AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sylvie Granotier (Traducteur)
EAN : 9782869309609
222 pages
Éditeur : Payot et Rivages (02/09/1995)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Avec sa drôlerie et son ton jamais imité, Grace Paley met en scène les drames de la vie quotidienne dans le New York des années 60. Dans ce deuxième recueil de nouvelles, après Les Petits riens de Ia vie (Rivages, 1985) on retrouve certains personnages, en particulier Faith, l'alter ego de l'auteur, qui sera aussi présente dans son troisième recueil Plus tard le même jour (Rivages, 1986).
--Ce texte fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Malice
  29 août 2012
Ces nouvelles se situent à New York, des personnages anonymes dont la vie dérisoire et pathétique se dissout dans l'absurde dans le sordide aussi. Elle mélange les dialogues de rue que son oreille capte des voix, le commentaire intérieur. Les nouvelles sont à la fois tristes et drôles elles sont le reflet de la vie. Elle évoque les émigrants qui quittent leurs pays la Pologne, ou la Russie, fuient la misère, la pauvreté. Elle écrit surtout des nouvelles car elle n'a pas le temps en tant que femme de s'installer pour écrire des romans. Il faut qu'elle s'occupe des courses, de la cuisine, de son travail, de son mari, des enfants de son quotidien et donc elle a peu le temps pour elle pour écrire. Grace Paley par ses origines juive-russe est une remarquable conteuse avec un style qui fait mouche. Elle parle le yiddish. Ce tableaux d'Hopper qui a été choisi pour la couverture chez Rivage de ce recueil est très justes pour découvrir ces nouvelles. Cette femme est Grace Paley qui observe ses contemporains new-yorkais. Grace Paley est un peu la cousine de Cynthia Ozick toutes les deux juives new yorkaises passionnées par Henry James.

Lien : http://livresdemalice.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Lexpress   21 juin 2011
"Un titre qui dit bien son art de mettre en scène des gens qui nous ressemblent et d'introduire dans leur vie ce petit twist, ce décalage qui change tout." (Sylvie Granotier)
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Alice_Alice_   12 février 2012
(…). Et puis ma mère avait mis de beaux coussins partout, sur les lits, sur les chaises. C’était sa forme d’expression artistique : le soir, elle brodait ou bien cousait des bouts de coton fleuri en motifs extrêmement délicats sur de l’étamine ordinaire blanche ou bleue. Les femmes ont toujours utilisé ainsi les étoffes qui vivent et meurent en pièce ou en loques. C’est leur façon de dire : ici, c’est chez moi.
- Ouais, a dit Mme Luddy.
- Les hommes n’ont pas ce type de soupape. C’est pour cela qu’ils sont toujours à courir à droite, à gauche.
- Jusqu’à être soûls pour se coucher, a-t-elle dit.
- Oui, à plus grande échelle, on retrouve exactement le même comportement dans le monde entier. Ils commencent par faire quelque chose qu’ils démolissent ensuite et ils finissent par écrire un livre pour raconter comme c’était passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   22 octobre 2013
- Vivre-

On trouve toujours quelqu'un qui crie : "Donnez-moi la liberté ou je vous donne la mort" et on trouve aussi chez ses propres voisins des gens très raisonnables, des possédants, respectueux de l'Eglise, qui se boucheront les oreilles au bruit de la sirène, de peur d'être contaminés par les retombées. Il faut être borgne pour aimer et aveugle pour regarder par la fenêtre sa propre rue glacée. (p.7)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24fanfanouche24   22 octobre 2013
-Faith dans un arbre-

Juste au moment où j'avais un besoin pressant de parler sérieusement, de m' envoyer tout l'univers ainsi que ses occupants ou ne serait-ce que de badiner avec un intello qui sache traduire ma cordialité verbale en langue d'amour charnel, immortel, eh bien ! cernée par les enfants, j'étais réduite à l'oisiveté du jardin public de notre quartier. (p.11)
Commenter  J’apprécie          10
MaliceMalice   29 août 2012
J'ai vu mon ex-mari dans la rue. J'étais assise sur les marches de la nouvelle bibliothèque. Salut, ma vie, lui ai-je dit . Nous avions été mariés vingt-sept ans, ma remarque me semblait donc justifiée. Quoi ? Qu'elle vie m'a t-il dit. Sûrement pas la mienne.
Commenter  J’apprécie          00
MaliceMalice   29 août 2012
-Tu sais Faith, tout change avec le temps. C'est un pays étonnant . Tu peux faire cinq fois le tour du monde, tu ne trouveras pas l'équivalent. C'est varié, chaque fois différent : ça monte, ça descend.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Grace Paley (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grace Paley
Bande-annonce du film de Lilly Rivlin : Grace Paley: Collected Shorts (en anglais)
autres livres classés : historiettesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1460 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre