AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070411818
176 pages
Éditeur : Gallimard (01/01/2000)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Parution : 22-02-2000
«Bénin disait à Broudier :
- On pourrait boire une chopine à l'Ambassade. L'Ambassade leur plaisait par sa situation, par son intimité avec le port et par son éloignement d'avec tant de choses de ce monde. Leur âme s'y sentait à l'aise.
La salle ne manquait jamais ni d'un débardeur, ni d'un charbonnier, ni d'un éclusier, ni d'un camionneur, ni d'un cocher d'omnibus, ni même d'un buveur qui ne fût rien que cela.
-L'A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  07 décembre 2014
C'est sous le titre de "sur les quais de la Villette" que parut, peu avant la guerre, la première édition de cet ouvrage.
Plusieurs de ses textes avaient été préalablement publiés par des revues ou des journaux en 1913 et 1914 ("Le Mercure de France", "L'Humanité", "Le Matin").
Le titre que porte ce volume est celui que son auteur lui avait d'abord donné.
C'est un recueil de nouvelles, le seul que je connaisse de Jules Romains.
Chaque texte est une scène de conversation qu'un court chapitre préalable, sorte d'introduction intitulée "conversations dans le port", lie entre elles.
Qu'il soit matin ou après-midi, qu'il fit un petit soleil allègre ou une pluie menue, Bénin et Broudier aimaient à descendre, par la rue des Récollets, au petit port de la Villette.
Chassés de la balustrade du pont mobile lorsque quelque bateau demandait le passage, ils se mêlaient volontiers, le temps de boire une chopine, à l'assemblée des buveurs de l'Ambassade.
La salle ne manquait jamais ni d'un débardeur, ni d'un charbonnier, ni d'un éclusier, ni d'un cocher d'omnibus, pour engager une de ces conversations où l'on trouve un tel goût au vin blanc.
A la fin d'avril 1906, Bénin faisait une année de service à Pithiviers, une petite ville étranglée par des murailles....
Jules Romains nous parle ici de la protestation des hommes devant la société qui les broie, il décrit l'âme humaine, son mystère et ses faiblesses.
Il met dans la bouche de chacun de ses personnages une anecdote autour des manifestations des 1er mai 1905 et 1906, de celles qui suivirent la mort de Ferrer en Espagne et la répression sanglante du 22 janvier 1905 à Saint-Pétersbourg sur la place du Palais d'Hiver.
Tout Jules Romains est dans ce petit volume.
Son pacifisme tranquille et paisible, sa connaissance des hommes, la finesse d'écriture dont il ne se dépare jamais, sa sensibilité devant le malheur, son sens aigu de rendre par de belles descriptions les petites choses de la vie, ici, tout est plaisir et profondeur des mots.
En tout, ce sont douze textes courts, "La prise de Paris", "Les conquérants", "Devant le cirque d'hiver", "Une simple promenade", "La mort de Ferrer", "Le 22 janvier", "La charge des autobus", "Le lynchage de la rue Rodier", "Ancien maître des hommes", "Le dormeur" et "Le lion" qui composent ce magnifique recueil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
DonaSwann
  19 juillet 2016
Dans ce recueil de conversations de camarades parisiens autour d'un verre de vin blanc, à l'aube de la Première Guerre mondiale, on se rappelle les grandes manifestations ouvrières de la capitale des 1er mai notamment celle de 1906 (pour réclamer la journée de 8 heures), 1907, devant l'ambassade d'Espagne en 1909, la révolte populaire quand on apprit la mort injuste de Ferrer ou, en 1905, que le tsar Nicolas II avait fait tirer sur des manifestations d'ouvriers désarmés et venus en suppliant pacifiquement.
Émerveillée, j'y vois ce que m'ont confirmé les gloses autour du rapport de Terra Nova, qui prétend qu'il n'y a plus de classe ouvrière organisée en France ; une chose est sûre, elle n'a plus rien à voir, dans l'ensemble, avec celle dont j'ai lu les propos enflammés, gouailleurs, généreux, fascinés, passionnés, rapportés par la plume de Jules Romains, dont je n'ai lu jusqu'ici que Knock. Les rapports avec la classe bourgeoise et patronale n'ont finalement guère changé ; notre époque est peut-être d'autant plus violente que les explosions ne sont pas organisées ni pensées intellectuellement. Si un Ferrer était assassiné aujourd'hui, ça ne serait pas le "populo" qui irait manifester sa colère devant les ambassades, mais les bo-bo.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   28 novembre 2014
Ca se loge en 1906, à la fin d'avril. Je faisais une année de service à Pithiviers.
Il n'y en a pas un, je suppose, parmi vous, qui connaisse cette ville là, je veux dire qui soit entré dans cette ville là ?
J'y suis entré, moi, et vrai, il me semble que je n'en suis pas encore complètement sorti.
Pithiviers n'a l'air de rien.
On peut passer à côté des dizaines de fois sans se douter de ce que c'est.
Ne vous figurez pas une chose terrible ; pas le moins du monde.
Une ville ni assez petite ni assez grande, à moitié étranglée par des murailles, mais à moitié seulement.
Un chiqué d'existence.
Des rues pas absolument vides, car il y marche de temps en temps un homme ordinaire.
Deux ou trois rues surtout qui essaient chacune d'être la rue principale.
Un bureau de poste très en vue, où l'on affiche, à la porte, le cours du 3 p. 100.
Tout ça, comme un chien qui a passé sous une automobile, et qui, après, pendant dix ans, traîne une dérision de vie, le dos creux et les pattes en flanelle.
Il y avait à Pithiviers une caserne à peu près neuve.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DonaSwannDonaSwann   19 juillet 2016
La mort de Ferrer, ça m'avait remué. (...) Ils l'auraient flanqué en prison ; ils l'auraient déporté ; peut-être que personne ici ne s'en serait aperçu. Mais fusiller un homme parce qu'il a ses idées à lui ! Au vingtième siècle ! Autant se remettre à quatre pattes, et qu'ils nous fichent notre ration de foin.
Commenter  J’apprécie          10
DonaSwannDonaSwann   19 juillet 2016
Tous ces polichinelles me dégoûtent. Je ne les envie pas à cause qu'ils sont riches, non - ni surtout à cause de la vie qu'il mènent. Ils me font positivement horreur. (...) Même les enfants ! J'aime pourtant les enfants ! Ceux-là, je me demande si j'en aurais pitié. Ils savent mépriser bien avant de savoir lire. Il faut voir de quel air ils regardent le balayeur ! Et ce ton pour parler à leur bonne ! Tout ça parce qu'ils ont eu un grand-père qui faisait la traite des nègres, ou une grand'mère qui vendait des lunettes à Francfort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwannDonaSwann   19 juillet 2016
A une porte cochère, une espèce de larbin prenait le frais. Ne me parlez pas de ces types-là ! Je leur en veux plus qu'aux riches. Ils font le dernier des métiers ; et même, ce n'est pas un métier ; les riches se servent d'eux comme moi d'une chaise ou d'une brosse à reluire. Et ils se croient quelque chose ! Vous ne serez jamais si mal reçu que par une de ce faces-moches qui sort de vider le pot de chambre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jules Romains (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Romains
POÉSIE CONTEMPORAINE – Qu’est-ce que l’Unanimisme ? (DOCUMENTAIRE, 1971) Une réunion de trois documentaires, réalisés par Pierre Mignot, diffusés les 30/05, 06/06 et 13/06 de l’année 1971, sur la 2ème chaîne. Participants : Jules Romains Antoine Duhamel, Charles Vildrac, Francis Ponge, Claude André Puget, André Cuisenier, Jean Duhamel, Rachel Doyen, Victor Duhamel, René Georgin et Gabriel Audisio. M
autres livres classés : ouvrierVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Harry Potter (1 à 4) difficile

Qui est le contrôleur du Magicobus ?

Ernie Mcmillan
Stan Rocade
Zacharia Smith
Denis Crivey

15 questions
6256 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter : Coffret, Tomes 1 à 4 de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre