AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nogi San (Autre)
EAN : 9782749952475
224 pages
Michel Lafon (09/02/2023)
4.25/5   38 notes
Résumé :
Connaissez-vous Shoko Asahara, le gourou millénariste, Issei Sagawa, le cannibale, Sada Abe, la geisha tueuse ou encore Masahiko Takahashi, le " Jack l'Éventreur " japonais ?
Ces noms ne vous évoquent peut-être rien, mais je peux vous assurer qu'après avoir lu leur histoire, vous ne pourrez plus les entendre sans ressentir un frisson le long de votre échine...
Je m'appelle Louis-San et j'ai rassemblé dans ce recueil dix faits divers parmi les plus effr... >Voir plus
Que lire après Jiken : Horreur et faits divers au JaponVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 38 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Dans la rubrique « si on m'avait dit », voici « si on m'avait dit qu'un jour j'achèterais un bouquin d'un youtubeur (et qu'en plus, je le ferais en toute confiance) ». Il faut dire que Louis-San ne m'est pas totalement inconnu, ayant déjà eu l'occasion de voir quelques-unes de ses vidéos. Restait à voir comment il allait aborder le sujet, les crimes horribles dont il est question ici étant aux antipodes de « je fais goûter des noodle cups françaises à ma cousine japonaise » ou « mon voisin m'a dénoncé parce que j'ai sorti les poubelles le mauvais jour ».

Avant tout, petit mot pour souligner à quel point le livre est BEAU. Si l'on ne peut pas vraiment parler de couleur, la seule présente étant le rouge, l'ouvrage est parsemé de nombreuses et somptueuses illustrations de Nogi San, en noir et blanc, très contrastées, parfaitement dans l'ambiance. Même les polices de caractère choisies l'ont été avec goût. Et que dire de la conclusion de chaque histoire, en blanc sur fond noir ? Bref, côté maquette c'est du très beau boulot et ça mérite d'être souligné. On appréciera aussi la présence de certaines phrases en japonais... l'occasion de se dire « chouette, je comprends quelques mots ! » mais aussi « bon, y'a encore du boulot... » ^^

Mais qu'en est-il du plus important, à savoir le contenu lui-même ? Dix affaires, ça peut sembler peu, mais celles-ci, variées et prenant place des années 30 au début des années 2000, n'ont rien en commun les unes avec les autres. Si je connaissais déjà celle de Sada Abe, et avais déjà vaguement entendu parler des attentats dans le métro, ce livre m'a fait découvrir les autres. Passé une courte introduction « brodée » nous plongent au coeur du crime, Louis-San nous détaille en suite les faits connus : le contexte historique et socio-politique, l'histoire personnelle des criminels, bref, tout ce qui peut aider à comprendre comment et à quel moment ceux-ci ont dérapé, sans jamais donner le sentiment de leur chercher d'excuses ni justifier leurs actes. Pas de psychophobie non plus, même dans les cas où il serait facile d'y tomber. le déroulement des enquêtes et leurs issues font bien entendue partie des récits. Parfois, Louis-San y abandonne son rôle de narrateur invisible lorsque la barbarie ou l'injustice le révoltent de trop. Autant prévenir, certaines affaires sont particulièrement dures à lire, comme celle de Junko Furuta, torturée à mort. Et ce, même si l'auteur nous épargne le plus sordide...

Pour un premier livre, chapeau bas, donc : Louis-San nous présente un ouvrage aussi abouti qu'abordable. A recommander aux amateurs de true crime, mais pas seulement.
Commenter  J’apprécie          30
Quelques mots sur l'auteur avant d'entrer dans le vif du sujet. Sous le pseudo de Louis-San se « cache » Louis Szajner, un vidéaste web franco-japonais. Passionné par la culture nippone, il anime plusieurs chaines YouTube et sévit aussi sur d'autres réseaux sociaux (Instagram, Tik Tok, Twitch…).

À l'origine Jiken (fait divers en japonais) est le pilote d'une série audio diffusée par Audible. le bouquin est une compilation des 10 affaires criminelles les plus marquantes de l'histoire du Japon. Vous découvrirez donc, par ordre d'apparition :

Shoko Asahara, le gourou de la secte Aum (1995)
Issei Sagawa, le cannibale (1981)
Sada Abe, la geisha tueuse (1936)
Miyuki Ishikawa, la sage-femme criminelle (1947)
Seito Sakakibara, l'enfant tueur (1997)
Kato Tomohiro, le massacre d'Akihabara (2008)
Junko Furuta, l'étudiante suppliciée (1989)
Masumi Hayashi, l'empoisonneuse au curry (1998)
Masahiko Takahashi, le « Jack l'éventreur » japonais (1968)
Chikako Ishikawa, la professeure disparue (1978)

Pour ma part je ne connaissais que les trois premiers cas, le premier parce que l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo avait fait la une des journaux au niveau international, le second parce que les faits se sont déroulés à Paris et avaient pas mal défrayé la chronique à l'époque, enfin, le troisième a été adapté au cinéma dans le film L'Empire Des Sens de Nagisa Oshima (1976) – film vu bien avant d'avoir l'âge requis.

Pour chacune des affaires décrites, Louis-San commence par exposer les faits avant de revenir sur le parcours de son personnage central (criminel ou victime selon les cas) et se termine sur le verdict rendu par la justice.

Au besoin le récit est ponctué par quelques explications sur les traditions et la culture nippones – il est vrai que leurs modes de vie, de pensée et de fonctionnement peuvent être parfois déconcertants pour les non-initiés.

L'exposé est concis et précis, il nous plonge en totale immersion dans le récit. C'est exactement ce que j'attends de ce genre de lecture.

Les articles sont enrichis d'illustrations signées Nogi San, une artiste traditionnelle et digitale spécialisée dans l'art d'inspiration japonaise. En l'occurrence les dessins, en noir et blanc avec parfois quelques touches de rouge, complètent parfaitement le récit.

Ajoutez à tout cela une sélection d'affaires très différentes les unes des autres et vous obtiendrez un bouquin qui devrait combler les amateurs de True Crime… et les autres ! Nul besoin d'être japonophile pour apprécier ces récits.

Si par hasard Louis-San penchait sur un second tome (il doit bien y avoir matière dans l'histoire criminelle nippone), je serai au rendez-vous.
Lien : https://amnezik666.blog/2024..
Commenter  J’apprécie          60
Premier livre de Louis-San, Jiken réussit ce qu'il entreprend : les récits de faits réels donnent froid dans le dos. Ma curiosité malsaine et mon envie de frissons ont été comblées par ces histoires toutes plus tragiques les unes que les autres. Les pages s'enchaînent aussi vite que monte la nausée, et ce livre se laisse facilement dévorer.

Je n'ose pas me prononcer sur l'intrigue puisqu'il s'agit de faits réels, peut-être un peu romancés mais ancrés dans la réalité malgré tout. Je vais donc m'exprimer sur la qualité avec laquelle Louis-San raconte ces évènements tragiques. Il a su trouver les mots justes pour décrire l'horreur qu'ont causé les personnes de chaque histoire, et aucune d'entre elles ne fait doublon. J'étais transporté dans le quotidien des japonais, et je vivais la terreur des observateurs comme si j'y étais.

La particularité de ce roman se retrouve aussi dans les personnages, qui n'en sont pas ; et j'étais d'autant plus heureux de les savoir en prison ou partis dans l'au-delà lorsque c'est le cas. Pour certains dont la vie a mal commencé, on se prendrait presque de pitié, mais la portée de leurs actes est telle que rien n'y fait : ils ont perdu toute humanité et toute chance de rédemption. Être aussi proche de ces horribles personnes est dur, vous êtes prévenus.

Les illustrations de Nogi San sont magnifiques et donnent vie aux récits avec brio. Globalement, la sobriété du noir et rouge colle très bien avec la dure réalité du récit ; et c'est la première fois que je me laisserai tenter par un livre non pas par son auteur, mais par son illustrateur. Mention spéciale aux pages des jugements ponctuant chaque fin de récit, où les illustrations sont blanches sur fond noir, j'ai trouvé cet effet génial.

Le plus gros point noir du livre reste sans doute le laxisme sur les fautes de frappe et d'orthographe, que je retrouve trop souvent dans les livres d'influenceurs et Youtubeurs. Sont-ils victimes d'un laxisme dû à un mépris des éditeurs, qui profitent de la notoriété déjà présente de ces premiers pour rapidement faire du profit? Je ne sais pas, mais les fautes me sortent du récit et m'énervent, et même si je peux imputer une partie de la faute à l'auteur, la plus grande partie revient à l'éditeur, qui ne devraient pas laisser passer ça, surtout pour des livres courts comme celui-ci.

Dans l'ensemble ce livre est très chouette, mais à ne pas lire en cas de moral bas. Certaines de ces histoires ont poussé à changer les lois japonaises, c'est dire leur gravité.
Commenter  J’apprécie          00
Jiken : horreur et faits divers au Japon
De Louis- San

Premier livre audio que j'écoute nous écoutons des histoires vraies effrayantes des homicides et des meurtres au Japon Louis nous emmène dans le côté sombre du Japon...

J'ai trouvé que tout au long de l'histoire Louis - sans expliquer très bien le contexte le pourquoi et le jugement dans chaque histoire.

On peut l'écouter partout en cuisinant ou pour s'endormir enfin peut-être pas pour s'endormir vu que certaines d'histoires m'ont donné la chair de poule de terreur !

Je ne suis pas déçu de l'avoir écouté en audio histoires très intéressantes et montrant bien que le Japon n'est pas forcément le pays le plus sûr que l'on pense... le japonais peut être le plus terrible des meurtriers..
Commenter  J’apprécie          10
Un nouveau livre dévoré en peu de temps. Un nouveau coup de coeur. Louis San nous fait découvrir 10 faits horrifiques du Japon. A l'aide de sa belle plume, les différents faits se transforment en nouvelles. J'ai aimé son style simple et léger, ainsi que sa manière de ne pas s'étendre sur les actes monstrueux de certains protagonistes afin de contrecarrer la curiosité morbide, de respecter les victimes et de ne pas heurter la sensibilité de ses lecteurs. Ce livre permet de partir à la rencontre du Japon et plus particulièrement de sa face sombre.

N'oublions pas de mentionner les magnifiques illustrations de Nogi San qui amènent le lecteur à se plonger plus encore dans les affaires criminelles. Les dessins sont simples mais percutants (aucune scène de gore ou de mort, je vous rassure).

Prenez un thé bien chaud et partez à la découverte des esprits tueurs japonais.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Ce meurtre et son cannibalisme auront été le fonds de commerce d'Issei Sagawa. Jusqu'à sa mort, le 24 novembre 2022, il aura vécu paisiblement au Japon, ne semblant pas éprouver le moindre remords pour le crime atroce qu'il avait commis.
Commenter  J’apprécie          10
Est-ce qu’avoir un bon carnet d’adresses et un compte en banque bien garni peut vous sauver de n’importe quelle situation ?
Commenter  J’apprécie          10
Ce meurtre et son cannibalisme auront été le fonds de commerce d’Issei Sagawa. Jusqu’à sa mort, le 24 novembre 2022, il aura vécu paisiblement au Japon, ne semblant pas éprouver le moindre remords pour le crime atroce qu’il avait commis.
Commenter  J’apprécie          00
Connaître ses torts est une chose, les reconnaître en est une autre.
Commenter  J’apprécie          20
Cette violence et ce désir de domination trouvent leurs racines dans une profonde tristesse et une immense frustration nées d'un sentiment d'abandon.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : histoire vraieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (95) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2853 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..