est le moteur du récit, il n'est pas le seul à être attachant. Ces gamins sont tout simplement magnifiques !
Et puis le traitement de ce sujet si difficile est dénué de tout misérabilisme. Tout en ne passant jamais sous silence l'horreur de la situation, Nakazawa s'attache surtout à mettre en avant le courage, le sens de la solidarité et l'humanité qui animent ses petits héros, des gosses qui en remontrent à bien des adultes dont beaucoup sont au mieux des lâches et au pire des salopards. Et d'ailleurs les rares adultes qui gardent dignité et humanité y parviennent grâce au contact des enfants.
En mettant en avant l'entraide, la solidarité et l'amitié face à l'individualisme, à l'égoïsme, Nakazawa défend de belles valeurs. Un propos qui fait du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
colimasson
  04 mai 2014
Printemps 1948 – Eté 1949
Gen et ses amis croient s'être habitués à la mort comme à tout le reste. Quatre ans plus tard, les victimes de la bombe ne sont toujours pas épargnées et continuent de mourir de ses effets délétères. Les habitants d'Hiroshima sont peut-être les premiers à avoir compris que le nucléaire était le véhicule d'une puissance nuisible invisible et s'ils ne l'expriment pas en ces termes, leur comportement prouve qu'ils l'ont compris.

Gen et ses amis croient s'être habitués à la mort et pourtant, ils font preuve d'une énergie de vivre presque morbide. Leur temps est compté, ils doivent l'utiliser de leur mieux. Alors qu'il est toujours aussi difficile de se nourrir, il faut se procurer un moyen fiable d'assurer ses revenus et pour cela, il faut sortir du cercle vicieux de la misère. Sans argent, impossible de se procurer le matériel qui permettra de gagner légitimement sa vie, en-dehors des crimes et des vols qui sont devenus monnaie courante pour Gen aussi bien que pour la majorité des autres habitants d'Hiroshima.

Encore une fois, ce nouveau volume nous prouve que Keiji Nakazawa a écrit pour assouvir une nécessité intérieure. Avec sa pudeur habituelle, il parvient à nous faire comprendre l'angoisse de jeunes années rongées par le souci de la survie. le mal et le bien, qu'est-ce que cela veut dire ? on appréhenderait presque l'idée que Gen n'ait jamais connu la bombe –peut-être n'aurait-il jamais pu devenir aussi admirable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Under_The_Moon
  05 novembre 2015
Sixième tome de l'histoire de Gen d'Hiroshima (1948-1949).
Bien que 5 ans aient passé, que la vie soit revenue dans la ville d'Hiroshima, les blessures (physiques et morales) "post-bombe" sont toujours très vives pour les Japonais. de même que les rancoeurs vis-à-vis des soldats américains, et à l'amertume de défaite vient se rajouter la frustration de ne pas avoir exprimer toutes ces souffrances.
Et par dessus le marché, il faut lutter pour survivre tant le rationnement est strict.
Certains thèmes étaient intéressants, comme les frustrations et les rancoeurs des Japonais après le procès de Tokyo, mais ces thèmes sont bâclés et expédiés en 4 pages. Et à la place on alternent entre : les scènes dramatiques du jeune garçon qui se sacrifie pour aller voler de l'argent à un clan de yakuza pour que la mère de Gen puisse être soignée à l'hôpital, puis se retrouve en maison de correction ; et des scènes larmoyantes et pleines de bon sentiments sur les jeunes filles défigurées par les radiations qui se sont suicidées à cause du rejet et de l'absence de compassion de leurs compatriotes à leur égard. Ces sujets n'ont pourtant rien de réjouissant, pour sûr, mais la manière de les traiter m'a vraiment agacée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
zazimuth
  27 août 2011
Dans le sixième volume, Gen se bat toujours pour que sa famille s'en sorte, sa mère guérisse. Il ne va à l'école que très épisodiquement, préférant chercher des combines avec ses amis pour gagner un peu d'argent et surtout trouver de la nourriture. Entre larcins et petits boulots ils sont devenus très débrouillards et endurcis. Gen sauve une seconde fois Natsue, une jeune fille défigurée qui a tout perdu et tente de se suicider.
Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   14 mai 2014
[…] Le 22 janvier [1949], Mao Tsétoung s’empare de Pékin, ce qui laisse augurer de sa victoire quasiment certaine à très court terme. Cela signifie que la menace communiste […] est désormais une réalité tout aussi inquiétante en Asie, comme le prouve également la guerre que la France mène en Indochine depuis bientôt trois ans.
C’est pourquoi les Américains décident aussitôt de changer radicalement de politique par rapport au Japon car ce pays vaincu et humilié dont ils ont voulu, de gré ou de force, faire un modèle de démocratie, devient soudain un enjeu qu’ils ne peuvent pas se permettre de perdre. La politique des réformes est donc brusquement abandonnée au profit d’une restauration rapide de l’économie dès le mois de mai 1949.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
colimassoncolimasson   10 mai 2014
Un autre gardien a voulu aider un prisonnier qui souffrait des jambes. Il a pris de l’encens et lui a fait de la moxabustion. L’américain a trouvé que la médecine asiatique était fantastique ! Mais il a dit qu’on l’avait brûlé avec des tisons ! Le pauvre gardien a été condamné à mort !
Commenter  J’apprécie          60
Under_The_MoonUnder_The_Moon   31 octobre 2015
J'ai toujours des frissons quand j'entends parler de patriotisme et de loyauté. C'est à cause d'eux que mon frère est joyeusement allé se faire tuer.
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson   12 mai 2014
Afin de tenter d’au moins améliorer une situation qui […] ne peut se prolonger, les responsables américains et les dirigeants japonais en viennent à penser que la population de l’archipel est trop nombreuse par rapport aux ressources de celui-ci […] et qu’il faut donc la limiter. Pour ce faire, en juillet de cette même année, est promulguée une loi dite eugénique qui non seulement légalise l’avortement et encourage la contraception mais également impose la stérilisation forcée dans le cas où l’un des conjoints d’un couple serait atteint de « troubles héréditaires ». Cette dernière mesure, fondée sur une définition particulièrement vague, rappelle de manière troublante des décisions semblables prises par les régimes fascistes européens des années 1930-1940.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Under_The_MoonUnder_The_Moon   05 novembre 2015
La guerre est horrible... Le perdant n'a rien à dire...
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Keiji Nakazawa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keiji Nakazawa
Un duo d'artistes, originaire de Düsseldorf, s'est attaqué à l'oeuvre fleuve du célèbre auteur de Manga, Keiji Nakasawa : "Gen d'Hiroshima" (1972), l'histoire d'un petit garçon qui survivra comme il peut à l'apocalypse d'Hiroshima.
autres livres classés : hiroshimaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
789 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre