AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782080427915
320 pages
Climats (24/01/2024)
2.8/5   5 notes
Résumé :
Le manque est au coeur des relations humaines et de la pensée, de l’économie et de la recherche, du désir et de la quête, de l’attente et de l’espoir. Peut-on réellement s’en passer ? Qu’appelons-nous au juste « manque » ? Nous pouvons manquer d’une chose, nous pouvons manquer de sens, nous pouvons manquer à quelqu’un ou quelqu’un peut nous manquer.
Ce manque a trouvé son expression dans un terme devenu incontournable en marketing : le « sans ». Sans sucre, s... >Voir plus
Que lire après Vivre sansVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Je remercie la masse critique non fiction et les éditions Climats qui m'ont permis de lire ce livre qui me faisait de l'oeil depuis sa sortie.
À travers une relecture des philosophes de l'Antiquité à nos jours, Mazarine M. Pingeot retrace l'histoire du manque, du "sans". du néant au bonus, cette notion métaphysique a évolué cycliquement avec les courants de pensées jusqu'à devenir aujourd'hui une véritable valeur ajoutée dans le marketing. Bénéfice réel ou illusion ?
J'attendais ce livre dont le sujet est vraiment intéressant, mais je dois reconnaître que la lecture en a été assez ardue. Loin de la vulgarisation de plus en plus fréquente chez les philosophes qui mettent leurs sujets d'études à la portée des lecteurs lambdas, ici on est dans la philo pure et dure. Cependant, j'ai apprécié de (re)découvrir les écrits des grands philosophes et de réaliser que, sur ce sujet comme sur tant d'autres, l'homme moderne n'a rien inventé !
Commenter  J’apprécie          10
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique. Comme je n'ai pas fini de le lire, je fais ici une critique temporaire afin d'être dans les temps, je l'editerais plus tard.
Comme son sous titre l'indique, vivre sans est un livre de philosophie. J'avoue avoir eu très peur après la lecture de l'introduction et du prologue qui s'est révélée pour moi plus que ardue. Cependant, des le premier chapitre, cela se simplifié un peu.
Un peu en effet, car je ne suis pas du tout coutumière de ce genre littéraire et comprendre là où veut nous mener l'auteur m'a demandé de la concentration, de même pour retenir les différentes notions.
Cependant cette lecture s'avère tout de même très intéressante. L'autrice retrace comment est perçu le manque chez les philosophes depuis ceux de l'Antiquité : Aristote, epicure calicles jusqu'à nos jours., ce qui m'amène à réfléchir sur mon propre rapport au manque.
Pour le moment, je prends cela comme un cours de philo. Et je remercie babelio pour cette lecture ça il est sur que je n'aurais jamais entamé ce genre de lecture de moi même
Commenter  J’apprécie          00
C'est un livre que j'ai eu via la masse critique Babelio, j'étais très intriguée par ce roman assez philosophique, mais cela ne l'a pas fait.
Mais je vais quand même essayer de faire une critique constructive.
L'autrice explore cette sensation de manque, le manque de quelqu'un, de quelque chose, ou quelqu'un peut nous manquer.
Elle explore le terme "sans"devenu vraiment marketing.
L'autrice s'étonne que le "sans" soit devenu la norme de toute consommation.
Y a-t-il un sens à ce mot "sans" j'avoue moi être passé totalement à côté.
J'ai ailleurs terminé ce roman en diagonale.
Ce roman est, pour moi, une réflexion bien trop profonde sur le manque.
Ce roman pourrait, je pense, intéresser pour ceux qui étudient la philosophie, ou même la psychologie.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
Actualitte
14 février 2024
Auteure à ce jour d’une vingtaine de publications, elle vient de faire paraître un ouvrage pour le moins inattendu, Vivre sans (une philosophie du manque), incursion atypique dans le monde de la philosophie, mais dont les racines sont belles et bien contemporaines, même en puisant passionnément son inspiration chez les Anciens. Et pour cause ! Il en va d’une universalité bienséante apte à vaincre les soupçons.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeSoir
05 février 2024
Souvent, le manque nous angoisse et nous cherchons de toutes nos forces à le combler. Pourtant, comme le développe Mazarine M. Pingeot dans « Vivre sans », c'est de lui que naît la création.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
D'un côté, le vide, le "sans" sont devenus de nouveaux facteurs pathogènes (dépression, suicide, crise, angoisse), de l'autre, le "sans" est plus-value. Entre les deux, il est difficile d'entendre l'appel de la philosophie, et ce d'autant plus qu'elle a elle-même fait un sort au néant, au négatif, au manque, renfermant la question pour s'intéresser tantôt à l'être, tantôt au social.
Commenter  J’apprécie          10
(Chez rousseau) Le règne de l'apparente advient :
"Il fallut pour son avantage se montrer autre que ce qu'on était en effet. Être et paraître devinrent deux choses tout à fait différente [...]. D'un autre côté, de libre et indépendant qu'était auparavant l'homme, le voilà par une multitude de nouveau besoins assujetti, pour ainsi dire, à toute la Nature, et surtout à ses semblables dont il devient esclave en un sens, même en devenant leur maître."
Cette description est encore d'actualité : l'apparence et le désir insatiable non seulement de posséder, mais de montrer que l'on possède continuent d'être des principes structurants de notre société.
Commenter  J’apprécie          00
Or, dans la promotion du "sans", il y a une tentative de donner du sens, de faire montre au consommateur qu'en choisissant l'ascèse ( tout en consommant, bien sûr), il s'achète une éthique, il se purifie, il refuse le monde de l'excès et du gâchis. C'est bien cela qui est vendu dans le "sans", et pas seulement de l'absence : on vend une philosophie intégrée.
Commenter  J’apprécie          00
Il faudrait alors sortir le "sans" de sa logique marchande, et même du schème de décroissance, pour qu'il désigne à nouveau cet excès vers le rien qui troue l'immanence du monde.
Commenter  J’apprécie          11
Son ultime sagesse est de conclure qu'il sait qu'il ne sait rien.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Mazarine Pingeot (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mazarine Pingeot
Mazarine Pingeot, philosophe : "On n'arrive plus à penser le tragique à notre époque"
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (43) Voir plus



Quiz Voir plus

Mazarine Pingeot

Sa discrète mère, conservateur de musée, a travaillé longtemps dans un musée qui fête ses vingt-cinq ans :

Le Musée Grévin
Le musée d'Orsay
La Pinacothèque de Paris

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Mazarine PingeotCréer un quiz sur ce livre

{* *}