AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 109490208X
Éditeur : Nitchevo (27/06/2017)

Note moyenne : 5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Obsessio (lat.) : “blocus, siège d’une cité”.

Le point focal de tout ce qui nous définit, nous raffine, nous change irrémédiablement, nous exalte, nous détruit, et à la fin nous maudit ou nous sauve pourrait être aussi simple que…
Le prix à payer pour un éventail signé par Oscar Wilde ; la glissade d’une repentie sur un vol de papillons ; la reptation du péché dans l’arrondi d’une bouteille ; l’ombre d’un objet manquant, dans une galerie de por... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Semelys
  27 février 2019
Neuf nouvelles, neuf terribles nouvelles rangées sous quatre parties qui construisent le livre (Desire, Obsession, Pressure, Ever – inutile d'en dire davantage). Neuf façons de dépeindre l'envie obsédante qui finit par devenir besoin dévorant, neuf façons de s'y perdre, et de tuer – ou d'être tué – pour et par elle. Elle : l'obsession, donc, comme un coup de fouet ou un jet d'adrénaline, qui traverse le corps et le laisse non pas meurtri, mais ravagé.
340 mps est un recueil que je qualifierais d'oppressant, peut-être le plus noir de l'autrice à ce jour (et selon mon « ressenti » en tout cas). Si le titre se rapporte à la vitesse du son, le son qu'il m'évoque est celui d'un coup de feu, et les « artefacts » du sous-titre, ces pixels résiduels qui marquent un écran comme une image rémanente marque la rétine. Comme toujours, les cadres et contextes des différentes nouvelles sont immersifs comme des invitations au voyage : mention spéciale à la toute première nouvelle et à ses éventails (qui a dû demander un beau travail de recherche, ou de vécu, peut-être), et à d'autres, déjà lues ailleurs, qu'on aura plaisir à retrouver (The Cat and the Choker, Winter Wonderland Inc.) mais ici, tous les protagonistes chutent, et si l'amour est présent, il est principalement aliénant et destructeur. 340 mps, c'est le feu qui dévore, pas le feu qui réchauffe. C'est un rappel du prix terrifiant qu'il faut payer quand on se targue d'aller au-delà de la morale et de la seule beauté, et c'est, de ce fait, une promesse de sublime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AliceSarah
  27 février 2019
340mps [Artefact de l'Obsession] est un recueil de 9 textes, paru en Juin 2017 aux Editions Nitchevo Factory. 9 textes dont 6 inédits agencés autour de 4 parties : Desire, Obsession, Pressure et Ever. Tous ces textes tournent autour du thème de l'obsession, de cette ligne de faille juste avant la chute, entre le paradis et l'enfer. L'auteur nous entraîne crescendo jusqu'à la vitesse du son, celle de 340 mètres par seconde, dans le côté sombre et tragique de notre humanité. Chaque texte nous interroge sur cette part de nous que nous voudrions laisser dans l'ombre. Qui ne serait pas tenté en découvrant un objet ayant appartenu à Oscar Wilde et tout faire pour le récupérer ? N'accepterez-vous pas d'être « le Père Noël » avec un salaire mirobolant à la clé ? Ne voudriez-vous pas atteindre la gloire et la postérité grâce à un collier un peu particulier ? Ou n'oseriez-vous pas tout accepter afin d'être connu et reconnu comme auteur ? Ou encore ne voudriez-vous pas faire souffrir la personne aimée qui vous a rejeté ? Tentation, désir, obsession, addiction – tout est là, tout est dit - derrière chaque acte cette transgression avec le prix à payer. Au final un léger goût d'amertume … une certaine tristesse ou noirceur … Des textes magnifiquement écrits qui ne laissent pas indifférents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jeanneretc
  26 juillet 2017
Nouveau recueil de Léa Silhol, 340 mps (la vitesse du son) propose neuf textes, dont six inédits, autour du thème de l'obsession. Les divers textes contiennent peu de créatures de fantasy (on y croise néanmoins quelques Fays, les gardiens des portes, ...) mais beaucoup d'humanité. C'est en effet au coeur d'un des éléments qui nous constitue que Silhol va recherche le moteur de ses personnages et de ses histoires.
D'obsession il est donc question : obsessions pour les objets, pour les gens pour les sensations, c'est le tour de ce sentiment obsédant qu'il est question ici. Les textes sont, comme toujours, très bien écrits et prenants (au coeur, à l'esprit et aux tripes). Une mention d'ailleurs particulière pour le choix des textes, Léa Silhol a été anthologiste et cela se ressent dans ses recueils dont la construction est toujours murement réfléchies; cela se sent et cela donne une plus values au recueil bien au delà des textes pris individuellement.
Je suis fan des écrits de Silhol, cela doit se voir sur ce blog, mais rarement ses textes m'auront donné le sentiment de parler aussi de moi (ou en tous cas d'une partie de moi).
(...)
Chronique complète sur mon blog...
Lien : https://refletsf.com/340-mps/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ninaseverinaninaseverina   24 juillet 2017
Il faut être fou pour approcher ceux qui nous dévissent les veines, ouvrent nos plexus, renversent nos nuques, je le maintiens. Ils peuvent faire pire que de n'être pas conformes à nos vœux : ils peuvent l'être. Ils peuvent y correspondre très exactement. Justifier l'addiction, l'obsession, et la durable aliénation qui nous fait vouloir, alors, être validés par ceux que nous avons estampillés, de la tête aux pieds, de nos imprimaturs. Il ne manquerait plus qu'une pierre à ce pont du diable : qu'ils nous disent "sauve-moi", et qu'ils le pensent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ninaseverinaninaseverina   16 juillet 2017
Et là, enfin, je savais ce que ressentaient les filles de mon âge, dans les griffes de l'innamoramento. Dans cette nasse indescriptible où chaque pas te sert les violons et les cordes, les à-pics et les précipices, et ce désir crucifiant d'avancer d'un pas de plus, comme si c'était la première fois. La première fois, à chaque fois.
Commenter  J’apprécie          30
psycheinhellpsycheinhell   03 janvier 2018
"Le monde est hanté de questions.
D'oiseaux de mer et de signaux.
S'ils passent vos barrières (les uns, les autres...) c'est qu'ils ont le don de vous prendre par surprise."

Le Dernier des Dark Boys
Commenter  J’apprécie          10
EferyEfery   01 août 2017
Rien ne parle mieux de notre identité, en un sens, que ce que nous désirons. Ce qui décide de nos esclavages personnels, c'est à la fois la partie la plus primale et la plus sophistiquée de nos êtres.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Léa Silhol (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léa Silhol
Aperçu du processus de création pour la maquette de l'ouvrage Fo/vea
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oh, Antigone !

Comment se prénomme la sœur d'Antigone ?

Sophie
Hermine
Ismène

10 questions
1670 lecteurs ont répondu
Thème : Antigone de Jean AnouilhCréer un quiz sur ce livre