AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081279568
Éditeur : Flammarion (21/11/2011)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 13 notes)
Résumé :
« J'étais un raté moderne. Un type qui a tout fait comme il faut. Pas d'ennuis avec les flics, à part quelques contraventions, un diplôme, pas de handicap, un physique ni gracieux ni disgracieux. Et pourtant j'y arrivais pas. On devrait filer une notice à la naissance : Comment se démerder dans un monde pourri et corrompu peuplé à 95 % d'abrutis complets. »

Entretiens d'embauche absurdes, séouleries solitaires et étreintes minables, le quotidien risi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LiliGalipette
  03 décembre 2011
Pierre, la vingtaine un peu entamée, monte à Paris dans l'espoir de faire quelque chose de sa vie. Mais il n'y trouve que la solitude et une forme vicieuse de galère. « J'avais pas toujours souffert d'insomnie. J'avais pas toujours été obligé de boire pour dormir et pour supporter la vie éveillé. Ça remonte à loin. Je devais être enfant et avoir de l'espoir. » (p. 96) Chaque démarche, professionnelle ou personnelle, est une nouvelle incarnation de la lutte pour la survie. « J'ai pensé à tous ces gens qui ont le pouvoir et qui l'utilisent pour briser des échines et accabler leur prochain. Les hommes politiques, les grands patrons et les petits chefs, les musiciens et les femmes. » (p. 68) Autant dire que Pierre ne situe pas bien haut sur l'échelle de la réussite ou de l'ambition. D'ailleurs, selon lui, « l'ambition, c'est quelque chose qui résulte de l'angoisse de manque. Moi, je manquais de tout donc rien ne pouvait me manquer. » (p. 161)
Quelques velléités d'écriture le taraudent, mais comme il dit, « on est écrivain qu'une fois qu'on a publié. En attendant, on est un tocard. » (p. 137) du fond de son inaptitude, Pierre jette un oeil lucide sur ce qu'est devenue sa vie. Entre tuer le temps et tout faire pour oublier qu'il passe, il boit trop et postule sans enthousiasme à des offres d'emploi qui ne lui correspondent pas. D'entretiens foireux à des jobs minables, il survit comme il peut avec le RSA et les allocations et trompe la solitude en rencontrant des filles sur Internet. Après plusieurs relations maladroites ou sans intérêt, il rencontre Chloé. Elle est belle, sa carrière débute et elle ne semble pas vouloir le jeter comme un malpropre. D'accommodements en renoncements, Pierre trouve pied dans une existence qui n'est malgré tout pas vraiment faite pour lui. Mais il faut bien avancer, avant de laisser sa place à d'autres.
Entre cynisme et lassitude, ce premier roman brosse un portrait convaincant d'une génération perdue. La langue est enlevée et je ne me suis pas ennuyée un instant. Les pages se tournent à toute allure et c'est sans mal que je me souvent reconnue entre les lignes. Galère, mon amie, tu as bien des visages… Y a-t-il des échos autobiographiques dans ce roman ? Probablement, mais ce n'est pas ce qui importe. C'est plutôt de voir que le mal de vivre version 2.0 peut s'écrire avec autant de talent que le mal de vivre d'un Baudelaire ou d'un décadent.

Lien : http://www.desgalipettesentr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
pops74
  30 décembre 2011
Comment j'ai choisi ce livre : D'autres prendront nos places a obtenu le prix Welovewords. Welovewords est une plateforme qui permet aux auteurs amateurs de publier leur texte et La Dame Au Chapal est leur nouvelle community manager et c'est grâce à elle que j'ai découvert ce roman !
Résumé : Pierre est un jeune homme qui, un diplôme d'économie en poche, monte à la capitale dans l'espoir que trouver du travail sera plus simple. Mais finalement rien n'est simple : trouver un logement, un boulot, passer ses journées à écumer les offres d'emploi ou à attendre un coup de fil de pole emploi… Et de désillusions en désillusions, c'est la déprime et la bouteille qui prennne de plus en plus de place dans sa vie. Heureusement, après sa rencontre avec Cholé, il décide de reprendre sa vie en main, de trouver un boulot quitte à trafiquer son CV, et d'arrêter de boire, quitte à ne plus sortir de la maison pour ne pas être tenté.
Mon avis : Pierre Noirclerc, jeune auteur nous dépeint ici un portrait cruel mais réaliste des jeunes de la génération "Y" qui sont à la recherche d'un idéal qu'on leur à promis mais qui n'est pas si facile à atteindre. Eh oui, même avec un master en poche aujourd'hui, nous ne sommes pas sûr de trouver un emploi à la hauteur de nos attentes. Beaucoup sont obligés de faire comme Pierre et d'enchainer les petits boulots avant de trouver un job à plein temps qui ne correspond pas du tout aux études qu'on a faite. Même si l'écriture est parfois un brin vulgaire, le ton et l'histoire très réaliste m'ont beaucoup plu. Même si rien n'est dit en ce sens, la justesse des propos laisse à penser que certains passages sont autobiographiques, peut être même plus que certains passages.
Si vous avez entre 20 et 30 ans et que vous souhaitez vous évader et voyager en lisant, ce n'est peut être pas le livre idéal pour vous, mais si vous souhaitez comprendre la génération Y et la galère que certains jeunes vivent alors je vous le conseille vivement. Promis, vous ne sortirez pas déprimer de cette lecture !
Retrouvez l'interview de l'auteur sur le blog de Welovewords ainsi que les chroniques de Delphine et de Lili_galipette !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chaplum
  17 février 2012
Dans la première partie, le narrateur, jeune diplômé chômeur, monte à Paris dans l'espoir de trouver un travail. Mais ce n'est pas si facile et il se retrouve dans la spirale des petits boulots mal payés, du RSA, des rendez-vous au pôle emploi et des candidatures auxquelles on ne lui répond même pas. Parallèlement, sa vie amoureuse est toute aussi ratée. J'ai trouvé cette première partie particulièrement réussie dans ce qu'elle dénonce. Pourtant, le narrateur m'a parfois irritée par sa façon de ne pas réagir et d'attendre, le verre à la main et le style m'a déroutée dans les premières pages, notamment par l'absence de virgule là où on les attend. Mais, pour avoir vécu la difficile situation du diplômé qui ne trouve pas d'emploi, le récit de Pierre Noirclerc m'est apparu réaliste sur plus d'un point et il dénonce avec justesse l'incohérence et l'absurdité des moyens mis en place pour soi-disant aider les demandeurs d'emploi dans nos pays (que ce soit la France ou la Belgique) Les agences d'interim et les employeurs profitent de cette situation pour engager des gens en demande à moindre coût. J'ai aimé le passage où le narrateur ment pour se faire embaucher et que cela fonctionne alors qu'il se fait toujours rembarrer en étant honnête. Je connais plusieurs cas pour qui ça a aussi marché.
La deuxième partie voit le destin sourire un peu plus pour notre antihéros des temps moderne. Il rencontre une jeune femme et trouve un boulot, mais on est loin de la perfection qu'il avait idéalisée au cours de ses études. On est plutôt proche de la résignation, de l'acceptation que le monde est ainsi et qu'il faut s'y soumettre.
Ce roman, rédigé en quelques mois pour répondre à un concours, m'a vraiment parlé. le désenchantement du narrateur, et sans doute de l'auteur (l'interview ICI en dit plus) correspond au mien. Je me suis reconnue dans ce portrait désabusé, du moins dans certaines de ses réflexions. Bien sûr pas dans tout, mais dans une grande partie de la vision de la société développée par le jeune homme. Sans doute parce que je suis plus ou moins de la même génération ? Pas complètement, je suis née à la fin des années 70 et je ne me sens pas totalement en phase avec ce que l'on décrit comme la génération Y. le fait que le roman ait été écrit rapidement et dans des conditions pas toujours faciles que l'auteur décrit dans son interview explique un style un peu trop oral. Mais il est rehaussé par les touches d'humour qui viennent contrebalancer le pessimisme ambiant. J'ai souvent ri au détour de petites phrases glissées ça et là, qui font mouche. Un humour pince sans rire qui me plaît.
Lien : http://www.chaplum.com/dautr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
calypso
  23 avril 2017
C'est l'histoire d'un type un peu paumé dont la vie ne ressemble pas à grand-chose. Il essaie pourtant de trouver un but, il sort, passe des entretiens d'embauche mais les désillusions s'enchaînent et le quotidien morne et alcoolisé finit toujours par triompher. C'est l'histoire d'un type à qui on a franchement envie de mettre un grand coup de pied au derrière, mais il est quand même pas mal attachant et sa détresse pourrait être celle de n'importe qui. C'est l'histoire d'un type dont on pourrait dire « c'est un raté » mais c'est un bilan qu'on se garderait bien de faire car tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ! Et si cet espoir portait le doux prénom de Chloé ?
D'autres prendront nos places est un roman que j'ai lu très rapidement. Je n'en savais pas grand-chose et le plaisir en a été décuplé. J'ai réellement apprécié de partager la vie du narrateur, un jeune homme d'une vingtaine d'années prénommé Pierre, comme l'auteur. Ce n'est pas précisé mais il n'est pas du tout impossible que certains passages soient autobiographiques… Cynisme et humour se mêlent à chaque page afin de dépeindre au mieux le quotidien d'un jeune homme dont la vie professionnelle et la vie personnelle sont irrémédiablement synonymes d'échec. C'est un roman qui ne laisse pas indifférent, qui livre des réflexions criantes de vérité. L'écriture est résolument moderne et le style très oral, ce qui peut déplaire, mais qui convient parfaitement ici au propos. Paradoxalement, je crois c'est un roman dont je ne garderai pas longtemps le souvenir : il faut dire qu'il ne s'agit que d'une tranche de vie, un moment volé à cet antihéros moderne et désabusé, et l'histoire s'achève aussi rapidement qu'elle a commencé. Signalons enfin qu'il s'agit là d'un premier roman : l'auteur est en effet le lauréat d'un concours organisé par WeLoveWords. Plutôt prometteur !

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
calypsocalypso   25 octobre 2017
Je me suis levé et j’avais quand même mal au crâne. Je me suis demandé si j’allais pas rentrer chez mes parents et me faire entretenir jusqu’à ce que je touche l’héritage. Avec un peu de chance, ça pourrait arriver avant mes quarante ans. En attendant, je pourrais rester à la maison, je rendrais service. J’irais faire les courses, je ferais la cuisine et j’amènerais la bagnole en révision. Et puis je me suis souvenu qu’ils avaient la manie de me regarder comme on regarde sa chaussure après avoir marché dans la merde. Alors je me suis ressaisi, j’ai allumé mon ordinateur et je me suis mis à regarder les offres d’emploi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   03 décembre 2011
« J’ai pensé à tous ces gens qui ont le pouvoir et qui l’utilisent pour briser des échines et accabler leur prochain. Les hommes politiques, les grands patrons et les petits chefs, les musiciens et les femmes. » (p. 68)
Commenter  J’apprécie          11
LiliGalipetteLiliGalipette   03 décembre 2011
"J'ai tendance à éviter les jeux de hasard. Généralement, ils ne font que souligner dramatiquement ma propension à l'infortune et je me sens comme un con d'avoir eu l'audace d'essayer." (p. 84)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   03 décembre 2011
« L’ambition, c’est quelque chose qui résulte de l’angoisse de manque. Moi, je manquais de tout donc rien ne pouvait me manquer. » (p. 161)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   03 décembre 2011
« J’avais pas toujours souffert d’insomnie. J’avais pas toujours été obligé de boire pour dormir et pour supporter la vie éveillé. Ça remonte à loin. Je devais être enfant et avoir de l’espoir. » (p. 96)
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : génération yVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre