AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B003B1A67C
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La poussière, peu à peu, ensevelissait le monde.
Mais ses pas n'y laissaient pas une trace. Sous ses yeux, la vitre béait, brisée.
Mais sous ses doigts, elle était lisse et intacte.
Il lui fallut du temps pour comprendre.
Son regard voyageait dans le temps. Il était devenu aveugle au présent...
Dans "L’œil du purgatoire", qui est sans doute son chef-d’œuvre, Jacques Spitz, l'un des auteurs français les plus originaux de l'entre deu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  23 octobre 2012
Poldonski, un peintre sans génie, écrivain médiocre à ses heures, suicidaire, qui n'aime rien ni personne, pas même lui, fait une drôle de rencontre.
Errant rue de Rivoli, à la recherche de modèles hideux pour son projet de toile intitulé "La kermesse burlesque", il fait la connaissance de Christian Dagerlöff, petit homme sec au poil blanc et aux yeux clairs..
Ce dernier se présente comme un homme de génie, il est, en fait, garçon de laboratoire à l'Institut Pasteur et professe un étrange voyage dans la "causalité".
Quelques jours plus tard, ayant oublié sa rencontre et las de la vie, d'Armande sa maîtresse, de babar son meilleur ami, Poldonski décide dans un sombre accès neurasthénique d'en finir avec la vie.
Sujet à un violent mal de tête, il quémande à l'homme de laboratoire, surgi devant lui, une drogue qui lui permettrait d'en finir sans douleur. Ce dernier lui propose une compresse humide à appliquer très bas sur les yeux.
Le lendemain matin, Poldonski s'éveille comme d'un sale cauchemar, guéri de sa migraine, aimant soudain la vie et impatient de pouvoir s'y frotter.
Mais Dagerlöff s'est livré à une expérience sur les yeux du jeune peintre, qui, en affectant sa perception du monde, va le transporter dans un futur macabre et glauque....
C'est un récit très dur que nous propose Jacques Spitz avec le premier roman de ce recueil. La noirceur du propos, sa cruauté parfois accuse la condition humaine et sa dérisoire raison. Ce texte, s'il en est loin dans sa forme, se rapproche par son propos de "La guerre des mouches". La fragilité de la condition de l'orgueilleux humain y étant observée sans concession et sans optimisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   16 octobre 2012
La poussière, peu à peu, ensevelissait le monde.
Mais ses pas n'y laissaient pas une trace. Sous ses yeux, la vitre béait, brisée.
Mais sous ses doigts, elle était lisse et intacte.
Il lui fallut du temps pour comprendre.
Son regard voyageait dans le temps. Il était devenu aveugle au présent...
Dans "L'oeil du purgatoire", qui est sans doute son chef-d'oeuvre, Jacques Spitz, l'un des auteurs français les plus originaux de l'entre deux guerres, préfigure les tendances les plus récentes de la littérature actuelle.
"L'expérience du docteur Mops" vise elle-aussi à percer le mur de l'avenir.
Dirk, qui se souvient du futur, est-il un malheureux cobaye ou bien un peu plus qu'un homme ?
(quatrième de couverture du volume paru dans la collection "Ailleurs et demain/classiques" des éditions "Robert Laffont" en 1972)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gillgill   16 octobre 2012
Le temps est clément aux ouvrages qui content de grands prodiges et l'oubli n'engloutit pas aussi aisément les projections de l'imaginaire que les représentations de la réalité.
Dans la production même d'écrivains féconds comme HG Wells, le souvenir collectif opère un tri qui sauvegarde l'héritage de l'étrange. Qui, hors les spécialistes, a lu de nos jours les romans sociaux de cet éminent auteur ?
Mais qui n'a pas rencontré l'homme invisible ou le voyageur du temps ?
Et que serait-ce si l'on exhumait les noms de contemporains de Jules Verne, de Wells, de Conan Doyle, de Lovecraft, de Maurice Renard, qui, plus célèbres qu'eux peut-être et mieux considérés par la critique du temps, n'eurent jamais droit pourtant à ces petites résurrections que sont autant de lectures.
(extrait de l'introduction de la collection "Ailleurs et demain/classiques" dans laquelle parut ce volume en 1972)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2956 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre