AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226242740
Éditeur : Albin Michel (03/01/2013)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 44 notes)
Résumé :
A seize ans, elle a déjà oublié la peur.

Rebelle et dangereuse, Wally Stoneman vit de menus larcins dans les rues de New York. Nul ne sait vraiment d'où elle vient. Elle-même n'a qu'un vague souvenir de son enfance. Jusqu'au jour où elle tombe par hasard sur des documents ayant trait à ses origines.

Eveillant ainsi l'attention d'un homme réputé pour sa sauvagerie : Alexei Klesko, un truand russe sur le chemin duquel les cadavres s'amonc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  26 avril 2013
Wally est d'origine russe. Elle a été adoptée très jeune et vit aujourd'hui dans les rues de New-York : en rébellion contre sa mère, elle a en effet fugué de son appartement luxueux. Elle vit donc de petites arnaques avec sa bande de copains. Mais un jour, par le plus grand des hasards, elle tombe sur une lettre de sa mère biologique et part à sa recherche, sans savoir que de graves dangers la menacent...
Un très bon thriller où les apparences sont parfois trompeuses. le rythme est effréné, sans temps morts : le lecteur pense avoir compris et puis... non, un rebondissement nous entraine sur une nouvelle piste !
J'ai apprécié le personnage de Wally qui est une ado mal dans sa peau, à la recherche de ses origines : elle est prête à tout pour savoir qui sont réellement ses parents biologiques mais elle est loin de se douter que cette quête va l'entrainer dans un monde de violence, de meurtres et de mafia russe. Elle n'a peur de rien, a les pieds sur terre et un certain code de conduite et est protectrice envers ses amis de la rue. C'est une fille bien, qui veut juste connaitre la vérité sur ses parents biologiques, mais à quel prix ?
Un roman qui m'a tenu en haleine du début jusqu'à la fin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Jumax
  11 décembre 2012
Wally jeune orpheline russe se fait adopter par de riches américains, cependant une fois devenue ados elle préfère vivre dans la rue, avec ses trois amis plutôt que dans le luxueux appartement de ses parents. Elle vit de petits larcins, jusqu'à ce qu'un jour elle tombe sur un dossier concernant sa famille biologique. Elle se lance alors dans une quête assez destructive pour trouver sa mère biologique.
Un livre pas palpitant mais qui se lit sans trop forcer. Une fois commencé on a envie de savoir la suite et elle est bien moins prévisible que ce que l'on pourrait penser…
Commenter  J’apprécie          150
Nicartz
  17 décembre 2016
Wally, qui s'appelait autrefois Valentina, est une orpheline russe. Adoptée par de riches New-Yorkais, elle recommence sa vie. Adolescente, elle se révolte contre le mystère concernant ses origines. Elle fugue et trafique, en compagne de jeunes aux passés cabossés : Ella, Jake et Tevin, avec qui elle entretient une relation amoureuse naissante. Un jour, la jeune fille reçoit une mystérieuse enveloppe. Dedans, elle y trouve des informations sur ses parents biologiques : une lettre de sa mère, des photos de son père, qui se révèle être mafieux. N'ayant pas encore idée des menaces qui l'attende, elle se lance alors à la recherche de sa maman ...
Tout d'abord, je tenais à dire que ce roman ferait un très bon film, qui, je pense, remportait, beaucoup de succès, mais ne sera pas trop apprécié par la presse. Je m'explique :
- Ce livre a tous les genres qui plaisent aux jeunes d'aujourd'hui. Ces genres déplaisent généralement les journalistes. On a donc un mélange d'action, d'espionnage, sur fond policier, humoristique à certains temps.
- Les descriptions sont réalistes. J'en ai déduis que ... c'est violent ! Et, étant jeune je le sais très bien, les adolescents adorent la violence.
- Les sensations fortes sont également un atout pour le succès d'un film.
- Au cinéma, on retrouve de plus en plus des adaptations d'un roman, d'une BD ... Et, oh ! c'est un scénariste américain (à qui l'on doit l'excellente série "Band of Brothers : Frères d'armes", où il a notamment gagné un Emmy Award pour son travail) qui a écrit "Dark Eyes".
- Pour compléter et finir, le cinéma adore les romans yound-adults et adolescents. Depuis "Harry Potter", première adaptation à succès mondial, a vu défilé une bonne dizaine de saga, qui ont, elles aussi, rejoint le Cercle des Adaptations. On peut noter "Hunger Games", "Divergente", "Le Labyrinthe", "Percy Jackson" ou encore le plus récent "Septième Fils" (issu de "L'Epouvanteur" de Joseph Delaney).
Ces "Dark Eyes" est, on peut le dire, un roman initiatique. Pour cause, le thème principal est la recherche de ses parents. Ou même plus large, ses origines.
Dès les premières pages, je me suis happé dans ce récit. L'action est d'hors et déjà présente et les rebondissement sont, dès le début, nombreux. L'histoire démarre au quart de tour !
De surprises en surprises, on se laisse emporter avec Wally dans sa recherche. On guette de nombreux retournements de situation ; j'ai toujours eu l'impression de connaître la fin. du moins, d'émettre certaines hypothèses. En vérité, non ! Jamais ! Et ce, grâce à ces rebondissements. La fin est complètement inattendue, et tellement imprévisible !
Concernant notre héroïne ; elle est courageuse. Certes. On sait qu'elle ne lâchera jamais l'affaire. Elle refuse d'attendre que quelque chose se passe. Elle ne veut pas rester passive. Mature et intelligente, elle est protectrice envers sa bande. Elle est honnête. Bref ! je vais m'arrêter là car avec ses quelques mots, j'ai plein de choses à dire !
Je n'ai justement pas aimé, voire détesté, ce sentiment de déjà-vu. Les héroïnes (ne m'en voulez pas, c'est juste que les filles reprennent un peu plus de place dans la société de maintenant, en commence particulièrement par les romans ...) veulent toujours agir, jamais attendre, même sans de nouveaux indices ! Elle disent toujours, du moins, c'est ce que l'on croit, la vérité. Etc. ... Moi, je dis : Stop ! Alors oui, vous me prendrez certainement pas pour un "lecturophile" mais moi, j'en ai assez de ça ! Pourquoi fait-on toujours des héros avec des qualités et jamais des défauts ?! Donc, oui, pour moi, tout ça, c'est du déjà-vu !
D'ailleurs, j'ai retrouvé cette sensation en ayant fini le roman. D'abord, l'histoire : l'auteur sort le "Grand Scénario Classique", qui parle d'une adolescente qui veut retrouver sa famille ("La fille secrète" de Shipli Somaya Gowda et "La longue quête de Nathalie" de Lois Lowry, qui sont tous deux beaucoup mieux).
Mon hypothèse, qui d'ailleurs, est sûrement vrai, est que William Richter a voulu écrire un thriller qui, pour lui, cartonnerait. Et bien, non ! Et je comprends pourquoi ...
Si le sujet principal est toujours juste, sans jamais d'écart ou de détails n'apportant rien à l'intrigue, le scénario est, quant à lui, vu et revu et re-revu etc. ... . Dommage car, comme dit précédemment, les filles prennent de la puissance et, par conséquent, le concept de mettre une adolescente en personnage principal dans un polar est original.
Autre point original du roman : le récit.
Ici, ce n'est pas la classique fin, où tout va bien, où les méchants meurent et les gentils finissent heureux. le roman est, à certains moments, tragique.
"Dark Eyes" est visé pour des adolescents principalement. Mais, honnêtement, je pense que des adultes aimant ce style de livre pourront l'apprécier. Peut-être plus que moi, je l'avoue bien.

POUR ce roman :
- véritable roman sombre, voire noir, pour adolescents. Tout est très bien construit, bien calculé. On sent que s'est écrit par un scénariste hollywoodien : à la fois mystérieux, violent, angoissant. Intriguant, quoi !
- mise en place très rapide. Dès le début, j'ai été emporté dans l'aventure de Wally.
- beaucoup de sensations fortes, de suspens et de retournements de situation.

CONTRE ce roman :
- scénario vu et revu des centaines de fois ! Petite particularité, que j'ai tout de même appréciée, l'introduction d'un personnage principal féminin dans un polar. C'est rare ça, non ?
- malgré quelques surprises, tout dans ce roman a déjà été fait.
Déçu.
Lien : http://lecturesdunsoir.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable
  05 octobre 2014
C'est rare de tomber sur un vrai roman noir (ou polar) pour adolescents. Celui-ci est très bien construit: mystérieux, angoissant, violent, intrigant... L'héroïne, Wally, est une Américaine d'origine russe qui a été adoptée toute petite. Elle est en fugue et en quête de sa véritable identité, deux situations qui la mettront plusieurs fois en danger (ainsi que ceux qui la côtoient). Peu à peu, elle découvrira que connaître ses origines met sa vie en danger et que sa mère biologique ne l'a abandonnée que pour la protéger. Cela dit, Wally est une héroïne de 17 ans très mature, forte, courageuse, téméraire et pourvue d'aptitudes que lui envierait un véritable espion. Je crois que ce roman va vraiment plaire aux jeunes.
Commenter  J’apprécie          90
jyrille
  21 août 2019
Aaah les vacances ! Vous avez attendu toute l'année sa détente, ses plages, son farniente au soleil, les apéros qui n'en finissent pas, les fous rires en maillot de bain et les parties de jeux avec les enfants. Comme toujours, vous avez délibérément ignoré ses péages, ses bouchons, ses queues au supermarché, les mômes qui s'embrouillent sur le siège arrière, le gars qui ronfle dans la rangée de l'avion derrière vous, les prix qui flambent et les moustiques.
Mais vous avez un autre problème en arrivant : votre ado vous demande comment regarder sa série favorite du moment. Or vous n'avez pas accès au site en streaming à votre location, ni même un réseau correct. Il va vous faire une crise et insidieusement vous pourrir votre quinzaine de tranquillité qui s'annonçait pourtant sous les meilleurs auspices et de fabuleux cocktails. Que faire ?
Jamais, au grand jamais, vous ne devez envoyer balader votre ado en mode "Lâche-moi à la fin, c'est les vacances, va jouer au ping-pong ou fais tes cahiers de vacances avec ton frère !". Cela précipiterait ses intentions à votre égard et vos pires craintes arriveraient avant même d'avoir pu défaire vos valises !
Non, par contre, vous pouvez toujours lui conseiller ce livre, Dark Eyes, pile poil pour lui, pour son âge, un roman d'aventures écrit comme une série télé, avec des incohérences physiques dignes d'un blockbuster de super-héros, une héroïne improbable, des atours de conte de fées, une histoire familiale semblant sortir de Game of Thrones, des raccourcis scénaristiques que l'on remercie vivement, une documentation tout à fait correcte et un univers de sdf propres jamais dérangeant. Bref, un succédané bienvenu qui vous permettra de faire la nouba du soir au matin et la crêpe toute la journée : il fait tout de même 320 pages !
Lien : http://www.brucetringale.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
Ricochet   15 février 2013
Ne nous y trompons pas : Dark Eyes est un roman d'action trépidant, musclé, parfois violent mais sans complaisance, et finalement d'une efficacité redoutable. [...] En effet, William Richter sait poser le détail juste, celui qui rendra d'autant plus crédible - et visuelle - cette histoire alambiquée et sans temps morts.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte   23 janvier 2013
Sans doute, Dark Eyes est un roman correct, assez prenant et certainement très accrocheur. Peut-être qu'un public ado s'y laissera plus facilement prendre...
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   24 mars 2018
Valentina se réveilla et découvrit Mme Ivanovna qui lui pressait doucement l’épaule.

– Chut, dit cette dernière, penchée au-dessus de son lit. Viens.

Son haleine sentait le thé sucré. Valentina sourit, à demi assoupie, et se leva en prenant soin de ne pas faire de bruit : les autres enfants dormaient encore. Avec l’aide de Mme Ivanovna, la petite fille enfila son peignoir, ses chaussons, et sortit du dortoir. Main dans la main, elles s’engagèrent dans le couloir du bâtiment principal tandis que la lumière de l’aube filtrait par les hautes fenêtres. Elles dépassèrent une étagère sur laquelle reposaient vingt pots en terre cuite, contenant chacun une fleur éclose ainsi qu’un prénom peint à la main : Aniya, Mika, Stasya, Youri…

Personne d’autre n’était encore levé – pas même Mlle Demitra, la cuisinière, et Valentina appréciait cette intimité partagée avec Mme Ivanovna. Elles atteignirent son appartement situé au bout de l’aile nord et y entrèrent, aussitôt enveloppées par des arômes de chocolat chaud, de blinis et de confiture d’airelles. Une petite table était déjà dressée près d’un poêle à charbon.

– Assieds-toi, Vally, dit Mme Ivanovna.

Valentina ne se fit pas prier. La vieille dame étala de la crème fraîche sur un blinis tiède et lui servit une tasse de chocolat chaud.

– Mange, ordonna-t-elle en s’installant en face d’elle.

Valentina se jeta sur son petit déjeuner et le savoura. Cela faisait la sixième fois que Mme Ivanovna lui offrait un festin, et à sa connaissance, les autres enfants n’avaient pas eu ce privilège. D’un air satisfait, la vieille dame la regarda manger puis débarrassa. D’habitude, elle lui racontait des histoires à propos d’une dénommée Yalena – Yalena Mayakova – qui selon elle était sa mère. Valentina comprenait mal qu’une parfaite inconnue ait pu être sa mère. Une mère n’était-elle pas censée tenir à son enfant ? Valentina n’avait aucun souvenir d’elle, ni d’une existence au-delà des murs de l’orphelinat. Où était cette Yalena ? Pourquoi l’avait-elle abandonnée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JumaxJumax   05 décembre 2012
"Quand elle se promenait seule dans Manhattan, elle sentait que la possibilité d'être libre existait. Plus d'une fois, elle s'était imaginée où elle irait si elle descendait au terminus et continuait au-delà."
Commenter  J’apprécie          150
JumaxJumax   06 décembre 2012
"Des barbelés délimitaient le périmètre, mais c'était surtout la vaste étendue sauvage et désolée qui retenait les hommes prisonniers. Et le fait de savoir qu'ils n'avaient plus leur place ailleurs."
Commenter  J’apprécie          150
sylvichasylvicha   27 juillet 2013
Klesko s'approcha de la fenêtre de la banque et plaqua sa figure contre la vitre. Son visage n'était plus qu'à quelques centimètres de celui de Wally. Sachant que le moindre mouvement risquait d'attirer l'attention du russe, le groupe ne bougeait plus d'un poil. Wally observa les prunelles anthracites de Klesko.
- Ochee chornya... chuchota-t-telle.
- Quoi ? susurra Ella. Qu'est-ce que ça veut dire ?
Les yeux noirs, songea Wally sans lui répondre. de la même couleur que les miens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pays_des_contesPays_des_contes   03 mars 2013
Wally aussi éprouvait ce besoin, et maintenant plus que jamais. Elle avait toujours cru être l’enfant non désirée de parents qui s’étaient débarrassés d’elle. Or, la lettre était la preuve du contraire. La petite Valentina avait été chérie.
Un détail lui traversa l’esprit. Claire n’avait jamais expliqué le choix du prénom Wallis, mais à présent, cela semblait évident : Wally était le diminutif de Wallis, et Vally, celui de Valentina, en russe. Cela se prononçait presque pareil. Pour Claire, cela avait été un moyen de lui offrir une douce continuité entre son identité russe et son identité américaine, de lui épargner une transition trop brusque. Si minime fût-il, Wally appréciait ce geste de la part de sa mère adoptive. Elle savait que Claire l’aimait et avait tout fait pour qu’elle puisse s’adapter le mieux possible à une nouvelle culture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : sdfVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1691 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..