AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782878270853
105 pages
Éditeur : Rackham (26/11/2004)
3.68/5   38 notes
Résumé :
Guide, éclaireur, interprète... Des professions liées à la guerre qui existent au moins depuis que les guerres existent. Avec la forte médiatisation des conflits, commencée à la fin du siècle passé, ces métiers ont pris de plus en plus de poids, si bien que les journalistes anglo-saxons ont crée un nouveau terme pour le définir : fixer. Ce mot vient du verbe to fix, (littéralement " arranger ") qui a du mal à trouver un équivalent dans la langue française mais qui e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
zazoux
  02 janvier 2013
Joe Sacco nous fait rencontrer Neven, un serbe musulman engagé dans une guerre où il est parfois difficile de comprendre les enjeux mais surtout qui sont véritablement les victimes à part les civils de ces pays balkans.
Pas de positionnement véritablement ici mais vraiment la volonté de nous faire partager cette rencontre avec Neven qui a pris part à ce conflit à Sarajevo. Entre réalité et invention, Neven nous raconte sa guerre et sa vie, les difficultés quotidiennes, les relations entre les seigneurs de guerre, les soldats, la population et le gouvernement bosniaque. le récit de guerre est entrecoupé des discussions entre l'interviewé et le reporter.
Double intérêt donc au sein de cette bande dessinée. Joe Sacco soulève ici un des nombreux pans de la guerre en ex-yougoslavie mais surtout s'implique pleinement dans son travail. Pour la première fois, nous le suivons dans ses pérégrinations et nous pouvons ainsi nous rendre compte de la difficulté du travail sur le terrain. La difficulté de faire confiance, celle de prendre assez de distance avec le sujet, de prendre du recul...
Visuellement, c'est un pur plaisir de trouver le trait de Sacco. Et quelle trouvaille pour alterner récits de guerre et travail journalistique, une simple alternance dans la couleur du fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Acerola13
  16 mai 2021
Voilà une curieuse bande dessinée d'un auteur très très réputé pour les reportages dessinés qu'il a produits. Dès les premières pages, j'ai été dérangée par le trait de Joe Sacco et ses personnages aux traits bruts, bavant sur leurs clopes et le regard hagard. Une lecture malaisée du point de vue du dessin donc, qui est pourtant très fourni en détails et qui en dit beaucoup sur les scènes esquissées ; je pense notamment à cette triste case où des soldats s'éloignent de dos, tandis qu'une culotte abaissée aux chevilles laisse deviner l'horreur que vient de subir la femme, anonyme et hors champ.
Il y a aussi ce personnage, Neven, le "fixeur", et qui représente un type d'homme tout sauf sympathique pour une lectrice européenne : fanfaron, menteur, aux justifications parfois alambiquées, escroquant son compagnon journaliste, jamais en reste pour évoquer ses exploits ou pour trouver une prostituée dont la photographie seins nus fera la une des reportages des journalistes occidentaux.
En surface, The fixer a tout pour me rebuter, surtout que la trame n'est pas facile à suivre entre les récits du journaliste, ceux de Neven, et les analyses du point de vue de tel ou tel personnage...Et pourtant, Joe Sacco parvient au fil des pages à montrer l'importance et le symbole que fut la ville de Sarajevo dans la Yougoslavie aux prises avec une affreuse guerre civile, comment des hommes de toute ethnie ou religion la défendirent, organisés en milices au pouvoir grandissant, incorporées à l'armée par le gouvernement, puis écrasées et jugées pour des exactions qu'elles auraient seules commises...Ce que la guerre a d'incompréhensible et d'absurde suinte des pages et des discours, tandis que Joe Sacco réussit finalement un très bel exercice d'humilité : celui de présenter le journaliste étranger comme un parfait intrus, incapable de vraiment comprendre ce qu'il se passe à quelques centaines de mètres, obligé de s'en remettre à un "local" qui voudra bien l'aider, lui présenter des personnes, le guider à travers un conflit dont il est lui-même partisan...On en viendrait même presque, dans les ultimes pages, à éprouver un peu de pitié, de compréhension pour Neven et sa carapace qui dévoile peu à peu sa fragilité.
Un troublant témoignage de la guerre à Sarajevo, et un livre qui achèvera de vous démoraliser si vous êtes déjà d'humeur noire. Après tout, puisqu'on en est là, pourquoi ne pas poursuivre avec Gaza 1956, en Marge de l'Histoire ou Palestine, puisque c'est dans l'ère du temps ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chartel
  15 mars 2010
C'est en entendant Joe Sacco à la radio que j'ai eu envie de lire son oeuvre. Il vient de publier une BD sur le conflit israélo-palestinien, mais c'est sur un autre conflit, tout aussi complexe, que je me suis penché, avec "The Fixer, une histoire de Sarajevo".
Il s'agit d'une oeuvre reportage, comme peut le faire Raymond Depardon au cinéma.
On est en 2001. Retour à Sarajevo pour Joe Sacco qui se met en scène sur les traces de Neven, son « fixer », celui qui lui donnait les tuyaux, qui offrait des pistes, qui servait de guide pour les journalistes en demande de scoop pour couvrir le conflit des Balkans. L'auteur l'avait rencontré dans le hall de son hôtel en 1995, lorsque la ville sortait meurtrie d'une terrible période de guerre et de siège entre les forces musulmanes et les Serbes.
Sous le portrait de cet homme énigmatique et charismatique, tout un pan de l'histoire des guerres se dévoile : le pouvoir de la force et de la brutalité, le règne de l'iniquité et du crime, l'exacerbation des pulsions les plus violentes d'une humanité primitive. Mais Neven reste bien au centre de ce récit dessiné, il est la source de toutes les informations, le maître du jeu dans cette ville en ruine, un narrateur qui peut se jouer de son auditoire en fabulant quelque peu sur la réalité des faits, un faiseur d'histoires pour le bonheur de l'Occident
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
psambou
  30 juillet 2017
C'était l'occasion. Pendant un court séjour à Sarajevo, essayer de mieux comprendre ce qui s'était déroulé pendant la guerre de 1992-1995 qui opposait Serbes, Bosniaques et Croates de l'ex-Yougoslavie. "The fixer" est le contact de Joe Sacco, journaliste et dessinateur, lors de ses passages à Sarajevo. Quelle est la part de vérité que Neven, contact fidèle, intéressé et extraverti, lui raconte sur sa participation dans cette guerre des Balkans ? Neven est une source d'information précieuse qui tient dans le roman graphique de Joe Sacco une place centrale et qui nous permet d'entre-apercevoir la complexité de cette guerre génocidaire, la vie quotidienne des populations dans la ville de Sarajevo assiégée, le rôle de quelques seigneurs de guerre pas toujours sous contrôle du président et de l'armée bosnienne, de mesurer la difficulté de simplifier la situation en désignant des victimes d'un côté et des coupables de l'autre dans une ville à l'histoire particulière où chrétiens, musulmans et coptes cohabitaient depuis longtemps, et où l'engagement des protagonistes ne se réduit pas à la seule explication d'appartenance ethnique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_
  30 novembre 2020
C'est intéressant de suivre un conflit, aussi complexe soit-il, des yeux d'un reporter journaliste sur le terrain. Ce dernier s'adjoint les services d'un fixer c'est à dire d'un correspondant sur place qui connait toutes les ficelles. A l'heure de la médiatisation de tous les conflits de la planète, c'est une démarche intéressante de se plonger au coeur même du journalisme d'investigation.
La lecture a été plutôt difficile en raison de la multitude de personnages évoqués, notamment des généraux bosniaques et serbes ainsi que de nombreux flash-backs qui ponctuent le récit. Cela devient à la fois compliqué et fastidieux. Etait-ce réellement nécessaire de multiplier les portraits des protagonistes qui ont participé à cette guerre fraticide ? Ils se ressemblent presque tous. A la fin, on éprouve beaucoup de confusion en se perdant dans la géopolitique.
Pour autant, il y a des aspects du récit qui m'ont plu comme la description d'une atmosphère à Sarajevo qui devait être bien singulière. C'est déjà la ville qui avait été le déclencheur de la Première Guerre Mondiale avec l'assassinat de l'archiduc d'Autriche et de son épouse. Par ailleurs, il n'y a point de dramatisation à outrance. L'auteur semble nous livrer sa vision des choses ce qui implique qu'il occulte beaucoup de faits historiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
chartelchartel   15 mars 2010
Je me suis demandé…
De quel côté je suis ?
En tant que Serbe, tu vois.
Et j’ai décidé de miser mes cartes sur la Bosnie. J’ignore vraiment pourquoi.
Vu que je m’étais toujours considéré comme un nationaliste serbe.
Je suis nationaliste dans le sens où j’aime ma nation.
Mais je ne déteste personne.
Commenter  J’apprécie          80
GregorGregor   21 mai 2013
Le seul moyen pour nous de survivre après la guerre, c'est d'ouvrir un restaurant ou un bar ensemble, un truc de ce genre. Je ne rêve pas d'un gros truc. Juste de quoi nous faire vivre tous les trois. Avec nos familles bien sûr. On est tous susceptible de se marier et d'avoir des familles tôt ou tard. On a touché le fond, les choses devraient s'arranger.
Commenter  J’apprécie          00
Erik_Erik_   30 novembre 2020
Lorsque j'ai accepté d'enseigner à Sarajevo pendant la guerre, ce n'était pas par générosité ou don de soi. Plutôt une sorte d'excès par quoi je me définissais et où je pensais que je finirais par me perdre ou mieux m'aimer.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Joe Sacco (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Sacco
Journaliste passionné de bande dessinée, Joe Sacco revient avec une nouvelle BD documentaire, Payer la Terre et fait escale à la Bpi dans le cadre de sa tournée européenne. Ses reportages précédents l'ont conduit de Bosnie en Palestine ; il crée l'événement avec Gaza 1956, primé à de nombreuses reprises. Avec Payer la terre, il nous entraine dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, à la rencontre de peuples indigènes du Grand Nord, les Denes, dont il nous retrace l'histoire depuis l'arrivée des premiers colons et en dresse un portrait terrible, tant économique qu'écologique qu'humain.
Retrouvez les articles consacrés à Joe Sacco sur notre webmagazine Balises : http://balises.bpi.fr/bande-dessinee/joe-sacco-en-5-bd http://balises.bpi.fr/bande-dessinee/joe-sacco-en-quete-graphique
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
>Histoire de l'Europe>Histoire des Pays de l'Est>Yougoslavie (ex-) (Histoire) (18)
autres livres classés : bosnie-herzégovineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1009 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre