AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812614606
416 pages
Editions du Rouergue (23/08/2017)
4.17/5   433 notes
Résumé :
Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d'élever son petit frère, Kid. Réfugiés au coeur d'une forêt, ils se tiennent à l'écart des villes et de la folie des hommes... jusqu'au jour où le mystérieux passé d'Avril les jette brutalement sur la route. Pourchassés, il leur faut maintenant survivre dans cet univers livré au chaos et à la sauvagerie. Mais sur leur chemin, une rencontre va tout bouleverser : Sirius. Avec ce road trip po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (145) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 433 notes

florencem
  07 novembre 2017
Malgré les critiques très positives que j'ai pu lire sur Sirius, je n'ai pas vraiment accroché à ce road trip post-apocalyptique. Et cela à cause d'un personnage… ce qui est fort dommage car dans l'ensemble le roman est criant de vérité et porte un puissant message.
Le problème avec moi, c'est que si je n'adhère pas à un personnage principal, ma lecture est totalement biaisée. J'entends par là que je perds le plaisir de découverte, me focalise sur ce point négatif et il est difficile d'apprécier réellement le reste. Pourtant, avec du recul, je trouve que le roman mérite d'être lu et comme j'ai pu le constater beaucoup n'ont pas trouvé ce personnage si enquiquinant que cela.
Je parle de Kid. Agaçant à souhait dès le départ. Irritant au possible. Je sais qu'il est petit, dans les six ou sept ans, mais il n'empêche que je ne sais pas comment Avril, sa soeur adoptive, arrive à autant garder son calme. Désobéissant et entêté, le gamin n'en fait qu'à sa tête, ne croyant pas sa soeur, et les mettant en danger à plusieurs reprises. D'accord, il est jeune. D'accord la situation n'est pas facile. D'accord, c'est un comportement qui peut chez certains enfants de cet âge être normal mais… ouhhh ! la crispation totale et cela jusqu'à plus de la moitié du tome. J'ai pensé à abandonner d'ailleurs. Chose qui ne m'arrive que très rarement car je déteste ne pas finir un roman…Mais j'ai poursuivi, et fort heureusement, les choses s'arrangent.
Kid évolue et devient moins agaçant. C'est peut-être aussi dû au fait qu'Avril accepte petit à petit ce qu'est devenu l'enfant. Plus animal, moins homme. Avril qui porte tellement de poids sur ses épaules, qui subit énormément mais qui a une volonté de fer et cet amour pour ce frère qui déplace toutes les montagnes que la vie place devant eux. J'ai beaucoup aimé ce personnage d'ailleurs. Forte et fragile à la fois, il est facile de s'identifier à elle et de voir l'évolution qui se produit au fur et à mesure en elle. Il y a tellement de prises de conscience, de remises en question, de choix qui feront ou non la différence. Elle n'a pas eu une vie facile, mais elle n'a jamais baissé les bras, jamais été tenté par la facilité. Réfléchie et volontaire, elle a pourtant des défauts qui font d'elle un être humain tout simplement.
Outre Avril, j'ai aussi apprécié le côté animal du roman. Il y a une grande part de réflexion sur la condition animale, ce qu'ils représentent pour nous, la façon dont on les traite, nos ressemblances. L'auteur ne juge personne, il expose juste des faits. Il y a aussi dans le traitement utilisé par Stéphane Servant quelque chose de bienveillant et d'enfantin. Un émerveillement qu'il est si facile d'oublier. La présence des animaux est ainsi vraiment sublimée et permet de vraiment entrer dans la réflexion.
Un autre point aussi : la psychologie humaine. le contexte de roman, un monde post-apocalyptique, est assez dur à imaginer. Et pourtant, à travers tous ces personnages, je me suis dit que l'auteur avait très bien su dépeindre les différentes réactions que l'espèce humaine pourrait avoir. Et même si certains se comportent de façon civilisé, d'autres plongent dans la folie et l'horreur. Certains passages m'ont dégoûtée tellement le fanatisme et la violence étaient virulents. L'épisode de la ferme notamment où l'on comprend l'ampleur de la démence de certains. Il n'y a plus cette limite entre le bien et le mal. Juste une folie pure, dangereuse et meurtrière. Et c'en était glaçant.
Mais nécessaire, car le roman est un tout. La violence était nécessaire pour montrer le réalisme de ce monde, tout comme les moments de joie. Et c'est une des forces de ce livre. Les derniers chapitres nous montrent aussi une plus grande étendue de l'explication que l'auteur donne à son cataclysme et j'ai vraiment adhéré à cette idée. Tout comme le fait que la fin soit assez ouverte. Pour moi, Sirius est un peu le début d'une aventure comme l'annonce le compte à rebours des chapitres, d'ailleurs. Car après chaque fin, il y a un nouveau commencement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
Stelphique
  27 juin 2018
Ce que j'ai ressenti: « Nous sommes lé zétoiles de la Constellation. »
« -Moi, en attendant d'être mort, j'espère qu'on sera vivants. »
Il est temps de rallumer les zétoiles et d'aller en direction de Sirius avec l'adorable Kid et sa grande soeur Avril. En plus Kid, lé un garçon trop attendrissant, hyper sensible, et surtout un des derniers enfants à naître sur Terre. Alors le suivre, c'est suivre encore un peu d'innocence dans un monde en déclin. En effet, un terrible virus inexpliqué a tué la vie autant que l'espoir. Plus rien ne pousse, plus rien ne naît, plus rien de bon n'arrive. Reste le chaos. Alors mû par un courage et une étincelle de volonté, ses deux enfants traqués entame un long chemin vers ce qui leur parait, comme un eldorado possible, aller au devant de leurs souvenirs dans une quête d'illusion utopique, que la Montagne sera leur nouveau foyer…Mais le monde se meurt, les étoiles tombent du ciel, et l'humanité semble être pris dans une tourmente de folie….
« Kid alors compris que la beauté ne pouvait se départir de la liberté. Ce que l'on possède finit par perdre tout éclat. Comme si la liberté était l'essence même de la beauté. »
Avec une plume magnifique, Stéphane Servant nous conte un monde post-apocalyptique effrayant et désenchanté, mais dans la douceur et la naïveté de ses deux enfants, ce livre Jeunesse devient une étoile resplendissante, aussi brillante que son nom l'indique: Sirius. C'est un road-trip d'une beauté ravageuse, un livre qui sensibilise sur l'environnement, et une formidable histoire de fratrie. Il est dans ce livre des instants de poésie pure et une connexion avec la Nature qui redonne un souffle de vie dans ce panorama où règne le désespoir et la violence. Cette lecture, elle m'a bouleversée parce qu'il y a cet espoir candide mélangé à un désespoir infini, et cette histoire va longtemps résonner en moi…
"A quoi pourrait bien ressembler le monde si le ciel se vidait de ses étoiles? A quoi pourrait bien ressembler la vie si plus jamais on ne pouvait faire un voeu?"
Cet auteur sublime l'anticipation de son récit avec l'idée d'un lien plus « instinctif » avec la Nature mais, aussi dans son antagonisme avec la « communication » entre les espèces vivantes. J'ai trouvé cela magnifique, d'autant plus que ces pages bien « spéciales » sont d'une beauté lyrique lumineuse et viennent enrichir le compte à rebours des chapitres allant decrescendo vers une fin où, l'avenir est incertain…Il y a une certaine bienveillance dans ces pages, sans doute, parce qu'il est classé en Jeunesse, mais cette étiquette ne doit pas en refréner certains, parce que ce livre offre de puissantes émotions et réflexions sur nos comportements irréfléchis envers notre chère planète, mais je dirai aussi que l'auteur possède un oeil plutôt avisé sur les relations humaines. En abordant des thèmes forts comme le fanatisme et la folie du désespoir, l'altruisme et la transmission du savoir, Stéphane Servant montre les deux facettes de l'espèce humaine et finalement, le monde qu'il réinvente dans Sirius, est un idéal intéressant à atteindre…
« Depuis que la vie s'était tue, le monde n'était que silence. »
En bref, c'était une très belle lecture! Si jamais, vous voyiez une étoile turquoise briller sur les étals, n'oubliez de la prendre entre vos mains, il se pourrait que vous alliez bientôt faire partie de la Constellation…Sirius a éclairé mon p'tit monde, et y laissera une traînée scintillante dans mon coeur de lectrice…

Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
Ichirin-No-Hana
  12 janvier 2018
Dans un monde où un mystérieux virus tue la vie en provoquant la stérilité des humains mais également de toute vie terrienne, Avril, jeune adolescente tente d'élever son petit frère, Kid. Vivants isolés dans une cabane perchée dans un arbre, ils vont devoir fuir un danger qui les poursuit depuis longtemps et partir à la recherche d'une promesse de vie plus paisible dans la Montagne où le passé n'aura plus sa place.

Un peu comme la série Le Chaos en marche de Patrick Ness, Stéphane Servant nous livre avec Sirius un roman adolescent particulièrement dur et où les personnages sont loin d'être chouchoutés. L'objectif sera compliqué à atteindre et peu d'aide sera proposée à nos deux jeunes personnages. Les moments d'espoir céderont souvent la place au désespoir et à l'envie de tout abandonner. Tout le long du récit, on apprend à connaître nos différents personnages. On admire leur courage tout en découvrant leurs défauts et leur cruauté. Stéphane Servant nous propose une palette de personnages très intelligente et très vraie. Ces personnages authentiques sont très émouvants et la relation qui lie Kid et Avril est très poignante et émouvante. de plus, il ne faut pas oublier les animaux qui ont une place très importante dans ce récit (ce sont eux d'ailleurs les vrais protagonistes de cette histoire !).
Sirius est le genre de roman que l'on déguste. Assez lent à la lecture et assez contemplatif, ce roman a un je ne sais quoi de captivant. On est subjugué par la plume poétique de l'auteur et on suit ce road-trip jalonné par la cruauté des hommes avec beaucoup de peur et d'effroi. Malgré la cruauté des hommes, les descriptions de la nature et des paysages sont magnifiques et remplies d'une poésie très pure. Sirius nous fait beaucoup réfléchir sur le monde en général et sur le sens d'être un humain.
Sirius est un roman assez particulier qui ne plaira pas à tout le monde. Je pense que je l'ai lu au bon moment, car c'est le genre de moment où il faut faire un effort pour le comprendre et pour rentrer dedans. On peut très facilement rester extérieur au récit et cela serait bien dommage.
Je découvre l'auteur Stéphane Servant avec ce roman qui est son dernier sorti. Je continuerai bien sûr la découverte de cet auteur avec La Langue des bêtes et le Coeur des louves qui ont tous deux su rencontrer leur petit succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
domi_troizarsouilles
  31 août 2021
Ce livre, qui n'aurait pas forcément attiré mon attention autrement, faisait l'objet d'un Book club et d'une lecture commune sur plusieurs challenges, si bien que je me suis lancée dans les deux. Et je dois bien dire que, pour la première fois, moi qui aime beaucoup les lectures communes (même si elles ne constituent qu'une petite part de mes lectures au total), je ne l'ai pas vraiment bien vécue. C'est que, au fil des pages, j'ai été saisie d'un malaise de plus en plus grand face à l'intrigue ; or, parallèlement, la majorité des co-lecteurs encensaient de plus en plus ce même livre ! et, partant, le sentiment d'être « seule contre tous » a enflé en conséquence.
Suis-je tout simplement trop émotive / sensible / susceptible ? – trois synonymes, mais tous légèrement différents, tous possibles à vrai dire… quoi qu'il en soit, cette LC est devenue difficile pour moi car, quel que soit le bout d'avis que l'on donne sur la plateforme de partage, on craint d'avance la façon dont il va être reçu. C'est là le problème des mots, surtout à l'écrit : leur force de pouvoir dire tant de choses, mais leur faiblesse du fait que chacun les entend avec ce qu'il est, ce qu'il ressent à un moment précis – et quand le ressenti est à ce point différent, voire opposé à la majorité, malgré toute la bienveillance dont cette majorité tente généralement de faire preuve, on se sent bien isolée et on en perd même toute envie de poursuivre la lecture…. Ainsi, j'ai choisi de m'éloigner de cette LC alors que j'étais aux 59% de ma lecture, pour continuer « toute seule », plus sereinement.
Oh ! je n'ai pas trouvé que du mauvais, dans ce livre, bien au contraire ! Il n'en reste pas moins que, maintenant que j'ai tourné la dernière page, c'est un sentiment de consternation qui domine.
D'abord, l'une des choses que j'entends le plus fréquemment est que Stéphane Servant a une écriture magnifique, qu'il faut absolument le lire – et beaucoup comparent avec l'un ou l'autre de ses autres livres, mais pour moi c'est le premier livre de sa plume que je lis… et je ne suis pas certaine que j'en lirai jamais un autre ! Certes, l'écriture est belle, elle a quelque chose de poétique et/ou onirique, je le reconnais tout à fait. Il « montre » les choses bien davantage qu'il ne les « décrit », et c'est prenant car c'est précisément là tout l'art d'un écrivain – c'est aussi ce qu'on m'a toujours enseigné en atelier d'écriture, encore faut-il y parvenir, et clairement Stéphane Servant le fait bien. Mais soyons sérieux : cette écriture n'est pas non plus éblouissante ! J'ai déjà rencontré des livres qui m'ont emportée rien que par leur écriture, or ce n'est pas le cas ici ; pour moi la magie n'a pas opéré, même si je la sens bien un peu. Peut-être est-ce tout simplement trop « jeunesse » à mon goût ? Mais oui, je peux comprendre qu'une telle écriture charme et accroche, comme un certain joueur de pipeau attire tous les enfants du village, qui vont le suivre jusqu'à la rivière, hypnotisés, tandis que moi, (trop ?) adulte, je reste en arrière… mais au moins je ne finirai pas noyée !
Je précise tout de suite : je ne pense pas un seul instant que l'auteur ait eu une démarche revancharde comme le précité joueur de pipeau. Cependant, il envoûte un peu de la même manière, et si ses intentions à lui sont positives, elles n'en sont pas moins discutables.
On est donc sur les routes en compagnie d'Avril, une ado à qui on donnerait autour de 15-16 ans mais sans aucune certitude, les âges n'étant jamais précisés ; accompagnée de son peut-être petit frère, Kid, à qui mes calculs donnent à peu près 6 ans (Avril l'ayant « sauvé » alors qu'il était encore au berceau, donc bébé, mais ça pouvait être aussi bien 6 que 18 mois, or l'histoire se passe 5 ans plus tard), mais ce n'est jamais certain. Depuis une guerre qui a tout détruit autour d'eux, et dont les résidus restent une menace, comme ces bombes non explosées que l'on peut encore croiser çà et là, et un risque nucléaire constant, sans même parler de secousses sismiques devenues régulières (mais qui ne semblent pas dramatiques cela dit), ils vivent dans un arbre aménagé, sur leurs maigres rations, et vont parfois jusque chez Madame Mô, une ancienne domestique, âgée, qui vit désormais seule dans ce qu'il reste de la maison de ses anciens patrons. On est dans un monde post-apocalyptique, les premières pages décrivent les choses de façon assez glaçante et réaliste, avec aussi une attention écologique pas très poussée à ce moment-là, mais on la sent venir et grandir de plus en plus – ce n'est pas seulement la guerre qui a conduit le monde à ce désastre apocalyptique, mais aussi l'inconscience des hommes, leur surexploitation des ressources, leur non-respect de leur environnement.
Et puis un jour, Avril et Kid croisent la route d'une bande d'Étoiles noires, qu'on comprend vite être un groupe d'extrémistes religieux, composé lui aussi d'enfants tout juste ados, soit dit en passant. Ils sont à la recherche d'Avril, que leur chef, un certain Darius complètement fanatisé, semble aimer autant que détester. Dès lors, il ne leur reste plus qu'à fuir, et aller vers « la Montagne »…
L'intrigue est donc leur road-movie à travers les décombres d'une vie d'avant, une vie faite à l'image de l'homme conquérant maître du monde tel qu'on en a un trop grand nombre actuellement. C'est un monde apocalyptique assez réaliste, mais à mes yeux presque trop « doux » par rapport à la réalité, hélas. Eh oui : la réalité a tragiquement rejoint la fiction. Certaines de ces images post-apocalyptiques d'un monde de demain bien que non daté, eh bien, elles se sont tristement illustrées cet été : en Belgique et en Allemagne, pour les rivières qui charrient maisons, voitures et leurs propriétaires morts, au milieu des boues et autres déchets, probablement toxiques ; ou en Grèce … et même en Suède ou en Sibérie ! pour les forêts qui disparaissent dans des flammes incontrôlables. Ce monde post-apo, ce n'est donc pas un monde de demain, il est déjà là ! Et, comme vous pouvez (peut-être) imaginer, j'ai été bien plus bouleversée par les images que la télévision belge passait en boucle, de ces drames vécus à quelques kilomètres de chez moi, que par ce récit où deux enfants pas très nets évoluent, mais dont le côté poétique semble presque « plat » par rapport à la réalité vraie que des presque-voisins ont vécue hier…
Cela dit, si un tel livre peut aider à conscientiser les jeunes (et moins jeunes) au drame que la Terre est en train de vivre, dans la mesure où certains d'entre eux n'ont peut-être pas cette prise de conscience dans leur milieu familial (qui est le premier que l'on côtoie), alors j'ai envie de dire : oui, lisez-le, partagez-le dans les écoles ! Mais pour moi donc, ce n'est que de la répétition de choses connues depuis longtemps (c'est depuis les années 1980 que certains scientifiques tentent de nous alerter sur les conséquences des bouleversements climatiques, pour ne citer que cette problématique-là !) et qui par ailleurs n'offre pas vraiment de solution – si seulement il y en a une…
Malheureusement, j'ai aussi trouvé ce récit très « orienté », car sous le couvert d'une belle écriture, j'ai quand même eu la forte impression d'entendre ici un discours prônant le véganisme, ou peut-être l'antispécisme, qui sont les deux facettes d'une même façon de voir les choses. Je n'utilise pas ces mots à la légère ; mots qui ne sont jamais cités dans le livre hein, ce n'est pas ça que je dis ! En réalité, j'ai été relire les définitions qu'en donne Wikipédia. Ça vaut ce que ça vaut, mais je vous invite à les consulter (comme moi le 26 août), pour que mes propos puissent être compris avant d'être interprétés : https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9ganisme et https://fr.wikipedia.org/wiki/Antisp%C3%A9cisme.
Or, de telles théories me hérissent d'emblée, à cause de leur capacité quasi-systématique à culpabiliser plus ou moins explicitement tout qui pense autrement. Pour la petite histoire, je dois vous relater cet épisode avec une collègue végane. de sa bouche, j'ai eu droit, à plusieurs reprises, à un véritable discours moralisateur, sur le bien-être animal (que je plussoie), sur les bienfaits du véganisme (que je ne partage pas), et j'en passe. À chaque fois, j'avais l'impression d'entendre un sermon dans une église où j'aurais été entraînée malgré moi, qui essayait de convertir la malheureuse (ou méchante ?) « flexitarienne » que je suis. Et puis un jour, j'étais sans doute d'humeur maussade pour une quelconque raison extérieure ce jour-là, ce énième discours m'avait irritée, si bien que je lui avais répondu sèchement : « Non, pas flexitarienne, je suis omnivore, tout simplement, comme l'espère humaine et comme les cochons ! » Elle l'avait mal pris (comment autrement ?), et rassurez-vous : nous avons ensuite pris le temps de nous excuser mutuellement… Toutefois le mal était fait, et a renforcé mon sentiment de me trouver face à une espèce de nouvelle « religion » dès lors qu'il s'agit de ces sujets-là, auxquels on adhère et alors tout va bien, ou bien on n'y adhère pas (tout à fait) et on représente « le mal ». Or, ce roman délivre bien un peu un message du même acabit.
Certes, l'auteur a raison : l'homme exploite honteusement la terre et les animaux, il détruit la nature à tour de bras, le sait mais ne veut pas le voir –ça n'a rien d'une nouveauté, encore faut-il pouvoir l'entendre… Il dénonce bien évidemment, et à raison, des choix bien humains tels que l'agriculture intensive ou l'élevage de masse, dans l'irrespect le plus total, le plus inacceptable, de la terre et de ses habitants. Stéphane Servant n'est ni le premier ni le dernier à dénoncer ces actes de barbarie, mais sur le principe il a tout à fait raison !
Sur la forme, en revanche… Je pense tout simplement qu'il va trop loin, partant dans un extrême à l'oppose de celui qu'on connaît… mais je me méfie des extrêmes, et de la sorte son point de vue décrédibilise son message, finalement ! Pour ma part en tout cas, je ne crois pas un seul instant à une quelconque fable où tous les animaux, hommes inclus, seraient égaux et marcheraient ensemble vers un même but ! Soit dit en passant, cette vision a quelque chose de très noachique, assez déconcertant de la plume de quelqu'un qui, par ailleurs, avance un véritable plaidoyer antireligieux (en parlant ici de nos religions « traditionnelles »)…
Pour commencer, un « détail » en particulier me pose question : de tels courants de pensée, quoi qu'on en pense, sont assez typiques de notre monde occidental privilégié, ce qui me gêne beaucoup quand on parle d'écologie, de la Terre, du futur des hommes et des animaux… qui sont donc des valeurs universelles, qui sont censées concerner tous les hommes et tous les animaux. Rappelez-vous, aussi, ou sachez, pour ceux qui ne le savent pas, que je travaille depuis près de 16 ans désormais dans le domaine de l'aide humanitaire… sujet tellement sensible, revenu sur le devant de la scène ces derniers jours notamment à cause des événements en Afghanistan ; et pour moi, le sort de tous ces hommes, ces femmes, ces enfants ne peut être dissocié de ces autres problématiques universelles telles que le bien-être animal, le respect de la nature, etc. Tout est lié ! mais tant d'auteurs pro-bien-être animal pensent aux animaux en priorité, et ça, pour moi c'est insupportable – c'est du spécisme retourné contre l'humain…
Dès lors, c'est un peu « facile » (que ce soit voulu ou juste sans y penser) d'exclure d'une telle fable la moitié – si pas plus - de l'humanité et les animaux gênants !
Commençons par ces derniers : avez-vous remarqué comme le choix les animaux qui apparaissent tour à tour est opportun, d'une certaine façon ? Oh, bien sûr, l'auteur a bien veillé à bousculer le lecteur, je ne le nie pas : ce sont bel et bien des animaux qui peuvent surprendre, voire déranger, entre l'animal d'élevage/domestique (si, si : je connais plusieurs familles où un Sirius est choisi comme animal de compagnie !), l'animal de trait, l'animal dangereux ou le nuisible… Spontanément ils dégoûtent ou ils font peur, mais ça pourrait être bien plus terrible ; et puis bon, trois d'entre eux sont omnivores, le quatrième est herbivore, en quelque sorte ils restent « acceptables ». Imaginons la même histoire avec de purs carnassiers, par exemple respectivement un chat (pour la compagnie), un chien-loup (oui, oui, comme Croc-Blanc, qui a bien été chien de traîneau), un lion et un scorpion… ça aurait été tout de suite beaucoup plus compliqué à mettre en scène !
Bon, d'accord, je vais peut-être moi aussi trop loin, après tout c'est la liberté de l'auteur d'avoir choisi les animaux qu'il a choisis. Tournons-nous du côté des humains alors, et des décisions parfois extrêmes qu'il faut prendre dans certaines situations. Alors, comment iriez-vous expliquer, dans certains pays en guerre (et ils sont nombreux !), qu'il faut manger des plantes quand il n'y a plus rien et que de toute façon rien ne pousse, et qu'il ne faut surtout pas braconner ces animaux qu'on appelle aussi parfois « viande de brousse », car non, ce n'est pas bien ?! En effet, non, ce n'est pas bien. Pourtant, ça permet à peine de survivre… J'avais été tellement outrée, il y a quelques années, en voyant une émission que j'apprécie pourtant d'habitude ( « le jardin extraordinaire », l'une des plus anciennes, et généralement très belles émissions de la 1re chaîne de télévision belge francophone) où les présentateurs, non seulement dénonçaient ce braconnage, avec raison certes, mais en plus accablaient celles et ceux qui le pratiquent, au lieu de fustiger les vrais responsables. Or, certaines scènes du livre m'ont fait repenser à ce reportage, et j'en suis restée ahurie. Stéphane Servant vit-il donc dans un monde de bisounours où tout le monde va bien, merci, et ne fait qu'exploiter les animaux sans réfléchir ? La faim n'est-elle pas un moteur autrement plus puissant que toutes les théories bien-pensantes ? Certes, la « faim dans le monde » ne sera pas résolue demain… mais je ne suis pas certaine que le point de vue prôné ici aide à la résoudre jamais. Honnêtement, Monsieur Servant, posez-vous la question : si demain vous crevez de faim, si votre mère, votre père ou votre enfant se meurt de faim sous vos yeux, allez-vous vous contenter de le/la regarder sans rien faire ; allez-vous ignorer une source de protéines qui se balade sous vos yeux sans y toucher parce que tué lé zanimos, lé pas bien ?...
J'arrive là à un autre problème majeur de ce livre… et je suis presque soulagée : je ne sais pas trop ce que mes co-lecteurs en pensent, le sujet ayant été à peine évoqué avant que je m'écarte quelque peu du salon de partage, mais j'ai quand même lu ici ou là un certain nombre de critiques (très) négatives sur Kid. Pour ma part, je n'ai rien à redire de Kid en tant que personnage : c'est un enfant, plutôt bien décrit en tant que tel, avec sa spontanéité mêlée d'une part d'inconscience, sa joie de vivre qu'un rien éteint ou rallume, et aussi son étrangeté… Dans un premier temps, je me suis demandé si l'auteur voulait nous le présenter comme un enfant « simple » voire « simplet », nous sensibilisant à la thématique du handicap... Après tout, outre l'attachement à la terre et aux animaux, il aborde plusieurs autres sujets sociétaux, sur lesquels je ne m'attarderai pas dans ce commentaire, qui sera déjà bien assez long ainsi ! mais je pense notamment à la problématique des réfugiés aux portes de nos villes, ou les extrémismes religieux (que l'auteur ne semble pas distinguer des religions en tant que croyance modérée, on comprend qu'il ne voit les religions que par le prisme de l'extrémisme… mais comme dit plus haut, je ne vais pas approfondir ce sujet-là, qui n'est de toute façon pas central).
En parlant de personnage : j'ai aussi beaucoup aimé l'évolution d'Avril, son souci constant et infaillible envers Kid, quelles que soient ses motivations ; et le Conteur est juste « terrible » !
Bref, je digresse, mais donc : pourquoi pas le handicap ? Mais non, on comprend peu à peu que c'est autre chose… mais quoi ? Quoi qu'il en soit, ces traits de caractère de l'enfant ne m'ont pas dérangée en tant que tels, Kid était tout à fait bien typé dans son genre, pas de souci là-dessus.
Ce qui est beaucoup plus problématique à travers ce personnage de Kid, c'est le message improbable, et bien un peu contradictoire, que l'auteur a voulu faire passer (pour ce que j'en ai compris !), et plus encore, la façon dont il s'y est pris !
D'abord, on est d'accord sur le point que, à travers tout son livre, l'auteur tend à dire que les hommes et les animaux sont égaux… et pourtant il ne cesse de les distinguer lui-même ! Il y a plusieurs passages que j'ai trouvés ambigus en ce sens, et notamment ce bout de dialogue, pas trop spoilant je pense, qui m'a fait tiquer (parmi d'autres) : « - Oui, je ne sais pas comment c'est possible mais Kid comprend ce que vivent les animaux. Il entend leurs pensées. – C'est comme s'il était lui-même un animal, n'est-ce pas ? »
Pourtant, si un homme = un animal, c'est que l'homme est un animal, point-barre, ça ne peut pas être « comme si »! Il aurait été plus correct, plus réaliste, de dire que Kid a une sensibilité animale plus exacerbée que bien d'autres, par exemple, un réel don de communication. Après tout, même au sein de l'espèce humaine, certains sont plus doués que d'autres pour communiquer ! Mais ici la formulation est pour le moins maladroite… Oui, je joue sur les mots, mais je reste sur mon idée : soit l'homme (et particulièrement l'enfant Kid) devient peu à peu un animal, mais c'est contradictoire avec la théorie selon laquelle l'homme et les animaux sont tous égaux dès la naissance…
… soit il est un animal, certes humain, mais alors pourquoi ne peut-il pas conserver ses caractéristiques d'animal humain, dont un langage propre ?
C'est là probablement l'un des pires choix de l'auteur dans ce livre ! Il n'y a aucune raison que Kid régresse au point d'adopter le langage d'un tout petit enfant, voire pire. Certes, le débat existe : le langage est-il inné ou acquis chez l'être humain ? de ce que j'ai appris lors de mes études, et lu en regardant vite fait sur Internet, il est un peu des deux… Il est en partie inné, en tout cas l'être humain naît avec tous les attributs nécessaires pour que ce langage puisse se développer. Ensuite, pour peu que le petit d'homme soit suffisamment entouré, encouragé, motivé, ce langage s'acquiert sans aucun problème. Et même dans des conditions de non-scolarisation ! Prenons par exemple le cas de trop de petites filles, dans certains pays d'Afrique ou d'Asie du Sud (encore l'Afghanistan…), privées d'école parce que c'est trop cher et/ou trop loin et/ou parce qu'elles sont des filles, tout simplement : elles sont pourtant elles aussi tout à fait capable d'un langage articulé et cohérent ! Certes elles ne vont pas faire un discours philosophique sur l'être ou ne pas être demain matin, mais elles sont capables de s'exprimer et de se faire comprendre avec suffisamment d'aisance ! L'exemple extrême inverse serait celui de l'un ou l'autre « enfant sauvage » qui aurait grandi loin de toute attache humaine (on pense au célébrissime Mowgli), ou séquestré dans un environnement particulièrement nauséabond (il y a hélas aussi des cas recensés), où l'acquisition du langage n'a pas pu se développer, et devient quasi-impossible à partir de la puberté (si tant est que des enfants ainsi traités survivent jusque-là).
Mais ce n'est pas le cas de Kid : il n'est pas abandonné, et si Avril n'a pas les compétences pédagogiques d'une institutrice par exemple, elle n'en est pas moins un autre être humain qui veille sur lui, qu
Lien : https://www.livraddict.com/f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          68
deidamie
  12 juillet 2018
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un roman intitulé Sirius et signé Stéphane Servant.
Or donc, dans un monde dévasté par un virus mystérieux et désormais stérile, Avril, jeune femme déterminée, s'occupe tant bien que mal de Kid, son petit frère. Hélas, ils sont contraints de quitter leur abri dans la forêt pour fuir de mystérieux agresseurs. Une longue route commence…
-Vraiment très longue, la route.
-Rhôôh, n'exagère pas, ce n'était pas si ennuyeux que ça…
-Non, d'accord. Mais il y a à redire.
-Donc, il y a donc plein de choses positives…
-Et plein d'autres négatives…
-Mais ça suffit ! On n'y arrivera jamais si tu m'interromps tout le temps ! Bon!
Alors, un point positif pour commencer : dès le début de la narration j'ai trouvé l'immersion efficace. Les longs passages décrivant la vie d'Avril et de Kid sont bien menés et le mystère est savamment distillé, car très vite, il devient évident qu'Avril cache un Terrible Secret. Quel est-il ? Voilà l'un des enjeux de l'intrigue qui m'a poussée à poursuivre.
-Ben moi, dès le début de la narration, j'ai trouvé Kid insupportable. Je ne savais pas comment faisait Avril pour tenir avec ce gamin têtu, immature et inconscient jusqu'à la mettre en danger comme s'il n'avait pas deux sous de jugeote et qu'il était imperméable aux émotions de sa grande soeur.
-T'es un peu dure quand même. Ce n'est qu'un enfant !
-Un enfant dont les gaffes et le babil m'horripilent. Et son évolution m'a mise très mal à l'aise par la suite.
-Et un autre point intéressant, c'est l'ancrage du roman dans l'actualité !
Avec la ville isolée des réfugiés, le fanatisme et le propos clairement horrifié sur la pollution et l'abattage…
-Ce qui nous mène à un nouveau point gênant : le spécisme. Ou plutôt, l'antispécisme dans ce cas.
-Le quoi ?
-L'antispécisme. C'est un courant de pensée qui refuse de hiérarchiser la vie humaine et la vie animale. Toutes les deux se valent et l'une ne doit pas être privilégiée aux dépends de l'autre.
-Bah, c'est plutôt sympa, non ?
-Oui, tout à fait, en théorie. Cependant, dans un monde où il n'y a plus rien à manger parce que les animaux sont morts et que rien ne pousse, je ne vois guère comment tu peux te passer de viande quand tu en trouves. Si à la rigueur tu trouvais un champ de blettes et/ou de pommes de terre de temps en temps, d'accord, mais il n'y a rien de rien ! Là-dessus, le texte ne me convainc pas. Pas par idéologie, mais par souci de réalisme. Dans la même veine, les métaphores sur la fécondité anéantie d'Avril m'ont fait soupirer, je les trouve vieilles et usées.
-En revanche, les portraits humains sont réussis ! Comme le voyage fournit maintes occasions de rencontrer des gens, le lecteur en a pour son argent : des rencontres douces-amères, horrifiantes ou terrifiantes… La palette d'émotions et de caractères est large, et j'ai vraiment été surprise sur ce point. J'ajoute que le style est plaisant, multiforme ; sobre et efficace quand il s'agit de raconter, tronqué, abîmé lorsque Kid s'exprime, et capable de belles envolées poétiques.
-Hélas, cela ne suffit pas à me faire complètement vibrer. J'ai passé un bon moment, étonnant, surprenant, bref, plaisant. Cependant, le personnage de Kid m'a trop irritée pour que je me plonge totalement dans le roman.
-Tu es sans un monstre sans coeur !
-Absolument. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272


critiques presse (2)
Ricochet   28 septembre 2018
Stéphane Servant étonne, pioche vers le conte (Rosine), la folie (le fermier Herik), l'écologie (la ville corrompue versus les montagnes salvatrices), composant un roman d'aventures puissant et fourmillant de symboles. [...] Envoûtant et complexe, une vraie réussite littéraire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte   17 janvier 2018
Sirius est, avant toute chose, un roman éprouvant et, en fin de compte, très actuel, qui critique la société en en racontant sa perte. Il amène ses lecteurs à porter sur le monde qui les entoure un regard différent. Et ce, sans jamais oublier l’espoir.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   05 novembre 2017
Un jour peut-être, les hommes s’étaient crus différents. Parce que tout leur appartenait. Parce qu’ils avaient le pouvoir de vie et de mort sur les autres espèces. Mais à présent, à présent, ils étaient nus et grelottants, comme aux premiers jours du monde. A présent, ils étaient semblables, tous les cinq. Les hommes n’étaient pas différents du cochon.
- Ce cochon est plus mon frère que vous, souffla Avril. Nous ne partageons plus rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
AlineMariePAlineMarieP   31 août 2017
Quatre humains perdus dans un monde désolé et froid, le ventre tenaillé par la faim et la peur. Quatres humains qui n'étaient pas certains de vivre jusqu'au matin. Est-ce qu'ils étaient différents du cochon qui grelottait sur la roche gelée? Le garçon se trompait. Un jour peut-être, les hommes s'étaient crus différents. Parce que tout leur appartenait. Parce qu'ils avaient le pouvoir de vie et de mort sur les autres espèces. Mais à présent, à présent, ils étaient nus et grelottants, comme aux premiers jour du monde. À présent, ils étaient semblables tous les cinq. Les hommes n'étaient pas différents du cochon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LesperanzaLesperanza   09 décembre 2020
Il était la proie parfaite. Celui que tous voulaient dévorer, depuis la nuit des temps. Si bien que ses ancêtres, des générations de porcs avant lui, avaient accepté cela comme une évidence. Une fatalité. Ils venaient au monde pour mourir sous le couteau des hommes. Ils le savaient avant même de sortir du ventre tendu de leur mère. Il suffisait d’entendre les grognements, les cris, de sentir l’odeur de la peur dans l’urine, les déjections et la sueur qui imprégnaient les stalles où les truies étaient entravées. Ils n’étaient que de la viande. Et leur vie, leur vie de porc, n’était qu’un intermède entre leur naissance et le moment où le couteau se glisserait sous leur gorge. Un purgatoire qu’il fallait traverser docilement. Parce que depuis toujours le monde était ainsi fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cloud77Cloud77   25 août 2017
Je sais qu'un jour on sera morts. Toi et moi. Mais y'a quelque chose que j'sais pas : comment c'est, de mourir ?
Avril hésita à répondre.
- Comment c'est ? insista le gamin.
- On meurt un peu tous les jours, Kid. Sans s'en rendre compte. C'est pour ça que la vie est précieuse. Qu'il faut en profiter.
- Alors mourir et vivre c'est la même chose ?
- Les enfants ne meurent pas, frérot. Il grandissent.
Kid se releva, il glissa sa petite main dans celle d'Avril.
- Moi, en attendant d'être mort, j'espère qu'on sera vivants. Tous les deux. Très longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
milonademilonade   30 décembre 2017
Dans le ciel, les étoiles brillent.
On dirait qu'on les a jetées là, n'importe comment.
Mais en vrai, je comprends qu'elles sont alignées.
Elles font des dessins dans la nuit.
Elles sont des morceaux de quelque chose de plus grand.
Et nous, Sirius. Artos. Ésope, Kid. Avril, je le sens , tout au fond de mon ventre, on est pareils que les étoiles.

On est des étoiles.
Différents mais pareils.
Et on est des morceaux de quelque chose de plus grand.
Une Constellation.

La Constellation.

La Constellation ?
C'est comme ça que ça s'appelle ?
Ce mot, je l'ai jamais entendu mais pourtant, je le connais.
Et j'entends le tambour.
Le tambour des étoiles.
Le même tambour dans nos ventres.

La Constellation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Stéphane Servant (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Servant
Son roman « Miettes (humour décalé) » faisait partie des titres sélectionnés pour les Pépites du Salon du livre et de la presse jeunesse - France Télévision dans la catégorie Fiction Ados, l'auteur Stéphane Servant est l'invité de la pause Kibookin.
La pause Kibookin, ce sont des confidences sensibles d'auteurs et autrices sur leurs souvenirs de lecture et sources d'inspiration. Avec le soutien de la Sofia et du Centre Français d'exploitation du droit de Copie.
0:00 Introduction
autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Sirius - Stéphane Servant

Comment s'appelle la vieille femme qui apparait au début de l'histoire, devenue aveugle, qui vit seule au milieu des livres ?

Madame Pô
Madame Wô
Madame Mô
Jocelyne

6 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Sirius de Stéphane ServantCréer un quiz sur ce livre