AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les fleurs du mal tome 1 sur 11
EAN : 9791032700709
207 pages
Editions Ki-oon (12/01/2017)
3.54/5   70 notes
Résumé :
Une ville de province banale, un collège banal, un quotidien banal. Takao, élève moyen et timide, se sent enfermé dans ce monde étroit. Il n'a qu'une échappatoire : la lecture. Il est surtout fasciné par l'étrangeté des Fleurs du mal de Baudelaire. Ce recueil est devenu son livre de chevet, tout autant que son moyen de se différencier dans un monde gris où tout le monde se ressemble.

Il existe pourtant un élément de surprise incontrôlable dans son un... >Voir plus
Que lire après Les fleurs du mal, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 70 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
(Cette critique concerne les deux premiers tomes puisque, étant paru en même temps, je les ais lus d'une traite)

Pour bien démarrer l'année, quoi de mieux qu'un nouveau titre aux éditions Ki-oon ? Personnellement, cela suffit à mon bonheur tant cette maison d'édition propose des manga de grande qualité. Si j'en avais les moyens, j'achèterais sans doute tous leurs titres. Mais il faut faire des choix, et parmi les nombreuses choses que je voulais prendre, ce sont les tomes 1 et 2 des Fleurs du mal qui ont eu mes précieux deniers.

Il faut savoir que je connais déjà l'auteur pour son autre série, « Dans l'intimité de Marie » publié chez Akata (très bonne maison d'édition soit dit en passant) et qui trouvera sa conclusion dans le 9 ème tome qui sort courant février.

Ce qu'il faut savoir par rapport à sa précédente série, c'est qu'au japon, « Les fleurs du mal » a été publié avant « Dans l'intimité de Marie », chez nous c'est l'inverse. Donc si le dessin est meilleur chez Marie, c'est normal, puisque l'auteur avait déjà fait ses gammes sur « Les fleurs du mal ».

Si vous avez déjà lu « Dans l'intimité de Marie » vous avez déjà une petite idée sur l'ambiance malsaine qu'aime distiller l'auteur. En effet, Ôshimi Shûzô possède cette particularité de pointer du doigt les petites dérives et déviances qui semblent sans intérêt qui se révèlent terribles.

Pas de surprises donc en lisant les deux premiers tomes des « Fleurs du mal » on retrouve la même thématique, à savoir la mal être et l'incompréhension des adolescents dans un monde trop strict pour eux.

Nous suivons donc ici le jeune Takao, un élève bien sous tous rapports mais qui est quelque peu réservé, et qui trouve refuge dans la littérature, chose que ses camarades ne comprennent pas. Son livre fétiche étant, vous l'aurez compris, « Les fleurs du mal ». Mais très vite, suite à un acte un peu confus de sa part, il va se retrouver piégé par une autre adolescente, la terrible Sawa, qui n'aura de cesse de le faire chanter, sous peine de révéler ce qu'il a fait.

Et c'est là que le manga va prendre tout son sens, car Sawa va sans cesse vouloir révéler le pervers qui sommeille en Takao le poussant à faire des choses qu'il ne veut pas, mais s'y soumettant malgré tout, par crainte que ses actes soient révélés aux personnes concernées.

Après la lecture du premier tome, j'étais un peu sceptique, car j'avoue que ce qu'a fait Takao n'est pas si tragique que ça, et qu'il aurait facilement pu se débarrasser des preuves compromettantes. Mais en les conservant, il entretient ce coté malsain qu'il nie avoir. Sawa va sans cesse le pousser plus loin, et à la lecture du deuxième tome, on commence à voir que quelque chose cloche chez elle. Je pense à ce stade du manga, qu'elle a du subir un traumatise étant plus jeune, un viol ou une agression, quelque chose dans le genre.

À coté de ça, la jolie Nanako (qui ne se doute de rien) essaie de s'investir et de croire ce que Takao ou Sawa lui disent, et l'on se demande si finalement, ce n'est pas elle qui va le plus en souffrir.

Vous l'aurez compris, « Les fleurs du mal » est un manga complexe, on a beaucoup de mal à cerner les personnages et a savoir ce qu'ils veulent vraiment. En tant qu'occidentaux, il faut bien penser à se replacer dans le contexte japonais, où la moindre erreur peut ruiner votre carrière, votre scolarité, ou votre réputation. Voire même les trois.

Une très bonne lecture, et une très bonne idée de la part des éditions Ki-oon que de publier les deux tomes le même jour, car ainsi on peut vraiment rentrer dans le manga, chose qui est un peu plus compliqué avec un seul tome.

Le troisième tome sortira en mars, le 09 si je ne dis pas de bêtises et j'ai hâte de voir comment les choses vont évoluer, sachant que la dernière scène du tome 2 était quand même assez particulière ^^

Lien : http://xander22.skyrock.com/..
Commenter  J’apprécie          250
Les fleurs du mal tome 1 du Shuzo Oshimi date de 2009. Étant en 2023 au moment de cette critique, l'oeuvre a 14 ans. C'est à prendre en compte, du haut de mes 34 ans, je commence à voir comment les oeuvres artistiques et la perception qu'on en a évoluent vite. Très vite d'ailleurs, est-ce le fait de l'accélération globale de nos modes de vie ? J'aimerai bien avoir l'opinion de quelqu'un de plus âgé pour voir s'il avait les mêmes sentiments quand il avait mon âge.

Prenez Twilight, ça nous saute au visage maintenant l'aspect creux du personnage de Bella, la malhonnêteté de la relation avec Edward (écart d'âge, l'emprise…), l'existence de Bella validée uniquement par l'intérêt et la gueguerre entre les deux machos men, Bella qui ne s'affirme qu'à partir du moment où changer en vampire par son keum, elle devient mère !!! Yeah so 2010 !!!! Mais en 2010, j'étais à fond ! Il n'y a pas de jugement dans ce que je dis, c'était des points aveugles et nous en tant que société on en était là.

Bref revenons à nos fleurs du mal !

C'est l'histoire d'un adolescent perdu dans ses bouquins, qui ressent des sentiments nouveaux envers une de ses camarades. Certains appelleront cela amour, d'autre obsession, j'aime bien l'idée que notre société actuelle pète les cases, arrêtent de vouloir qualifier précisément tout ou invente d'autres façon de faire et nommer les relations. Je vous conseille au passage le très fameux Ocean Rush mais là aussi j'ai beaucoup trop de choses à en dire pour m'épancher là dessus maintenant.

Un jour, notre adolescent agité pique les vêtements de sport de sa camarade. Une autre de ses condisciple le surprend et lui impose de se voir chaque soir après les cours s'il ne veut pas être dénoncé.

Le harcèlement n'était pas un concept démocratisé à l'époque comme il l'est aujourd'hui, l'absence de concept empêche peut-être le personnage principal de remettre en question cette relation imposée, il y a une ambivalence. On ne sait pas s'il apprécie ou non ces entrevues.

L'auteur en postface parle de son expérience collégienne, on comprend qu'il a été victime de harcèlement mais potentiellement aussi acteur. Cette double assignation à victime et bourreau questionnent d'autant qu'à l'époque on ne dénonçait pas ce genre de relations on parlait plutôt de rapports brutaux normaux entre garçons.

D'après l'auteur, son objectif est de questionner les comportements pervers. Ne pas assigner un comportement anormal à une déviance qui porte en lui-même un aspect dégradant. L'ouvrage datant un peu, je suis méfiante, veut-il minimiser ? Ou simplement interroger ? Pouvons-nous juger le passé ?

Je me suis souvenue qu'il était l'auteur des liens du sang. Les liens du sang raconte la relation malsaine d'une mère et de son garçon, je vous le recommande. J'en ferai certainement un tiktok bientôt.

Les sujets sont si douloureux et intimes que je me demande à quel point il s'est inspiré de sa vie personnelle. En tous cas, les mangas semblent refléter son évolution psychique. C'est d'ailleurs un des arguments qui me poussent à lire plusieurs ouvrages d'un même auteur·rices.

Voilà où j'en suis à la fin du tome 1 de ce manga : déconcertant, dérangeant, bref hâte de lire le second niark niark niark.
Commenter  J’apprécie          10
Je n'étais pas franchement persuadé par ce titre non pas que je n'aime pas Baudelaire bien au contraire. J'avais peur d'un récit à la sauce nippon c'est à dire jeune collégien empruntant l'un des plus beaux monuments de la poésie française pour en faire n'importe quoi. Il faut dire que l'exploitation du thème a été plutôt efficace et cela fonctionne plutôt bien.

L'exploitation des trois principaux personnages est plutôt une réussite surtout sur les différents tomes qui prennent le temps de les exposer. le scénario est même assez surprenant par moment nous révélant quelques bonnes surprises. Bref, je n'ai pas bouder mon plaisir des fleurs du mal. On est toujours tenter par des choses plus ou moins interdites.
Commenter  J’apprécie          110
Takao est un jeune ado passionné de littérature et secrètement amoureux de la belle et studieuse Nanako. Un jour, il trouve ses affaires de sport qu'elle a oubliées au fond de la classe et sans vraiment réfléchir s'en empare. Seulement, Sawa, une camarade de classe spéciale et particulièrement insolente avec les professeurs l'a surpris. Elle va alors exercer un curieux chantage sur lui...

Je suis assez partagée sur ce manga : il est assez particulier et le personnage de Sawa met franchement mal à l'aise. D'un autre côté je pense qu'il traduit assez bien les troubles que l'on peut connaître à l'adolescence, surtout lorsqu'on s'intéresse à Takao. Comment un geste irréfléchi et pas si grave en soi peut, par une suite d'enchainements, mener l'auteur a s'enfoncer dans la honte et l'angoisse grandissante.

Je suis curieuse de lire la suite, mais je ne le recommanderai pas à de trop jeunes lecteurs (plutôt à partir de la 3e / lycée).
Commenter  J’apprécie          43
☼ Mon Avis ☼

En 2017, Ki-oon publie le manga " Les fleurs du mal " en sortant simultanément les deux premiers tomes de la série.
Une saga qui avait déjà énormément de potentiel en scan.
C'est un titre qui touche l'oeuvre originale de Baudelaire.
Les fleurs du mal contiennent 11 tomes et possèdent une adaptation en anime.
On retrouve pour cette série le même auteur qui a déjà réalisé " dans l'intimité de Marie " des éditions Akata.
La première chose qui marque quand on lit le manga est l'aura que procure ce premier volume, il dégage un côté malsain et pervers.
On remarque que l'auteur maîtrise parfaitement son oeuvre grâce à son scénario qui est très bien ficelé.
Les fleurs du maltraitent énormément de sujets comme la perversité, l'adolescence, le harcèlement, le vol, mais qui dit plusieurs thèmes disent souvent clichés.
Ce premier volume contient quelques clichés qui auraient pu être évités.
L'histoire en devient psychologique avec une ambiance oppressante qui rend mal à l'aise les lecteurs.
Quand, j'ai aperçu le manga dans les rayons, je n'ai pas été attiré par la couverture qui pour moi reste assez laide.
On ressent parfaitement les émotions des personnages surtout le protagoniste principal. Mais dans cette oeuvre, son acte de voler des vêtements rend clichés et n'est pas si tragique que ça, il aurait pu facilement faire disparaître les affaires en les jetant.
Il y a énormément de façon possible pour anéantir quelque chose mais, non il préfère les garder.
Cela rentre parfaitement dans le thème de la perversité mais, en tant que lecteur on reste assez sceptique.
" Les fleurs du mal " est un manga complexe qui évolue et cela change des mangas sûr de simples amourettes.
En plus, ce titre donne l'envie de découvrir l'oeuvre originale de Baudelaire.
Passons maintenant aux points négatifs de la série.
On a du mal à cerner certaines actions des personnages et ceux qui veulent vraiment.
Le dessin est assez spécial.
On a un protagoniste intéressant à des moments et vers la fin du tome, il a des réactions stupides et on finit par le trouver pathétique.

En conclusion : On a une série qui évoque des tabous.
On suit les premiers moments de plusieurs chantages on sent que ce n'est que le début.
Un grand merci aux éditions Ki-oon qui rend toujours les oeuvres de très bonnes qualités. Je suis curieuse de découvrir la suite sachant qu'on a tous une part de perversité en nous.
Lien : https://mangastra.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
BDGest
20 février 2017
Exploration psychologique parfaitement réalisée, malgré des prémices somme toute assez basiques, Les fleurs du mal offre une relecture originale d’une période cruciale dans la vie d’un tout un chacun.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
16 janvier 2017
Une plongée au cœur de l’œuvre de Baudelaire qui va peut-être inciter les lecteurs à se pencher sur le recueil de ce poète français.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
I want to leave... To go far away... I'm a sinner. I'm sorry. Saeki, I'm sorry. I'll spend my life atoning for this sin. Even when I'm an old man, I'll be trying to make up for it. But there's nowhere to go . Not in this town, not for me... In this town surrounded by mountains, there's nowhere to run. How many people in this town understand Baudelaire ? Why is all the metal so rusted ?
Commenter  J’apprécie          30
Shut up, shitbug. What I wanted to read, Kasuga, was a yucky essay that shows you as you are ! You buried your face in her tits, didn't you ?! Didn't you sniff her gym clothes and rub'em all over yourself ?! Aren't you a filthy fucking pervert ?! Aren't you, Kasuga ?!
Commenter  J’apprécie          20
Tu sais Baudelaire... j'ignorais que la voie du mal... était aussi difficile à suivre...
Commenter  J’apprécie          70
So ? How do you feel ? Kasuga, listen. I've felt antsy for a while now. It feels so hazy inside of it down here that I could scream. I'd like this whole world to just turn into shitbugs in that haze. I must be a pervert, too.
Commenter  J’apprécie          20
Souviens-toi que le temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup ! C'est la loi.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Shuzo Oshimi (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shuzo Oshimi
Pour vous occuper pendant le confinement, nous essayons de trouver différentes idées… Parmi elles, l'envie de vous proposer des contenus inédits, au format numérique. On commence avec "Kusakabe et moi", une histoire courte du très sulfureux Shûzô Oshimi ! On parle de ce projet dans le vidéo…
Cette histoire est à réserver à un public très averti, en raison de son contenu sexplicite. Mais si vous avez envie de l'acquérir, suivez le lien pour la commander : https://bit.ly/2UYpsbx
Pour lire "Dans l'intimité de Marie" au format numérique : https://bit.ly/39Bzuoo
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/ Notre site web : http://www.akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : chantageVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (153) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1519 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}