AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Davreu (Traducteur)
ISBN : 2879295785
Éditeur : Editions de l'Olivier (19/08/2010)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Dave Rudman, chauffeur de taxi londonien, passe son temps à fulminer contre les Noirs, les Juifs, les Arabes, les bourgeois ou les touristes. Il déverse son fiel dans des écrits qu’il enterre au fond du jardin de Michelle, son ex-femme. Cinq siècles plus tard, après un terrible déluge qui annonce le MadeinChina (la Création), ses élucubrations sont retrouvées. Le « Livre de Dave » devient la Bible, la référence spirituelle du Nouveau Monde. En l’an 500 après Dave, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  29 juillet 2011
Bon je n'ai pas réussi à aller plus loin que la page 200... La critique générale est pourtant unanime sur le fait que ce roman : "Il claque sa race !"... Dans le fond je suis d'accord, l'auteur est un génie, par contre son style : prends tes gouttes nénette... c'est tellement riche que j'étais essoufflé à chaque fin de paragraphe...
Entre nous et pour tout vous avouer, je fais un complexe littéraire ...Hein ? Quoi ? Ou un quoi ? (formidable ça marche aussi …)
En faite, je voulais passer dans la cour des grands, devenir un adulte de la haute sphère intellectuelle, apprendre à apprécier tout l'ennui que peut apporter ce genre de roman...
Et puis finalement non, j'abandonne, rideaux messieurs dames, je suis une quiche de la littérature, moi je lis les romans de gare, les petits polars et les belles histoires à deux balles...Celles qui te font rêvasser le jour et la nuit...
Bref je n'arrive pas à comprendre comment vous faites vous les gens de la haute pour prendre votre pied ? Pour moi c'est comme la position du missionnaire entre deux culs-bénis qui n'ont pas compris que B... est un plaisir, c'est comme essayer de lire un mémoire quel qu'il soit, c'est comme regarder le film qui a reçu la palme d'or…
mais alors je suis un trou duc ?
D'après moi, non mais d'après vous peut-être ?
Aujourd'hui ça me dérange encore de ne pas savoir profiter de vos chefs d'oeuvre … Mais voilà il faut savoir accepter ses différences sans pour autant les snober…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
traversay
  29 août 2012
Will Self est un auteur intéressant. Parce qu'il n'est pas conformiste, parce qu'il écrit des livres à partir d'idées originales, parce qu'on se demande où il va les chercher, ces idées, et ce qu'il peut bien ajouter à ses céréales du matin pour avoir une telle créativité. On peut aimer Will Self tout en étant continuellement déçu par ses romans, qui commencent fort et tiennent rarement leurs promesses. Moyennant quoi, on continue de le lire, espérant toujours plus de cet écrivain hyper doué, ça, c'est difficile de prétendre le contraire.
Le Livre de Dave, tout juste paru en France, est pourtant antérieur à No smoking, qu'on a découvert auparavant. Ce n'est pas ce que cela ait est une grande importance, mais quand on suit un auteur, autant le lire de façon chronologique. le livre de Dave, comme Les grands singes ou Mon idée du plaisir, appartient au genre dystopique, particulièrement prisé par Will Self. Et cette fois, c'est du gratiné ! Imaginez : les délires rédigés par un chauffeur de taxi londonien qui deviennent, 5 siècles plus tard, l'Evangile des habitants d'une Angleterre qui, après le déluge, survivent dans une société plus proche du Moyen-Âge que de notre époque.
Le récit est partagé entre la description de ce nouveau monde et les dernières années de la vie de Dave. Il faut un peu de temps pour comprendre comment est construit le roman, mais ce n'est rien à côté de la langue qui est employée par les habitants de l'archipel d'Ingleterre : un sabir concocté à partir du cockney du chauffeur de taxi, sur lequel se greffe un langage SMS qui rend la lecture incompréhensible sans un lexique. Ca tombe bien, il y en a un à la fin du livre.
A travers cette société future, qui a fait de Dave son prophète, il est clair que Self s'attaque à l'obscurantisme de toutes les religions et de tous les dogmes. Ok, mais si le lecteur ne s'accroche pas pendant la première centaine de pages, il est complètement largué et se désintéresse peu à peu du livre. Et il survole alors une grande partie du roman. Tout en se sentant stupide, une impression pas très agréable.
Est-ce que c'est acceptable de dire que l'on aime bien Will Self mais moins ses livres ? Il serait peut-être raisonnable d'arrêter de le lire, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
yuukikoala
  29 avril 2014
Je ne sais par quoi commencer dans ma critique. Ca faisait au moins trois ans que ce livre m'avait attiré et que je souhaitais me le procurer, et quand j'ai vu qu'il était sorti en poche, j'ai sauté sur l'occasion. Et, moi qui m'attendais à un truc bien ironique, rempli de cynisme et d'humour noir, qui m'aurait fait sourire et m'aurait passionné malgré les six cents pages de ce livre, je suis redescendu de haut, et je me suis limite ennuyé tout le long de ce livre. C'est beaucoup plus tragique qu'autre chose en plus. Ce livre est divisé en deux parties : Avec Dave, ou on découvre son univers de taximan, de père divorcé et où on découvre ce qui lui arrive et ce qu'il pense. Cette partie m'intéressait assez souvent, parce que j'aimais beaucoup Dave, et que je voulais voir ce qui allait advenir de lui. Malheureusement, si au début les textes en italiques représentant sûrement ses pensées, m'ont paru vraiment intéressants et originaux et tout, c'est vite devenu un attrait embêtant de ce livre, d'autant plus que je ne pouvais pas supporter son ex-femme et que des fois on avait des passages où il n'y avait qu'elle. Je trouve quand même, que cette partie était bien. Avec le futur, où on plonge dans la totale dystopie, avec des lois très dures, des punitions sévères, et des ignorants qui ne se basent que sur un livre de religion. Je pense, que le genre de la dystopie et moi on s'entendra pas souvent, vu que j'ai pas aimé ce côté là. Pour beaucoup de raisons. En raison du livre de Dave, les habitants du futur parlent un drôle de langage, et ce n'est qu'à la deux centième page que j'ai enfin découvert qu'il y avait un glossaire pour les mots là. J'ai trouvé que ce langage était bien inventé, et m'a fait sourire à de nombreuses reprises. le problème de ce drôle de langage, c'est qu'il y a le soutenu, qui est écrit comme je vous écrit là, et le...SMS. Oui. Les habitants parlent en SMS et en abrégé. Et ça fait mal aux yeux. Je n'ai pas réussi à m'habituer à cette écriture, et c'est ça qui à commencé à m'énerver bien vite. Ensuite, j'ai eut l'impression que ce monde du futur, était très avancé technologiquement tout en restant dans l'ère de cro-magnon. Ca par contre, j'ai trouvé ça marrant. Et le fait d'introduire des nouvelles créatures comme les motos (qui doivent être supers trop adorables, j'en veux un à noël), était bien aussi. Mais. L'histoire de cette partie, traine en longueur, et pour aboutir à rien du tout, c'est juste de la déchéance et de la tragédie jusqu'au bout, et je trouve ça stupide. Ok, la dystopie ça donne pas forcément un message d'espoir (du peu de ce que ma soeur en a lu en tout cas), mais bon moi j'aime pas ça et voilà. Aussi, par contre, je trouve que la relation entre le passé et le futur est vraiment bien joué avec le parallèle entre les deux Carl et tout. Après, je pense que moi je n'ai pas été séduite par ce livre, parce que ce n'était absolument pas du tout ce à quoi je m'attendais, et que cette fois ça m'a déçu, qu'ensuite, c'est super longuet pour moi, et que le côté dystopique ne m'a pas botté. Je pense que les fans de dystopie pourraient beaucoup mieux apprécier ce livre que moi, donc même si ma critique est super négative, et que j'ai fini ce livre en lisant à moitié, si vous aimez la dystopie, essayez le quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MsGoliath
  18 mai 2012
Il était chauffeur de taxi, il devient "Dieu". Messie cinq siècles après le sien, Dave a enterré sa rage, sa folie, son dégoût profond du monde qui l'entoure au fond du jardin de son ex-femme. Ce livre va devenir la "bible" du nouveau monde.
Une chose est sûre, vous allez être déconcerté. Il est également hautement probable que ce livre vous fasse apprendre un tout nouveau langage (sauf si celui-ci vous perd). Une chose me taraude encore : comment cette idée de fou a-t-elle pu être couchée sur papier avec tant d'intelligence ?
Avec le Livre de Dave, vous n'avez pas fini de vous poser des questions types : "de quoi il parle ?", "on est où là?", "mais je comprends rien, c'est quoi ce bordel ?", etc.
Pas de panique, vous allez finir par comprendre (même s'il faut s'accrocher) et je l'espère, par être totalement happé par l'histoire et la laisser vous emporter dans ce monde assez noir et farfelu.
J'ai particulièrement aimé ce roman qui m'a tout de suite agrippé et ne m'a plus laissé partir jusqu'à la dernière page. J'ai été fasciné et surprise, ce qui est rare et d'autant plus appréciable. Un peu de fraîcheur - même amère - titille toujours en moi mon besoin et mon envie de nouveauté, largement assouvie avec ce roman.
Certes, il faut s'accrocher par moment, mais ça en vaut vraiment la peine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
moertzombreur
  16 septembre 2014
Attention écrivain barré.
Un taxi londonien est passé au hachoir de la vie quotidienne. Raciste et désabusé, il vomit toute sa haine dans un livre de réflexion intime destiné à son fils. Tout y passe : son métier de taxi, la place faite à la garde des pères en cas de divorce, sa misogynie motivée par le rôle de son ex-épouse. Quelques siècles plus tard ce livre a été retrouvé pour devenir une sorte de nouvelle Bible : il distille son poison et influence une nouvelle civilisation qui croupit sur le cadavre de notre monde actuel.
Will Self alterne les chapitres entre les différentes périodes mais sans suivre une chronologie linéaire, il invente aussi une nouvelle langue, un anglais mixé au cockney.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   10 septembre 2010
Dave emmenait des drogués chercher de la came à All Saints Road, des putains se faire baiser à Mayfair, des joueurs parier sur Gloucester Road, des chirurgiens charcuter à Bloomsbury, des sous-chefs cuisiniers hacher à Soho. Il ne remarquait rien, ne retenait rien - simplement heureux de conduire, d'aller par les rues murmurantes, sentant la surface sous ses roues passer du lisse au rugueux, du rugueux au plus rugueux, du plus rugueux au défoncé. Dans les aubes blanches, quand Hyde Park bouillonnait de brume, il se retrouvait foncer dans Belgravia, une maigre clope fichée dans son crâne, et à la vue des queues de demandeurs de visas - déjà alignées devant les consulats à cette heure matinale - l'idée lui venait que "c'est là les gens que j'ai déposés il y a quelques heures... Cet endroit leur sort par les yeux autant qu'à moi..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
brigetounbrigetoun   10 septembre 2010
À Chelsea, Thomas More se leva brusquement, son nez doré lançant des éclairs, tandis que de l'autre côté du fleuve les Bouddha aux oreilles tombantes s'agitaient dans leur pagode. En haut du cimetière de Highgate, la tête colossale de Marx tremblé, avant de rouler en bas de la colline en écrasant les tumulli des tombes récemment creusées. Toutes se dirigeaient vers Trafalgar Square, où le Nelson de cinq mètre de haut descendait prudemment de sa colonne, tandis qu'Edith Cavell passait d'un pas alerte devant St Martin-in-the-Fields, ses jupes de marbre raclant dans un bruit de ferraille les barrières pour piétons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
brigetounbrigetoun   10 septembre 2010
Les pensées de Böm portaient sur d'autres choses, car même en pleine fuite, son esprit spéculatif l'avait emporté et il flottait à l'intérieur de lui-même vers là où il pourrait entendre le second Livre crier depuis les rochers de Nimar. S'il est toujours là-bas... songeait Bôm... s'il est toujours là-bas, il aurait peut-être encore le pouvoir d'ébranler le PCO jusqu'au coeur. Il pourrait nous expliquer à nous-mêmes... l'Ingleterre - et même le monde entier....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
laulauttelaulautte   03 avril 2017
« Qu’est-ce qu’il y a de plus vilain au monde, papa ?
- Qu’est ce que t’as dit, Tiger ?
- Qu’est-ce qu’il y a de plus vilain au monde ? » Carl se tenait debout devant Dave en pantalon de pyjama imprimé de bébés éléphants. Ses dents de devant étaient de gros pitons blancs dans son visage joufflu de gamin de six ans. « Papa, qu’est-ce qu’il y a de plus vilain au monde ? » Il se répéta, et puis parce qu’il était un gosse intelligent, jamais troublé comme son père par la pure absence de forme de tout, il fournit sa propre réponse : « C’est de se tuer soi-même ? »
[…]
« Le pire, croassa Dave à haute voix, la pire chose au monde est de se tuer, Tiger, mais pas si tu le fais pour t’empêcher de tuer quelqu’un d’autre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   18 avril 2017
Entre les lignes étroites le nouveau Livre murmurait : les calottes glaciaires peuvent fondre, les jungles se dessécher, les prairies se calciner, la famille humaine peut en avoir, au mieux, pour encore trois ou quatre générations avant la Rupture, avant de se retrouver scindée de la TERRE MERE et contrainte de se coucher sur un canapé-lit crissant d'un milliard de squelettes d'animaux, il ne saurait pourtant y avoir d'EXCUSE à ne pas essayer de FAIRE DE TON MIEUX et de mener une vie honnête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Will Self (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Will Self
Will Self - Parapluie .A l'occasion de l'Escale du Livre de Bordeaux 2015, Will Self vous présente son ouvrage "Parapluie" aux éditions de l'Olivier. Traduit de l'anglais par Bernard Hoepffner. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/self-will-Parapluie-9782823601909.html Note de Musique : © Mollat Découvrez notre site : www.mollat.com & suivez-nous sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2753 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..