AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330069138
Éditeur : Actes Sud (05/10/2016)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Malgré les études qu’elle a menées brillamment et qui pourraient lui assurer un avenir différent, Bolanle devient la quatrième femme de Baba Segi, de vingt ans son aîné. Elle n’est pas la bienvenue auprès des autres épouses qui cumulent sept enfants : elle est la nouvelle, la plus jeune, et pire que tout elle est instruite. Bolanle comprend vite que, pour se faire accepter, elle va devoir devenir mère. Mais les mois passent sans qu’elle tombe enceinte, et sa stérili... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  22 octobre 2016
"....il était fou d'épouser une diplômée, lui disaient-ils...."
Le fou c'est Baba Segi, un homme d'âge mûr avec trois épouses et une maison pleine d'enfants, la diplômée, Bolane, la jeune femme, diplômée de lettres qui va l'épouser en quatrième noce et pas pour de l'argent. Mais quand la mentalité dicte que la virilité est d'avoir beaucoup de femmes et beaucoup d'enfants, "la stérilité"de Bolane va vite obscurcir ses illusions de bonheur, empirées par la jalousie et l'ignorance des trois autres épouses . Voici en gros notre histoire, nous sommes au Nigeria et notre auteur est une autre de ces supers écrivaines talentueuses de ce pays,si fertile en littérature. D'ailleurs quand j'ai vu le livre sur le site d'Actes Sud, je me suis décidée de suite à l'acheter,sans rien savoir du sujet.
Un livre, que si on le lit au premier degré, énervant, avec l'histoire de polygamie, la place humiliante que la société nigériane fait aux femmes et ses hommes machos qui expriment leur virilité de la façon la plus grossière possible. De plus le nôtre, le Baba Segi est capricieux, ne mange que dans la vaisselle blanche, pour le séduire il faut l'appâter avec des mets spéciaux, il ne fait pas l'amour il pilonne,et à ses heures il est violent......mon idéal masculin.
Mais nous sommes au Nigeria , un autre monde, où l'échelle des valeurs morales est totalement différente de l'Occident, où l'ignorance et la superstition sont Rois et que les apparences cachent beaucoup de secrets.
Une prose simple et poétique. J'ai beaucoup aimé les expressions aux légumes,("Il m'a hachée menu comme un gombo","Les hommes, c'est de l'igname. Ça se coupe très facilement en rondelles"......) et la forme avec les monologues des quatre épouses qui prennent la parole à tour de rôle pour dévoiler les coulisses de leurs vies.....beaucoup de surprises !
Je vous invite à découvrir ce trés beau livre qui se lit d'une traite et qui me conforte encore une fois sur la qualité de la littérature de ce pays. Lola Shoneyin est poétesse et c'est son premier roman, publié en 2010, en v.o. et qui vient d'être traduit en français.
Vive la littérature nigériane ! Jamais déçue, que des perles ! ( C'est la deuxième fois que j'écris cette phrase cette année dans un billet, la première étant pour "Les Pêcheurs ").
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          643
missmolko1
  17 janvier 2017
J'étais curieuse de découvrir un roman du Nigeria, ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre et finalement ce roman a été un vrai coup de coeur. On découvre ici, un autre pays avec des coutumes différentes, des croyances et des traditions encore bien marquées.
""Pourquoi les chauves-souris volent juste à la tombée de la nuit ? avais-je un jour demandé à maman.
- Parce que ce sont des sorcières ailées. Les sorcières, ça vole à la tombée de la nuit."
Ce n'était pas une réponse satisfaisante pour une enfant de neuf ans. "Mais les chauves-souris, ce ne sont pas des sorcières ?
- Si, parce qu'elles se suspendent la tête en bas. Si tu restais la tête en bas, que t'arriverait-il ?
- Je mourrais?" avais-je demandé, inquiète. J'avais laissé tomber les bons haricots dans le tas de mauvais.
"Tout à fait, tu mourrais? Mais elles, non. Elles peuvent dormir la tête en bas parce qu'elles ont des pouvoirs maléfiques. Arête de discuter et trie les haricots, Bolanle."
Bolanle, une jeune fille qui a fait des études, surprend tout le monde en épousant Baba Segi, qui a déjà trois épouses et qui est bien plus vieux qu'elle. On va alors suivre le quotidien de la jeune fille, qui n'est pas forcement accueillie a bras ouverts par les autres femmes, ses difficultés à concevoir un enfant et sa vie de femme mariée. On découvre également au fil des chapitres, l'histoire des épouses ainsi que celle de Baba Segi et peu a peu, on s'attache a eux.
"Les enfants n'ont pas su dissimuler leur déception en me voyant, mais Baba Segi n'a semblé rien remarquer. Il a bombé le torse et a demander à l'assemblée de saluer leur nouvelle tatie. Les filles ont exécuté une révérence brusque et les garçons m'ont adressé un rapide salut.
"Baba Segi, ils tiennent tous de toi, trait pour trait, ai-je dit.
- A quoi de petits léopards peuvent-ils ressembler, sinon à un grand léopard ? [...]""
Il y a comme je le disais plus haut également une intrigue qui tourne autour du fait que Bolanle ne tombe pas enceinte et on sent petit à petit la tension montée, jusqu'au dénouement. J'ai trouvé ce roman magnifiquement bien écrit et construit de manière habile. le rythme est assez lent et pourtant le suspense est bien présent malgré tout. C'est vraiment une belle découverte et ce roman mérite vraiment le détour.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
traversay
  19 octobre 2016
Faut-il ajouter le nom de Lola Shoneyin à la liste des romancières nigérianes émérites, aux côtés de Chima Ngozi Adichie, Sefi Attia et Chibundu Onozo, notamment ? la réponse est oui, absolument, au vu d'un premier roman intitulé Baba Segi, ses épouses, leurs secrets paru en 2010 en langue anglaise et qui n'arrive que maintenant en français, une durée excessive qui n'est pas en général bon signe quoique ici cela ne préjuge absolument pas de sa valeur. Comme son titre l'indique, le livre se concentre sur l'histoire des femmes de Baba Segi, entrepreneur aisé mais pas richissime, et individu plutôt vulgaire et lâche, mais pas très méchant en fin de compte, n'était-ce sa lubricité. Ses quatre épouses prennent tour à tour la parole (Baba Segi et son chauffeur aussi, mais seulement pour un chapitre) et finissent par raconter leurs fameux secrets qui ont façonné leur personnalité et expliquent certains de leurs défauts. Car il faut bien le dire, l'ambiance n'est pas très amicale entre ces femmes, surtout depuis qu'une petite nouvelle, prénommée Bolanle, est venue détraquer le modus vivendi de ce gynécée qui fonctionnait alors plus ou moins bien. C'est que Bolanle représente une nouvelle génération, diplômée, qui tranche avec l'ancienne, au point que la question se pose de savoir pour quelle raison la susdite a souhaité ce mariage invraisemblable alors qu'elle aurait pu rêver d'une autre vie. Elle aussi a un secret qui nous est révélé assez rapidement dans le livre. Il y a quelque choses d'Epouses et concubines dans Baba Segi ... mais en version africaine, bien sûr. Lola Shomeyin assume totalement le côté telenovela de son roman, sorte de vaudeville feuilletonesque assez souvent drôle mais qui peut s'effacer derrière une tragédie et qui n'est qu'un trompe l'oeil pour parler autrement de polygamie. Car c'est évidemment le sujet du livre, cette pratique qui a hélas encore cours dans de nombreux pays, et qui a beau être parfois décrite d'un oeil malicieux n'en est pas moins vivement épinglée par une romancière qui témoigne de la condition féminine au Nigeria où, à l'instar de bien d'autres pays, la mère y est exaltée et les droits des femmes niées. Certains ont fait le reproche à Lola Shoneyin de ne pas avoir un style suffisamment "africain" comme s'il fallait citer à foison des mots en langue vernaculaire pour faire "couleur locale." Baba Segi ... n'est pas un ouvrage exotique et c'est tant mieux mais puise ses racines profondément dans le sol de son continent, ce serait faire affront à cet excellent roman que de prétendre le contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Under_The_Moon
  07 octobre 2017
Bolanle est une jeune femme désabusée qui cherche à fuir un passé douloureux. Pour cela, elle devient la 4ème épouse de Baba Segi, mais ce nouveau toit sous lequel elle compte trouver refuge s'avère être un nid de vipères où la vigilance est de mise. Jalousie, mesquinerie, tous les coups bas sont permis pour les autres épouses qui ne voient pas du tout d'un bon oeil l'arrivée de la jeune femme, qui est en plus une diplômée.
Puis tout bascule le jour où Bolanle est amenée à l'hôpital pour sa stérilité soupçonnée... Les masques tombent et ce qu'ils cachent est loin d'être reluisant...
Dans ce premier roman, Lola Shoneyin livre différents portraits de femmes qui se complètent pour parler de la condition de la femme et des traditions yoruba qui les étouffe. Chacune à sa manière cherche à vivre librement sa vie de femme selon ses désirs, désirs souvent contrariés par les moeurs. On comprend vite comment cette société patriarcale et les exigences familiales viennent à les enfermer et à chercher un échappatoire.
Ce roman est assez riche et écrit de façon très fluide. La question de la parentalité et des culpabilités que l'on transmet sont aussi des thèmes très présents :
" Eh bien je suis désolée mais je ne t'ai jamais demandé de te sacrifier pour moi."
Ce fut une lecture agréable, même si les ficelles étaient un peu grosses et que j'ai vite deviné ce qui se passerait.
Merci à Bookycooky dont la critique m'avait donnée envie de découvrir ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fanfan50
  20 septembre 2017
Ce livre m'a beaucoup amusée.
Et s'il fallait ne retenir que le mot de la fin, c'est celui qu'a dit le cocu de l'histoire à son prétendu fils : "Garde ces mots dans la main gauche pour ne pas les effacer en mangeant de la droite : quand tu seras en âge de te marier, prends une épouse, une seule. Et quand elle te causera du tracas, ainsi que le font toutes les femmes, souviens-toi qu'il est préférable d'avoir une seule source d'ennuis. Ecoute ce que te dit ton épouse, et ce qu'elle ne te dit pas, afin d'être prêt. Un homme doit toujours se tenir prêt." Les mésaventures de Baba Segi lui auraient-elles montré le chemin de la sagesse ?
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   22 octobre 2016
Bref, j’étais là, adossée contre un mur du marché de Bodija, quand un homme m’a demandé si je connaissais Jésus......“Non.”.........“Je suis née musulmane.” Je ne voulais pas de sa sollicitude. “Alors laisse-moi t’offrir un Coca-Cola et te raconter ce qui arrive à ceux qui meurent sans avoir reconnu Jésus comme leur Seigneur et leur Sauveur.” Il avait une bible coincée sous une aisselle. Son tee-shirt était décoloré et son jean trop court d’au moins cinq centimètres. Il semblait lui-même avoir besoin de la grâce de Jésus, alors, même si j’étais touchée par sa générosité, je me méfiais de son intérêt pour mon salut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
missmolko1missmolko1   17 janvier 2017
"Pourquoi les chauves-souris volent juste à la tombée de la nuit ? avais-je un jour demandé à maman.
- Parce que ce sont des sorcières ailées. Les sorcières, ça vole à la tombée de la nuit."
Ce n’était pas une réponse satisfaisante pour une enfant de neuf ans. "Mais les chauves-souris, ce ne sont pas des sorcières ?
- Si, parce qu’elles se suspendent la tête en bas. Si tu restais la tête en bas, que t'arriverait-il ?
- Je mourrais?" avais-je demandé, inquiète. J'avais laissé tomber les bons haricots dans le tas de mauvais.
"Tout à fait, tu mourrais? Mais elles, non. Elles peuvent dormir la tête en bas parce qu'elles ont des pouvoirs maléfiques. Arête de discuter et trie les haricots, Bolanle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BookycookyBookycooky   21 octobre 2016
Seuls ses poings serrés sur ses hanches laissaient deviner ce qu’elle cachait derrière ses yeux plissés et son sourire figé.
Commenter  J’apprécie          244
missmolko1missmolko1   14 janvier 2017
Les enfants n'ont pas su dissimuler leur déception en me voyant, mais Baba Segi n'a semblé rien remarquer. Il a bombé le torse et a demander à l'assemblée de saluer leur nouvelle tatie. Les filles ont exécuté une révérence brusque et les garçons m'ont adressé un rapide salut.
"Baba Segi, ils tiennent tous de toi, trait pour trait, ai-je dit.
- A quoi de petits léopards peuvent-ils ressembler, sinon à un grand léopard ? [...]"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfan50fanfan50   20 septembre 2017
Comment garder ma contenance alors que mon destin se déroulait devant moi tel le proverbe des mangues ? "Ecoute, déclara le roi, la chair de ces grosses mangues jaunes confère la vie éternelle. Mais attention ! Les racines de l'arbre sont empoisonnées. Seuls les plus forts et les plus courageux vivront après avoir mangé ses fruits". Pourrait-on se targuer d'être fort et courageux avant d'avoir goûté ces mangues et survécu à l'expérience ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Lola Shoneyin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lola Shoneyin
Boys, sex and control: Lola Shoneyin at TEDxEuston.
autres livres classés : polygamieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre