AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782842194642
240 pages
Éditeur : La Baleine (01/10/2009)
4/5   7 notes
Résumé :

Hiver 1910. Jean-Jacques Liabeuf, ouvrier cordonnier dans le quartier des Halles, est injustement condamné pour proxénétisme par des ripoux de la Brigade des moeurs. Il entreprend de laver son honneur par ses propres moyens : des brassards cloutés, une lame affûtée et un revolver. Il devient un légendaire " Tueur de flics " dont l'action d'éclat fera de nombreux émules, tout en gagnant la sympathie de la press... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  05 février 2021
Injustement accusé de proxénétisme par des ripoux de l'ex-brigade des moeurs, arrêté et condamné, Jean-Jacques Liabeuf, dit le Bouif, ouvrier cordonnier dans le quartier des Halles, décide de laver son honneur. Il se forge des brassards cloutés, s'arme d'un surin et entre dans la légende comme le « tueur de flics ». Yves Pagès relate cette affaire, ainsi que les campagnes de presse qui ont accompagné le procès, transformant un fait divers en mythe.
(...)
Yves Pagès restitue avec beaucoup de ferveur et de minutie, l'envers du décors d'une « Belle époque » où l'on trouve des confrontations sociales et des obsessions sécuritaires qui ne nous sembleront pas étrangères. Ce récit, au-delà de son intérêt historique (et littéraire), soulèvera bien des questions. L'impunité de la police, loin d'être nouvelle, n'est-elle pas finalement intemporelle ? La « haine anti-flic », que d'aucuns invoquent aujourd'hui pour justifier une interdiction de photographier les forces de l'ordre, n'est-elle finalement pas de bien moindre intensité qu'à d'autres périodes ? Si la vengeance pas plus que les recours juridiques ne permettent d'obtenir justice, comment faire ?
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Moumoute25
  22 février 2021
Gros coup de coeur que ce remarquable livre qui revient sur une des affaires judiciaires qui agita l'opinion publique sous la IIIe République, l'affaire Liabeuf dite de l'homme hérissé.
Jean Jacques Liabeuf " le Bouif" un brave ouvrier cordonnier parisien ,un prolétaire un peu naïf qui s'est amourache bêtement un jour de 1909 sur les trottoirs du quartier des Halles d'une fille de joie.
Dénoncé à la brigade des moeurs comme souteneur de la belle par le véritable maquereau de celle ci Liabeuf se fit arrêter et inculper à son grand étonnement.
Au terme d'un procès à charge expéditif il fut condamné à trois mois de prison.
A sa sortie Liabeuf fait le serment de se venger de cette machination ,des deux "agents en bourgeois" qui l'ont envoyé à l'ombre car interdit de séjour à Paris il sait que sans connaissances ni soutien ailleurs il ne retrouvera de travail et son statut social d'antan.
Avec soin , terré pendant des mois dans la zone des fortifications parisiennes parmi la population des déracinés,des interdits de séjour , il prépara sa vengeance libératrice qui un soir d'hiver 1910 s'abatit avec fureur sur un groupe de policiers à ses trousses.
Il savait ce geste irréversible,que la guillotine l'attendait au bout qu'importe il ne demordait pas de ce dessein funèbre et lava son honneur dans le sang à coups de surin, revolver et de brassards hérissés de pics de cuir qui lui vaudront son surnom d'homme hérissé.
Toute sa vie et sa mort désormais tourneraient autour de cette obsession.
Ce qui n'aurait pu être qu'un banal fait divers, une énième escarmouche sanglante entre apaches et forces de police sur le pavé parisien vira vite à l'affaire d'état et à la polémique nationale à l'affrontement idéologique et physique sous la pression des milieux radicaux de gauche, notamment des journalistes antimilitaristes de la Guerre Sociale qui virent dans cette affaire une nouvelle preuve des abus et brutalités récurentes des forces de police et dans Liabeuf un authentique martyre de la cause .
Un symbole de résistance à l'ignominie de la force publique pour une frange de plus en plus large de la population, à ceux qu'on appellera "les liabouvistes",les vengeurs de Liabeuf qui très tôt se levèrent notamment parmi la basse pègre et les voyous pour laver l'affront en défiant la police s'ajoutèrent au fil du temps une part toujours croissante de l'opinion publique française .La Guerre Sociale avait très bien manoeuvré.
Plus le temps passait,plus l'affaire senferrait dans ses evidentes limites plus l'opinion publique semblait se ranger aux côtés du pauvre bougre et de son innocence.
Une lutte pour la justice et la vérité qui animera aussi bien les rues que les médias et les prétoires durant l'année 1910 jusqu'en province,une époque de combats sociaux,moraux importants,une époque où l'antimilitarisme était de plus en plus virulent et les agents des moeurs montrés du doigt.
On était quelques années seulement après l'affaire Dreyfus pendant laquelle l'innocence d'un pauvre soldat avait été bafoué par la justice militaire et comme pour Dreyfus l'ampleur du débat public fut impressionnante .
Des meetings massifs aux prises de position des plus grands intellectuels et dirigeants politiques (ycompris nombre de dreyfusards) en passant par les manifestations et pétitions la France semblait vouloir se mobiliser pour éviter une nouvelle abomination judiciaire.
Jusqu'aux derniers jours de juin 1910 on espera une grâce du président Fallières le socialiste,l'abolitioniste...
Mais point de miracle il y eut, Liabeuf fut guillotiné,s'il ne garda pas sa tête il conserva son honneur.
Ce livre touchant lui rend un vibrant hommage,Yves Pages dans cette nouvelle réédition restitue parfaitement la dimension forte, tragique et complexe de ce fait divers pas vraiment ordinaire démontrant au delà du tragique destin d'un citoyen ordinaire l'ampleur de la récupération de cet acte criminel et son impact fort et marquant dans une société traversée alors par les combats d'idéologies,les luttes,les conquêtes...
Dans un style clair, pédagogique il rend parfaitement compte du cadre sociétal, idéologique, politique de l'époque sur lequel se construit ce drame humain et judiciaire..
Le récit est haletant,on en viendrait presque à espérer un dénouement heureux pris dans le tourbillon et l'escalade des faits tant l'innocence de Liabeuf nous emeut et l'engrenage dans lequel il est pris nous sidère. Il était important de remettre des mots justes et précis comme l'a fait Pages sur l'un des scandales judiciaires majeurs mais oublie de la IIIe République.La Belle Époque ne le fut pas, belle, pour tout le monde ce fut une époque marquée également par une vraie violence sociale.Un récit qui marque forcément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   10 mai 2015
Tant il est irréfutable que la police est la vérité de l’État - comme la bavure est la vérité de la police. Du moins les maîtres-polémistes de la Guerre sociale, le journal de Gustave Hervé et de Miguel Almeyreda, qui eurent le courage d'exiger haut et fort la grâce de Liabeuf, en étaient-ils persuadés.
Et avec eux leur nombreux public, ce lectorat ouvrier turbulent dont l'imminent carnage sacrificiel de 1914-1918 et l'industrialisation à outrance n'avaient pas encore achevé la domestication.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
stekasteka   12 février 2014
L'action se déroule en 1910. Les principaux protagonistes en sont : des policiers de la brigade des "mœurs", que les scrupules n’étouffent pas; un ouvrier cordonnier un peu marginal ayant à se venger de ces derniers, qui l'ont sali et meurtri; deux "gagneuses" des quartiers populaires du vieux Paris; des magistrats forts vindicatifs, eux aussi; un président de la République tout en tartufferie; deux ou trois publicistes rêvant de tout foutre en l'air; et une émotion populaire qui éclate à la fin : l'émeute au pied rebelle, poussant avec la main les pauvres devant elle ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
stekasteka   12 février 2014
Ce qui tient lieu de presse est libre d'attiser les haines stériles et d'exhorter à de vaines admirations, d'encenser la marchandise et de flatter les puissants - et d'exposer parfois les divergences qui opposent ces derniers entre eux ... On ne risque guère d'y lire que le geste d'un Liabeuf était non seulement compréhensible, justifié même, mais sublime, en ce qu'il répétait le bref dialogue entre certain policier et le cambrioleur anarchiste Duval :
-Au nom de la loi, je vous arrête !
-Au nom de la liberté, je te supprime ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   10 mai 2015
Pourvu d'un sens de la dignité proche de l'obsession, il avait trouvé, non sans raison, que le chapeau de "souteneur" était bien lourd à porter, d'autant qu'il se flattait de n'avoir jamais mangé du "pain de fesse". Or l’État - ses policiers véreux et ses juges gavés - l'avait publiquement accablé d'une condamnation pour proxénétisme, le jetant quelques mois dans une cellule pour en accentuer l'opprobre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   27 janvier 2021
Les prolétaires “conscients“ portent tous le noir du deuil ou de l’anarchie organisée, depuis qu’en mars 1883, le drapeau rouge étant banni en public, Louise Michel a hissé un jupon noir au bout d’un manche à balai au milieu d’un cortège de menuisiers en grève. Cette nuit-là, certains noctambules guillerets, carabins amateurs de farces macabres et dandys en goguette, apprendront à leur dépens que le peuple de Paris n’a pas pardonné à la bourgeoisie les massacres des versaillais. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yves Pagès (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Pagès
Un inventaire de statistiques improbables pour interroger l'emprise des chiffres sur nos vies, c'est ce que propose notre invité, Yves Pagès, écrivain et éditeur, dans "Il était une fois sur cent. Rêveries fragmentaires sur l'emprise statistique" (coll. “Zones”, La Découverte, 2021).
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2426 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre