AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070109852
Éditeur : Gallimard (04/11/1980)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Wagner, histoire d'un artiste.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Arthur409
  25 avril 2019
Décidément la conférence sur Wagner à laquelle j'ai assisté au mois de mars a influencé mes lectures : non seulement elle m'a permis un rapprochement avec Hergé (voir ma critique du Secret de la Licorne), mais elle m'a incité à suivre une injonction du conférencier : « Je ne vous raconte pas la vie de Wagner, c'est un véritable roman que je vous laisse découvrir par vous-mêmes ». Belle occasion pour ressortir de ma bibliothèque cette biographie qui y dormait depuis… une bonne trentaine d'années !
Un ouvrage assez wagnérien par son ampleur (430 pages), et d'un abord qui m'a demandé quelques efforts : le texte a été publié en 1932, et le style de l'auteur paraît un peu désuet, quelquefois inutilement grandiloquent. Il est sans doute plus facile à aborder quand on connaît bien l'oeuvre de Wagner, et en particulier l'intrigue de ses opéras, car, à part pour « le Vaisseau Fantôme », celle-ci est supposée connue des lecteurs.
Cela dit, on reste rêveur devant les péripéties de la vie de Wagner : j'ai découvert que ce compositeur qu'on cite souvent comme le grand maître de la musique allemande a passé la plus grande partie de sa vie en exil, que ce soit en Suisse, à Paris (où son existence a été souvent difficile), et à Venise.
Il a fait preuve d'une extraordinaire ténacité, et aussi d'une grande conscience de son génie (parfois à la limite de la mégalomanie), pour créer à lui seul, sans l'aide de librettistes ou de metteurs en scène, un genre nouveau qui contrait l'opéra italien, lequel dominait l'Europe à ce moment.
Criblé de dettes pratiquement tout au long de sa vie, il a heureusement trouvé quelques personnes, comme Franz Liszt ou le roi Louis II de Bavière, pour croire en lui et le sauver financièrement.
Quant à ses amours, bien que très romantiques, elles sont par certains aspects surprenantes, ne serait-ce que par le fait que Wagner entretenait souvent de bons rapports avec les maris de ses conquêtes …
Le livre est très bien documenté, avec de nombreux emprunts à la vaste correspondance épistolaire de Wagner, et une bibliographie en fin de volume qui me paraît très complète, du moins à l'époque où elle a été rédigée.
J'en sais maintenant beaucoup plus sur ce compositeur dont je ne connaissais guère que le nom et les ouvertures de ses opéras : il est temps pour moi d'aller plus loin, et de monter à bord du Vaisseau Fantôme à sa prochaine diffusion sur Mezzo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Arthur409Arthur409   25 avril 2019
Aussi maintenant que la comtesse [Marie d’Agoult] rebelle et repentie expirait à Paris, dans sa famille légitime, la seule fille [Cosima] qui lui restât de ses libres amours ne pouvait-elle éprouver qu’une mélancolie passagère. Les forces qu’elle avait en réserve pour souffrir appartenaient à Wagner. Lui seul comptait pour elle, et l’heure approchait sans doute où il faudrait voir s’abîmer dans la mort le navigateur sans patrie. Il ne demeurerait de lui que son œuvre, sa gloire. Mais était-ce cela qu’elle aimait ? Non, ce qu’elle aimait, c’était cet homme assis sur la scène devant son âme déchaînée, dirigeant la longue bataille de ses passions ; cet artiste blanchi, ravagé, avec sa tête de vieux maître de la Renaissance, cet Adam court et formidable qui croyait en l’amour, en la douleur, en la pitié, en la poésie, ces abstractions qui font sourire les hommes, mais remueront longtemps encore les entrailles féminines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Arthur409Arthur409   25 avril 2019
Assurément n’y a-t-il pas de date plus importante dans l’histoire d’un artiste que celle où sa première grande œuvre prend contact avec le public, où son visage, jusqu’alors anonyme, se revêt soudain du sens que lui donnera la postérité. Argile indécise pourtant, que le Temps n’a pas achevé de modeler ; mais déjà le monde cherche dans cette figure contemporaine à se reconnaître et à s’aimer. Cet hésitant rayon éclairant la tête d’un homme hier inconnu, c’est l’investiture d’une dignité que va lui conférer la foule ; le signe dont elle le marque pour qu’il assume désormais la charge d’exprimer ses rêves et de fixer ses émotions. Sorte de fardeau mystique dont elle n’aperçoit jamais la tragique contrainte. Car, ou bien elle fera de cet élu l’instrument de ses volontés, et, lui ayant ravi les attributs de sa maîtrise, elle le rejettera vite à l’oubli ; ou bien, surprise par sa force, elle luttera durement contre celui-là même qu’elle a d’abord choisi, essayera de le plier à ses désirs, et n’acceptera enfin de se soumettre à lui que s’il consent à payer sa grandeur et sa solitude du prix de son bonheur. Mais ce long marchandage, c’est toute l’histoire du génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Arthur409Arthur409   25 avril 2019
Un jour que [son hôtesse] lui parle de l’avenir, [Wagner] dit avec agitation, en arpentant la chambre : « L’avenir ? Mais qui donc pourrait monter l’œuvre d’art que je suis seul – avec l’aide de mes démons – à pouvoir représenter ? Je ne suis pas fait comme les autres. J’ai des nerfs irritables. Il me faut de la beauté, de l’éclat, de la lumière. Le monde me doit ce dont j’ai besoin. Il m’est impossible de vivre d’un malheureux traitement d’organiste, comme votre maître Bach. Est-ce donc une folle exigence que prétendre à ces miettes de luxe dont j’ai envie, moi qui prépare à tant de milliers d’êtres de si fortes jouissances ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Arthur409Arthur409   25 avril 2019
Wagner et Nietzsche sont en face l’un de l’autre comme les habitants de deux planètes différentes qui se seraient découverts au télescope, auraient trouvé le moyen de se rejoindre pour se complimenter de leurs travaux et ne sauraient point que l’un des deux doit périr de la science de l’autre. Et ils sont en même temps comme un père et son fils, assujettis à des hérédités communes et remplis de cette pudique timidité familiale qui fait qu’ils se dévouent l’un à l’autre, se déjouent, se combattent et s’entraident sans apercevoir qu’ils se devinent trop pour accepter jamais de se comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Arthur409Arthur409   25 avril 2019
A la fin du mois, Wagner revient à Zurich. Le voici dans les dispositions intimes les plus favorables à la composition : des dettes pressantes, un compliqué projet de vente de ses opéras à l’éditeur Haertel, des agacements de toute sorte, sa maladie nerveuse et cinq années et demie d’accalmie créatrice suivies « d’une sorte de migration de son âme » au pays de la musique.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Guy de Pourtalès (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paulhan ; 8 et dernier
- Jean PAULHAN : Histoire de "Minna". La dualité des êtres. Son attitude devant l'inattendu. Anecdote sur Guy de POURTALES. L'aide apporté aux jeunes écrivains par la critique. L'amour de l'écrivain pour ses personnages. L'intérêt du premier mouvement en littérature. Remarques sur l'art d'écrire et la rhétorique, sur le bon style sur le surréalisme. Son intérêt pour les problèmes de...
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
799 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre