AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Guiod (Autre)
ISBN : 2266014005
Éditeur : Pocket (30/11/-1)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Il est seul et nu. Il n'a pas de souvenirs. Le monde a disparu. Et voici qu'un oiseau lui défèque dessus. Ca crée une relation. A présent, il a faim. Quelqu'un arrive et lui demande sa faim. Tiens, la faim est passée. Alors l'autre lui demande de se donner. Carrément. Et l'autre est un homme. Non, c'est une femme. De qui se moque-t-on ? Il voit bien qu'il est comme un nouveau-né, et on lui dit qu'il est très ancien. Trop ancien pour savoir que la mort est morte. Et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
laulautte
  17 octobre 2018
« Il n'est pas nécessaire de parler beaucoup. Il faut seulement réfléchir, considérer, saisir et comprendre. » Alors écrivons peu mais écrivons…
le Fils de l'Homme prête à réfléchir et à être considéré comme le roman psychédéliquement métaphysique qu'il est. Être saisi et compris, irréalisable. Disons que le Fils de l'Homme aura totalement échappé à mon entendement.
Le Fils de l'Homme c'est un peu comme arpenter Les Contrées du Rêve avec Sandman ou tailler une bavette avec Dr Manhattan sur la planète Mars… sur 240 pages… nombre suffisant… C'est un kaléidoscope. C'est onirique, cauchemardesque. Réel et illusoire. Notre perception est troublée. Sensoriel, trop parfois avec des métaphores synesthétiques à outrance. Sensuel, un éveil des sens à chaque page d'où jaillissent mille sons, odeurs, couleurs, matières. Sexuel, chaque page transpire la liberté sexuelle des années 70 jusqu'à l'écoeurement. Aurais-je dû, en ces après-midi d'automne, arpenter quelques champs humides et acides, fleurant bon le méthane, gober quelques substances hallucinogènes, qu'elles m'ouvrent les volets de la perception de ce roman ? Peut-être alors aurais-je compris, comme Clay, où le mènent ses traversées de régions d'affliction tout en arborant une fière érection, ce que lui révèlent ses cinq rites initiatiques , ce que sont et ce qui a façonné les Fils de l'Homme ... Peut-être aurais-je compris où voulez en venir Robert Silverberg, avec sa plume tout en poésie (et dans tous les sens du terme) sur l'évolution de l'espèce humaine…
Mauvaise idée de commencer un challenge un mois d'octobre, mais très mauvaise idée de le faire avec ce roman le plus abouti et le préféré de l'auteur ?!?!...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1816
Lampyre
  09 mars 2018
Clay se réveille dans un monde qui lui est inconnu . Il est seul et nu et il a faim .
Robert Silverberg nous emmène à la suite de Clay dans un univers très étrange . Au gré des rencontres de Clay , on imagine que Clay se trouve dans son futur , le futur de l'homme . Il y accomplit une sorte de parcours initiatique. C'est un livre très poétique que j'ai dégusté , les descriptions sont très imagées et on l'auteur nous fait ressentir les émotions du personnage avec une écriture fluide et agréable à lire . Jusqu'à la découverte finale .
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
laulauttelaulautte   16 octobre 2018
Il n'est pas nécessaire de parler beaucoup. Il faut seulement réfléchir, considérer, saisir et comprendre. Il rejette la plus grande part du langage dont son esprit n'a pas besoin. Il se débarrasse de l'erreur du mouvement, de l'absurdité de la lutte, de la niaiserie de l'agressivité, de la stupidité de la propriété, de l'erreur du progrès, de la conception erronée de la vitesse, de l'aberration de la fierté, de l'hallucination de la curiosité, de l'illusion de l'accomplissement, du mirage de la succession et de beaucoup d'autres choses auxquelles il croyait depuis longtemps. Solidement planté, amplement nourri, pleinement content de son état, il maîtrise passivement les univers éblouissants de la pensée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
laulauttelaulautte   15 octobre 2018
C'est par nos actions que nous nous définissons, pense-t-il. Par la continuité de notre culture, nous montrons que nous sommes humains. […] Même si nous avions trois têtes et trente pieds, même si notre peau se teintait de bleu, aussi longtemps que survivraient Homère, Michel-Ange et Sophocle, l'humanité continuerait à vivre. Si nous étions des globes de feu vert, des marques rouges sur un rocher ou bien encore des paquets de fils étincelants, et si nous nous rappelions toujours qui nous avons été, nous serions toujours des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
laulauttelaulautte   05 novembre 2018
Qui sont ces chimères, ces sphinx, ces gorgones, ces basilics, ces griffons, ces krakens, ces hippogriffes, ces bandersnatches, ces jabberwocks, ces orques et ces farfeuilles, toute cette horde de merveilles terribles ? Appartiennent-elles au temps passé ? A une époque encore à venir ? Ne sont-elles rien de plus que les rêves turbulents de la Fontaine de la vie ?
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   11 février 2016
Il s'éveille. Sous lui, la terre noire est froide et humide. Il est allongé sur le dos dans un champ d'herbes écarlates. Un souffle de vent se lève et agite les feuilles, qui se fondent en un ruisseau de sang. Le ciel est d'un bleu métallique, une couleur d'une transparence si intense qu'elle éveille dans son crâne une clameur aussi brève que désespérée. Il découvre le soleil : bas dans le ciel, plus grand qu'il n'aurait dû être, il a l'air légèrement pâle et fragile et semble aplati aux deux pôles. Des brumes nacrées s'élèvent de la terre et tourbillonnent vers le soleil, créant dans leur ascension des spirales de dentelles bleues, vertes et rouges. Un coussin de silence l'oppresse. Il se sent perdu, Il ne voit pas de cités, il ne relève aucune trace de la présence de l'homme dans cette prairie, sur ces collines et par-delà cette vallée. Lentement, il se lève et se dresse face au soleil.
Son corps est nu. Il le touche et découvre sa peau. Avec une curiosité paisible, il examine sa main, posée sous son menton contre la toison brune sa poitrine. Comme ses doigts sont étranges !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GristanchelGristanchel   17 juin 2018
Son corps se transforme. Il tombe vers les profondeurs , agite nageoires et branchies et débarrasse sa poitrine de l'air qui y était contenu. Cette illusion est remarquablement convaincante mais ol ne croit pas que ce soit plus que cela.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Robert Silverberg (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Silverberg
Ancienne colonie, la planète Belzagor a été rendue à ses deux espèces intelligentes. Des scientifiques décident d'assister à leur rituel secret, la cérémonie de la renaissance... Dessin : Laura Zuccheri Oeuvre originale : Robert Silverberg Scénario : Philippe Thirault
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

gilgamesh

qui est gilgamesh ?

UN PAYSAN
UN ROI
UN ENFANT
UN CHIEN

4 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Gilgamesh, roi d'Ourouk de Robert SilverbergCréer un quiz sur ce livre