AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yann Tisseron (Illustrateur)
ISBN : 9791021405264
Éditeur : OSKAR ÉDITEUR (12/12/2016)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Née aux alentours de 1822 sur le territoire des Etats-Unis d'Amérique, Harriet Tubman a d'abord été une esclave noire. Elle s'est évadée en 1849 pour devenir libre. Elle a ensuite risqué de nombreuses fois sa vie pour guider d'autres esclaves vers la liberté. Engagée dans les combats pendant la guerre de Sécession, elle a lutté pour obtenir l'abolition de l'esclavage. Militante infatigable, elle a enfin œuvré pour l'émancipation des femmes américaines.
Le de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Nastie92
13 avril 2017
Que voilà un excellent documentaire !
Instructif et passionnant de bout en bout, cet ouvrage indiqué pour enfants de 9 à 12 ans intéressera une tranche d'âge bien plus large, jusqu'aux adultes en fait.
Harriet Tubman a eu une vie exceptionnelle.
Non, elle a eu des vies exceptionnelles ai-je envie de dire tant elle a vécu de choses, tant elle agi dans des domaines et des circonstances variées.
Agir : voilà pour moi l'un des mots qui pourraient définir cette femme extraordinaire. le second étant "justice", car Harriet Tubman s'est battue toute sa vie pour ce qu'elle croyait juste.
Ses surnoms parlent pour elle. Elle fut surnommée Grand-mère Moïse "parce qu'elle libérait les siens comme Moïse avait libéré son peuple" : la petite fille née esclave s'enfuit une fois devenue adulte et participa activement au chemin de fer clandestin. Elle contribua probablement, directement ou indirectement, à libérer plus d'une centaine de personnes. Plus tard, on l'appela également général Tubman, du fait de "son aptitude à commander et son sens de la stratégie" dont elle fit preuve pendant la guerre de Sécession à laquelle elle prit une part active côté nordiste.
Voilà, le premier ingrédient de ce documentaire est là, et bien là : un personnage hors-norme.
Mais chacun sait que cet élément seul ne suffit pas, encore faut-il savoir le cuisiner.
Eh bien, l'équipe de cuisine s'est montré tout à fait à la hauteur et nous a mitonné un produit de grande qualité.
Le texte est excellent, bien rédigé, dans une langue précise et juste. L'auteur a choisi un narrateur extérieur très original (que je ne vous dévoilerai pas !) qui rend le récit très vivant.
Les illustrations aux couleurs bien choisies sont très réussies et ajoutent de la force au récit.
Un petit dossier "ouverture sur le monde" termine le livre. Beaucoup de sujets abordés d'une manière concise et qui peut donner envie d'en apprendre davantage.
Un grand merci à Babelio et à Oskar éditeur pour ce livre, petit par la taille mais grand par la qualité, qui me donne envie de découvrir d'autres titres de la collection.
Si vous ne connaissez pas Harriet Tubman, comblez vite cette lacune. Et cherchez des portraits d'elle sur le net : vous ne pourrez qu'être impressionné par la force qui se dégageait de cette femme exceptionnelle. Tellement exceptionnelle que l'administration Bush (père) a décidé d'honorer sa mémoire via une journée annuelle de célébration (le 10 mars, jour de sa mort), et que l'administration Obama a décidé qu'Harriet Tubman figurerait sur les prochains billets de 20 dollars. Encore un peu de patience, toutefois : le graphisme devrait être dévoilé en 2020 et l'impression est prévue pour 2030 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
gouelan
24 avril 2017
"Harriet a franchi la frontière qui séparait le monde de l'esclavage du monde libre : une véritable balafre sur le visage de l'humanité..."
Harriet est une esclave noire qui porte en elle, et sur elle, la cicatrice des êtres humains qu'on achète comme du matériel pour développer le commerce du coton, du café, du sucre ou du tabac, et ainsi enrichir les blancs d'Europe et d'Amérique. Des êtres déracinés qui n'ont pas même le droit de se "replanter" là où on les a conduits de force. À tout moment, ils peuvent être séparés de leur famille.
Harriet trouve en elle la force de lutter pour retrouver sa liberté en empruntant le "Chemin de fer clandestin". Sur cette route elle trouvera des guides, "des conducteurs", souvent des quakers ou des hommes Noirs libres.
Et la lutte d'Harriet continue, pour les autres cette fois.
"Sa foi était inébranlable et sa générosité sans limites. Je me souviens combien elle aimait cueillir les pommes pour les déguster. Son rêve n'était pas d'en croquer le plus possible, mais de faire pousser d'autres arbres pour que d'autres puissent accéder à ce plaisir."
L'histoire d'Harriet Tubman est suivie d'un dossier très intéressant : Ouverture sur le monde, qui donne au lecteur une photographie de ce qui se passait à cette époque en Amérique et ailleurs.
Je remercie la masse critique de Babelio et les Éditions Oskar, pour ce livret documentaire qui m'a fait découvrir la "Moïse du peuple noir". Dans la même collection, l'auteur propose d'autres histoires, comme celle de Rosa Parks. Un livre pour tout âge et particulièrement les plus jeunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Under_The_Moon
28 juin 2017
Harriet Tubman fait partie des femmes déterminées et au moral d'acier qui ont marqué l'histoire.
Née esclave au XIXème siècle est devenue narcoleptique après avoir reçu sur la tête un poids de balance qui ne lui était destinée.
De cet épisode historique, Eric Simard décide de faire raconter son histoire par la cicatrice que lui a laissé cet accident.
Je ne donnerai pas trop de détails sur la vie de celle qui a été surnommée "Moïse" après tous les sauvetages qu'elle a effectué - en ne dénombrant aucune perte ! Tout ce que je peux dire c'est que le destin de cette femme si généreuse et qui a toujours refusé l'injustice mérite qu'on s'y intéresse. Barak Obama l'a d'ailleurs nommé "American hero". Et il est maintenant question qu'elle remplace Andrew Jackson sur les billets de 20 dollars à partir des années 2020 !
Bien sûr, son histoire nous permet d'en apprendre un peu sur le Chemin de fer clandestin, le fameux Underground Railroad - dont il est aussi question dans l'un des derniers romans de Tracy Chevalier ! Mais ce que nous montre surtout cette histoire, c'est que tous les esclaves n'étaient pas des victimes passives et qu'ils ont cherché à se dresser contre le système esclavagiste qui les opprimait, même si c'était au péril de leur vie !
Quand on pense qu'elle n'a été blessée ni pendant ses voyages ni pendant la Guerre de Sécession, et que c'est en refusant de s'assoir du côté noir d'un train qu'elle s'est fait casser le bras par un contrôleur.... Oui elle a été enterrée avec les honneurs militaires, une bien maigre compensation.
Une très belle découverte avec un dossier documentaire en fin d'ouvrage pour approfondir ses connaissances sur cette période.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Vivrelivre
22 avril 2017
Merci à l'opération Masse Critique de Babelio et à Oskar Editeur pour ce roman !
Il est important, nécessaire, essentiel de rappeler et de transmettre, sans cesse, le combat de tous ceux qui ont oeuvré pour l'égalité et la liberté de tous.
Je ne connaissais pas Harriet Tubman, surnommé « La Moïse du peuple noir » « parce qu'elle libérait les siens comme Moïse avait libéré son peuple ».
Grâce à ce roman assorti d'un documentaire j'ai pu la connaître et savoir quels furent sa vie et ses combats.
Pour nous les raconter, Eric Simard a opté pour un narrateur bien original, né d'un choc violent, oui, mais qui l'a révélée à elle-même, et qui fut certainement le « symbole de sa vie ».
Née esclave vers 1822 dans l'Etat du Maryland, Araminta Ross, de son vrai nom est louée comme domestique puis travailleuse aux champs avant de savoir que les Noirs ne subissent pas le même sort partout.
Elle apprend l'existence d'un réseau appelé « Chemin de fer clandestin » organisé par des Blancs et des Noirs libres.
Résolue à l'emprunter malgré l'opposition de son mari, elle réussit à s'enfuir en Pennsylvanie en 1849.
Dés lors, elle n'a eu de cesse de prendre des risques considérables, mais nécessaires, en faisant de nombreux allers-retours pour sauver le plus de Noirs possibles, qu'ils soient inconnus ou de sa famille. Et en les emmenant toujours plus loin, jusqu'au Canada.
Harriet a également participé à la Guerre de Sécession, en tant qu'éclaireuse, où elle a été surnommée « général Tubman » !
Après la guerre, elle a témoigné de son combat dans deux livres (1869 et 1886), dans des conférences et est devenue propriétaire terrienne.
Elle s'est éteinte le 10 mars 1913, peu après la naissance d'une certaine Rosa Parks...
Le texte est clair et est assorti d'un glossaire, la mise en page est aérée et allégée grâce aux dessins de Yann Tisseron.
La seconde partie de ce livre est composée d'un documentaire « Ouverture sur le monde » très intéressant (malgré une coquille sur une date). Il nous présente une carte, une chronologie, des destins, mais aussi tout ce qui a fait cette époque d'un point de vue politique, culturel, artistique, sociétal aux Etats-Unis mais aussi dans le monde.
Il nous permet de vraiment recontextualiser et remettre en perspective cette pratique de l'esclavage.
Sans cesse en mouvement, Harriet Tubman n'eut de cesse d'agir pour la Liberté.
Son destin est exceptionnel, exemplaire et inspirant.
Comment n'être pas subjugué par sa détermination, sa force de caractère et sa volonté ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LepetitmoiLepetitmoi30 janvier 2017
Je suis née d'un choc violent. Pour tout vous dire, c'est un poids en métal de près d'un kilo qui est à l'origine de ma naissance. Harriet Tuman l'a reçu sur la tête vers l'âge de quinze ans. Elle était une jeune esclave noire, et le projectile qui l'a percutée ne lui était pas destiné. Un homme blanc l'avait lancé sur un esclave qui essayait de s'enfuir, et c'est Harriet qui se l'ait pris sur le crâne. Elle a saigné abondamment. Il paraît que ce n'était pas beau à voir. D'ailleurs elle a failli mourir. Je suis apparue sur sa tête dans les jours qui ont suivi. Je suis donc bien placée pour vous parler d'elle. Vous l'avez peut-être deviné : je suis sa cicatrice. Au début, Harriet ne m'aimait pas. Elle m'a aussi trouvée dangereuse, car je pouvais la trahir quand elle circulait incognito en territoire " ennemi ". Pourtant au fil des années, elle s'est habituée à ma compagnie. Je me demande même si, à la fin de son existence, elle n'a pas éprouvé une certaine tendresse envers moi. Car après tout, n'étais-je pas le symbole de sa vie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nastie92Nastie9213 avril 2017
Quand elle n'était encore qu'une fillette, Harriet a été fouettée par des hommes blancs et des femmes blanches. Et ce qui est terrible, c'est qu'ils en avaient le droit.
Commenter  J’apprécie          140
Under_The_MoonUnder_The_Moon26 juin 2017
Les blessures marquent les corps pour toujours [...], mais les plus douloureuses sont celles qui meurtrissent les coeurs.
Commenter  J’apprécie          161
LepetitmoiLepetitmoi31 janvier 2017
Dans les premières années de sa vie, ses proches l'appelaient " Minty ". A cette époque, les Noirs étaient vendus comme des animaux. On séparait même les enfants des parents. Les Blancs étaient les maîtres. Ils avaient conquis des terres d'Amérique en écrasant les Indiens. Ils avaient fait venir par bateaux des millions d'Africains pour en faire leurs esclaves. Les noirs ont été enchaînés et obligés d'obéir s'ils voulaient rester en vie. Ils avaient une existence misérable. On leur laissait quelques miettes à manger en échange de leur travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VivrelivreVivrelivre22 avril 2017
En écoutant son entourage, la jeune Harriet découvrait que l’esclavage n’était pas une fatalité pour les Noirs.
Certains, même, se rebellaient. On lui parlait de révoltes sanglantes, de propriétaires blancs tués par des esclaves qui avaient ensuite été durement châtiés. Elle apprit que dans le Etats situés au nord, les Noirs ne subissaient pas la violence des Blancs. Leur corps n’était pas un champ de cicatrice. Ils pouvaient travailler avec qui ils voulaient, contre rémunération, et même se déplacer où ils voulaient. Ils étaient libres. Mais comment rejoindre cette « Terre promise » ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eric Simard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Simard
Entretien de Royal du Perron avec l'auteur Éric Simard.
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

la souffle de la pierre d'irlande tome 1 le feu

Qui est Fiona ?

une dé dannan
une fée
une princesse
un ange

5 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Le souffle de la pierre d'Irlande, Tome 1 : Le feu de Eric SimardCréer un quiz sur ce livre