AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782754811989
192 pages
Futuropolis (16/06/2016)
3.58/5   51 notes
Résumé :
Paris, de nos jours, dans la torpeur de l'été. Les sens sont en éveil, les corps exultent. Robinson connait la crise. Celle de son entreprise, celle de son couple. Son vidéo club est en perte de vitesse et sa petite amie le quitte. Il trompe l'ennui avec la gironde Amandine et c'est un fiasco. Son vieux père débarque après une énième scène avec sa femme, sa soeur s'inquiète de la disparition de son ado, Gaspard, qui aurait une maîtresse plus âgée. Or, la voisine de ... >Voir plus
Que lire après L'inversion de la courbe des sentimentsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 51 notes
5
1 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Robinson quitte en douce, aux aurores, le lit de la voluptueuse Amandine qu'il a rencontré grâce au site pechounkeum.com. Il flâne dans Paris avant de rentrer chez lui. Devant l'immeuble, il trouve Léa, son ex, impatiente de récupérer ses affaires. Un brin décontenancé de tomber nez à nez avec elle et son nouveau petit copain, il lui laisse les clés de l'appart' et va se boire un café dans le petit troquet d'en face, avant de rejoindre sa boutique de DVD. Là, il retrouve son employé, Mano, qui l'informe qu'un jeune garçon réclamait après lui. Pas le temps d'en savoir plus que débarque son père en proie à une nouvelle crise conjugale et foutu à la porte par sa femme. Robinson n'est pas au bout de ses surprises, notamment lorsqu'il apprendra que son neveu a disparu...
De son côté, Amandine retrouve son amie, Charlène, de retour de Lima, seule, son petit ami ayant décidé de rester un peu. Elle a pris une grande décision : elle veut retrouver son père...

Rien ne va plus dans la vie jusqu'ici paisible de Robinson. Entre les disputes de ses parents, la disparition de son neveu, son employé qui a d'autres projets et ses relations amoureuses tumultueuses, il risque d'être un brin bousculé. Robinson, un personnage terriblement attachant, avec ses failles et ses blessures. Autour de lui gravite une galerie de personnages à la fois émouvants, provocateurs, indécis ou meurtris. Jean-Philippe Peyraud passe d'un personnage à l'autre et d'une histoire à l'autre habilement pour, au final, aboutir à un album équilibré au scénario maîtrisé et aux situations surprenantes. Une chronique sociale douce-amère, pertinente et pétillante. Un récit choral frais qui fait la part belle aux sentiments amoureux. Graphiquement, un trait épuré et efficace et des couleurs acidulées qui servent à merveille cet album captivant et moderne.
Commenter  J’apprécie          532
Robinson, ses coups d'un soir, son vidéo-club qui périclite.
Mano, son copain-collègue qui n'ose pas le lâcher, tandis que sa petite amie le tanne pour ouvrir une boutique d'e-clopes.
La soeur de Robinson, en fauteuil roulant depuis un accident.
Le fils ado de celle-ci, qui a disparu avec une certaine F.
La barmaid du quartier, bonne copine, rien de plus, qui écoute les confidences.
Amandine, la fille aux seins généreux qui...
etc.

Beaucoup de personnages, un bel imbroglio dans leurs histoires qui se croisent. Heureusement, on parvient à s'y retrouver, même si certains visages se ressemblent un peu trop, ce qui nécessite quelques retours en arrière.
Moult rebondissements, pas forcément très originaux mais on se laisse surprendre. Des transitions habiles pour alterner les intrigues en brouillant les pistes quelques secondes, un dessin agréable - traits fins, nets et harmonieux, couleurs douces.

De quoi passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          350
Une chouette lecture, prenante et contemporaine qui se compose de diverses histoires qui se croisent autour du personnage central : Robinson.
C'est distrayant et on prend un réel plaisir à suivre cet imbroglio de personnages et de situations parfois un peu vaudevillesques même si il n'y a rien de vraiment original dans les rebondissements incessants des diverses lignes narratives.
Ce que je retiendrai avant tout de cette BD, c'est le graphisme.
En effet, j'ai trouvé le dessin franchement sympa et très frais. Les lignes sont stylisées, le dessin clair et bien régulier.
La mise en couleur audacieuse est juste splendide avec des tons majoritairement pastels posées en aplats contrastés parfois même en dehors des lignes de contour.
Dessin et couleurs apportent une réelle vivacité et donnent au scénario sa réelle originalité.
Commenter  J’apprécie          100
L'inversion de la courbe des sentiments représente une bd résolument plus moderne que celle des vieux Hergé et des tenants de la ligne claire. Une bd très mâture qui m'hésite pas à montrer le monde tel qu'il est dans ses multiples facettes. Les scènes dévoileront tout jusqu'au plus intime perversion. Il est justement l'antipode du one-shot sympathique ou du divertissement facile. C'est un peu comme un film de Woody Allen qu'il s'agit d'explorer pour découvrir ce qui se cache derrière la vie de tous les jours.

Le scénariste a une parfaite maîtrise du récit en se faisant entrecroiser 13 personnages qui ont des liens entre eux dans un Paris de nos jours avec par exemple la cigarette électronique en guise de mode. C'est pétillant, presque exaltant avec des dialogues qui feront mouche. le dessin est certes épuré mais il est beau car il fait ressortir tous les détails du décors en soignant également les personnages facilement reconnaissables. Rien à redire sur le fond et la forme; soulignons juste l'immense talent de Jean-Philippe Peyraud, l'auteur de ma série culte le Désespoir du Singe.

En conclusion, l'inversion de la courbe des sentiments ne laissera pas de marbre. Il s'agira également de l'inverser comme le chômage afin de se représenter ou bien de tricher sur les chiffres comme on peut tricher avec les sentiments. C'est dans la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          50
Pour Robinson, la vie n'est pas si rose que ça. Son vidéoclub ne fonctionne plus très bien, son ex petite amie vient récupérer ses affaires pour emménager avec son nouveau conjoint, sa soeur est à la recherche de son fils de 17 ans qui a fugué, son père débarque à Paris...Robinson est le personnage fil rouge dans cet album ou les histoires s'entremêlent !

Relations familiales, amitiés, plan cul sur internet, crise de l'emploi, amour...tout y est ! Cette bande dessinée pourrait être complètement foutraque et pourtant, il y a une vraie cohérence dans cet ensemble de situation toutes plus réalistes les unes que les autres. Toutes les générations sont présentes dans cet album et chacun pourra s'identifier je pense à un des personnages. Que ce soit l'ami qui veut démissionner, les copines qui se racontent tout, le grand ado qui tombe amoureux de quelqu'un qui pourrait être sa mère, celle en recherche d'identité, la rencontre qu'on n'attendait pas, les parents qui se séparent, on a tous à un moment ou un autre vécu de près ou de loin une de ces situations. le scénario est bien construit, ce qui permet à toutes les histoires de s'imbriquer sans perdre le lecteur.

Concernant le dessin, il est assez minimaliste, peu de couleurs et des traits francs et anguleux. Pas de fioritures, on va à l'essentiel pour suivre ces personnages.

Jean-Philippe Peyraud livre ici une histoire très contemporaine où chacun pourra se retrouver. Bonne lecture !

La musique qui a accompagné ma lecture, l'album Mona d'Emily Loizeau : ♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=ErSKeleo0g8 ♪♫




Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
ActuaBD
24 août 2016
Si les habitués s’installeront en terrain connu avec cette Inversion convaincante, les autres pourront avoir en tête l’éventuelle influence d’écrivains côtoyés depuis quelques années : Philippe Djian et Marc Villard. En parlant de tête d’ailleurs, celle du personnage principal évoque assez l’auteur lui-même...
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
09 août 2016
Sans retrouver la sensibilité de Il pleut ou l'universalité de Grain de Beauté, l'inversion de la courbe des sentiments n'en est pas moins touchant, juste et réussi.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
29 juin 2016
Un ensemble maîtrisé mais la poésie, que l’auteur convoque, ne réside que dans les situations (le personnage regarde le ciel, la Seine, les toits de Paris) et pas dans son univers graphique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
(devant un jeune couple sur le pont des arts)

Vous pouvez me dire ce que ça signifie ? Y a-t-il une explication sensée au fait de symboliser votre amour par un cadenas ? Une autre explication que le civisme bêlant et la bêtise crasse, je veux dire ! Qu'est-ce qui pousse des milliers – que dis-je - des millions de connards à célébrer leur amour prétendument unique de façon si moutonnière ?!! J'aimerais bien comprendre. Par un cadenas, qui plus est ! Un cadenas ! Pourquoi pas un boulet chaîné ou une entrave d'esclave ?! Une ceinture de chasteté, ça, ce serait drôle ! Ça, au moins, ce serait original ! J'attends. À quoi ça rime, ce rituel grégaire ?!
Commenter  J’apprécie          295
-Tu te rends compte qu'elle me jette comme ça, sans prévenir? Sans même me dire un mot!
-Y'a bien une raison.
-Je suis sûr que c'est ce René, du club de scrapbooking! Un seul homme pour trente nénettes dont les trois quart sont veuves. Il a trouvé le filon, le malin!
Commenter  J’apprécie          80
- Primo, à part le matelas et la chaîne hi-fi, tout appartient à Léa dans cet appartement, et elle pourrait les prendre que ça ne te regarderait pas, de toute façon!
Et secundo, c'est moi qui ne peux pas avoir d'enfant. Pas Léa.
- Alors ça, ça m'étonnerait! Y a pas de tireur à blanc dans la famille!!!
Commenter  J’apprécie          20
Robinson - Ah ! Il est là aussi, lui ... Alors, c'est pour de bon, tu pars vraiment dans la cambrousse ?
Léa - Eh oui. C'est encore la meilleure solution que j'aie trouvée pour ne plus te voir.
Robinson - Quand t'en auras assez de ne croiser que l'autre museau de tanche au milieu des champs de maïs, souviens-toi de m'oublier, s'il te plaît.
Léa - Je t'emmerde.
Commenter  J’apprécie          10
La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Jean-Philippe Peyraud (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Peyraud
Le crime parfait
autres livres classés : histoires croiséesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (72) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5157 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}