AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782844143549
70 pages
Éditeur : L'Association (14/11/2009)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Irène est une jeune femme qui a des visions, elle se voit se suicider à tous les coins de rue, massacrer les passants, détruire la ville. Elle s'imagine aussi voler. Elle veut comprendre les clochards. Irène vient voir Ruppert et Mulot afin qu'ils écrivent un livre sur ses obsessions, ils refusent...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
svecs
  25 juin 2014
Irène et les clochards se présente comme le premier (et à ce jour unique ?) livre pas drôle de Ruppert et Mulot.
Depuis leurs débuts, les deux compères signent une oeuvre singulière, pas toujours facile à pénétrer. Il y a de la méchanceté gratuite, de la provocation vache, et l'impression de tout un procédé narratif qui exclut le personnage. Ce dernier semble ramené au simple état de pion avec lequel les auteurs s'amusent comme des salles gosses.
Le procédé a connu son apogée avec Gogo Club, livre étrange qui s'ouvre par un "casting" de lecteurs invités à devenir personnage d'une pièce qui clôt l'album: un vaudeville raté et tragique qui semble prendre un malin plaisir à humilier ses personnages.
Puis vint Irène. Avec elle, tout change. Irène mène la danse. Elle a un passé, une histoire, rapidement exposé en début d'album
"Bonjour je m'appelle Irène. Je suis étudiante à l'EHESS, j'ai 24 ans, et je travaille dans une papeterie à mi-temps depuis 2 ans, à Paris dans le dixième."
Un début anodin qui laisse vite la place à la gravité quand elle annonce qu'elle s'est fait ôter un sein chirurgicalement pour ressembler davantage à une vraie amazone. On imagine mal que cette mutilation soit volontaire, mais le doute semble planer. Il faut dire qu'Irène a une fâcheuse tendance à tordre la réalité quand elle ne lui convient pas. Elle va mal. Elle ne supporte pas le monde qui l'entoure. Elle ne supporte pas les gens. Elle ne supporte pas sa mère. Elle ne se supporte pas elle-même.
Alors, elle s'enfonce dans un délire morbide. Au gré de sa colère, elle s'imagine commettant des massacres tarantinesque, quand elle ne fantasme pas sur son suicide.
Irène fuit la réalité avant d'en finir.
Mais avant, elle veut mener à bien un ultime projet. Elle veut interviewer des clochards pour un projet dessiné. Elle veut aussi devenir héroïne d'une bande dessinée, mais il ne s'agirait pas d'une biographie. Elle veut des super-pouvoirs. Voler, par exemple. Et elle veut que cette bande dessinée intègre son suicide.
Elle propose ce projet à Ruppert et Mulot lors d'une dédicace.
Ils refusent.
Ce livre n'existe donc pas.
Pourtant, je le tiens entre mes mains. Il est d'ailleurs dédicacé avec à cette mystérieuse Irène. Cette dédicace s'orne d'un dessin de chien, comme celui que Ruppert et Mulot ont réalisé lors de la séance dédicace relatée dans le livre, lorsqu'elle propose aux auteurs de réaliser son projet d'interviews de clochards. Dans ce livre, Irène peut voler. Ses tentations suicidaires y sont centrales. Exactement comme elle le voulait. Ce livre en devient paradoxal. Il existe malgré ses auteurs et son personnage principal.
Le sens de ce livre reste mystérieux, et sa place dans l'oeuvre de Ruppert et Mulot n'en est que plus étrange. Parce que s'il semble appeler une suite par le truchement d'un "fin du premier volet", il n'a à ce jour pas connu de suite, et rien n'indique qu'il y en aura jamais une.
Ruppert et Mulot y adopte aussi un style différent. S'ils conservent certaines caractéristiques de leur style, comme les visages uniquement représentés par un accent circonflexe (pour forcer l'identification des lecteurs), il tourne le dos à certains procédés narratifs comme les séquences décomposées en de multiples petites cases. le style est devenu presque classique, mais le ton l'est beaucoup moins.
Ruppert et Mulot volent aussi à leur manière. Tout le livre tient sur un fil, toujours au bord de la rupture, de l'excès, du ridicule, du gratuit, du lourdingue, du pathétique, du plantage intégral. Pourtant, ses pages ont du souffle, de la poésie, de la magie... Irène, dans toute sa folie, s'impose comme un caractère hypnotique et entêtant, qui émeut et révulse en même temps. Son livre, parce qu'il lui appartient plus qu'à ses auteurs, reste une des plus belles surprises de ces dernières années. Un livre fou et unique en son genre. Un livre inclassable, mais essentiel.
Lien : http://labdmemmerde.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Erik_
  05 septembre 2020
C'est la première fois que j'aborde la lecture de ces auteurs. L'avis ci-dessous m'a un peu fait peur dans la mesure où il était contre-indiqué de commencer par cette oeuvre. L'absence de couleur et le graphisme particulier en feuilletant les pages me donnait une totale impression de vide. Bref, on ne partait pas gagnant dans cette nouvelle expérience graphique et narrative.
Et pourtant, je dois dire que c'est une oeuvre vraiment poignante et sans concession comme je les aime. Bien entendu, cela ne sera pas une approche facile entre les désirs meurtriers et macabres d'Irène et la triste et dure réalité entre chimio et monde de clochards. Nous ne vivons pas dans un monde facile. Nous le savons déjà. On a droit à une désespérance de plus dans le monde des citadins.
Il est question de délires et de pulsions. C'est une forme de rage pour crier au désespoir de cette société fugace qui détruit. Cela donne matière à réflexion. Bien entendu, et je me répète, l'approche ne sera pas facile malgré les apparences. Des auteurs en tout cas très talentueux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lunoelle2
  30 janvier 2010
Une très sombre histoire d'une femme qui s'est fait opérer d'un cancer du sein, qui ne pense qu'au suicide et se voit soit pendue, soit écrasé par un métro, soit rouler sous une voiture... et qui parallèlement se rêve avec des supers-pouvoirs.
Mais ses "supers pouvoirs" ne lui servent qu'à détruire ce qu'il y a autour d'elle, y compris les gens. Elle crie son mal de l'existence mais de l'intérieur, et n'arrive pas à le sortir, à trouver quelqu'un qui lui montre une autre voie.
La solitude de certaines personnes de notre societé est très bien exprimée ici. Les dessins au crayon seulement, dénués de couleurs et de détails pour les personnages, veulent exprimer l'universalité du rejet, de la solitude qui mène à devenir clochard.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Erik_Erik_   23 septembre 2020
Les clochards sont partout. Ils sont partout et ils voient tout. Ils voient. Ils stockent à l’intérieur. Puis ils se taisent à jamais.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Florent Ruppert (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florent Ruppert
Vidéo de Florent Ruppert
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3970 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre