AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elyane Dezon-Jones (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080704702
497 pages
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)
  Existe en édition audio
4.58/5   65 notes
Résumé :
" Il fallait montrer que Pays et Etres perdent, quand on les approche, Balbec pour Pays et Guermantes pour Etres. " A la démythification des lieux dans A l'ombre des jeunes filles en fleurs, fait suite la démythification des personnes dans Le Côté de Guermantes I. Arrivé à " l'âge des mots ", le narrateur va se mettre en quête du nom d'écrivain et passer par une série d'épreuves initiatiques, l'amèneront à réviser ses théories sur l'amour, l'amitié, l'art et la mort... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lebelier
  19 août 2021
Habitant à Paris dans la même maison que la duchesse de Guermantes, Marcel va, dans cette première partie du roman, tenter de se rapprocher de cette femme qui le fascine, en l'épiant d'abord sur ses allées et venues, en entretenant les meilleurs rapports avec son neveu, Robert de Saint-Loup mais aussi dans le salon de Mme de Villeparisis.
Marcel rencontre donc toutes sortes d'aristocrates plus ou moins hypocrites, notamment autour de l'affaire Dreyfus dans laquelle son ami, Bloch, qui représente le juif cherche à deviner qui est dreyfusard ou antidreyfusard. Considéré par certains comme un étranger (le baron de Charlus) et préservé par d'autres qui n'osent prendre parti (le diplomate, M. de Norpois), le narrateur se détache de lui qu'il considère comme un égoïste manquant de tact. le propos est d'autant plus ambigu que l'auteur dédie cette oeuvre à son ami Léon Daudet dont on connaît les convictions.

C'est aussi le roman des désillusions sur l'amitié donc, mais aussi sur les rapports qu'ont les gens entre eux, cette politesse où craque parfois le vernis où les saillies de Mme de Guermantes contrastent avec la balourdise de son mari qui se croit supérieur. Ce sont conspirations de salon, sur la naïveté de Robert de Saint-Loup qui continue à entretenir une maîtresse qui le trompe et qui, d'après sa famille, l'amène à ses idées dreyfusardes. Pour le narrateur, il est clair que tous ces aristocrates ou ces parvenus sont tous antidreyfusards. On ne supporte pas plus le juif que les cocottes ou les anciennes cocottes: Mme de Guermantes s'éclipse de chez Mme de Villeparisis apprenant la venue de Mme Swann.

Restent cette sensibilité aiguë de Marcel, teintée d'animisme et de rêves éveillés son amitié plus qu'ambiguë avec Saint-Loup qu'il va rejoindre dans sa chambre de soldat, de même cette requête étrange que lui fait Charlus –personnage ô combien complexe dont l'antisémitisme paradoxal (il ne pense pas Dreyfus coupable envers la France vu qu'il le considère comme un étranger) ne l'empêche pas de dresser un portrait sans concession de l'aristocratie de son temps:
Ces sont les gens de mon monde qui ne lisent rien et ont une ignorance de laquais. Jadis les valets de chambre du roi étaient recrutés parmi les grands seigneurs, maintenant les grands seigneurs ne sont plus guère que des valets de chambre.

Est-ce un des traits de Léon Daudet ou figure-t-il plutôt dans cette amitié avec Saint-Loup?
Je me pose juste cette question en passant, n'étant en aucun cas un spécialiste.
Il veut donc «s'occuper» de lui, un peu comme un Pygmalion, il cherche à modeler sa statue. Mais on s'aperçoit bien vite que le personnage a quelque arrière-pensée lorsque tous deux croisent le baron D'Argencourt, autre jeune «mignon» du salon Villeparisis, visiblement jaloux de voir Charlus avec un autre.

Et puis il y a ces phrases incomparables, un vocabulaire qui explose, un vrai feu d'artifice verbal qui compense ces moments où justement le temps semble arrêté à la porte des salons, dans le quotidien des grands bourgeois désoeuvrés qui se piquent d'art et de politique.

Cette première partie s'achève avec la maladie de la grand-mère. Chacun essaie de se rassurer, les médecins – ici du Boulbon, ami de Bergotte donc admiré du jeune narrateur – explique les symptômes générés par l'imagination et les nerfs (tout comme l'auteur et son asthme?):
« Tout ce que nous connaissons de grand nous vient des nerveux. Ce sont eux et non pas d'autres qui ont fondé les religions et composé les chefs d'oeuvre. Jamais le monde ne saura ce qu'il leur doit et surtout ce qu'eux ont souffert pour le lui donner.»

C'est sur cette réflexion qu'il faut peut-être voir aussi une des clés –si tant est qu'il y en eût –de la Recherche. Souffrance et création chez les uns, plaisir et lecture addictive chez les autres.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ow
  16 octobre 2013
étonnant comme bon nombre voient seulement un milieu bourgeois et un temps révolu sans voir, sentir, deviner, s'apercevoir, se rendre compte, prendre conscience, réfléchir, au texte. Naturellement, y compris l'auteur de ces quelques mots frappés au clavier, bon nombre ne liront pas entièrement la recherche. Bon nombre l'entre-ouvriront à peine. Je ne pense pas qu'on puisse réduire la recherche à un classique à lire, à avoir lu, un de ces indispensables ornements culturels, un reflet d'un culture intégré par un esprit cultivé. Non, il en va, du moins, me semble-t-il, ainsi m'apparais la recherche, qu'une force de vie, une ligne de vie, parcours l'oeuvre. Une oeuvre abordable par tous. Une sorte d'universalité, rapport au développement d'une conscience au prise avec elle-même. le monde, la société, n'offrant qu'un terreau sur lequel, à partir duquel, non en vue duquel, une conscience se véhiculera. Je stoppe ici, sur une petite recommandation pour tous: arrêter d'adopter un ton pédant quand on évoque oralement et par écrit la littérature. Bien se souvenir qu'un écrivain cherchera toujours à rejoindre la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Chocolatiine
  28 août 2013
En finissant cette première partie du troisième tome de la Recherche, je m'aperçois que je commence réellement à m'attacher aux personnages, notamment au marquis de Saint-Loup et que je ne cesse d'apprécier de plus en plus l'écriture de Marcel Proust.
Le narrateur semble voir vieilli de plusieurs années depuis le tome précédent, A l'ombre des jeunes filles en fleurs, et est cette fois-ci amoureux de la duchesse de Guermantes. Il fait son entrée dans le monde, via le salon de la marquise de Villeparisis, alors que l'affaire Dreyfus secoue l'opinion.
Commenter  J’apprécie          50
DD78
  27 juillet 2013
C'est avec plaisir que j'ai retrouvé le jeune homme pâle et maladif, mais si fin et délicat, qu'est le héros de "A la recherche du temps perdu".
Ce qui m'a le plus surpris dans ce nouveau volume, c'est le changement de ton, frôlant même parfois le comique. Ah, ces délicieuses réparties tout au long de sa première sortie mondaine chez madame de Villeparisis ! Bien sur, on retrouve toujours cette délicatesse, cette profondeur et même souvent la poésie dans ses descriptions. Mais leur coté rébarbatif a partiellement disparu, pour laisser place à la rêverie.
Bref, le plus important, c'est qu'on ne s'ennuie pas, il y a de l'action, et l'on est plongé dans la haute aristocratie du faubourg Saint-Germain du début du XXème siècle.
Commenter  J’apprécie          30
VACHARDTUAPIED
  10 avril 2013
Le troisième tome d'A la recherche du temps perdu, le Côté de Guermantes, est de loin le plus volumineux. Il est celui qui marque la sortie de l'enfance
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ChocolatiineChocolatiine   23 août 2013
Une personne n'est pas, comme j'avais cru, claire et immobile devant nous avec ses qualités, ses défauts, ses projets, ses intentions à notre égard (comme un jardin qu'on regarde, avec toutes ses plates-bandes, à travers une grille), mais est une ombre où nous ne pouvons jamais pénétrer, pour laquelle il n'existe pas de connaissance directe, au sujet de quoi nous nous faisons des croyances nombreuses à l'aide de paroles et même d'actions, lesquelles les unes et les autres ne nous donnent que des renseignements insuffisants et d'ailleurs contradictoires, une ombre où nous pouvons tour à tour imaginer, avec autant de vraisemblance, que brillent la haine et l'amour. (p80)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChocolatiineChocolatiine   22 août 2013
Malgré les particularités individuelles, il y avait encore à cette époque, entre tout homme gommeux et riche de cette partie de l'aristocratie et tout homme gommeux et riche du monde de la finance ou de la haute industrie, une différence très marquée. Là où l'un de ces derniers eût cru affirmer son chic par un ton tranchant, hautain, à l'égard d'un inférieur, le grand seigneur, doux, souriant, avait l'air de considérer, d'exercer l'affectation de l'humilité et de la patience, la feinte d'être l'un quelconque des spectateurs, comme un privilège de sa bonne éducation. (p43)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChocolatiineChocolatiine   24 août 2013
Mais un souvenir, un chagrin, sont mobiles. Il y a des jours où ils s'en vont si loin que nous les apercevons à peine, nous les croyons partis. Alors nous faisons attention à d'autres choses. (p115)
Commenter  J’apprécie          150
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   10 avril 2013
« Hélas, eût
pensé Robert, est-ce la peine que j’aie passé ma
jeunesse à mépriser la naissance, à honorer
seulement la justice et l’esprit, à choisir, en
dehors des amis qui m’étaient imposés, des
compagnons gauches et mal vêtus s’ils avaient de
l’éloquence, pour que le seul être qui apparaisse
en moi, dont on garde un précieux souvenir, soit
non celui que ma volonté, en s’efforçant et en
méritant, a modelé à ma ressemblance, mais un
être qui n’est pas mon œuvre, qui n’est même pas
moi, que j’ai toujours méprisé et cherché à
vaincre ; est-ce la peine que j’aie aimé mon ami
préféré comme je l’ai fait, pour que le plus grand
plaisir qu’il trouve en moi soit celui d’y découvrir
quelque chose de bien plus général que moimême, un plaisir qui n’est pas du tout, comme il
le dit et comme il ne peut sincèrement le croire,
un plaisir d’amitié, mais un plaisir intellectuel et
désintéressé, une sorte de plaisir d’art ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChocolatiineChocolatiine   26 août 2013
Enfin, mon pauvre enfant, si cela vous amuse ! Pendant que vous irez à quelque five o'clock, votre vieil ami sera plus heureux que vous, car seul dans un faubourg, il regardera monter dans le ciel violet la lune rose. La vérité est que je n'appartiens guère à cette terre où je me sens si exilé ; il faut toute la force de la loi de gravitation pour m'y maintenir et que je ne m'évade pas dans une autre sphère. Je suis d'une autre planète. (p184)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marcel Proust (136) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Proust
Véritable encyclopédie visuelle consacrée à l'auteur d'À la recherche du temps perdu et à ses livres, le proustographe apporte, en près de 100 infographies, un regard inédit et moderne sur Marcel Proust, romancier adulé d'une oeuvre monumentale, à l'occasion du centenaire de sa mort.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Que savez-vous de Proust ? (niveau assez difficile)

De combien de tomes est composé le roman "A la recherche du temps perdu" ?

5
6
7
8

8 questions
476 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel ProustCréer un quiz sur ce livre