AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012319726
Éditeur : Hachette (20/01/2016)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 12 notes)
Résumé :
« J'ai jeté un coup d'œil à ma mère pour me rassurer.
Elle nous a fixés, mon frère Hazrat et moi, avec tant d'intensité que j'ai pensé que son regard de feu allait me transpercer le crâne.
— Soyez courageux. C'est pour votre bien !
Et alors, elle a dit quelque chose qui m'a gelé le cœur.
— Aussi mal que les choses tournent, ne revenez jamais. »

À seulement douze ans, Gulwali Passarlay fuit l'Afghanistan. Pour trouver asile,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  16 mars 2016
Rien qu'à lire le titre de vous livre, votre coeur se sert et les larmes de colère ou de tristesse commencent à se faire ressentir. N'ais-je pas raison ?
Gulwali Passarlay nous raconte son histoire. Une histoire qui nous semble peu commune, à nous autres, français bien ancrés dans notre routine. Mais une histoire qui est bien plus répandue que tu nous le croyons. En 2014, 23100 demandes d'asiles ont été déposées dans les 28 pays que comporte l'Union Européenne par des mineurs non accompagnés. A la fin 2014, 59 millions et demi d'hommes, de femmes et d'enfants ont été déplacés de force du fait des guerres. Des chiffres qui effraient. Des chiffres tellement énormes qu'ils nous paraissent irréels.
Dans ce livre, Gulwali Passarlay nous raconte sa traversée vers un monde meilleur. Sa mère a payé des passeurs pour le faire passer, lui ainsi que son frère Hazrat, de l'Afghanistan jusqu'en Grèce. Une traversée qui va s'avérer bien plus périlleuse et dangereuse que l'escomptait Gulwali. Mais malgré les obstacles, le jeune homme ne va jamais abandonner ; soutenu par ses nouveaux amis réfugiés, qui marchent ensemble vers un même but, Gulwali va faire preuve d'une force phénoménale pour un petit garçon de 12 ans.
C'est une épopée dangereuse que nous narre l'auteur - qui est également protagoniste. On se rend réllement compte des difficultés dont doivent faire face les réfugiés qui fuient leur pays en guerre. Ils sont malmenés, ils meurent de faim et de soif, ils vivent dans des conditions plus qu'insalubres et surtout, ils ne savent jamais ce qui peut leur arriver. En effet, ils remettent entièrement leur vie entre les mains des passeurs, payés par leur famille pour les faire arriver à la destination choisie sans jamais se faire arrêter par la police.
Le voyage est souvent énormément fatiguant et terriblement long. Avant que Gulwali n'atteigne son objectif final, il a dû rester presque un an sur la route, vivant comme une bête sauvage.
Malgré l'horrible histoire contée, Gulwali Passarlay nous permet d'accéder à des réalités merveilleuses. Tout d'abord, il nous raconte sa vie en Afghanistan, les traditions de son peuple patchoune, qui diffèrent radicalement de tout ce que nous, occidentaux, pouvont connaître. Leurs us et coutumes, leurs modes de vie... un nouveau monde nous est dépeint.
Puis, on se rend compte de la fraternité du peuple Afghan. Leur pays est en guerre ; les plus riches et/ou téméraires peuvent s'enfuir. Face aux difficultés qui se présentent à eux, ils vont se soutenir, tous unis contre l'adversité. C'est vraiment beau de voir que l'être humain reste soudé et immensément humain, malgré l'ignoble inhumanité dont il fait les frais.
Ce livre est vraiment un livre à lire. Alors qu'en ce moment même, la crise des migrants atteint son apogée, énormément de monde ne comprend pas pourquoi autant de personnes s'entêtent à fuir leur pays. Sachez que la guerre le leur oblige ; essayer de sauver sa vie, de courir vers un monde meilleur et préférable à une mort certaine en Afghanistan. C'est une très belle histoire, bouleversante, très humaine, qui apporte de nombreuses réponses aux questions que les Européens se posent en ce moment même.
Gulwali est un héros des temps modernes ; il a fuit son pays en guerre, a vécu durant 1 ans dans des conditions de vies déplorables, alors qu'il n'avait que 12 ans. Une histoire humanisante, remplie d'espoirs, qui fera réfléchir chacun de ses lecteurs.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
jaunedoeuf
  23 juin 2016
Ce livre est un témoignage re-mar-quable.
Le héros nous fait voyager à travers le monde et nous raconte ses bonheurs et ses malheurs, ses découvertes ... à l'age de 12 ans !
J'ai 13 ans et pour moi, savoir qu'un mec de mon age à accomplie tout ça c'est plus que héroïque. C'est pour cela aussi que j'ai aimé la façon dont Gulwali raconte son histoire ; c'est comme si c'était un copain qui me racontais une aventure incroyable.
Se livre nous révolte et nous sensibilise aussi sur le sort de millions de réfugiés, quelque soit leur pays ! Ses personnes qui après un long voyage vers l'Europe, finisse pour la plupart dans la misère et l'oubli...
Quelques fois la rage m'envahit car j'ai l'impression que je ne peut rien faire pour les aider.
En tout cas c'était le premier témoignage que je lisait et il m'a envoyé dans un merveilleux tourbillon de tous ces sentiments et émotions confondus. Ça m'a fait incroyablement du bien alors je suis prête à recommencer.
Si vous avez des témoignages à me conseiller , envoyez moi un message.
PS : pas trop difficile pour une jeune fille de 13 ans SVP
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlouquaLecture
  23 avril 2016
Un témoignage que l'auteur écrit plus comme un roman que comme sa propre histoire. Cela donne une dimension plus forte encore que si il se livrait simplement à nous les lecteurs.
Il n'a pas peur des mots, il dit les choses comme elles le sont, même chose lorsqu'il parle de lui, il ne se ménage à aucun moment.
Un parcours difficile pour un enfant de seulement 12 ans. Moi qui ai un fils de cet âge là, il a beau être très débrouillard et autonome, franchement je ne sais pas s'il pourrait avoir un tel parcours.
Une chose qui m'a frappée, c'est qu'il se souvient de tout, de chaque détails qui pourrait, au fil du temps, paraître futile. Dans cette "aventure", chaque chose a fait de lui celui qu'il est aujourd'hui. Cette force et ce courage nous démontre que quand on veut on peut, mais à quel prix ?
Gulwali a découvert les choses de la vie beaucoup trop à l'avance, des choses que l'on apprend une fois adulte. Cela forge le caractère, mais un enfant de 12 ans a autre chose à apprendre que la survie.
Un témoignage poignant, qui nous montre que face au pouvoir de l'argent, l'homme n'est qu'un numéro.
Une histoire dont on ne peut sortir indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TinkerbellsReadings
  31 juillet 2016
Depuis quelques temps, je lis de plus en plus de témoignages. Notamment car je me suis rendu compte que cela nous apporte beaucoup de choses, autant sur le plan sur le plan humain, que sur le plan de la connaissance de notre monde... C'était donc tout naturellement que j'avais demandé aux éditions Hachette de recevoir celui-ci. Je les remercie d'ailleurs pour l'envoi. J'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre, ce n'est pas un coup de coeur ; mais j'ai tout de même apprécié ma lecture.
Résumons un peu. « J'ai jeté un coup d'oeil à ma mère pour me rassurer. Elle nous a fixés, mon frère Hazrat et moi, avec tant d'intensité que j'ai pensé que son regard de feu allait me transpercer le crâne. ? Soyez courageux. C'est pour votre bien ! Et alors, elle a dit quelque chose qui m'a gelé le coeur. ? Aussi mal que les choses tournent, ne revenez jamais. » À seulement douze ans, Gulwali Passarlay fuit l'Afghanistan. Pour trouver asile, il traverse l'Europe, surmonte la faim, la maladie, la corruption, la cruauté des passeurs, la noyade à laquelle il échappe de justesse... Mais il fait aussi quelques rencontres formidables, glanant un peu de lumière dans ce cauchemar qui durera près de treize mois. L'histoire extraordinaire de Gulwali est celle d'un réfugié ordinaire, celle de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui, s'accrochant à l'espoir d'une vie meilleure, sont prêts à braver la mort. Une histoire indispensable.
Comme il s'agit d'un témoignage, je ne peux vous faire une chronique comme j'ai l'habitude de faire, c'est-à-dire : les personnages, l'intrigue... Je vais faire comme je le sens et j'espère que vous apprécierez.
Cette histoire est un pur témoignage de ce qu'a vécu Gulwali et on le ressent bel et bien à travers cette écriture. On ressent la terreur, la dureté des situations, on ressent toutes les émotions de notre protagoniste. Cela nous touche au plus profond de notre être. Pour nous français, on a cette impression d'irréel, cependant cela fait partie du quotidien de milliers de personnes tous les jours. Grâce à ce récit on prend conscience de ce qui se passe pour ceux qui fuient leur pays.
(suite lien ci-dessous)
Lien : http://tinkerbells-readings...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Transfuge
  15 septembre 2016
Un témoignage poignant sur le périple d'un jeune garçon afghan fuyant son pays jusqu'en Europe. Sa destination finale? L'Angleterre, dans l'espoir d'une vie meilleure. Ce récit quasi documentaire nous fait réaliser ce que vivent ces migrants au jour le jour: la faim et la soif, les dangers multiples, et surtout cet horrible impression de n'être qu'une monnaie d'échange pour des passeurs sans aucun scrupule. L'auteur nous révèle aussi son évolution psychologique, et psychique, le choc culturel auquel il est confronté, ses doutes et ses déclics. Une lecture salutaire, quoique difficile, à proposer à tous, notamment à ceux qui sont réfractaires à l'accueil de ces populations désespérées; peut-être ce livre les rendra-t-il plus objectifs?
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   11 mars 2016
L'amour n'est pas réellement quelque chose dont on discute en Afghanistan. Les familles passent des accords matrimoniaux fondés sur des critères sociaux ou tribaux ou même pour faciliter des accords commerciaux. Personne ne s'attend à être amoureux ni même ne désire l'être. On se contente de faire ce que ses parents exigent, et on s'arrange au mieux pour que son mariage marche - il le faut bien, puisque le divorce est interdit aux femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
AnalireAnalire   13 mars 2016
L'une des choses les plus étranges à propos de ce voyage, c'est qu'à chaque fois qu'un passeur, ou un chauffeur, nous donnait un ordre, nous le suivions. Que ce soit "Montez dans la voiture !", "Restez silencieux !", "Suivez-moi !", "Mangez ça !", "Rasez vous la barbe !", "Donnez-moi vos passeports !", nous obéissions, tout simplement. Sans poser de questions ni même vraiment réfléchir, nous remettions chaque fois nos vies entre les mains de parfaits étrangers. Nous n'avions pas le choix. Quand ils disaient "Venez !", nous autres, pauvres petites brebis perdues, il nous fallait suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AnalireAnalire   12 mars 2016
La vérité, c'est qu'en temps de guerre, les familles ordinaires telles que la nôtre sont condamnées à des choix difficiles : si vous vivez en paix avec un camp, vous vous faites un ennemi de l'autre, si vous tentez un geste d'apaisement vers le premier, le second veut savoir pourquoi. On ne peut pas gagner. Le mieux qu'on puisse faire, c'est de s'en tenir autant que possible à un juste milieu en essayant de contenter tout le monde. Ainsi assure-t-on au mieux la sécurité de ses proches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AnalireAnalire   12 mars 2016
J'étais en train de comprendre que les agents sont les représenttants de commerce du monde des passeurs. Ils doivent vous vendre de gros mensonges et de minces espoirs pour vous convaince de continuer à avancer, ce qui est dans leur intérêt parce que s'ils ne vous emmènent pas jusqu'à votre prochaine destination, ils ne sont pas payés. Ils vous diront n'importe quoi pour vous convaincre.
Commenter  J’apprécie          90
AnalireAnalire   15 mars 2016
Je m'imaginais courir jusqu'à un Français de haut rang et le secouer en exigeant des réponses. Ce n'était pas ma faute si je n'étais pas né en Europe. Mon pays était une zone de guerre - est-ce que cela me rendait moins vivant ?
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Gulwali Passarlay (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gulwali Passarlay
Gulwali Passarley : "Le message que je diffuse est très important"
autres livres classés : immigrantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
768 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre