AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702440209
462 pages
Éditeur : Le Masque (11/09/2013)
4.19/5   284 notes
Résumé :
Dans une société traumatisée par la Seconde Guerre civile, la charte de la vie vient d'être signée.
Elle stipule que l'on peut "fragmenter" un adolescent âgé de treize à dix-huit ans. La fragmentation consiste à " résilier " un enfant rétroactivement sans mettre fin à sa vie. Connor, Risa et Lev se retrouvent tous les trois sur la liste fatale. Leur seule échappatoire : fuir, se cacher, survivre alors qu'ils sont traqués par les Frags, la police des fragmenté... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 284 notes
5
37 avis
4
32 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis

orbe
  22 mai 2014
Effacer son enfant parce qu'il ne vous convient ? Possible très facilement dans le terrible monde imaginé par l'auteur. Trois enfants en fuite se retrouvent, chacun pour des raisons différentes à devoir partir, se cacher, en espérant atteindre ses dix ans avant d'être arrêté et de voir son corps découpé et réutilisé...
Un roman fort qui évoque le pouvoir des parents et de la société sur les enfants mais aussi le rapport de chacun à la mort...
Commenter  J’apprécie          337
Livresque78
  23 août 2014
Voici une très bon roman dystopique. Une histoire incroyable , cruelle, ou les parents n'étant pas satisfaits de leurs enfants de 13 à 18 ans peuvent décider de les faire "fragmenter", c'est à dire que tout en les gardant "vivants", chacun de leurs organes sont vendus.
Le déroulement de ce roman est passionnant, il est narré du point de vue des protagonistes de l'histoire, mais aussi de certaines personnes de passage ou n'ayant que peu d'importance dans les événements.
Je ne dirai pas que j'ai lu rapidement ce livre, mais cela s'explique juste par le fait que le temps m'a manqué. Car rien n'est à reprocher à cette histoire, plus qu'accrocheuse et intelligemment écrite.
Ce roman s'adresse aussi bien aux ados qu'aux adultes, car le sujet n'est pas traité de façon enfantine ou puérile.
Une lecture que je conseille à tous.

Lien : http://livresque78.over-blog..
Commenter  J’apprécie          302
Mikishan
  04 novembre 2012
Je viens à peine de finir ce livre et franchement le mot qui me vient à l'esprit est : "Wahouu !".
J'ai littéralement adoré ; bien que le dystopie ne soit pas mon genre de livres d'habitude (mais en y réfléchissant bien j'en lis comme même pas mal ces temps-ci).
Les trois personnages principaux d'abord :
Connor : ce personnage est vraiment fait pour qu'on l'aime , à la fois fort et sensible , violent et doux , avec ce côté rebelle qu'on trouve chez pratiquement tous les héros de livres pour ados ^^ . Il est fragmentés car c'est un jeune cancre et ses parents sont dépassés par ces accès de colère et son caractère indomptable.
Risa : son côté garçon manqué m'a toute de suite séduite , c'est le genre de fille que j'aime , elle ne se laisse pas marcher sur les pieds , mais elle est aussi très douce (voir notamment la partie avec le bébé) et elle est très futée , heureusement , car Connor à tendance à réfléchir d'avantage avec ses poings qu'avec sa tête ; même s'il apprendra à utiliser d'avantage ses neurones au contact de Risa .Elle est fragmentés car c'est une pupille de l'état et ils sont (les pupilles) en surpopulation.
Et en dernier (le petit) Lev : Si au début sa naïveté et sa capacité d'aveuglement peuvent énerver certains , moi je l'ai tout de suite bien aimé et me suis prise d'affection pour lui ^^ . C'est vrai ce n'est pas de sa faute si depuis tout petit on lui rabâche qu'être fragmenté -pardon- décimés ( attention ce n'est pas la même chose : les décimés -eux- sont des élus de dieu , et ils sont fiers d'être fragmentés ^^) , est un honneur , et qu'il a de la chance . C'est donc contre son grè et par un coup du sort qu'il est amené à fuir avec de Risa et Connor qui eux ne veulent pas être fragmentés .
Je me suis surprise à trouvé énormément de suspens dans ce livre et l'action y est constante , ce qui maintien le lecteur dans un état d'excitation et de fébrilité élevé , et nous donne inévitablement envie de savoir la suite . La plume de Neal Shusterman est très fluide et agréable à lire .En définitif c'est un très bon livre de dystopie avec ce qu'il faut d'actions , de romance, de phrases philosophiques , et d'idées à méditer ( eh oui c'est propre à la dystopie) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
liredelivre
  08 octobre 2014
C'est le genre de dystopies pour lesquelles je peux facilement craquer ! Même si j'aime bien aussi celles sur la fuite de l'humanité dans l'espace, l'idée que l'Homme se donne lui-même la fin, ou la donne aux autres pour sa propre vie, m'effraie et en même temps me paraît hyper plausible. C'est vrai, si les enfants pouvaient nous servir à vivre indéfiniment, pourquoi ne pas les supprimer et s'en servir, en cachant le tout derrière l'idée d'une vie éternelle, même pour eux ? *Joke* Et si en plus il y a des volontaires, pourquoi se priver ? *doublejoke* En somme, le déclin de l'humanité, mais en même temps, un mix de croyance et de manipulation, qui m'a plu plus que de raison !
Connor a seize ans, il passe son temps à sécher les cours et se battre au lycée, des problèmes que ses parents ne veulent plus. Il sera fragmenté. Risa, enfant pupille, a été abandonnée à la naissance, et bien qu'elle soit douée pour le piano, ça ne suffit pas. L'État ne peut plus la garder. Elle sera fragmentée. Lev vit dans une famille aisée, très croyante. le dernier né d'une fratrie de dix enfants. Et ces parents se sont toujours engagés à donner à Dieu un dixième de ce qu'ils possèdent. Il sera fragmenté décimé. Mais qu'est-ce que la fragmentation ? A partir de ses treize ans, et avant ses dix-huit ans, un parent peut signer l'ordre de fragmentation pour son enfant. Celui-ci sera alors conduit dans un camp de collecte, où il sera divisé en plusieurs morceaux, qui serviront de greffes à d'autres personnes. Vous avez besoin d'un nouvel oeil, d'un nouveau bras, d'un nouveau poumon ? Les fragmentés sont là pour vous.
On parle de ce qui m'a gâché mon aventure livresque tout de suite ? Je sais que ce n'est qu'un détail minime, et que sans ça, je serai vraiment allée jusqu'au coup de coeur parce que cette dystopie réunit beaucoup d'éléments du genre auxquels je suis très attentive, mais trop c'est trop. J'ai été déçue par les coquilles, parfois à répétition, présentes dans le livre. Oui, juste ça... Habituellement, je n'avais pas rencontré ce genre de souci avec la collection MSK, je partais donc en toute confiance. Puis il y en a eu une première, une deuxième, encore une autre, une nouvelle,... Ce n'était pas non plus très régulier, c'était juste là, et, par moments, ça pourrissait complètement le sens d'une phrase. En dehors de ça, Neil Shusterman et son livre ont entièrement répondu à mes attentes !
J'ai aimé la manière dont les destins s'entrelacent, comment les chemins se croisent et se décroisent. Connor va être fragmenté, il le sait, et ses parents ignorent qu'il sait. Il décide donc de prendre la fuite avant que les Frags [la police chargé d'emmener les fragmentés dans un camp de collecte] ne viennent. Dans une autre ville, Risa doit quitter sa maison pupille, puisque l'État réduit ses quotats. Elle est à bord d'un car, qui l'emmène au camp, avec d'autres adolescents, quand elle rencontre Connor. Lev, un décimé, est sur leur chemin. A la différence de ces deux-là, aller au camp de collecte est pour lui une vocation.
Voilà donc trois personnages, qui proposeront tout du long du roman et de leurs aventures un éventail d'émotions variées et intenses. Chacun a créé en moi une petite fissure, chacun a laissé sa marque. Leurs histoires se dévoilent au fur et à mesure, les blessures des uns, les cicatrices des autres. Et comment ils sont devenus ce qu'ils sont aujourd'hui. Les secrets se lèvent petit à petit, en même temps que les coeurs s'ouvrent... de tous, je crois que c'est Lev qui m'a fait le premier choc. Sa vie entière est vouée à la décimation, il est né et a grandi pour ça... Dans un esprit de tolérance, j'aurais aimé pouvoir accepter la chose, sauf qu'on n'est pas dans un monde idéal et que non, j'estime qu'à treize ans un gamin doit vivre, entièrement, pas disloqué en je-ne-sais-combien de morceaux dans je-ne-sais-combien d'individus. C'est aussi ce que je pense Connor, si bien qu'il le kidnappe.
Les vécus de Connor et de Risa sont également intéressants, dans un sens. L'un dont les parents se débarrassent parce qu'ils n'en peuvent plus de ses humeurs et de ses problèmes au lycée, l'autre dont personne n'a voulu et que plus personne ne veut. C'est là que le côté dérangeant de l'intrigue a commencé. Parce que des parents finissent par avoir le droit d'abandonner leurs enfants, et qu'ils y pensent, qu'ils le font. Sans compter ceux qui acceptent de récupérer les morceaux de ces adolescents qu'on "sacrifie"... Mais je suis passée d'effarée à fascinée, presque captivée, par si peu d'humanité et autant de manipulation, pour réussir à faire accepter une telle chose.
J'ai trouvé la première partie, celle où l'intrigue me choquait encore, très froide, difficile. La suivante, j'étais touchée par Lev, Connor et Risa, de plus en plus attendrie, et je me demandais comment ils allaient faire. S'ils veulent échapper à la fragmentation, ils doivent [sur]vivre jusqu'à leurs dix-huit ans, qui ne sont pas pour tout de suite... de chapitre en chapitre, ils m'ont bluffée par leur capacité à s'adapter, leur réflexion et leur courage. C'est là que j'ai été captivée, que j'ai mis de côté l'aspect effrayant de l'intrigue pour me plonger dans la plume addictive de Neil Shusterman. Les chapitres se faisaient plus rythmés, parfois plus courts. J'ai apprécié l'alternance des points de vue, qui nous permet de suivre nos trois protagonistes, mais aussi d'avoir une vue plus large de l'univers proposé par l'auteur.
Lien : http://liredelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
dreamworld
  23 décembre 2016
Waw ! Ce livre s'est révélé à la hauteur de mes attentes, et bien au-delà. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais, mais pas à ça ! Même si les personnages sont assez jeunes (13, 15 et 16 ans), ce n'a rien du roman pour adolescents auquel je pensais avoir affaire mais c'est un récit mature qui a su me convaincre.
Dans le monde que Neal Shusterman décrit, il est interdit de tuer un bébé, du jour de sa conception jusqu'à l'âge de ses treize ans, après quoi il est possible légalement de le fragmenter, c'est-à-dire de le découper en pleins de petits morceaux qui vont être greffés à des gens dans le besoin. Les jeunes dont les parents ordonnent la fragmentation (sympa, les parents !) n'ont qu'un seul but : s'enfuir pour essayer de survivre jusqu'à leur dix-huit ans, leur majorité qui les sauvera de la fragmentation.
On rencontre ainsi nos trois héros. Connor est un bagarreur et ses parents en ont assez de lui, ils ont donc signé l'acte de fragmentation en secret. Mais Connor l'apprend et, avant que les Frags (la police) ne viennent le chercher, il décide de s'enfuir. Il va très vite croiser la route de Risa, à bord d'un bus, en direction d'un camp de fragmention car la maison pupille où elle vivait voulait se débarrasser d'elle. Enfin, nous rencontrons Lev, le plus jeune d'une famille de dix enfants dont les parents ont promis de donner un dixième de leurs possessions à ceux qui en ont besoin. Lev est donc un décimé, quelqu'un qui va se faire fragmenter de son plein gré. Il est né pour cela, il a vécu pour cet instant où, après ses treize ans, il cessera de vivre en un être entier pour exister en plusieurs morceaux qui sauveront la vie des gens.
J'ai beaucoup aimé l'univers de l'auteur, qui est très bien expliqué, qui semble vraiment réel et qui est très très horrible. Tout le long, je n'ai pas arrêté de me demander comment des parents pouvaient faire ça à leurs enfants. C'est tellement crédible que ça devient effrayant. Il y a aussi des petites histoires que racontent les personnages qui sont touchantes et qui rendent l'univers encore plus , réel, mais surtout horrible. Ça fait vraiment réfléchir et ça rend l'univers accessible à tous, adultes comme ado, car tout est raconté d'une façon très mature.
Je ne suis pas la plus grande fan de l'écriture à la troisième personne (il), mais ici ça ne m'a pas gênée du tout, au contraire, car c'était bien justifié et cela apportait vraiment beaucoup au roman. En effet, même si on suit nos trois héros, on a parfois la vision d'autres personnages qui croisent leur route et qui rajoutent beaucoup au roman. Ainsi, certains chapitres permettent la réponse aux questions que je m'étais posée (comme comment à lieu la fragmentation). L'écriture est vraiment très prenante, je ne pourrais pas dire pourquoi, et elle nous oblige à tourner les pages toujours plus vite et à vouloir en savoir toujours plus. Il m'était difficile de quitter ma lecture.
Les personnages sont aussi supers. Connor, Risa et Lev ont chacun leur passé, leur façon de pensée, et j'ai adoré le fait que leurs chemins se croisent et se séparent pour mieux se recroiser. Ils permettent d'avoir des visions différentes de leur monde et son assez attachants. de plus, l'histoire d'amour qui semble inévitable n'est pas trop rapide (pour une fois !) et n'est pas du tout au centre de l'intrigue. Les lieux sont bien trouvés (comme le cimetière d'avion qui existe vraiment) et même les personnages secondaires ont leur histoire et leurs convictions.
J'ai donc beaucoup aimé ce roman, qui est un petit coup de foudre et une véritable bonne surprise. Je vais lire la suite dès que possible et je suis sure qu'elle sera tout aussi superbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
kanarmorkanarmor   27 mai 2014
Est-ce qu'on a enlevé les nerfs auditifs ?
Pas encore. Je le fais tout de s...
"Je suis seul. Je pleure. Personne ne vient me voir dans mon berceau. La veilleuse s'est éteinte. Je suis furieux. Furieux. "
Lobe frontal gauche.
"Je... Je... Je ne me sens pas très bien."
Lobe occipital gauche.
"Je... Je... Je ne me souviens plus où..."
Lobe pariétal gauche.
"Je... Je... Je ne sais plus comment je m'appelle, mais... mais..."
Temporal droit.
"… mais je suis encore là."
Frontal droit.
"Je suis encore là."
Occipital droit.
"Je suis encore..."
Pariétal droit.
"Je suis..."
Cervelet.
"Je suis..."
Thalamus.
"Je..."
Hypothalamus.
"Je..."
Hippocampe

Substance médullaire.




Horloge ?
Trois heures et dix-neuf minutes.
Je prends une pause. Préparez la salle pour le prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Livresque78Livresque78   23 août 2014
-C'était il y a tout juste dix ans. Il avait de mauvaises fréquentations et s'est fait attraper en train de voler. Bon dieu, j'étais comme lui à son âge! Mes parents m'ont envoyé dans une école militaire pour me remettre dans le droit chemin. seulement, pour Harlan, il y avait une autre solution plus...efficace.
Commenter  J’apprécie          140
orbeorbe   17 avril 2014
- Si je suis fragmentée, continua Hayden, j'aimerais qu'un photographe de mode hérite de mes yeux, pour qu'ils voient plein de top-models.
- Ma bouche ira à un chanteur de rock, annonça Connor.
- Ces jambes participeront aux Jeux-Olympiques !
- Mes oreilles seront pour un chef d'orchestre.
-Mon estomac ira à un critique gastronomique.
- Mes biceps à un culturiste.
- Je ne souhaite mais sinus à personne !
Tous éclatèrent de rire tandis que l'avion touchait le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CielvariableCielvariable   26 mars 2014
- Au bout d'un moment, je ne peux pas m'empêcher de parler comme toi !
- Ouais. Ça, c'est bien vrai. C'est contagieux. C'est dominant. Et c'est pas parce que je parle comme ça que je suis débile. Mais je dois respecter mes ancêtres qui en ont chié pour que je sois là aujourd'hui. Évidemment, je pourrais parler comme toi, mais je choisis de ne pas le faire. C'est comme l'art, tu vois. Picasso a été obligé de prouver au monde entier qu'il savait peindre avant de commencer à mettre des yeux et des nez n'importe où. Si tu peins mal parce que tu peux pas faire mieux, c'est que tu es un loser. Mais si tu le fais parce que tu as choisis de le faire, alors t'es un artiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
4e4_clauzades20144e4_clauzades2014   01 décembre 2014
J’ai beaucoup aimé « les fragmentés » de « Neal shusterman »

Premièrement pour la solidarité qu’il y a chez certain fragmentés comme entre Risa, Connord et Lev et aussi chez Athsma, Connord et d’autres.

Deuxièmes pour l’idée qu’a eu l’Amiral de faire un refuge pour les fragmentés, c’est là où Risa, Connord et Lev finissent par se rendre, ils appellent ce lieux le cimetière. C’est la solution qu’il a trouvé pour se racheter.
Mayra
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Neal Shusterman (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Neal Shusterman
MidMerica, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel (une « Serpe »). Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux…
+ Lire la suite
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Fragmentés

Comment s'appelle le garçon que Lev rencontre après avoir trahi Connor et Risa ?

Asthma
Roland
Cyrus-Finch

11 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Les fragmentés, tome 1 : Les fragmentés de Neal ShustermanCréer un quiz sur ce livre

.. ..