AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020230690
Éditeur : Seuil (12/10/1994)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 19 notes)
Résumé :
« "Puis ils pénétrèrent dans l'autre monde." Ces quelques mots de Pascal Quignard indique clairement l'espace occupé par le livre : entre l'extrême réalisme du roman moderne, où chaque chose est nommée et désignée, et le flou du conte de fées; entre une France réelle, celle de la fin des années 190, datée jusque dans les moindres détails, et une France rêvée, où les bases américaines se confondent avec le souvenir des camps romains et les balades de Villon avec l'âp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  04 avril 2014


N°547 – Novembre 2011.
L'Occupation américainePascal QUIGNARD – Éditions du Seuil.
Marie-José Vire, fille du quincaillier-épicier de Meung sur Loire et Patrick Carrion, fils du vétérinaire de ce même village... Ils s'aiment depuis l'enfance, c'est à dire depuis les années 50. Ils sont allés à l'école ensemble, ont découvert ensemble le monde immédiat, c'est à dire les paysages de Sologne faits de terre et d'eau, l'eau de la Loire et celle du ciel, ont rêvé ensemble à l'avenir, se sont inventé des histoires où ils étaient les seuls acteurs, dans le décor d'une île sur le fleuve ...Seul leur amour les intéresse, mais c'est un amour d'enfant fait de peurs et d'imaginaire. Patrick est même devenu l'auxiliaire zélé du curé, mais cela ne dure qu'un temps... Dehors, c'est un autre monde, celui des adultes, de l'Histoire, des guerres et de leurs conséquences, de la politique intérieure et internationale. Que le monde autour d'eux soit en flammes ne les concerne en rien. Ce qu'ils voient se sont les troupes américaines qui occupent la France sans pour autant l'avoir vaincue. Avant, il y avait eu les Romains, Attila, Jeanne d'Arc et l'occupant anglais, les Allemands et maintenant les Américains ! Et Meug sur Loire, c'est aussi la ville qui avait jadis accueilli François Villon pour le mettre aux fers !
Cet autre monde, ils l'observent de loin, toujours ensemble et ce qu'ils voient c'est un camp protégé par des barbelés, une ville étrangère avec ses magasins, ses rites militaires, son drapeau... C'est pourtant un monde qu'on singe volontiers quand on est adolescent. On en adopte les coutumes, des rudiments de la langue, les cigarettes, les boissons, la drogue, la musique, les trafics, les voitures. Il fascine ce monde-là surtout quand le corps change, comme celui de Marie-José qui devient belle, désirable et intéresse un sergent Américain qui pourrait être son père ! Pour elle c'est un peu le rêve qui se dessine, loin de Patrick... Lui non plus n'est pas insensible aux charmes de Trudy, la jeune américaine mais il pense surtout au jazz, à la batterie et au groupe qu'il a formé au village. Pour lui, la vie immédiate c'est les photos de pin'up, la bannière étoilée, la bière, pendant que les adultes crient volontiers « Us go home » et craignent pour la vertu de leurs filles. Puis vient l'anniversaire de Patrick que chacun fête à sa manière avec, en contre-point la mort [« La mort est seule à arracher notre vie à elle-même »], la désintégration du groupe de musique, le bac qu'il faut passer, le départ définitif des Américains, l'incompréhension qui mine la famille de Patrick et sa vie à côté de Marie-José qui se décline sur le mode « Je t'aime moi non plus ».
J'ai peu goûté les dissertations philosophiques de Rydell sur la vie et la mort. J'ai lu ce livre paru en 1994 jusqu'au bout, davantage pour en connaître la fin que par réel intérêt. Ce dernier est venu pourtant, mais pas avant les vingt dernières pages. Même si le style m'a paru un peu sec, même si d'ordinaire je ne goûte guère les romans qui affectionnent le « happy end », cela m'a laissé un goût amer et pour tout dire je m'attendais à autre chose de la part de celui qui sera Prix Goncourt en 2002. D'ailleurs, mon improbable lecteur pourra constater que malgré la lecture que j'ai pu faire de quelques romans de cet auteur, je n'en ai guère été bouleversé.
©Hervé GAUTIER – Novembre 2011.http://hervegautier.e-monsite.com



















































Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarianneL
  25 avril 2013
A la fin des années 1950, Marie-José Vire et Patrick Carrion (dites « Pee-Cee »), un couple d'adolescents, sont fascinés par les USA et par les soldats américains qui se sont installés dans une base de leur petite ville de Meung-sur-Loire, ville où François Villon fut emprisonné au 15ème siècle.
L'adolescence est l'un des thèmes majeurs de ce roman – toutes les avancées et les empêchements de cette période de la vie - le corps, les convictions, les rapports aux parents, et la découverte de la musique, ici le jazz avec la batterie pour Patrick. L'adolescence, métamorphose qui détruit l'amour d'enfance de Marie-José et Patrick.
Le jazz est le deuxième grand thème du livre :
« Voir jouer du jazz fut une illumination... C'était l'exact contraire de la contention et de la prétention des concerts de musique classique qu'il avait pu entendre à Orléans. Patrick n'avait jamais imaginé que la musique pût être cela : une tristesse devenue corps ; un lien immédiat associant sur-le-champ ceux qui jouaient à ceux qui écoutaient comme s'ils formaient un seul corps ; une façon de respirer et de mouvoir tous ses membres ; une possibilité de prendre au mot le hasard d'un instant et de le ressentir de la tête aux pieds ; une façon de vivre plus intense. »
Et enfin les États-Unis, objet permanent de culte et de rejet.
Toujours un plaisir de lire Pascal Quignard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nath_A_lie31
  21 novembre 2013
Un titre très dénonciateur, et pourtant du jazz ! de la musique, des questions, et des adolescents qui apprennent à vivre !
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   04 avril 2014
La mort est seule à arracher notre vie à elle-même 
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pascal Quignard (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=58703&motExact=0&motcle=&mode=AND
PASCAL QUIGNARD
Vies, oeuvres
Agnès Cousin de Ravel
Espaces Littéraires
L'ouvrage met en lumière les liens qui unissent Pascal Quignard et ses créations, grâce à des rencontres, des entretiens et des documents d'archives. Ce livre veut étudier les vies de Quignard, de son enfance en passant par son succès en tant qu'écrivain, tout en ayant une volonté bio-bibliographique. On y trouve en effet une bibliographie complète des ?uvres de Pascal Quignard et de leurs traductions, ainsi que ses différentes collaborations avec des peintres et des musiciens.
Agnès Cousin de Ravel, ancien professeur de lettres, est critique littéraire. Elle publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées. Elle a publié plusieurs ouvrages dont en 2012 chez Hermann, et a co-dirigé en 2014 Les Lieux de Pascal Quignard chez Gallimard.
Broché - format : 15,5 x 24 cm ISBN : 978-2-343-13957-9 ? 15 janvier 2018 ? 300 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre