AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226229795
Éditeur : Albin Michel (17/08/2011)

Note moyenne : 2.87/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Tony Pagoda, chanteur de charme, a traversé la scène d’une Italie florissante. De Naples à Capri, il a connu la gloire, l’argent, les femmes. Aussi, lorsque la scène évolue, il comprend que le moment est venu de changer de cap. À l’occasion d’une brève tournée au Brésil, il décide d’y rester. Mais après dix-huit ans d’un exil moite au fin fond de l’Amazonie, un puissant chef d’entreprise reconverti dans la politique lui offre un pont d’or pour qu’il se produise à no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bellonzo
  16 décembre 2014
J'ai lu sur ce roman des critiques très favorables et je les trouve exagérées. Mais c'est un roman foisonnant qui recèle des moments vraiment excellents. Tony Pagoda, crooner napolitain plus de toute première fraîcheur, traîne son ennui chronique malgré le succès. le succès, bon, c'est pas Sinatra non plus. Son couple en est à l'heure zéro, multicocaïné Tony ne rebondit plus guère, sex addict doucement en voie de garage, le latin lover sur le retour file un mauvais coton. Lire tout ça n'est pas le plus intéressant du livre. Mais Ils ont tous raison se sauve par une rage, une rage vacharde d'humour, une férocité qui apparaissait déjà chez le Sorrentino cinéaste de la grande bellezza, cette oeuvre protéiforme et commenfantée par Fellini et Moretti.
Tony Pagoda finit par jeter l'éponge et se retrouve au Brésil où il vivra dix-huit ans, en ce pays de démesure. Manaus, Amazonie, capitale mondilae du cfard mais alors du cafard XXL, du cafard de prestige, du cafard de très haute volée. Quand il raconte ses démêlés avec l'insecte géant, on le sent admiratif,le Tony. Et puis c'est un sacré conteur, le gars, une rencontre avec Sinatra qui tourne court entre deux plus qu'éméchés, une extraordinaire scène à l'opéra de la jungle, digne du Fitzcarraldo de Werner Herzog, une bagarre homérique dans un bouge d'une favela, le comble du snobisme pour un monstre sacré de l'art lyrique dont il fait la connaissance. Tout ça sur fond d'overdose tant sexe que drogue à tel point que j'ai un peu une overdose d'overdoses. Lassant.
Sur le plan littéraire quelques trouvailles "Un jour, on n'est plus que le lumignon de soi-même". Quelle clairvoyance. Tony s'égare parfois dans les confidences qu'il nous fait, sur sa famille et ses amis musiciens. Hilarantes les reamations entre un cousin vanact plus qu'obèse et bourré d'angoisses et son beau-frère magistrat proche du nabot et bourré, lui, de complexes. Paolo Sorrentino et sa créature Tony Pagoda ont de la famille à l'italienne une conception très partciuliète. Alors, vieux cinéphiles que nous sommes, on pense aux Monstres, à Affreux, sales et méchants, à ces films délicieux et arbitraires, géniaux et dérisoires, si proches malgré les Alpes qui n'ont jamais empêché chez moi une italianité qui revendique le droit, aussi, au mauvais goût, et un soupçon de misanthropie, moins cependant que dans l'extrait suivant:
"Tout ce que je ne supporte pas a un nom.(...) Je ne supporte pas les joueurs de billard, les indécis, les non-fumeurs, les imbéciles heureux qui te répondent "pas de souci", les snobinards qui pratiquent l'imparfait du subjonctif, ceux qui trouvent tout "craquant", "trop chou" ou "juste énorme", ceux qui répètent "c'est clair" pour mieux t'embrouiller (...), les fils à papa, les fils de famille, les enfants de la balle, les enfants des autres (...), les tragiques, les nonchalants, les insécures (...), les gagnants, les avares, les geignards et tous ceux qui lient facilement connaissance (...).Je ne supporte rien ni personne. Ni moi. Surtout pas moi. Je ne supporte qu'une chose.La nuance."
Quant à Tony Pagoda, finira-t-il par se laisser convaincre d'un retour au pays natal,ça le mènerait vers une Italie où les monstres et les histrions sont bien plus dangereux que ceux des films de Dino Risi? E pericoloso..., et ça, le Napolitain Paolo Sorrentino le sait mieux que quiconque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lolokili
  18 octobre 2011
Sexe, drogue et variétoche. Ou les tribulations d'un chanteur napolitain cocaïnomane sur le retour.
Aux premières pages on peine à entrer dans ce monologue un peu cru. Pas envie de s'arrêter sur ce macho futile et décadent ou de subir encore sa gouaille rugueuse et son humour grinçant. Et puis on tient bon et l'histoire évolue, et le chanteur avec (à moins que ce soit le contraire). Et on finit par s'y attacher à ce Tony Pagoda qui égrène ses petits bouts d'existence dans un touchant mélange d'humour burlesque et de tendresse désabusée.
Avec des passages très drôles comme l'évocation de l'ami Alberto et ses compétences uniques en matière de baston, ou celle des cafards mutants de Manaus, c'est une histoire déjantée qui, entre hilarité et mélancolie, se laisse finalement parcourir avec jubilation.

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
Commenter  J’apprécie          150
yv1
  25 août 2011
La déception est à l'image de ce que j'attendais de ce livre. Il commence assez mal d'ailleurs par un inventaire -à la Prévert a-t-on coutume de dire- de sept pages qui aurait pu être drôle, original mais qui est surtout un peu longuet, et qui résume d'ailleurs ce que je pense de l'ensemble de ce roman. Puis, entre en scène Tony Pagoda -dans tous les sens du terme, puisqu'il arrive dans le roman et qu'il se prépare, dans sa loge à monter sur scène pour un concert très particulier, devant du beau monde, des Italo-américains dont Franck Sinatra lui-même.
Seulement, le charme n'opère pas. L'écriture que l'on me promettait unique, originale l'est probablement, mais elle est surtout agaçante et parfois à la limite du mauvais goût et du roman de gare
Commenter  J’apprécie          20
brusc
  20 octobre 2011
Nous voilà avec ce livre - dont certains critiques n'ont pas craint de comparer la langue à celle de Celine - aux prises sur plus 400 pages avec les souvenirs livrés "brut de décoffrage" d'un vieux crooner italien, napolitain et cocaïnomane. Si vous aimez les phrases enfilées comme elles viennent, les faux suspenses, les sentences (toutes en nuances !! ) sur les femmes, l'amour, le sexe (beaucoup le sexe), l'amitié (entre hommes évidemment), la mort, les cafards (énormes), les Brésiliennes... si vous aimez les personnages "truculents" auxquels on ne croit pas une seconde avec en toile de fond l'Italie des années 1970 à nos jours... ce livre est pour vous. Je vous le laisse volontiers.
Commenter  J’apprécie          10
urobepi
  04 janvier 2012
Que diriez-vous d'aller faire un tour dans la tête d'un chanteur napolitain cocaïnomane? C'est l'excursion en forme de montagne russe que nous propose Paolo Sorrentino dans ce premier roman à la prose débridée et foisonnante.
Sorrentino s'est principalement fait connaître comme réalisateur. On lui doit entre autres les films Les conséquences de l'amour (en nomination pour la Palme d'or, Festival de Cannes, 2004) et Il Divo (Prix du jury, Festival de Cannes, 2008; en nomination pour l'Oscar du meilleur film étranger, Academy Awards, 2010). Disons que, comme CV, on a vu pire… Et comme si l'étiquette de “chef de file du nouveau cinéma italien” (4e de couverture) ne lui suffisait pas, voilà que Monsieur se permet de proposer avec Ils ont tous raison un roman écrit à la mitraillette; étourdissant, exubérant mais surtout, inspiré.
Il faut dire que les idées circulent vite dans la tête du chanteur de charme Tony Pagoda. La poudre blanche y est sans doute pour quelque chose.
(lire la suite...)
Lien : http://plaisirsdemodes.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
Lexpress   10 novembre 2011
Avec Ils ont tous raison, une pochade dégoulinante de clichés, le cinéaste Paolo Sorrentino a troqué la caméra contre le stylo, mais il n'a hélas pas pris le temps de relire sa copie. Confondant petite musique et grosse caisse, il s'est contenté de nous infliger une pétarade où se télescopent apartés incongrus, digressions inconsistantes, éructations pseudo-céliniennes et images racoleuses.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   02 septembre 2011
Bref, un premier roman qui cingle et qui réveille. Et vous laisse "la bouche ouverte". Exactement ce que souhaitait son auteur.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs   24 août 2011
Ça dépote.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
LolokiliLolokili   18 octobre 2011
Je parle de mon beau-frère là. Un mètre cinquante-six de stigmatisation. Des autres à son égard, bien sûr. Soixante-dix kilos. Trente-cinq pour le tronc et les cuisses, et les trente-cinq kilos restants pour une tête aussi grosse qu’une tortue des Galapagos. Le corps comme une grosse boîte de tomates pelées, la tête large comme un vieux Téléfunken. [...] Il a donc toujours été traité comme une merde. L’être humain ne pardonne pas le défaut physique. Et on parle de progrès. Et on attend le communisme. Alors que seul l’instinct parle, comme un ventriloque, il ne ment jamais, l’instinct, il ignore la démocratie. Il avance comme un mulet avec ses œillères et inutile de le raisonner, il ne connaît pas la raison. Il connaît juste le chemin. Jonché de sourires en coin sur le passage du mari de ma sœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LolokiliLolokili   18 octobre 2011
A présent, essayez d’imaginer que du quatrième étage un lave-linge vous arrive droit dessus. C’est ce qui me tombe sur la tronche, à moi, un lave-linge avec des doigts. Une baffe, à la vitesse d’une navette spatiale, qui me fait tourner la tête en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mon élégante tempe ridée s’en va heurter un traité de droit rédigé en son temps par un brave copiste ottoman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LolokiliLolokili   18 octobre 2011
Mais bon, comme disait mon père, tu as la vie devant toi. Dommage que tu ne sois pas capable de la comprendre, à dix-huit ans, cette phrase toute simple : « la vie devant soi ». Ton rapport au temps est déformé. [...] La sale vérité, c’est qu’au moment où tu comprends ce que ça voulait dire, avoir la vie devant soi, elle est déjà largement positionnée derrière.
Commenter  J’apprécie          140
tamara29tamara29   14 avril 2012
Depuis sa chaise longue, étudier les manœuvres d’approche des garçons autour des filles et des filles autour des garçons. Et là, je ricane, avec le sourire du déjà-vu. Indulgent et supérieur. Ils n’ont que le sexe dans la tête, ces mômes, et ils n’ont pas tort. Pourtant, à travers la gymnastique la plus populaire de l’histoire, ce qu’ils espèrent c’est tomber amoureux, être heureux, rire, ne plus se sentir seuls. C’est bouleversant, la masse d’espoir que les jeunes peuvent placer dans le sexe. Cette idée, souvent déçue, que c’est une panacée pour tous les mal-être, quand c’est juste de l’adrénaline qui pompe pendant sept minutes à trois mille tours et qui te fera peut-être oublier ton rhume pendant ces minutes-là, mais tout retombera, comme avant, voire légèrement pire, puisque tu n’as pas l’autonomie nécessaire pour remonter immédiatement sur le manège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LolokiliLolokili   18 octobre 2011
Ces vieilles chansons que je gueulais encore en mimant la passion étaient vraiment vieilles. Comme le Colisée. Bonnes maintenant pour les Japonais, les seuls à donner satisfaction. Les seuls encore capables de s’étonner de tout. Vierges, les Japonais, on les croirait arrivés sur terre avant-hier.
Commenter  J’apprécie          111
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Paolo Sorrentino (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
535 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre