AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2700253167
Éditeur : Rageot Editeur (13/09/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Virgil vit dans l’insouciance. Le Terme diagnostiqué à sa naissance fait de lui un 87 (il va vivre 87 ans). Mais un jour, une Brigade tente de l’arrêter. Il s’enfuit. Débute alors sa descente aux enfers.
Enna, elle, est Court Terme et vit dans le ghetto. Elle graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule proche du pouvoir, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Virginy
  30 août 2017
Dans cette dystopie, les habitants de la planète entière subissent un test à leur naissance qui établira leur espérance de vie. Suivant la longueur de celle-ci, chacun vivra dans un quartier avec d'autres personnes dans la même tranche d'espérance de vie, et occupera des postes plus ou moins important au sein de la société, les fonctions les plus importantes étant attribuées à des personnes Long Terme, qui vivront le plus longtemps. A l'inverse, le tri des déchets revient aux Courts Termes. Court ou Long Terme, la façon d'aborder la vie, de la vivre, est bien différente. Enna, Court Terme de son état, vit comme si elle devait mourir le lendemain, et par conséquent, ne perd pas une minute, un instant, pour pouvoir se révolter à sa façon, en peignant des graffitis dans les quartiers des Longs Termes où elle travaille. Comme celui-ci:
"Tous les hommes meurent, mais seuls certains vivent."
A l'inverse, Virgil, diagnostiqué Long Terme, prend la vie plus ou moins comme elle vient, sans se poser de question concernant ce qui l'entoure et ce système dans lequel il vit. Jusqu'au jour où il devient un fugitif. Peu à peu, sa vie bascule, lorsqu'il comprend qu'il n'est pas celui qu'il croyait être et qu'ILS veulent l'éliminer. ILS, ce sont ces anonymes qui sont au pouvoir, ceux sont ces personnes à qui appartiennent toutes les technologies qui entourent les gens, comme les Civic-LSS®, ces drones qui surveillent les faits et gestes dans les rues, en plus de l'Implant-ID® que chacun reçoit à sa naissance, implanté dans la paume de la main. Tous les habitants de la planète sont sous contrôle, et la plupart ne s'en rendent même pas compte, endormis par la propagande qu'ILS ont mis en place durant des décennies. Vous l'aurez compris, on retrouve un peu de cette ambiance Big Brother du 1984 de George Orwell, et c'est vraiment bien fait. Jean-Christophe Tixier nous dresse le portrait de cette nouvelle société et nous la rend facile d'accès. Et ces personnages! Enna, Lou et Virgil sont tous trois issus de milieux différents, ont un passé bien à eux. Leurs réactions face à ce qu'ils vont devoir affronter sont toujours cohérentes, leur psychologie est vraiment complète et le lecteur a l'impression qu'il s'agit d'amis de toujours. On exploite avec eux toute une palette d'émotions très fortes. Colère, peur, soulagement, tristesse, détresse, sentiment d'injustice, une certaine rage aussi, mais également de l'espoir. Tout cela nous les rend tellement crédibles, tellement proches. On ressent avec eux cette différence selon le Terme, qui remplace nos classes sociales actuelles, basées sur le revenus. Je crois que lorsque nous arrêterons de classer les gens, peu importe comment, on aura fait un grand pas!
Traitant de technologie, ce roman d'anticipation pour ado est effrayant. Non, il n'est pas mal écrit, loin de là. Non, il n'y a pas de scènes ultra sanglantes/trash, même si la violence est bien présente entre ces pages. Je pense qu'il donnera à réfléchir aux jeunes lecteurs friands de réseaux sociaux et de partages en tout genre sur les internets, et qui s'y adonnent sans penser aux conséquences sur leur vie privée, aux dérives qu'il pourrait y avoir. Car le raccourci n'est pas impossible, et il est même exposé dans ce récit.
"- Il y a des brouilleurs partout, la rassure-t-il. Nos propres brouilleurs, annonce-t-il avec fierté, qui nous rendent invisibles aux yeux de leurs saloperies de Civic-LSS®.
- Les Butineurs®?
- Ouais, si tu préfères. Ici, on n'utilise aucun nom qui pourrait rendre sympa toute leur technologie®. Ils ont eu Internet, les moteurs de recherches puis les méta-données, les contenus, l'information, les satellites, les téléphones. Avec une putain de technologie déposée®, protégée®, fermée®, hégémonique®, obligatoire®, captive®, et surtout intrusive® et cafteuse®. Ils ont endormi la population, qui a plongé dans l'individualisme® et la soumission®. Partout. Et tout le monde s'est laissé faire."

L'auteur expose même une théorie intéressante qui expliquerait que les gens se laissent enfermer dans un tel système:
"Tout le monde n'est pas d'accord avec ma théorie. Moi je pense qu'ils ont utilisé la même méthode pour nous enfumer que les cigarettiers à l'époque. On te vend une saloperie sans te dire ce qu'il y a dedans. On te rend addict, et on te fait croire que c'est une porte vers la liberté. Après, le tour est joué. Z'ont même plus besoin de se défendre. Des centaines de milliers de moutons sont prêts à lever la voix pour prendre leur défense."
Avec cette utilisation totalitaire des technologies, on croise l'oppression, on y voit des personnes séparées, des enfants arrachés à leur mère selon l'âge prévu de leur mort. Et la mort, justement! Elle est souvent mentionnée, car n'est-elle pas après tout ce qui nous attend à tous? La manière de l'appréhender n'est pas la même pour tous, suivant la longueur de son Terme, et paraît ici omniprésente, oppressante, au point qu'à trop penser à sa mort, on ne pense plus à sa vie. En la montrant autant, l'auteur nous expose la préciosité de la vie. Ainsi le tag d'Enna prend tout son sens. Et à bien y penser, à bien observer notre société actuelle, on se rend compte que c'est ce chemin que nous sommes en train de prendre, que c'est vers ce type de société que nous sommes en train de basculer.
Un roman que je trouve très réussi, qui fait s'interroger, qui fait réfléchir et qui ouvre aussi les yeux sur notre société actuelle où tout va de plus en plus vite. C'est aussi une manière d'inviter le lecteur à vivre pleinement sa vie, dans le respect de l'autre, de profiter de chaque opportunité qui se présente à lui, de chaque petit bonheur, de faire entendre sa voix là, maintenant. Car, demain, il sera peut-être trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
letilleul
  02 octobre 2017
Une dystopie qui fascine par son regard d'anticipation, elle se projette et fait réfléchir de manière très crue sur la société actuelle, ses rouages économiques, technologiques, culturel et politique. Au delà de l'intrigue, la tension est perceptible à chaque page, entraînant le lecteur entre intrigues et rebondissements au sein de réseau politique, scientifique et sociologique. L'urgence de vivre sa vie pleinement quand on en mesure sa durée est ici un ressort littéraire passionnant. Lisez ce livre car, peut être demain il sera trop tard...
Commenter  J’apprécie          180
Nenvyal
  07 septembre 2017
Merci à NetGalley et aux éditions Rageot pour leur confiance. =)
Un jour, après avoir acheté des places de concert, Virgil reçoit un coup de téléphone de sa mère comme quoi il ne doit pas venir à la maison. Les unités Spéciales sont là pour l'appréhender. Pourquoi ? Parallèlement Lou, une hackeuse, se demande ce qu'il se passe comme événement et Enna, va prendre une décision après un tragique épisode.
C'est un monde dominé par une société qui a inventé les Termes. Grâce à un test à la naissance, les personnes peuvent savoir à quel âge ils vont mourir. La société a changé et des classes sociales (hors riche et pauvre) ont émergé. En fonction du Terme, chacun a une vie différente dans une condition glorieuse ou misérable. Comme pourquoi avoir de l'éducation, avoir accès aux connaissances quand tu meurs à l'âge de 12 ans ? Tu sers juste d'esclave au Long Terme. Ils sont divisés en catégorie par rapport à l'âge du Terme : Court Terme, Moyen Terme et Long Terme.
C'est une dystopie crédible et assez réaliste. J'ai été déçue du pourquoi du comment mais en prenant du recul, je trouve ça logique et non abracadabrant. C'est un livre qui délivre plusieurs messages comme « être soi-même », « vivre sa vie comme on a envie », « ne pas avoir peur de réaliser ses rêves » et j'en passe... Certains arrivent comme un cheveu sur la soupe. D'autres, heureusement, arrivent au bon moment. Parfois, certaines scènes ne me semblaient pas nécessaires. Je me suis quand même laissée transporter par le récit. Je n'étais pas complètement dedans néanmoins j'ai aimé suivre nos protagonistes et les voir s'envoler, évoluer, prendre conscience de beaucoup de choses.
Ce n'est pas parce qu'on meurt jeune qu'on n'a pas le droit de vivre sa vie. Il faut profiter, en tout cas, savoir profiter.
« Ce système ne tient debout que parce qu'on ne se pose pas les bonnes questions et que tout le monde y trouve son compte, ou presque, poursuit-elle, laissant exploser sa colère. Chacun trouve normal que les fonctions importantes soient occupées par des Longs Termes, auxquels on offre une vie de rêve. Ce ne sont pas eux qui vont remettre en question ce principe. »
Ce roman, dans un sens, fait peur. Pourquoi ? Car demain, ce monde peut être vrai. Pas un jour prochain non mais de suite. le récit est assez complet. Nous rentrons directement dans le vif du sujet. Les différents points de vue nous imposent un rythme assez entraînant (même si certains, je voulais les expédier). On balaye un large panel. Ce n'est pas rocambolesque. On suit les sentiments des personnages, leurs vies, leurs vécus, leurs réactions. Ils passent par énormément d'émotions : le doute, la rage, l'amitié, le désir, la tristesse, la joie… Un monde en ébullition.
Comment prouver la manipulation, l'endoctrinent et la propagande ? Une dystopie très différente de ce que j'ai lu. C'est concentré sur l'essentiel, sur les préparatifs, sur les preuves et sur cette société. Elle est calme et pourtant explosive dans les émotions et les sentiments. J'avoue que je n'ai pas ressenti énormément d'émotions. J'ai lu tel un robot ce qui est dommage. Ce récit aborde un large éventail de sujet de la vie : le problème des classes sociales qui entraîne des comportements différents en fonction d'où on vient, un problème d'identité où on remet tout en question en découvrant d'où on vient et en venant d'où on vient, des aspects idéalistes ou extrémistes. Un univers violent bercé dans des convictions différentes. Une société dirigée par une entreprise, la FGAH, (sympa la spécificité des noms !) qui décide qui doit vivre et mourir. Des personnes opprimés, bercés d'illusions et bernés par un système. Des personnes fières qui ferment les yeux. Un monde de souffrance et de joie, d'envie et de répulsion. Les plus petits événements, les plus petits détails peuvent tout changer. Il suffit d'une seule erreur pour se rendre compte du monde. Il suffit d'une étincelle pour que l'espoir renaisse. Je préfère ne pas savoir l'âge de ma mort pour vivre tout simplement et ne pas stresser à l'approche de l'âge fatidique.
« Il se penche en avant, observe Lou un moment, puis reprend :
- Tu voudrais que l'on revienne à l'époque où on ne savait pas ?
Elle reprend un moment pour réfléchir.
- Peut-être. Je n'aime pas l'idée d'organiser ma vie en fonction d'un compte à rebours qui égraine inlassablement les secondes. Car nos vies sont devenues d'implacables comptes à rebours. »
L'écriture riche de l'auteur est fluide et entraînante. On rentre dans le vif du sujet : les valeurs de la vie et les problèmes rencontrés, les oeillères pour rester dans un cocon au lieu d'ouvrir les yeux…
« Je vois que le pouvoir a parfaitement domestiqué la population, le raille-t-elle. A croire qu'avec la généralisation du Term-Test®, tout le monde accepte son Terme comme une fatalité, et personne ne remet en question la dictature que cela induit. Tu es un parfait mouton, comme les autres. »
Virgil m'a étonné. Un garçon qui voit sa vie basculer et qui va faire plein d'erreurs. Il va tout remettre en question et a un sacré caractère. Enna est pareil, elle rêve tellement de liberté, qu'elle voit jusqu'où ça peut aller. Elle est en colère et réactive. Virgil et Enna se ressemblent. Et Lou celle qui ne change pas, reste elle-même et qui est l'ombre. Ils sont très différents. Certains comportements sont très réalistes, par contre d'autres c'est un cheveu sur la soupe. Je me suis plus attachée à Lou et Enna (un moment non, je levais les yeux au ciel) que Virgil. C'est celui qui m'a agacé. Il voit sa vie chamboulée, ses repères détruits… ses réactions semblent justes (c'est vrai, qu'il y en n'a pas des « pas justes ») mais il était chiant, énervant… Parfois ils ne réfléchissaient pas. le truc que je n'ai vraiment pas aimé ce sont les sentiments « amoureux » et/ou « désireux » spécialement concernant Enna et Virgil… J'ai rien compris. Ça ne m'a pas plus du tout. Je n'aime pas qu'on mette une scène pour délivrer un message spécifique. Ça ne l'a pas fait. J'étais super déçue du choix de l'auteur.
Par contre Jolson, c'est un de mes personnages favoris. Il est enroulé dans un moule, une société régit par le Terme qui est l'âge de la mort. Il en veut aux Courts Termes qui pour lui sont des déchets. Pourtant, petit à petit, on voit l'esprit conditionné, fermé qui se rend compte du monde, des joies des différences et de tout ce que ça a engendré et engendre.
Donc ils sont tous diversifiés, réagissent différemment à leur malheur. Des réactions extrêmes tellement humaines et parfois ignobles de tout de même. Des réactions réfléchies à des réactions soumises aux humeurs.

C'est un roman qui fait réfléchir. L'auteur réussit à montrer l'endoctrinement d'un système. Ce récit ne monte pas en crescendo, mais nous montre juste l'essentiel, un envers du décor et les conséquences. Les petits détails qui peuvent faire tout la différence. Un univers effrayant qui nous dit qu'il faut changer et ouvrir les yeux sinon Demain, il sera trop tard. Dommage, que je n'ai ressenti limite aucune émotion.
Lien : http://de-fil-en-histoire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coquinnette1974
  20 octobre 2017
Merci à NetGalley et aux éditions Rageot pour "Demain il sera trop tard", une dystopie qui, sans être un coup de cœur, m'a beaucoup plu.
Comment vivre sa vie pleinement en sachant qu'à cours terme, on va mourir ?
Dans cette société ci, il y a les termes, chacun sait à quel age il va mourir ce qui évidemment, change la donne !
Pourquoi avoir une bonne éducation si on meurt à 16 ans ? Autant réserver les belles vies à ceux qui vont vivre vieux.
Mais évidemment dans ce monde futuriste tout n'est pas si simple...
Les personnages sont attachants, j'ai apprécié l'ambiance, et je trouve l'histoire vraiment bien ficelée.
Ce roman fait réfléchir et il ne m'a pas du tout laissé indifférente.
L'écriture est agréable, et "Demain il sera trop tard" est un bon roman jeunesse à qui je donne avec plaisir quatre étoiles :)
Commenter  J’apprécie          120
Mllelilyn
  18 août 2017
Dans cette société futuriste, le système a été refondu. À la naissance, chaque individu est exposé à un test qui lui permet de connaître sa durée de vie. À partir de là, sa vie entière est régit par son terme. Les longs termes disposent d'avantages que les courts termes fantasment et l'antagoniste entre les termes accroît de jour en jour. Pourtant, un grain de sable va venir ébranler tout le système en place. Un grain de sable pas si minuscule, puisque chacun a ses raisons pour se battre contre ces nouvelles technologies et leurs créateurs qui dirigent le monde.
Ce livre m'a rappelé le film « Time Out » que j'avais adoré. Les codes de la science-fiction y sont, sans pour autant tomber dans des clichés sans fins que j'ai de plus en plus de mal à apprécier.
L'histoire est longue, environ 440 pages, ce qui nous permet non seulement nous imprégner de l'univers, mais également de cerner les codes de cette société par le biais d'une description précise, permettant une immersion totale. Mais ce qui m'a le plus marquée, c'est la personnalité des personnages. Chacun est dépeint avec soin, avec des personnalités, un passif et une manière de ressentir les émotions totalement différentes.
Virgil en premier lieu, est un personnage qui a toujours vécu en paix avec ses deux parents et quand le couperet tombe, sa réaction est cohérente. On abandonne les clichés habituels pour un personnage imparfait, que l'on prend plaisir à suivre. Virgil est d'abord égoïste, un brin hautain, mais plus l'histoire évolue, plus il va comprendre ce qui lui arrive et s'engager dans un combat qui le dépasse parfois et qui l'amènera à rencontrer de belles personnes, mais aussi à souffrir. J'ai adoré Virgil, justement parce qu'il n'est pas parfait, il est vrai, il ressent de vives émotions qui l'amène parfois à prendre de mauvaises décisions.
Enna est également un personnage que j'ai adoré. Elle est sombre et agit de manière inconsidérée et égoïste dans bien des situations, mais elle a souffert et on la comprend. On ressent cette rage bouillonnante qui la consume et son besoin de vengeance.
Lou est ma petite préférée. Elle est brillante et sous ses allures d'agent secret, j'ai adoré sa sensibilité.
Au départ, j'ai eu un peu peur de me lasser de cette lecture, pourtant l'action commence immédiatement, mais comme l'univers nous est inconnu, on peut rapidement se retrouver perdu. Hors, j'ai bien fait de continuer, puisque dès le cinquième chapitre, j'étais accro et je ne pouvais plus m'arrêter. On a envie de comprendre le pourquoi du comment et surtout de suivre les personnages dans leurs aventures.
La plume est très accessible, en bon YA et surtout d'une grande fluidité. Les dialogues, surtout, sont parfaitement réalisés et donnent un rythme soutenu à cette histoire déjà pleine d'action et de rebondissement.
L'intrigue en elle-même est géniale. le travail autour de ce livre m'a vraiment impressionnée et chaque mot, chaque technologie du système comporte un nom. La fin est une fin relativement ouverte et j'ai vraiment apprécié, cela permet de ne pas terminer brutalement et de laisser le loisir au lecteur de faire jouer son imagination.
L'ambiance du livre est souvent très oppressante et l'auteur réussit merveilleusement à nous transmettre les moments de panique, de peur, de soulagement. Quant au sujet, il traite d'oppression, de totalitarisme, de séparatisme, de politique défaillante guidée par des lois bioéthiques largement refondues. C'est à la fois intéressant et fort comme sujet et je trouve intéressant de le traiter ainsi, surtout pour ce public.
Outre la question d'éthique générale, j'ai été amené à me poser des questions quant à notre époque, à l'heure où on est capable de créer des bébés médicaments pour sauver un être malade, à l'heure où la nature commence à être totalement bridée par l'homme, ne sommes nous pas en train d'arriver inexorablement vers cette société peu élogieuse ?
La mort est également un sujet qui revient sans cesse et qui nous oppresse, comment vit-on quand on se sait condamner à mourir quelques années? Comment peut-on mettre un enfant au monde, si on sait qu'il va mourir avant nous? Beaucoup de questions et de moments de détresse psychologique dans cette dystopie. C'est perturbant et à la fois grisant pour le lecteur de ressentir la tension liée à cette peur constante de mourir.
Je suis passée par toutes sortes d'émotions avec ce livre, l'énervement, la tristesse, le dégoût, le sentiment d'injustice profonde qui m'a donné mal à l'estomac plus d'une fois, mais également la hargne puis l'espoir. Certains passages sont très forts et les disparités qui y sont mentionnées m'ont fait sortir de mes gonds, avant de réaliser qu'elles existent déjà dans notre monde. Une belle leçon !
En bref, une histoire originale, écrite avec précision et fluidité avec des personnages attachants et réels et un sujet profond et bien mené qui nous pousse à réfléchir et nous offre un panel d'émotion rare. Une très belle découverte.
Lien : https://lilyn.fr/2017/08/18/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   02 octobre 2017
Chacun suit toujours avec attention les joutes qui opposent Mica et Zad. Mica l'idéaliste, qui rêve d'une société pure où la notion de liberté inspirerait chaque décision, contre l'ancien agent des forces de l'ordre.
- Alors au nom de la sécurité, on peut s'asseoir sur nos principes, c'est ça ? a tenté Mica.
Commenter  J’apprécie          80
ebardinebardin   07 mars 2018
"un Butineur R se positionne au-dessus d'elles. C'est ainsi que tout le monde surnomme ces engins volants de surveillance [...] A la moindre alerte, ils déclencheront une alarme, provoquant l'intervention rapide des Brigades de Sécurité." p.14
"Dans un peu moins de trois mois, il aura 18 ans, et il est un 87. A moins d'un accident, il lui reste donc un peu plus de 69 années à vivre, soit près de quatre fois ce qu'il a déjà vécu. [...] Il repense à l'hôtesse qui vient de lui vendre les places de concert. Est-elle une 25, une 28 ou, dans le meilleur des cas, une 30? Le poste qu'elle occupe ne nécessitant aucune qualification particulière, son Terme ne peut pas être plus élevé. " p.19
"FGAH a mis au point un test génétique, le Term-Test [...] Il permettait, selon cette fondation, de déterminer la durée de vie d'un nouveau-né [...] de connaître, de manière certaine, le Terme de chaque individu. [...] Pourquoi gaspiller l'argent public en finançant une scolarité à des jeunes qui n'atteindraient jamais l'âge adulte? Ou bien proposer de longues études à ceux qui ne dépasseraient guère la trentaine? "p.35-36
"Un jour, ILS tomberont, se motive-t-elle.
Ils ou EUX. Ce sont les noms qu'elle et son contact utilisent pour désigner les dirigeants de la Fondation génétique pour l'Avenir de l'Humanité (FGAH), qui détient les droits de propriété exclusifs sur le Term-Test."p.44
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alapagedesuziealapagedesuzie   13 septembre 2017
La minute qui va commencer est la même pour tout le monde [...]. Que l'on soit Court, Moyen ou Long terme. Elle durera autant pour chacun. Notre liberté consiste à décider comment on va la vivre, la remplir, ou simplement à quoi on va l'employer. Celui qui a conscience de cela va vivre avec plus d'intensité que les autres.


Commenter  J’apprécie          30
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   16 septembre 2017
- Ils ont eu Internet, les moteurs de recherche puis les métamoteurs, les contenus, l'information, les satellites, les téléphones. Avec une putain de technologie déposée, protégée, fermée, hégémonique, obligatoire, captive, et surtout intrusive et cafteuse. Ils ont endormi la population qui a plongé dans l'individualisme et la soumission. Partout. Et tout le monde s'est laissé faire.

Mika pousse un nouveau cri, plus aigu encore.

- Ici tout est libre ! On chie sur leur Term-Test, leurs Districts, leurs Check-points, leurs Info-Caps et tout ce qui va avec. Nous on vit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
beamag87beamag87   21 août 2017
Le coeur battant, Virgil prend place dans la file. Ils sont une douzaine. Le pus jeune doit avoir six ou sept ans. Entre deux quintes de toux qui lui arrachent les poumons, ils se retourne vers sa mère, lui adresse de petits signes de la main. Son visage ne reflète pas la peur. Que lui a-t-elle raconté pour qu'il accepte cette situation sans broncher? Quels mots a-t-elle trouvés pour qu'il comprenne ce qui est en train de lui arriver? Peut-être a-t-elle fait le choix de lui cacher la vérité?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..