AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arlette Elkaïm-Sartre (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070329137
108 pages
Éditeur : Gallimard (23/01/1996)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 899 notes)
Résumé :
L'auteur a développé les idées fondamentales exprimées dans ce livre à l'occasion d'une conférence faite au "Club Maintenant". Il l'a répétée en privé pour offrir aux adversaires de sa doctrine la possibilité d'exprimer leurs objections.

Dans les pages précédentes, on aura trouvé le texte des différentes intervention ainsi que les réponses de l'auteur.
[édition NAGEL]

"Beaucoup pourront s'étonner de ce qu'on parle ici d'humanisme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
denis76
  11 octobre 2019
J'ai dit deux gros mots en refermant le livre, ce qui est mauvais signe chez moi : )
Soit Sartre a fumé la moquette, soit il est pédant, soit je ne comprends rien et mon cerveau est défaillant.
Bon, j'ai lu une dizaine de livres de philo que j'ai tous appréciés, mais là, non !
.
Au début, ça part bien, il définit l'existentialisme comme philosophie où l'existence humaine ( naissance ) précède l'essence ( les projets de l'homme ), alors que pour le coupe-papier, c'est le contraire : on sait à quoi il va servir avant de le façonner.
.
Mais après, c'est flou, embrouillé contradictoire, rempli de phrases péremptoires et de certitudes non démontrées, de pirouettes, et il y a trop de « passages du coq à l'âne », c'est-à-dire de manque de transitions, et même d'incohérences.... et je dirais aussi : de mauvaise foi.
Lisez-le, vous me direz si je me trompe ! Ou plutôt, non : il n'en vaut pas la peine.
Un si « grand » bonhomme : c'est triste.
Par exemple, un des nombreux passages flous :
« Nous n'avons jamais discuté le fait que, constamment, l'homme est un objet pour l'homme, mais réciproquement, il faut, pour saisir l'objet comme tel, un sujet qui s'astreigne comme sujet. »
Vous comprenez quelque chose, vous ?
Un exemple de contradiction :
p92 « L'existentialisme n'admet pas la vérité de l'histoire ».
p106 « Les hommes dépendent de l'histoire ».
A la fin, il y a un dialogue avec Pierre Naville, intellectuel communiste et sociologue, donc, quand même pas n'importe qui, et il est capable de lui répondre des petites phrases sèches comme :
« Cela ne veut rien dire  »
« Absolument pas »....avant de repartir dans sa nébuleuse, son flou pas artistique.
.
Voilà.
.
J'avais lu « Le mur » et des nouvelles que je n'avais pas appréciées.
La vie de Sartre me semble aussi brouillonne que ses écrits, et encore plus sa parole qui suit dans le dialogue qui conclut le livre.
Né dans le XVIè, de parents aisés, d'une famille comportant plusieurs polytechniciens, Sartre est un brillant élément, mais un jeune farceur, quelque part surdoué. Il est sur tous les fronts littéraires, roman, théâtre, essais.
Ça ne m'étonne pas qu'il copine avec Boris Vian, après guerre. Deux surdoués qui prennent la vie comme une farce. Celui-ci le met en scène dans « L'écume des jours » sous le nom de Jean Sol Partre.
Bon, « L'existentialisme est un humanisme » est publié à la fin de la guerre.
Sartre crée peut-être « l'existentialisme », inspiré par Descartes et Heidegger, alors que Nietzsche et d'autres parlaient de philosophie existentielle.. JPS est sans doute profondément marqué par l'attitude des collabos, et c'est sans-doute à eux qu'il fait allusion quand il écrit :
« Les uns qui se cacheront, par l'esprit de sérieux ou par des excuses déterministes, leur liberté totale, je les appellerai lâches ; les autres qui essaieront de montrer que leur existence était nécessaire, alors qu'elle est la contingence même de l'apparition de l'homme sur la terre, je les appellerai salauds ».
Phrase pleine de rancune, à mon avis, mais quand même assez floue.
Pour en revenir au livre, je pense qu'il a défini clairement et intelligemment l'existentialisme....
Sa notion prioritaire de « liberté » m'interpelle, me convient .. ; avec certaines limites : on ne peut pas être Bakounine, on ne peut pas tout faire !
Sa notion de « responsabilité » est très intéressante, mais je pense qu'on ne peut pas, comme lui, l'étendre à l'humanité entière quand on fait un choix personnel !
« L'homme se construit », ça aussi, j'adhère...
MAIS...
Bien que dans la pratique, il ait pris fait et cause pour les opprimés, son rattachement à l'humanisme n'est pas évident , car JPS n'est pas démonstratif, lie mal ses assertions, je trouve.
De plus il définit
deux humanismes, le sien et celui d'Auguste Comte qu'il traite pratiquement de fasciste ! Non, on ne peut pas accuser les gens gratuitement comme ça !
Ensuite, il a du mal à situer son mouvement par rapport aux autres lignes philosophiques, proche du marxisme, mais pas dans le matérialisme, ni dans la glorification du futur, loin du déterminisme ( de Zola, dit-il ), car tout n'est pas joué [ ok pour ça ], et enfin loin des chrétiens, même de Jaspers, existentiel chrétien, car celui-ci est dans l'espoir de Dieu, alors que Sartre, athée, pense qu'avec ou sans Dieu, c'est la même chose. C'est pour ça que ses adversaires ont qualifié l'existentialisme sartrien de « pessimiste », ce dont il se défend vigoureusement... sans m'avoir vraiment convaincu.
.
Je rajoute mon grain de sel : JPS ne connaissait pas les spirites, mais il est vrai qu'à l'époque, Alan Kardec et ses tables tournantes donnaient l'image de clowns.
Je rajoute deux anecdotes :
-Je me rappelle JPS haranguant les étudiants, sur son tonneau en mai 1968 !
-JPS, perturbé par les cancres au lycée, fut respecté en fin de vie, et en 1980, des dizaines de milliers de personnes ont assisté à son enterrement.
.
Désolé pour la longueur de ma critique : )
.
Touche finale : bien que j'aie fait un long laïus, preuve que cet auteur m'interpelle, et me rappelle, en plus euphémique, « Blanqui l'insurgé » au siècle précédent,......
...je préfère les belles Lotus de formule 1 « JPS » ( John Player Special ) au JPS sur lequel je viens d'écrire : )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
Bydie
  19 décembre 2014
J'ai toujours aimé la Philosophie, bien avant de découvrir cette discipline en Terminale; c'est d'ailleurs en partie pour cela que je me suis orienté vers la Terminale Littéraire. La réflexion, la recherche de la vérité, les différents points de vue sur des notions abstraites et difficiles, la cultivation de ses opinions...
Si quelques ouvrages m'ont beaucoup plu, comme « L'Antimanuel de Philosophie » de Michel Onfray, ou le « Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les Hommes » de Jean-Jacques Rousseau, « L'Existentialisme est un humanisme » de Jean-Paul(-Charles-Aymard-Léon-Eugène) Sartre m'a littéralement bouleversé. Il s'agit probablement de son ouvrage le plus abordable, en tout cas de « pure philosophie » (j'entends par là que c'est exclusivement un ouvrage philosophique, non romanesque comme « La Nausée », ou théâtral comme « Huis Clos ») et qui propose une excellente approche de sa philosophie existentialiste.
« L'existence précède l'essence », une phrase culte, mythique, dont j'ignorais la provenance, prend tout son sens dans cet ouvrage de l'un des auteurs français les plus influents du 20ème siècle (avec Bergson, il est pour moi le plus influent). L'essence se définie par une vérité prédéfinie, Sartre prend l'exemple, dans « l'Existentialisme est un humanisme », du coupe-papier : avant d'être un coupe-papier, cet objet a d'abord été une idée dans la tête de son créateur, quelque chose qui allait se concrétiser, dans son rôle qui lui aurait été donné. Se dire que « l'essence précède l'existence », ce serait se dire que l'homme a été prédéfini, qu'il a d'abord été une idée dans la tête de quelqu'un ; probablement dans la tête de Dieu, ou d'une quelconque autre force supérieure et créatrice. Cependant, la philosophie Sartrienne étant athée, la phrase doit se prendre dans l'autre sens, c'est là que l'on arrive à la célèbre formule « l'existence précède l'essence » ; cela signifie que l'homme naît complètement neutre dans l'existence, ce qui n'est pas sans rappeler ce que disait Heidegger (un philosophe dont Sartre s'inspira beaucoup), « l'homme est jeté dans le monde », rien ne détermine ce que l'homme doit être. L'homme est libre de choisir ce qu'il sera, c'est également là qu'il se distingue de l'animal : l'animal a une essence avant d'exister. Prenons l'exemple du cheval, à peine né, le poulain se lève déjà et broute, il peut même être en mesure de galoper ; son essence est ici représentative de la « loi naturelle » déterminée par son instinct (ce qui n'est pas sans nous rappeler Rousseau et le « Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes », lorsque le philosophe s'intéresse à la liberté humaine, en faisant la distinction entre l'animal et l'homme). L'homme, lui, se détermine par ses actes, ainsi son essence vient à terme, lorsqu'il meurt. C'est ainsi que Jean-Paul Sartre explique la liberté de l'homme, certes de manière relativement résumé, mais c'est en quelque sorte l'idée principale de l'ouvrage.
Cette conférence est également l'occasion d'approcher un autre concept propre à Sartre : la mauvaise foi. Celle-ci se traduit par le refus de la liberté de l'individu, et donc des responsabilités qu'elle comprend. En effet, l'homme étant libre par ses actes (car l'existence précède l'essence), chacun de ses actes engage sa responsabilité, et engage l'humanité toute entière. Refuser ses responsabilités, c'est refuser sa liberté, et donc faire preuve de mauvaise foi.
Par ailleurs, ces deux idées présentes dans la philosophie Sartrienne font indéniablement penser à l'expérience de Milgram. En résumé, voici en quoi consiste cette expérience : un savant et un élève sont dans deux salles séparées (il s'agit en réalité de comédiens). L'élève est dans une salle, sur une chaise électrique factice reliée à un bouton dans la salle du savant. le savant fait entrer des cobayes (qui ne sont pas au courant de la supercherie) dans sa salle ; il fait réciter une liste de mots à l'élève dans la salle séparée, si ce dernier ne les cite pas dans le bon ordre, le cobaye doit presser le bouton afin d'envoyer de (fausses) décharges électriques à l'élève, d'abord de faible intensité, jusqu'à une intensité mortelle. Arrivée à l'intensité mortelle, la plupart des cobayes refuse d'aller plus loin ; mais le savant leur explique alors qu'il prend l'entière responsabilité de la mort de l'élève. Déresponsabilisé, le cobaye administre la décharge létale.
Si cette expérience vise à évaluer le degrés d'obéissance de l'individu devant une autorité légitime, cela entre bien dans l'idée de la « mauvaise foi » de Sartre. Cela peut également rappeler le cas Eichmann (traité par Hannah Arendt), un officier SS et membre du parti Nazi qui a conduit à la mort de nombreux juifs, déclarant qu'il agit ainsi, car il n'a fait que « respecter les ordres ». Seulement, ce cas Eichmann amène une autre notion : celle du Devoir, et lire Kant peut être plus intéressant et complet pour en percevoir toute la profondeur...
~ Bydie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
colimasson
  17 juillet 2015
Il a le beau rôle Sartre avec son existentialisme. Il tire ce concept de son chapeau à lapins et, tout fier, croyant avoir inventé l'eau chaude, il se donne le privilège de juger ceux qui agissent sans le connaître, ou qui agissent comme s'ils ne le connaissaient pas :

« Les uns qui se cacheront, par l'esprit de sérieux ou par des excuses déterministes leur liberté totale, je les appellerai lâches; les autres qui essaieront de montrer que leur existence était nécessaire, alors qu'elle est contingente même de l'apparition de l'homme sur la terre, je les appellerai des salauds. »

Et lui, Sartre, il s'appelle le philosophe, c'est certain.
Ce n'est pas très propre de se faire néologiseur et d'embrouiller le monde avec des concepts nouveaux, qu'il faut passer les 3/4 du livre à comprendre pour se rendre compte qu'ils sont finalement assez classiques et qu'ils se ramènent à la lucidité d'une responsabilité sans déterminisme (ce qui est en soi assez contestable). Les seules embûches proposées devraient être intellectuelles, pas sémantiques. Heureusement, le livre est court, mais Sartre philosophe est tellement imbuvable que j'ai déjà condamné "L'être et le néant"... pour le moment...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
cinecirque
  17 mai 2012
Je reste mitigée en achevant cette conférence sur l'existentialisme donnée par Sartre en réponse aux critiques qui lui étaient faites. Trop peu connaisseuse de sa philosophie et de la philosophie en général, l'ouvrage ne m'ayant pas marqué, je ne m'aventurerai pas à remettre en cause ce grand esprit.
Cependant, je trouve bien triste que le hasard tienne dans la pensée existentialiste si peu de place comme élément déterminant de nos vies. Ou bien le hasard serait-il partie prenante de la pensée existentialiste en tant que choix de ne pas s'engager? Mais je m'embarque là dans quelque chose d'un peu... capilotracté... car Sartre a bien précisé que l'existentialisme était une philosophie de l'action, et se soumettre au hasard, bien que cela fasse un bien fou de temps en temps, c'est rester passif face à sa responsabilité d'homme libre. Après tout pourquoi pas? Car si un quelconque dieu ne nous conditionne pas, nous sommes tout de même un brin conditionnés, en société, par l'acte d'autrui et, il faut bien l'avouer, par le hasard et la nature.
C'est probablement une conséquence de la vulgarisation que Sartre a choisi pour clarifier et établir des distinctions de la pensée existentialiste auprès de l'élite et de la "non-élite" (l'esprit du professeur remonte ici et est d'ailleurs efficace dans l'ensemble...), mais j'ai l'impression qu'il prône un contrôle parfait de nos vies que je trouve un peu dommage. C'est en tout cas la prinicpale objection que j'ai à faire (si tant est qu'elle soit valable au vu de la vulgarisation de cette pensée).
Néanmoins, on ne peut effectivement nier, après avoir lu cet Existentialisme est un humanisme, que cette pensée est profondément optimiste, puisque l'homme possède toujours la possibilité de choisir et est hors de tout déterminisme. Paradoxalement, si je suis très attirée par la puissance du hasard, je suis aussi séduite par cette idée, qui est en fait bien rassurante.
En bref, je ne suis pas une grande existentialiste, mais (et je n'en suis pas fière) j'y pioche ce qui m'arrange dans le sens où ça m'arrange étant donné que je n'ai pas tout compris dans les moindres détails. Comme moults petites gens de la vile roture, probablement...
Les romans basés sur cette pensée sont peut-être des compléments efficaces qui permettent de prendre position à partir de cas concrets. La Nausée, principalement, pourrait donc être un bon moyen de l'appréhender autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
JCLDLGR
  16 août 2019
Cette retranscription d'une conférence (donc de la pensée) de Sartre donnée au sortir de la guerre (1945) permet de mettre une signification de première main sur le concept d'existentialisme, ce mot ayant été mis à toutes les sauces depuis. Il s'agissait en effet de proposer à l'homme une vision autonome se sa vie et de ses actes.
J'avais besoin de vérifier, Il s'agissait en effet de proposer à l'homme une vision autonome se sa vie et de ses actes, rapport à ma propre approche de vie, que mes choix relevaient bien de ce mouvement et c'est en rangeant les livres de philosophie de mon fils, qui vient de passer son bac, que je suis tombé sur ce texte fondamental.
Celà dit, et passé les 30 premières pages, qui permettent de saluer la vision de Sartre de manière claire et argumentée, la lecture complète de ce texte devient vite lourde par son insistance démonstrative, sans doute liée aux conflit qu'il a ouvert avec ses amis marxistes.
Quant à l'intervention en fin de conférence de Pierre Naville, penseur marxiste, elle est totalement incompréhensible, mais elle révèle bien l'état d'esprit de certains philosophes marxistes du XXème siècle dont la rhétorique servait souvent à masquer ou même à justifier une forme de pensée totalitaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
FaeruneFaerune   16 février 2015
L'homme n'est rien d'autre que son projet. Il n'existe que dans la mesure où il se réalise, il n'est donc rien d'autres que l'ensemble de ses actes, rien d'autres que sa vie. D'après ceci, nous pouvons comprendre pourquoi notre doctrine fait horreur a un certain nombre de gens. Car souvent ils n'ont qu'une manière de supporter leur misère, c'est de penser " Les circonstances ont été contre moi, je valais beaucoup mieux que ce que j'ai été ; bien sûr, je n'ai pas eu de grand amour, ou de grande amitié, mais c'est parce que je n'ai pas rencontré un homme ou une femme qui en fussent dignes, je n'ai pas écris de bons livres, c'est parce que je n'ai pas eu le loisir de le faire, etc... Or en réalité, pour l'existentialiste, il n'y a pas d'amour autre que celui qui se construit, il n'y a pas possibilité d'amour autre que celle qui se manifeste dans un amour ; il n'y a pas de génie autre que celui qui s'exprime dans des œuvres d'art. Un homme s'engage dans sa vie, dessine sa figure, et en dehors de cette figure, il n'y a rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
AficionadoAficionado   07 avril 2010
Par humanisme on peut entendre une théorie qui prend l'homme comme fin et valeur supérieure. Il y a humanisme dans ce sens chez Cocteau, par exemple, quand dans son récit, Le Tour du monde en 80 heures, un personnage déclare, parce qu'il survole des montagnes en avion: l'homme est épatant. Cela signifie que moi, personnellement, qui n'ai pas construit les avions, je bénéficierais de ces inventions particulières, et que je pourrais personnellement, en tant qu'homme, me considérer comme responsable et honoré par des actes particuliers à quelques hommes.
Cela supposerait que nous pourrions donner une valeur à l'homme d'après les actes les plus hauts de certains hommes. Cet humanisme est absurde, car seul le chien ou le cheval pourraient porter un jugement d'ensemble sur l'homme et déclarer que l'homme est épatant, ce qu'ils n'ont garde de faire, à ma connaissance tout au moins. Mais on ne peut admettre qu'un homme puisse porter un jugement sur l'homme. L'existentialisme le dispense de tout jugement de ce genre: l'existentialiste ne prendra jamais l'homme comme fin, car il est toujours à faire. Et nous ne devons pas croire qu'il y a une humanité à laquelle nous puissions rendre un culte, à la manière d'Auguste Comte. Le culte de l'humanité aboutit à l'humanisme fermé sur soi de Comte, et, il faut dire, au fascisme. C'est un humanisme dont nous ne voulons pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lecassinlecassin   27 avril 2013
L'homme n'est rien d'autre que son projet, il n'existe que dans la mesure où il se réalise, il n'est donc rien d'autre que l'ensemble de ses actes, rien d'autre que sa vie.
Commenter  J’apprécie          840
Jean-DanielJean-Daniel   26 mars 2020
Dostoïevski avait écrit : "Si Dieu n'existait pas, tout serait permis." C'est là le point de départ de l'existentialisme. En effet, tout est permis si Dieu n'existe pas, et par conséquent l'homme est délaissé, parce qu'il ne trouve ni en lui, ni hors de lui une possibilité de s'accrocher. Il ne trouve d'abord pas d'excuses. Si, en effet, l'existence précède l'essence, on ne pourra jamais expliquer par référence à une nature humaine donnée et figée ; autrement dit, pas de déterminisme, l'homme est libre, l'homme est liberté. Si, d'autre part, Dieu n'existe pas, nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres qui légitimeront notre conduite. Ainsi, nous n'avons ni dernière nous, ni devant nous, dans le domaine lumineux des valeurs, des justifications ou des excuses. Nous sommes seuls, sans excuses. C'est ce que j'exprimerai en disant que l'homme est condamné à être libre. Condamné, parce qu'il ne s'est pas créé lui-même, et par ailleurs cependant libre, parce qu'une fois jeté dans le monde, il est responsable de tout ce qu'il fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AficionadoAficionado   07 avril 2010
Le choix est possible dans un sens, mais ce qui n'est pas possible, c'est de ne pas choisir. Je peux toujours choisir, mais je dois savoir que si je ne choisis pas, je choisis encore.
Commenter  J’apprécie          581

Videos de Jean-Paul Sartre (196) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Sartre
Rencontre avec "Un tout autre Sartre" (Gallimard, 15.10.2020) en compagnie du philosophe François Noudelmann. Empruntant des chemins de traverse, cette nouvelle biographie rend son épaisseur d'homme à celui qui fit de sa vie un manifeste existentialiste.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
Dans la catégorie : ExistentialismeVoir plus
>Criticisme>Phénoménologie>Existentialisme (11)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'oeuvre littéraire et théâtrale de Jean-Paul Sartre

Dans Huis Clos, l'enfer c'est...

Les oeufs
Les autres
La guerre
Les voisins

8 questions
311 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Paul SartreCréer un quiz sur ce livre

.. ..