AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782130521471
103 pages
Presses Universitaires de France (28/02/2002)
3.7/5   10 notes
Résumé :

La philosophie ne peut prendre son sens que si on l'applique aux défis du quotidien. Pause philo, pour voir la vie sous un nouveau jour. Ayant vu en Socrate un aristocrate de l'esprit, la démocratie antique le condamna à boire la ciguë. Aujourd'hui, c'est à moi, professeur de philosophie, de trinquer. L'âme empoisonnée, profitant d'une mise hors service psychiatrique, j'ai fait le point. Pourquoi m'étais-je orient&... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Franz
  23 octobre 2008
Les réflexions sur la philosophie et sur l'existence marquées au sceau de la mélancolie que mènent Frédéric Schiffter, lui-même professeur de philosophie en classes terminales, à Biarritz, la « capitale de l'ennui », se défendent des carcans et des systèmes. Dans un monde de ressentiment, le blabla est un écran de mots sur un fond flou dont use le rhéteur pour convaincre le « ressentimenteux » ; le chichi est une posture que prend un individu pour contrecarrer son idiotie c'est-à-dire sa singularité et par là même sa quasi insignifiance. Il n'y a qu'une vie ici-bas et rien ne tient la route bien longtemps. Ecrire de façon brève et concise, sur le modèle de l'aphorisme, reste la visée intellectuelle et littéraire de l'auteur. La brièveté de l'écriture se trouve ainsi au diapason de la fragilité de la vie : « Vivre c'est faire bref et un essai, sur ce point, doit imiter la vie ». le désoeuvrement qui habite en permanence l'esprit de l'auteur enfante un abattement physique. Atteint par le haut mal, les crises d'épilepsie qui le secouent lui apportent alors la mort sur un plateau : « le haut mal a fait de moi un intermittent du néant ». Lucide, sensible et lassé de regarder ses semblables « traîner le poids de leurs désirs sans objet », il se réfugie dans son bureau pour opposer « au monde une fin de non-percevoir ». L'essai de Frédéric Schiffter a souvent l'éclat de la clarté. de belles formules ailées, véritables flèches noires, font mouche. On aimerait lui dire qu'il n'est pas seul dans ce bateau, mené par les vents conjoints de la déréliction et de la vacuité mais cela ne retirerait rien au désespoir qui l'habite en permanence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BlackRadis
  23 octobre 2022
Préface de Clément Rosset.
Références à Schopenhauer et à Cioran.
Ce livre avait des atouts.
Malheureusement, je m'y suis ennuyé, autant que l'auteur dans la vie.
J'ai de la chance : il me suffit de refermer ce livre pour que ma lassitude disparaisse...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
FranzFranz   23 octobre 2008
[…] Nos semblables sont nos « prochains » ? C’est dans cette proximité même que, soudain, surgit leur inquiétante étrangeté et explose toute l’horreur dont ils sont capables. Ce passant dans la rue, mon voisin de palier, mon frère mais aussi moi-même, nous sommes tous tentés de satisfaire notre « besoin d’agression au dépens d’un autre humain, d’exploiter son travail sans dédommagement, de l’utiliser sexuellement sans son consentement, de nous approprier ses biens, de l’humilier, de lui infliger des souffrances, de le martyriser et de le tuer ». Or nous ne résistons jamais longtemps à la tentation du carnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
FranzFranz   23 octobre 2008
Je n’ai pas lu tous les livres mais quelques uns ont clarifié le charabia de mon âme ; je ne suis pas mélomane mais la musique m’a fait entendre autrement le vacarme du monde ; je ne sais pas tout de la peinture mais je garde en mémoire tous ces autoportraits d’artistes qui m’ont dévisagé. Donner un semblant de tenue intellectuelle à ses complexes, peut-être est-ce cela se cultiver.
Commenter  J’apprécie          200
FranzFranz   23 octobre 2008
[…] j’ai expérimenté certaines formes de jouissance et je me suis rendu à l’évidence : rechercher le plaisir est un travail comme un autre qui oblige à des fréquentations sociales peu ragoûtantes… […] j’ai fini par me résoudre à l’idée que le plaisir pris dans les choses du sexe, aussi réel soit-il, est encore une de ces impasses qui me ramènent à l’ennui.
Commenter  J’apprécie          90
FranzFranz   23 octobre 2008
Pas de pensée propre qui ne soit une appropriation, voire une expropriation ; pas de pensée nouvelle qui ne soit une reprise. C’est le style ou le ton qui fera, peut-être, l’originalité de ce que l’on écrit…
Commenter  J’apprécie          150
enkidu_enkidu_   27 août 2016
Aux lecteurs attentifs de Platon il n’échappe pas que son œuvre s’affirme non comme une réfutation intellectuelle de la pensée sophistique mais comme sa censure morale. Preuve en est le ton satirique – la satire étant le genre littéraire par excellence du censor, celui qui blâme – employé en n’importe quel de ses textes où il s’agit de défaire la renommée des Sophistes sans jamais affronter leur pensée. Pas un dialogue où Platon, par le truchement de Socrate, son champion, ne fustige un sophiste de pacotille auquel il prête le nom d’un des Sophistes historiques tels que Gorgias, Protagoras, Hippias, Thrasymaque, etc. Qu’importe le contenu réel et singulier de la pensée de tel ou tel de ces hommes, qu’importe la différence de leur enseignement respectif ; qu’importe, surtout, leur apport à la civilisation grecque ; ce qui ne doit faire aucun doute pour personne, c’est que leur influence fut mauvaise, et leur réputation de savants usurpée. Que leur métier fut d’enseigner à de jeunes politiciens l’art de briller, qu’ils firent d’Athènes en ce ~ Ve siècle la capitale de l’Antiquité ne doit rien changer à cette légende. Les faits présentent-ils l’inconvénient d’être les faits, en ce cas, comme l’écrit plaisamment E. Chambry, préfacier de Platon, il convient de « sacrifier la vérité historique à la vérité idéale » – formule que je souligne tant elle définit exactement l’honnêteté intellectuelle du métaphysicien comme celle de nombreux professeurs de philosophie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Frédéric Schiffter (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Schiffter
« Les gens sérieux friands de spéculations philosophiques jugent les aphoristes navrants parce qu'ils y voient des flemmards. Ils n'ont pas tort. La flemme est le ressort de ces penseurs primesautiers qui, fatigués à l'avance de se lancer dans des démonstrations, privilégient un style lapidaire et se reposent sur l'esprit de finesse de leurs lecteurs. Qu'on ne compte pas sur eux pour faire le travail tout seuls. […] Je ne connais pas personnellement Blaise Lesire, alias le Marquis de l'Orée, mais je crois pouvoir affirmer sans grand risque de me tromper que c'est dans son lit qu'il couche sur le papier ses « inscriptions » pendant qu'une amazone somnole à ses côtés, ou bien étendu sur l'herbe pendant que ses amies les chèvres, mutines disciples de Montaigne, laissent leurs pensées aller à sauts et à gambades. Il n'y a qu'un fervent praticien de l'écriture en état d'attention flottante pour réveiller son lecteur en le régalant de remarques lucides. […] » (Frédéric Schiffter)
« Ce devrait être un livre d'où surgiraient des ruisseaux, de la fumée, des calvaires, des musiques de foire, des caravanes pliantes, toutes sortes de lumières et d'horreurs. Ce devrait être un livre plein de vertiges, de femmes nues, de fausses ingénues, de trucs foireux et de ravissantes jeunes tueuses. Ce devrait être un livre que l'on pourrait ouvrir à n'importe quelle page, pour le reprendre ensuite des années plus tard. Ce devrait être un livre paresseux comme un miroir, les odeurs en plus. Ce devrait être la fin de l'homme, espérant le commencement de l'humanité sans jamais y croire vraiment. » (157, Marquis de l'Orée)
« La vieillesse m'apporte un seul et unique avantage : les voix qui me harcelaient en parlant haut et fort se sont peu à peu éloignées. Quant à celle qui persiste, la plus entêtée, je garde espoir de l'anéantir en la couchant sur quelques pages. En refermant rapidement cet opuscule navrant, j'espère atteindre ce plaisir inexprimable d'enfin réussir à écraser l'ennemi. » (1304, Marquis de l'Orée)
0:00 - 125. 0:10 - 174. 0:21 - 208. 0:34 - 209. 0:48 - 347. 0:59 - 386. 1:22 - 421. 1:36 - 610. 1:53 - 627. 2:35 - 958. 2:49 - 1022. 3:03 - 1114. 3:12 - 1124. 3:25 - 1152. 3:40 - 1267. 3:53 - 1286. 4:09 - 1389. 4:20 - 1405. 4:38 - 1501. 4:49 - 1670. 5:03 - 1702. 5:14 - 1858. 5:33 - Générique
Référence bibliographique : Blaise Lesire, Opuscule Navrant, Édition numérisée par l'auteur.
Bande sonore originale : Mini Vandals - Vespers on the Shore Vespers on the Shore by Mini Vandals is licensed under a CC-BY attribution license.
Site : https://www.youtube.com/channel/UCTdSDPjB1kle7puRKAuHP_g/videos
#BlaiseLesire #OpusculeNavrant #Aphorismes
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ExistentialismeVoir plus
>Criticisme>Phénoménologie>Existentialisme (11)
autres livres classés : ScepticismeVoir plus





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
400 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre