AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782916390161
68 pages
Cent pages (16/10/2009)
4.64/5   11 notes
Résumé :
Jacques Rigaut est né le 30 décembre 1898. Étudiant en 1920, il rencontre Drieu la Rochelle, Cocteau et fréquente le milieu Dada. Ses premiers textes paraissent dans des revues d'avant-garde, Littérature notamment. Il continuera à publier de manière intermittente des aphorismes, des récits insolites dont l'Agence générale du suicide. Sa seule ambition littéraire fut de vouloir fonder un journal, Le Grabuge. Il épouse à New York une jeune américaine très riche, Glady... >Voir plus
Que lire après Le jour se lève ça vous apprendraVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ce livre qui paraît tout à fait ordinaire attire néanmoins l'attention par une particularité physique : il est transpercé, stigmatisé dans sa chair, de sorte qu'on peut voir à travers, et il y a une raison à cela…
Commenter  J’apprécie          131
Jacques Rigaut n'a jamais pris le parti de la vie. le roulis excentrique de son existence n'y adhérait pas. Il avait l'élégance chaotique et le dandysme poignant. A ses amis surréalistes – Tzara, Soupault…– il déclara...

Lien : http://www.denecessitevertu...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
La première fois que je me suis tué, c’est pour embêter ma maîtresse. Cette vertueuse créature refusa brusquement de [...] On me pardonne ce suicide quand on considère mon extrême jeunesse à l’époque de cette aventure.
La deuxième fois que je me suis tué, c’est par paresse. Pauvre, ayant pour tout travail une horreur anticipée, je ne suis tué un jour, sans conviction, comme j’avais vécu. On ne me tient pas rigueur de cette mort, quand on voit quelle mine florissante j’ai aujourd’hui.
La troisième fois… je vous fais grâce du récit de mes autres suicides, pourvu que vous consentiez à écouter encore celui-ci : je venais de me coucher, après une soirée où mon ennui n’avait certainement pas été plus assiégeant que les autres soirs. Je pris la décision et, en même temps, je me le rappelle très précisément, j’articulai la seule raison : Et puis, zut !
(Je serai sérieux…
page 12 – 13)
Commenter  J’apprécie          70
C’est bien commode, le suicide : je ne cesse pas d’y penser; c’est trop commode : je ne me suis pas tué. Un regret subsiste : on ne voudrait pas partir avant de s’être compromis; on voudrait, en sortant, entraîner avec soi Notre-Dame, l'amour ou la République.
Commenter  J’apprécie          30
Lettre : je vous entraînerai dans une solitude telle que la mort pourrait nous oublier. ◯ Vous serez mon bouclier contre tout le reste. Personne n’a idée de ma faiblesse - tout est la mort, tout est menace - le plus et le moins, tout. Vivre aussi terrible que mourir. Je me cache derrière vous. Quatre murs, et entre la porte et moi, vous. ◯ Je n’ai à vous offrir qu’un sort épouvantable. Vous êtes la femme sans rival. Fin du règne du superlatif qui chasse l’autre.
Commenter  J’apprécie          00
La deuxième fois que je me suis tué, c’est par paresse. Pauvre, ayant pour tout travail une horreur anticipée, je me suis tué un jour, sans conviction, comme j’avais vécu.
Commenter  J’apprécie          10
Drieu dans son hommage posthume confirmera ce goût pour l’atavisme : «Tu étais sans défense contre les hérédités. (...) Tu trébuchais dans ton cordon ombilical.»

[Extrait du livre Le suicidé magnifique de Jean-Luc Bitton, dont une partie du texte sert d’introduction]
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jacques Rigaut (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Rigaut
Jacques RIGAUT – Le Suicidé magnifique (France Culture, 2020) L’émission « La Compagnie des auteurs », par Mathieu Garigou Lagrange, diffusée le janvier 2020 sur France Culture. Invité : Jean-Luc Bitton pour sa biographie du poète.
autres livres classés : DadaïsmeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3595 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}