AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070402908
240 pages
Gallimard (24/09/1997)
3.61/5   37 notes
Résumé :
Dans ce livre, paru en 1975 aux Éditions Denoël/Les Lettres Nouvelles, collection dirigée par Maurice Nadeau, le roman paru en feuilleton alterne, chapitre après chapitre, avec «une autobiographie : le récit fragmentaire d'une vie d'enfant pendant la guerre». Nadeau, qui en dépit des réactions négatives de lecteurs continuait à faire confiance à Perec, témoigne : «Il fit [du feuilleton] un livre où l'histoire de son camp de concentration olympique s'enlaçait avec se... >Voir plus
Que lire après W ou le souvenir d'enfance de georges perec (essai et dossier)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
je viens de terminer « W ou le souvenir d'enfance » de Georges Perec et je ne sors pas indemne de cette lecture. Ce texte est le plus fort que j'ai jamais rencontré sur le poids du passé et sur la mémoire. Deux récits parallèles structurent le livre dans une alternance régulière de chapitres: une fiction et un récit autobiographique. le roman s'ouvre sur la fiction, le récit autobiographique lui succède dès le deuxième chapitre, il s'ouvre par cette phrase: « Je n'ai pas de souvenirs d'enfance »
Chapitre après chapitre, par le jeu de miroir implicite entre les deux récits, Georges Perec va démontrer comment son enfance a déterminé le futur de sa vie, au delà même de sa mémoire, comme un traumatisme indélébile. Alors qu'il déroule ses souvenirs dans une succession de scènes souvent incomplètes, incertaines, W au contraire prend forme, jusqu'à dévoiler un univers d'une cruauté sans borne, voué à l'asservissement des uns et la domination par la force des autres, mais les apparences restent sauves, W se veut une cité idéale vouée au sport. Les images de Léni Riefenstahl nous viennent naturellement.
Par l'écriture, la démonstration se développe avec une force inouïe : les souvenirs de son enfance sont racontés sans pathos, presque sèchement, les approximations, hésitations sont tout particulièrement soulignées, elles sont nombreuses. W au contraire fourmille de détails, au plus près de l'organisation des compétitions sportives, dans un ordre quasi mathématique jusqu'à la programmation de l'anéantissement des vaincus, la vie même est bafouée par l'asservissement des femmes et le travestissement de la procréation en viol collectif d'une sauvagerie inouïe. le rythme du récit est construit sur la montée de l'horreur, les dernières lignes consacrées à W en évoquant les vestiges qui en resteront, nous renvoient aux vitrines du musée d'Auschwicz remplies de cheveux de valises de chaussures…
Le choix De W n'est pas un hasard, Georges Perec utilise un premier récit qu'il a écrit à 12 ans, W n'est pas une utopie sortie de nulle part, l'île est au bout d'un voyage. Ce voyage en Terre de feu figure celui de la blessure, très profonde, très loin, toujours présente depuis la mort de ses parents, son père au front, sa mère en déportation.
Georges Perec avait à peine quarante ans lorsqu'il a écrit ce texte majeur qui figure ce qui le constitue profondément, l'héritage de son enfance, comme un bloc au singulier, au-delà des souvenirs.
Un texte uppercut, extraordinairement fort.
Commenter  J’apprécie          92


autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (125) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}