AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812605581
541 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (21/08/2013)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 155 notes)
Résumé :
Une histoire impressionnante de secrets de famille, d'amitiés enfantines, de légendes et de malédictions, sur trois générations. Le coeur des louves est un roman-fleuve qui tient le lecteur en haleine de bout en bout.

Célia et sa mère Catherine, une ancienne écrivaine à succès en panne d'écriture et à bout de ressources, reviennent vivre dans la maison de la grand-mère. C'est la fin de l'été. Rien n'a changé depuis la mort de la vieille dame il y a de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
Lesperanza
  15 janvier 2021
"Une histoire impressionnante de secrets de famille, d'amitiés enfantines, de légendes et de malédictions, sur trois générations. le coeur des louves est un roman-fleuve qui tient le lecteur en haleine de bout en bout."
Ce n'est pas moi qui ait écrit ceci, mais j'ai trouvé que cela résumait plutôt bien "Le coeur des louves", que j'ai achevé hier soir. :)
Je connaissais déjà l'auteur, de qui j'avais lu "Félines" il y a environ un an (un de mes rares 'coups de coeur absolu' de ces deux dernières années) et "Sirius" (que j'ai lu récemment). En voyant "Le coeur des louves" à la bibliothèque, je l'ai emprunté un peu sans réfléchir. La quatrième de couverture m'intriguait et j'aimais bien la plume de l'auteur, aussi me voilà à commencer cette lecture.
Je dois bien reconnaitre que j'ai eu du mal à rentrer dans le récit et à m'attacher au personnage principal de Célia. Et là, j'ai terminé ce livre, et il m'est difficile d'écrire un avis dessus. Je suis partagée, j'avoue. D'un côté j'ai aimé ; l'histoire n'avait rien de vu et revu, non : c'était prenant, orignal, particulier. Un livre qui sort du lot, je trouve.
Mais d'un autre côté, je n'ai pas adoré. Je n'ai pas ressenti plus d'attachement que ça envers les personnages, n'ai pas été transportée dans le récit...
Peut-être que, quelque part, j'aurais voulu l'apprécier davantage, car je pense que c'est un très bon livre pour adolescents. Mais personnellement, ce n'est pas un coup de coeur. Simplement une découverte originale que j'ai bien aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Ancolie
  26 février 2014
«Tout commence par une histoire. Tout commence toujours par une histoire.» Célia arrive dans un village du sud dans la maison de sa grand-mère décédée, Tina. Sa mère, Catherine, la rejoindra plus tard. Célia est un peu paumée, pas à sa place dans un village aux regards inquiétants qui la jugent étrangère. Seule Alice, une amie d'enfance, lui ouvre ses bras. On aurait pu croire que l'histoire commence là, avec l'errance de Célia. En fait, non. Elle débute avec Tina, sa grand-mère au passé trouble. Secrets, disgrâce, violence, … beaucoup se cache dans un passé qui empoisonne le présent. Célia sera-t-elle celle qui va faire exploser les murs infranchissables du temps ?
J'ai été giflée par ce roman. Une écriture intelligente et sacrément belle. Une ambiance qui prend aux tripes. Une virilité étouffante. Des hommes qui se croient tout permis. Des femmes qui ne peuvent que se soumettre. Des vies qui se gâchent elles-mêmes. Et Tina, Catherine, Célia et Alice, qui se font louves pour échapper à tout cela. Elles hurlent pour prouver leur désarroi. «C'est le cri, le hurlement, la plainte de ces femmes qui sont en-dehors du monde parce que les hommes leur ont refusé le droit d'aller librement dans le monde. C'est la rage, la colère, la peur, les pleurs, le trop-plein de vie et les ombres de la mort, un mystère insondable qui n'en finit pas de résonner (…)» le coeur du roman est ici, dans celui des louves qui réclament vengeance. Quelle puissance se dégage des pages avec ces femmes qui défient les convenances !
Ce roman est un hymne à la féminité, à la liberté et à la vérité. En tant que lecteur, nous grandissons en même temps que Célia. L'histoire est complexe, riche, sans complaisance, ni facilité. On est emporté dans le flux des vérités de chacun. L'auteur bouscule notre confort. Quand Alice et Célia deviennent louves en se parant de fourrure animale, je me suis sentie à la fois dérangée et admirative. Ces jeunes filles osent libérer leur sauvagerie et devenir entières en accord total avec leur conscience et leurs désirs. Elles réveillent l'animal qui est en nous.
Après son excellent «Souviens-toi de la lune», Stéphane Servant m'éblouit à nouveau. Merci à lui.
«Je suis louve.
Sur mon pelage court le chant du vent.
Sous mes pattes, la terre qui pulse.
Le coeur de la terre.
Boum boum Boum boum Boum boum»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Ichirin-No-Hana
  13 février 2018
Ayant découvert la plume de Stéphane Servant tout récemment avec son dernier roman Sirius, je continue ma découverte de l'auteur avec un roman totalement différent : le Coeur des louves. Après l'univers post-apocalyptique, nous voilà perdue dans la montagne à nous pencher sur la vie de trois femmes liées par le sang et par un destin commun.
Le Coeur des louves nous dépeint le destin de trois femmes d'une même famille sur trois générations. A travers le regard de Célia, jeune adolescente, nous découvrons l'histoire familiale de sa grand-mère et de sa mère. Histoire familiale qui a encore de nombreuses répercussions sur la plus jeune. En revenant vivre dans la maison de sa grand-mère (morte depuis des années) avec sa mère dans un village complètement perdu dans la montagne, Célia ne pensait en aucun cas refaire ressurgir de vieilles histoires et de vieilles légendes.
Le Coeur des louves est une expérience de lecture très particulière et qui ne laisse pas de marbre. Bercés par l'écriture poétique de Stéphane Servant, nous découvrons une intrigue mystérieuse et pleine de secrets. Ce petit village perdu dans les montagnes où tout le monde connait les secrets de tout le monde surenchérit cette ambiance particulière de secrets de famille dont finalement on n'est pas sûre de vouloir les découvrir tant ils paraissent si sombres. Stéphane Servant se concentre énormément sur la nature, cet environnement préservé tellement magnifique, mais qui cache encore une fois de sombres secrets. le Coeur des louves est loin d'être le genre de roman que l'on dévore. C'est lourd et fatiguant émotionnellement et on est obligé d'arrêter la lecture tant on ressent cette atmosphère pesante et ces émotions si particulières que nous fait ressentir l'auteur (émotions assez compliquées à définir).
Le Coeur des louves ne fait pas l'unanimité tant il est particulier et demande aux lecteurs beaucoup d'efforts. Pour moi, ce roman fut ensorcelant et m'a fait ressentir des émotions très particulières. Je pense qu'il me restera en mémoire très longtemps.
Attention, bien que ce roman soit à destination des adolescents, je ne le conseille pas aux plus jeunes. le Coeur des louves est plutôt dur et propose des scènes assez difficiles à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          218
HermantM
  28 avril 2014
Il est certain que ce roman entraîne à être lu à un rythme effréné : je n'ai eu de cesse que de l'avoir fini, tard dans la nuit. L'ambiance est forte : la violence des relations humaines, d'autant plus exacerbées qu'elles se cantonnent à la population d'un village au lourd passé, la révolte des filles devenues louves, le mystère sous-jacent suggérant de terribles secrets, le tout servi par un style efficace, a de quoi séduire brillamment. Ce n'est qu'une fois la lecture achevée que je me suis dit qu'il y avait un peu trop de drames pour une seule histoire et, aussi, que la manière dont les trois femmes du récit réagissaient au fil de leurs épreuves correspondait encore à une psychologie masculine. Mais ce n'est peut-être qu'un ressenti personnel, car le coeur des louves a séduit plus d'une lectrice.
Commenter  J’apprécie          200
Myrinna
  31 janvier 2016
Il m'a été difficile de rédiger une critique non pas à cause du livre mais suite à un événement.
Cependant, je vais essayer de me recentrer sur mes impressions qui sont devenues floues.
Au départ, une collègue avait emprunté ce livre à la bibliothèque communale de son quartier.
À la fin, nous sommes trois à avoir lu ce roman fantastique mélangeant des secrets de famille.
En tout cas, on peut dire qu'il fait l'unanimité auprès de celles qui l'ont lu.
Stéphane Servant nous a servi du lourd !
Le lecteur ne s'en sort pas indemne. le mystère plane tout au long du récit. Nous avons droit à des rebondissements à chaque page…Très prenant, nous n'avons pas lâché ce bouquin jusqu'à la fin.
Par ailleurs, j'ai trouvé le « coeur des louves » très abouti, voire même très adulte…
En effet, la couverture indique « ado » mais certains passages restent « durs ».
Donc âme sensible s'abstenir, ou préparez vos kleenex.
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (2)
Telerama   27 novembre 2013
Difficile de résister au charme de ce conte vénéneux, dense, addictif, à ce foisonnant roman d'initiation plein de fureur, mais aussi de sagesse.
Lire la critique sur le site : Telerama
HistoiresSansFin   02 octobre 2013
Stéphane Servant nous plonge dans l'atmosphère confinée d'un village de montagne hanté par ses fantômes, ses secrets, ses superstitions… et ses louves, seul moyen pour les femmes, écrasées par l'autorité masculine, de s'exprimer et se libérer. Ces louves qui crient leur révolte dans des chapitres courts, aux rythmes saccadés.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   17 novembre 2013
Là, près de la baraque en pierre taillée, dans la nuit parée de givre, Célia pousse son cri de louve, et ce cri c'est aussi celui de Tina, et peut-être même celui de Catherine. Et celui d'Alice. C'est le cri, le hurlement, la plainte de ces femmes qui sont en-dehors du monde parce que les hommes leur ont refusé le droit d'aller librement dans le monde. C'est la rage, la colère, la peur, les pleurs, le trop-plein de vie et les ombres de la mort, un mystère insondable qui n'en finit pas de résonner ce soir-là. Il retentit ce soir-là et bien d'autres soirs encore sur le flanc escarpé de cette montagne sans cesse giflée par le vent du nord. Le cri des jeunes louves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
LesperanzaLesperanza   13 janvier 2021
C’est étrange parfois, comme on agit sans tenir compte d’aucune logique apparente. On se laisse guider par une impulsion qu’on dirait surgie de nulle part. Un jaillissement qui nous pousse vers une direction que l’on n’avait même pas entrevue. Sans même se soucier des causes ou des conséquences. En cessant de penser pour être. Etre entièrement soi. Délivré de tous les carcans. En laissant les ombres et les lumières qui habitent les profondeurs de notre âme s’emparer entièrement de nous, et nous guider sur des chemins où jamais nous ne nous serions aventurés. Dans ces moments-là, ni la chair ni la raison ne peuvent rien. Le corps est mu par des énergies souterraines et primitives qui déferlent comme une source jaillie soudainement d’entre les roches de la montagnes. Une source que rien ne peut retenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LesperanzaLesperanza   14 janvier 2021
- Célia, je sais que tu es là. Je sais que tu m’entends. Ouvre-moi. Je t’en prie, ouvre-moi. Tu peux pas m’ouvrir ? Tu réponds pas ? C’est pas grave, Célia. Je t’en veux pas. Je comprends. Laisse la porte fermée si c’est plus facile pour toi. Mais écoute. Ecoute-moi. Je veux te dire. Tout l’amour que j’ai pour toi. Tu faut me croire, Célia. Tu es comme une soeur. Non, t’es plus qu’une soeur. Tu es la partie manquante. Tu es celle que je ne suis pas. Et, je le sais, je suis aussi celle que tu aurais voulu être, hein ? Toutes les deux, on est comme une lune. Découpée en quartiers. Mais une seule à la fois. J’ai jamais été aussi heureuse qu’avec toi, là-haut, dans la grotte du lac Noir ou sous le toit de cette caravane. Parce qu’avec toi je suis entière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AncolieAncolie   26 février 2014
Il y avait quelque chose de grisant dans cette sensation. Comme quand on est en équilibre en haut d'un mur. L'impression que tout est ouvert devant soi. Et aussi la crainte. La peur de chuter. D'être entraînée par son propre poids vers le vide. Mais c'est peut-être de cette angoisse-là que naît le plaisir d'être bien vivante. Sans la peur de la chute, on ne ressent peut-être pas le plaisir de la liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LesperanzaLesperanza   13 janvier 2021
Tout le monde savait qu’il délaissait depuis longtemps sa femme. Alors combien d'entre elles avaient eu recours aux services de la Quimette, à ses plantes et à ses aiguilles, pour faire passer la vie qui s’était mise à palpiter en elles ? Combien d'entre elles avaient donné naissance à des enfants sans père ? Je me suis juré que ça ne se passerait pas ainsi. Dès demain, j’irais trouver Armand et je lui dirais la vérité. Je lui dirais que si j’étais femme, lui était homme. Et que si moi j'assumais cette vie, il devait l'assumer lui aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Stéphane Servant (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Servant
Par le Rouergue jeunesse Avec Olivier Pillé, éditeur romans jeunesse Durée : 45 min En 2014, les éditions du Rouergue jeunesse lancent une nouvelle collection de romans, spécialisée dans les littératures de l'imaginaire, pour les adolescents et jeunes adultes : épik. Quelques grands noms de littérature ados y ont trouvé place : Marine Carteron, Benjamin Desmares, Guillaume Guéraud, Stéphane Servant… Coulisses d'une collection et projets de demain.
autres livres classés : secrets de familleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Guadalquivir

Quelle épreuve Frédéric va-t-il surmonter pour sa meute ?

Le feu
La glace
La terre

15 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Guadalquivir de Stéphane ServantCréer un quiz sur ce livre