AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782375745533
320 pages
Collection Infinity (23/05/2018)
4.27/5   31 notes
Résumé :
Lectrice acharnée, boxeuse à ses heures perdues et lycéenne à peine studieuse... Abélia se sent en décalage avec les jeunes de son âge.Heureusement pour elle, sa nature discrète lui permet de rester à l'écart de l'agitation de ses camarades. Et surtout, loin des problèmes.Le jour où M. Valverde, son nouveau professeur de littérature, arrive au lycée, Abby est certaine qu'entre eux le courant ne passera pas. Mais au contraire, cette rencontre l'électrise et le contrô... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,27

sur 31 notes
5
13 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

Roman_eBVB
  15 octobre 2018
Et si l’on prenait une minute pour s’arrêter sur un tout nouveau roman âgé d’à peine quelques mois, Puisque C’est Ma Rose ? 😃
« Éclore » est le premier tome d’une saga nommée Puisque C’est Ma Rose, écrite par Jade River. J’ai encore du mal à ne plus l’appeler Katt Evans, pseudonyme sous lequel je l’ai connue à l’époque où ce livre faisait ses premiers pas sur la plateforme littéraire Wattpad 😂 Déjà à l’époque, le tout premier chapitre mis en ligne m’avait grandement séduite à bien des niveaux, mais je peux vous dire que ce sentiment perdure et s’est définitivement ancré une fois la dernière page tournée ☺
Si je devais vous le résumer avec mes mots, je dirais ceci : Abélia Rhodes est une lycéenne dont l’esprit, nourri à la littérature et la combattivité que lui permet d’exprimer son amour pour la boxe, lui semble en décalage avec les autres jeunes de son âge. De nature assez discrète, elle parvient assez adroitement à éviter de s’attirer des problèmes. C’est sans compter sur l’arrivée de son nouveau professeur de littérature, Monsieur Valverde, dont la nature secrète et intrigante l’électrise au point de la pousser à bien des remises en question. Ils tenteront tous deux de garder leurs distances malgré la perte du contrôle de leurs émotions qui se profile à l’horizon…
Le plus difficile va être de m’exprimer sur plusieurs détails sans rien spoiler, mais rien n’est impossible ! 💪 Commençons par les personnages : il est rare de trouver de nos jours des protagonistes aussi complexes et réfléchis. L’auteure, loin de tomber dans le piège de la simplification d’une entité, que l’on pourrait justifier trop simplement par l’argument de son jeune âge, apporte un soin tout particulier à leur tisser une toile de fond solide et leur conférer la véritable complexité d’esprit et d’âme que chaque individu porte en lui, et qu’exacerbe tout particulièrement l’adolescence.
Rien qu’Abélia est toute une œuvre complète et complexe à elle seule. Issue d’une famille dont le schéma classique s’efface au profit d’une originalité encore peu usitée dans la littérature de notre génération, Abby se construit sous nos yeux, tout en nous révélant progressivement des fragments de son passé qui éclaire notre esprit sur son évolution. Les limites s’effacent progressivement, et l’on plonge avec elle dans son abîme de sentiments et d’émotions, sans chercher à se raccrocher aux bords que délimitent des repères tout-faits bien inutiles.
Pour ne rien révéler, je ne pourrais approfondir sur chacun des personnages qui interviennent, mais je ferais une petite exception pour Noah. Cet ami d’Abélia a immédiatement su provoquer mon profond attachement pour lui. À moins d’être incapable d’éprouver de l’empathie pour lui, il est bien difficile de ne pas en arriver à cette conclusion. Sa complexité et ses nuances en font quelqu’un de très spécial. C’est au travers de sa propre histoire et la manière dont elle s’entremêle avec celle d’Abélia que l’on renoue véritablement avec la définition d’amitié, de compréhension, de limite et d’amour.
Le style de l’auteure a indéniablement eu un impact sur la lectrice que je suis. C’était déjà le cas à l’époque où je l’ai découverte, mais avoir pu conclure cette lecture me laisse encore plus songeuse – de la meilleure manière possible – sur la question. La façon dont Jade nous fait entrer dans le récit est tout en dégradé, et c’est très appréciable. Les informations arrivent toute en douceur, sans que l’on ait non plus à courir après pour les obtenir.
Le plus frappant est cette impression dès les premières pages d'un plan cinématographique, comme si une caméra partait du tableau d’Albrecht pour dézoomer progressivement, révélant les différentes "couches" du personnage principal. Celle-ci a su me toucher, d’autant que je nourris cette impression de me retrouver en elle : une fille capable d’analyser un tableau pendant des heures, de s’abîmer dans des réflexions sur des sujets littéraires, qui écoute de la musique pour relâcher la pression, qui passe ses vacances à lire. Beaucoup pourront s’identifier à elle, d’ailleurs, mais la manière dont elle est décrite et réfléchit me parle vraiment. C'était à peu près en ces mots que je m'étais déjà exprimée à l'époque à la suite de la lecture du premier chapitre 😇
Une des grandes forces du récit, c’est aussi la manière dont on apprend à aimer les défauts de chacun. Si tout le monde semble bien gentil de base, chacun a ses failles, ses moments durs et surtout, chacun évolue et change à mesure que les situations se succèdent. C’est très intéressant à voir, bien plus proche de la vérité qu’on ne pourrait l’imaginer et la cohérence s’en ressent grandement.
Enfin, le dernier point que j’aimerais soulever et qui me semble faire partie intégrante de la force du récit, ce sont les sujets de société abordés. Et non pas de la manière conventionnelle à laquelle nous sommes habitués. Ce n’est pas une leçon de morale à chaque ligne, un jugement émis de la part de quelqu’un qui a un avis qu’il estime être le bon, le seul. C’est une invitation à l’acceptation, au lâcher-prise, à l’envie de voir plus loin que le bout de son nez et un doigt d’honneur aux qu’en-dira-t-on. C’est l’envie de ne pas se focaliser sur un seul problème, puisque que, comme dans toutes les destinées, il n’en existe pas qu’un mais toute une batterie qui nous poursuivent – et qui ont d’ailleurs une fâcheuse tendance à se réunir pour faire la ronde autour d’un feu de joie dont on se passerait bien 🙄
Si on plonge avec Abélia dans le terrier sans fond du lapin, que poursuivait jadis Alice et qui n’est autre que la projection des épreuves qu’elle enchaîne, c’est un voyage dont on ressort grandi. Certes, les émotions négatives sont de mise, mais on se concentre tout au contraire sur la beauté des réflexions et des sentiments d’Abby.
Cela n’est peut-être que mon interprétation personnelle de la chose, bien sûr 😏 Tout comme Monsieur Valverde, je suis moi-même partisane « des théories qui veulent que l’auteur n’ait qu’une responsabilité consciente mineure de ce que nous tirons de son œuvre ». « Et qui dit lecteurs, dits interprètes ».
Ayant conclu sur le fond, je vais m’attarder sur la forme, à présent. Quand Jade nous a annoncé via la plateforme Wattpad qu’elle allait être éditée, au-delà de la joie que m’a apportée cette bonne nouvelle, une appréhension m’est venue : à quoi allait ressembler la couverture ? Comment trouver le visuel parfait pour ne pas trahir l’histoire et lui rendre hommage ? Eh bien, je dois dire que je n’ai pas été déçue ! 🤗
Je me souviens avoir pensé que la couverture était très équilibrée et tout simplement jolie lorsqu’elle a été mise en ligne, mais de pouvoir tenir le roman entre mes mains, je n’en suis que plus convaincue. Le grain du papier n’a pas cet aspect complètement lissé de la plupart des livres vendus sur le marché, il a une texture particulière qui conforte cet aspect tout à la fois ancien et moderne. Il y a un raffinement certain dans l’arrière-plan choisi et la police du titre renvoie à une image aussi florale que romantique, sans tomber dans la côté gnangnan que l’on pourrait trouver à la chose. Le bandeau de la Collection Infinity ne gâche rien et se retrouve même en parfaite harmonie avec le reste de la couverture, rappelant le code couleur adopté et respecté de bout en bout.
‍Il en va de même pour la quatrième de couverture, elle nous plonge directement dans le monde de ce récit. C’est comme une porte vers un univers alternatif où les couleurs sont plus douces, les sentiments plus profonds, l’ambiance plus propice au calme le plus plat comme le plus grand déchaînement d'émotions. Le résumé remplit très bien son office, dévoile ce qu’il faut pour attirer sans trop en révéler, tout ce que l’on demande à un bon synopsis 💁
Concernant la présentation intérieure, rien à redire. J’apprécie grandement la police utilisée et cette impression de pages bien remplies, que confèrent les marges plus étroites que la moyenne. Mention spéciale aux liserés qui encadrent notre lecture et qui nous maintiennent bien plongé dans l’univers de celle-ci, j’ai adoré ce soutien visuel. La lecture n’en reste pas moins aérée par la taille idéale des chapitres, qui apporte des pauses bienvenues pour reprendre notre souffle.
En somme, cela a été un véritable plaisir de pouvoir enfin lire les derniers chapitres qui me manquaient depuis tout ce temps pour conclure ce premier tome. Une chose est sûre, j’ai hâte de découvrir la suite de Puisque C’est Ma Rose 😉
.
🌹
.
Le petit mot de la fin 🖋
Ce retour sur « Puisque C’est Ma Rose Tome I : Éclore » n’est que le fruit d’une appréciation générale de la lectrice perdue au milieu d’une foule de tant d’autres que je suis. Les remarques, positives comme négatives, qui y sont établies ne sont que le reflet de mon avis personnel sur la question et ne sauraient s’autoproclamer références en la matière ☝
N’hésitez donc jamais à ouvrir vous-mêmes ce livre pour vous en faire votre propre avis et si je ne pouvais vous donner qu’un conseil, terminez-le quoi qu’il en soit, afin d’avoir toutes les cartes en mains pour vous prononcer sur la qualité de celui-ci dans son intégralité 😉
N’oublions jamais qu’un roman dont la lecture ne nous prend que quelques heures représente en réalité des mois de travail acharné de la part de l’auteur, qui a mis une importante part de lui dedans et qui a pris le risque d’exposer son bébé au reste du monde 💚
Lien : https://www.facebook.com/Eve..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marlene_lmedml
  19 mai 2018
OH…Mon…Dieu ! *En mode Janice dans Friends*
Avant même de commencer ce roman, j'étais amoureuse de la couverture qui est vraiment magnifique. Comment ne pas succomber face à une telle tentation. Forcément, j'avais été séduite par le résumé… Sur le papier, l'histoire peut vous faire penser à une énième romance interdite entre un prof et son élève ! Je vous arrête tout de suite, [Puisque c'est ma rose] a sa propre identité, cette romance ne vous fera penser à aucune autre… Je vais essayer de vous livrer mon ressenti de la meilleure manière possible, mais cela va être dur tellement j'ai aimé ce moment de lecture.
Le résumé est une perfection, il en dévoile suffisamment pour vous donner envie de vous laisser tenter en laissant planer le mystère sur les tenants et les aboutissants de l'histoire d'Abélia et Mr Valverde. Ce premier opus se termine sur un joli cliffhanger que j'avais vu venir mais qui nous laisse penser que la suite sera riche en rebondissements et en interactions entre les personnages.
Vous allez vivre une histoire hors du commun aux côtés d'Abélia et d'une multitude de protagonistes qui ne manqueront pas de vous émouvoir. Abélia, notre héroîne à une personnalité en décalage avec les jeunes de son âge. Lectrice compulsive et boxeuse à ses heures perdues, Abélia peine à trouver sa place dans un monde qu'elle ne comprend que peu la plupart du temps. Elle se réfugie dans ses lectures et ses activités extrascolaires pour se sentir un peu plus en phase avec sa réalité mais tout son univers va se retrouver sans dessus dessous avec l'arrivée de Mr Valverde son nouveau professeur de littérature, une matière qu'Abélia apprécie particulièrement mais les premiers contacts avec son professeur lui démontrent que le courant risque de ne pas passer entre eux… Pourtant, au fil du temps leur relation va changer et apporter un vent de fraîcheur dans la vie de notre héroïne. Petit à petit, Abélia va sentir ses sentiments évoluer, Arthur Valverde la comprend mieux que personne, elle se sent libre avec lui dans leurs échanges littéraires. En proie à l'évolution de leur relation, nos héros vont tout faire pour taire leurs sentiments, mais pourront-ils lutter longtemps contre leur attirance indéniable ?
Si le thème central de ce roman est le lien interdit qui se tisse entre Abélia et Arthur, vous verrez que ce premier opus est très riche en terme de rebondissements et que l'auteure nous propose un récit qui met en scène de nombreux personnages sans jamais perdre le lecteur dans le fil conducteur de l'histoire. Vous allez faire la connaissance d'Abélia, le roman est narré de son point de vue, vous allez apprendre à la découvrir, c'est une jeune femme en proie au doute, elle navigue dans un univers où elle se sent étrangère et incomprise. Elle a la chance de pouvoir compter sur ses deux papas et une bande d'amis fidèles. J'ai adoré Abélia pour tellement de raisons, c'est une héroïne captivante et inspirante. Elle se sous-estime, elle n'a que peu confiance en elle mais cela ne la rend pas agaçante pour autant car sa façon de réfléchir est assez complexe, on ne peut que comprendre ses tourments et lorsqu'elle s'aperçoit qu'elle a des sentiments pour son professeur cela renforce encore la complexité de son personnages. Voulant lutter contre ses émotions, Abélia va ouvrir les yeux sur sa vie, sur ses choix et ses options. Je pense que vous ne pourrez que vous attacher à elle tellement elle est intelligente et unique. Elle est très proche de ses deux papas, et j'ai adoré la relation qu'elle entretient avec eux. Malgré les préjugés des gens, Abélia à un cocon familier très sain et elle s'épanoui grâce au soutien de ses pères. Arthur Valverde, notre « héros » est aussi un personnage très difficile à déchiffrer, il est singulier et assez spécial. Vous allez le découvrir tout au long du récit, il reste très secret du fait que l'on a pas ses pensées, mais on perçoit très bien la manière dont il lutte contre son attirance pour Abélia. Arthur est un personnage magnétique, son apparente froideur m'a tout de suite stimulée, j'avais envie d'en savoir plus sur lui. de connaître tout de lui 🙂 Ses échanges avec Abélia m'ont passionné, je dois dire que c'est un homme qui sait mettre les autres en confiance, il est d'une bienveillance sans faille et cela joue vraiment en sa faveur.
Les personnages secondaires ont un rôle déterminant dans l'histoire car l'auteure prend le temps de nous narrer leur propre histoire ce qui rend vraiment le récit hyper dynamique et captivant. Je me suis bien sûr attachée à eux de manières assez différentes. Vous allez vivre la vie de Noah, de Zoé, de Joleen et de Louen. Ils font tous partie de la bande d'amis d'Abélia. Je ne doute pas que vous détesterez Ophélia et Romain ^^
L'intrigue ne se limite pas qu'à la romance interdite entre Abélia et son professeur, cela serait bien trop réducteur pour qualifier l'intrigue. L'histoire est hyper complète, vous allez vraiment vous sentir investis dans la vie de nos personnages, vous allez vivre leurs joies et leurs peines. Dès la premières page, j'ai été scotchée par la teneur du scénario. La construction du récit est intelligente, inspirante, lyrique et poétique avec un côté abstrait que chaque lecteur pourra s'approprier. J'ai été bluffée par l'écriture, la plume et le style de Jade River. Je me suis sentie happée par son histoire, me nourrissant de chaque thème soulevés par la vie de tout les protagonistes. Les liens entre les personnages sont travaillés avec soin, rien n'est laissé au hasard, je vous assure que si ce premier opus est assez court, il n'en reste pas moins hyper complet. Là où l'auteure se démarque c'est dans la naissance de la romance, aucune précipitation, nos personnages sont crédibles et cohérents, ils ne sont pas dans l'impulsivité mais toujours dans la réflexion. Et pourtant, ils luttent contre leurs sentiments naissants, j'ai adoré le rythme et l'ambiance de ce roman, tout simplement parce que tout semblait réel et super bien maîtrisé à tous les niveaux.
Jade River met en lumière des thèmes actuels qui donneront matière à réflexion. Chaque thématique est exploitée avec beaucoup de finesse. Jade River nous parle d'homosexualité, de drogue, de maladie, de deuil, de relation interdite, de différence d'âge et tout cela dans un récit qui est ponctué par des références littéraires et philosophiques qui rendent l'ensemble très intéressant. Je n'ai eu de cesse de me transposer dans le personnage d'Abélia et ce fut vraiment stimulant. Abélia n'est pas une jeune femme comme les autres, elle n'est pas irréfléchie, irresponsable et elle a su me toucher.
Ce roman nous ouvre les yeux sur beaucoup de sujets, j'ai été véritablement surprise par le côté très profond de l'histoire. Il faut savoir qu'il s'agit d'un premier tome et que l'auteure pose clairement les bases d'une saga très complète en terme de sentiments, d'émotions et d'interaction entre nos protagonistes. La psychologie des personnages et des sentiments est tout aussi bien développée. Ce roman se veut porte parole d'un message de tolérance, la différence à la part belle et j'ai adoré cela.
La romance est dans l'air, Abélia va être aux prises avec ce qu'elle ressent pour son professeur, j'ai aimé la retenue de l'auteure en terme de démonstration affective. Tout monte en tension et crescendo on se trouve pris au piège tout comme l'est Abélia. La toile se tisse pour mieux nous prendre dans ses filets.
En bref, ce premier opus est un très gros coup de coeur. Coup de coeur pour les personnages singuliers, pour l'ambiance et le côté lyrique et inspirant de l'histoire. Jade River peut être fière de ce qu'elle offre à ses lecteurs, je peux vous dire que je suis une lectrice assez exigeante depuis quelques temps et cette perle est à mes yeux une merveille. Vous allez vibrer aux côtés de nos personnages, tomber amoureuse de la plume de l'auteure riche en références littéraires et d'une fluidité qui rendent la lecture addictive et captivante. [Puisque c'est ma rose], c'est une saga qui pousse la psychologie à son paroxysme, tout en donnant aux lecteurs toutes les cartes en main pour s'attacher aux personnages et à leur histoire interdite. Cette histoire est à l'image de la couverture, magnifique ! Une véritable ode à l'amour quel qu'il soit.
Lien : http://www.lmedml.fr/2018/05..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alapagedesuzie
  25 mai 2018
Abélia, Abby pour les intimes, est à sa dernière année de lycée. Elle est passionnée de littérature et lorsqu'on dit passionnée, le terme est faible. Son auteur fétiche n'est nul autre que Louis Orel, avec qui elle partage sa passion. En fait, il est plus qu'un auteur à ses yeux, il est son mentor.
Abby n'a pas une famille comme les autres et en cela, elle a dû plus d'une fois, refouler ses émotions face aux commentaires désobligeants des gens de son entourage. Mais que cela ne tienne, elle a la chance d'avoir deux pères merveilleux qui s'occupent d'elle et sur qui elle peut reposer en toute quiétude. Elle a également des amis imparfaits, mais qu'elle aime tel qu'ils sont.
Élizabeth, professeure de littérature au lycée, vient d'être hospitalisée. Elle est en phase terminale. Dorénavant, Arthur Valverde va la remplacer. Dès le premier cours, il fera vivre de fortes émotions à notre chère protagoniste. Heureusement que Joleen, la fille de celui-ci, développera une belle amitié avec Abby. Au fil des jours et des rencontres, les sentiments d'Abby envers Arthur se transforment. Et celui-ci ne semble pas insensible non plus. Mais cet amour ne peut se développer, ils le savent tous les deux!
Et c'est sans équivoque qu'aux yeux de tous, les sentiments que ressent notre protagoniste envers son professeur et père de sa nouvelle amie n'ont pas sa place et sont perçus comme étant malsains. Mais pour Abélia, c'est ce qu'elle ressent et voudrait bien faire fi du socialement acceptable, car ce qu'elle ressent pour lui, elle ne l'a jamais ressenti...
Il est assez rare que je cherche mes mots pour rédiger une chronique et pourtant, cette fois-ci c'est le cas. Je ressors de cette lecture sans pouvoir définir avec exactitude ce que je ressens. C'est assez difficile à vous expliquer. Une partie de moi a apprécié certains éléments du récit et pourtant, je reste assez sceptique face à cet amour interdit entre une jeune fille mineure et son professeur.
Jane River s'attaque assurément à un sujet qui risque fortement de faire jaser. Est-il socialement acceptable cet amour? Va-t-on les laisser vivre leur amour au grand jour? Et si c'était votre fille, que feriez-vous? Et si c'était votre père qui tombait amoureux de votre amie? Bref, tant de questions et si peu de réponses. le malaise était là pour moi, et ce, à chaque rencontre avec nos deux protagonistes. J'aurais bien aimé avoir le fil de pensées de ce cher Arthur. Comprendre pourquoi il est en train de tomber amoureux d'une jeune fille...
Comme je le mentionnais précédemment, j'ai particulièrement apprécié certains éléments, dont le fait que l'intrigue ait pour toile de fond la littérature. L'amour des mots.... Il y a plusieurs passages intéressants et qui portent à réflexion. le tout puisé à même la littérature classique. L'auteure sait imbriquer ces passages à merveille lors d'échanges entre Arthur et Abby. Nous avons la chance de pouvoir voir évoluer une passion commune entre deux personnes. C'est lors de ces moments que j'en venais parfois à oublier l'âge de ceux-ci pour n'apprécier que leur personnalité et leur schème de pensée.
Sincèrement, je suis encore un peu ébranlée suite à la lecture de ce roman. Je ne dirai pas que j'attendrai la suite avec impatience, mais assurément, je suis curieuse... Curieuse de voir où l'auteure va emmener ces deux protagonistes dans le tourbillon de cet amour interdit. La fin nous laisse avec le sentiment que peu importe les barrières qu'ils tentent d'ériger eux-mêmes, il semblerait que leur chemin ne cesse de se croiser!

Lien : http://alapagedesuzie.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LesMissChocolatinebouquinent
  10 août 2018
La belle Abélia est une adolescente en passe de rentrer dans l'âge adulte. 17 ans c'est être à la fois adulte et adolescente. Abélia fait preuve déjà d'une très grande maturité. Écrivaine en herbe, lectrice chevronnée, boxeuse émérite, Abby est malgré tout mal dans son corps et dans sa tête. Elle se pose une multitude de questions existentielles : quelle place a t-elle dans le grand tout ? Comment vivre avec ses angoisses sur la mort, le silence ? Comment combler ce vide dû à la mort, à l'absence d'une mère ? Comment s'affirmer dans un lycée où la violence verbale est omniprésente ? Comment être elle même, tout simplement ? Et l'amour dans tout ça, c'est quoi ?

Abélia a eu toute mon admiration et je me suis beaucoup retrouvée en elle. Abélia est loin d'être introvertie, au contraire elle a beaucoup d'amSi, elle vie sa jeunesse à fond. Pourtant la solitude lui fait terriblement peur. Elle remet presque en question sa façon d'être avec ses amis pour les garder près d'elle. Elle est confrontée à beaucoup d'éléments : notamment le fait qu'elle ait deux pères qui assument totalement leur parentalité dans la société, la drogue au sein de sa bande de copains, les addictions, les mesquineries et les coups bas. Abélia a ce quelque chose qui force le respect. Elle n'agit jamais comme il se devrait. Au contraire, elle explose là où l'on ne l'attend pas. Elle est passionnée par la littérature. Les mots la font rêver, ils la transcendent. Elle retrouve en leur présence une certaine tranquillité et apaisement de l'esprit. Elle les manipulent avec aisance et elle trouve en la présence de son nouveau professeur, Monsieur Valverde, une oreille attentive et un orateur de prestance.

Valverde Arthur, est un professeur de littérature totalement exemplaire. Un look dandy ultra bizarre bariolé de couleurs suspectes, et muni d'une aura attirante. Il est subjuguant, intriguant, intrépide et bienveillant. Arrivé en cours d'année pour remplacement, il a su très vite faire sa place. Sa fille Joleen, va se lier d'amitié avec Abby et la faire entrer petit à petit au sein de sa famille. Abélia va vite trouver en Valverde une âme soeur qui va percuter son monde et surtout le bouleverser. L'amour a-t-il sa place entre eux ? Sera-t-il plus fort que toutes raisons égoïstes, moralisatrices et consciencieuses ?

Ce premier tome pose les bases d'une histoire qui se révèle bouleversante et tonitruante. J'ai découvert des personnages singuliers et authentiques. Les petits détails sur leurs caractères, leurs pensées, leurs comportements apportent une touche à la fois remplie de sensibilité, de courage, d'émotion, d'attachement. Cette histoire très émouvante est loin d'une romance délicate et superficielle. Au contraire, j'ai plongé dans les méandres sombres et compliqués de l'être humain : les doutes, les troubles, la morale … tout un tas d'éléments qui assombrissent peu à peu la trame. Certes des petits moments de simplicité permettent de relâcher la pression, mais ça reste dans l'ensemble une idylle impossible et immorale. Jade River accable petit à petit ses personnages par des situations imprévues où leurs sentiments se dévoilent. L'auteur reste mystérieuse sur l'émoi de Valverde. Elle l'inclut très peu dans son récit en maintenant ainsi le lecteur dans le trouble.

Ce premier tome est un sacré coup de coeur ! La plume de River est 100% addictive emplie de douceur, de rigueur et de dureté pour une histoire émotionnellement intense. Elle fait vivre à ses personnages beaucoup de tourments qui m'ont scotchés tout au long de ma lecture. Elle a une façon particulière et d'envouter son lecteur pour ne plus le lâcher une seule seconde. Par ses personnages uniques, un contexte compliqué et des enjeux terribles, Jade River narre ici une histoire moderne et bouleversante. Une plongée enivrée et accablante vers un amour profond et pur.

A découvrir de toute urgence !
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
junemilletunepages
  21 juin 2018
Contrôler ses émotions et ne pas succomber…
Depuis son retour de vacances, Abélia a fait la connaissance de son nouveau professeur de littérature et de Joleen, sa nouvelle camarade de classe, la fille du prof en question. Leur amitié est quasi immédiate contrairement au premier contact prof/élève qui lui est assez tendu. Mais Abélia en fait son affaire, la littérature est son cours de prédilection et elle espère bien continuer de briller dans cette matière.
Cependant, tout ne va pas se passer comme prévu. Ses notes sont en baisse, ses relations amicales sont tendues et, cerise sur le gâteau, elle craque pour celui qui lui est interdit. Est-ce réciproque ? La jeune fille est perdue et bouleversée par ses sentiments tourmentés. Les questions sans réponses se multiplient. Ils doivent respecter les limites et ne pas succomber à ce qui les submerge, car il existe trop de conséquences qu'ils ne pourraient assumer. Mais les limites sont minces et les liens se renforcent. Cette attraction les entraîne sur des chemins dangereux et ce sera à eux de faire les bons choix.
Abby est une jeune fille qui adore lire, qui est cultivée. Elle n'hésite pas à argumenter ses idées et se battre pour ce qu'elle croit. Abandonnée par sa mère, elle s'est vue confiée à la garde de ses deux pères qui lui ont procuré tout l'amour du monde, mais elle a dû subir le jugement des autres, la faisant grandir plus vite et forgeant son caractère.
Le résumé de ce livre était prometteur, c'est d'ailleurs ce qui a orienté mon choix de lecture. Cependant, les pages défilent et je me suis retrouvée très vite dans une spirale où j'oscillai entre abandon et curiosité. Je n'ai pas réussi à ressentir de l'empathie pour les héros et le tempo associé à l'impression de lire le récit d'une vieille âme n'a pas été à mon goût. Trop mature, trop sage, on sent Abby vraiment en marge de ses amis qui eux profitent de leur adolescence, même si ce n'est pas toujours de la meilleure des manières. Est-ce cela qui a attiré Arthur ? La maturité d'Abby ? Leur passion partagée pour la littérature ? Un mélange des deux, c'est certain. Mais Arthur est un homme qui reste très secret ne dévoilant pas toutes ses cartes. Qu'aura-t-il à dire pour sa défense lorsque tout lui explosera à la figure ?
La psychologie des personnages est bien étudiée, l'auteure a fait du très bon travail de ce point de vue là, mais j'aurais souhaité une relation prof-élève plus pimentée. le récit ne m'a pas transporté et je suis définitivement passée à côté. Et bien que la fin soit ouverte, j'avoue m'interroger si je poursuis ou non cette histoire. Malgré tout, j'ai apprécié la plume de l'auteure et mon avis n'étant que le mien, je pense que nombre d'entre vous sauront apprécier ce premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
alapagedesuziealapagedesuzie   25 mai 2018
Regarder la neige, sa présence comme une force inébranlable et tranquille à mes côtés, le parfum et la chaleur de son pull, celle de la tasse entre mes mains. Ça n’avait rien à voir avec ces portions de bonheur que j’avais connu avec mes amis ou ma famille auparavant. J’étais juste enfin en phase. Avec moi-même et avec un autre être humain, pourtant particulièrement peu loquace en ce moment. Et je me découvrais aussi pendue à ses lèvres qu'à ses silences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LiliMatolineLiliMatoline   20 mai 2018
Chapitre 4  :

« …
J’abattis de manière un peu sèche ma copie sur sa table. Avec une lenteur calculée, mon professeur posa son stylo, passa ses mains dans ses cheveux, puis releva enfin la tête sur moi, les doigts croisés sous mon menton.
- Je savais que ça vous énerverait.
Oh, bordel. C’était qui, ça ? Le constat d’une victoire ? Un pari gagnant ? Mais quel… !
- C’est un petit vrai plaisir ? Me rabaisser aussi souvent que possible ? Vous savez parfaitement que je dois au moins maintenir une moyenne correcte en littérature si je ne veux pas qu’on me claque la porte au museau dans toutes les écoles de journalisme ! C’est de l’acharnement à ce stade ! Ce n’est pas de l’ego de ma part, mais il n’y a aucune remarque valable qui justifie mes notes.
J’agitai la copie exempte de toute correction sous son nez et il l’écarta d’un doigt, agacé.
- Pas un seul conseil pour m’améliorer, juste des cassages de gueule à répétition dans une matière qui me passionne et dans laquelle je m’investis, repris-je. Tous les autres y ont droit, j’ai vérifié, mais pas moi ! Moi, j’ai juste une note minable et un commentaire laconique comme si j’étais un cas désespéré ! V-vous avez un problème avec moi ?!
- Pour deux raisons que je croyais évidentes, je ne peux pas avoir l’air de vous favoriser, avança-t-i d’un ton calme.
Il ouvrit la bouche pour continuer. Mais je vis rouge et le coupai.
…»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   19 mai 2018
-Merci. Sincèrement, merci… J’ai lu Poe et j’ai pris un quart de cahier de notes pour me donner des pistes de réflexion. J’aperçois déjà mieux comment améliorer ma gestion de la tension. Et c’est grâce à vous… toi.

Il sembla assimiler l’information, mais ne la commenta pas.

-J’ai aussi lu le Petit Prince. C’est… c’est magnifique et je crois que j’en suis tombée amoureuse, lâchai-je, enjouée.

-Comme le Petit Prince de sa rose, répondit-il, le ton rieur.

-Pourtant, elle n’est pas unique, soufflai-je, l’esprit ailleurs.

-Mais il a appris à la connaître et elle le devient pour lui. Parce qu’il a passé du temps avec elle. Et ça la rend différente. Il la tire hors de la masse. Il l’apprivoise. Elle l’apprivoise. Elle est différente, puisque c’est sa rose.

-D’accord, mais pourquoi la différencier de la masse ?

-Elle était la seule fleur à avoir réussi à atteindre sa toute petite planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
emelinevdc76emelinevdc76   24 janvier 2019
« - Un incontournable, tout particulièrement quand on veut écrire. Un auteur qui a su décrypter avec une ferveur proche de la virtuosité les mouvements du cœur et de l’âme humaine. « Ah ! Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie ! » lança-t-il en accompagnant la phrase d’un sourire et de son poing plaqué contre son torse. - Musset ?
Un silence surpris s’installa. »
Commenter  J’apprécie          10
Roman_eBVBRoman_eBVB   18 octobre 2018
Remettez toujours en cause les savoirs que l'on vous enseigne. Mieux, n'accordez pas plus de foi aveugle à quelqu'un qui prétend mieux savoir que vous sous prétexte qu'il a des diplômes ou qu'il est votre professeur. Vous avez eu ici plus d'une douzaine d'occasions de me faire mentir. Rien que les dates étaient fausses. Je vous le demande... non, je vous implore de remettre en question, d'oser interroger, de développer votre esprit critique. Placez une certaine paranoïa au service des vérités que vous trouverez sous l'enfumage historique, politique, littéraire et culturel qu'on essaye de vous transmettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : différence d'âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4482 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre