AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782490435029
480 pages
Éditeur : Aleph Editions (17/11/2018)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Une demeure mystérieuse, à la frontière du rêve et du merveilleux. Une Américaine loufoque, une histoire d'amour entre deux garçons... Un best-seller adapté au cinéma Center of my world (2016) enfin disponible en français !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Capridegh
  23 juillet 2019
Je sais que le milieu du monde sera une lecture que je n'oublierai pas. Je n'ai pas pu mettre de la distance entre mon livre et moi bien longtemps (la vie de couple se voit parfois mise en péril par une passion trop envahissante) ; c'est comme s'il m'appelait, alors qu'il patientait sur ma table de chevet, qu'il attendait que je l'ouvre à nouveau là où je l'avais refermé la veille, dissimulé sous d'autres livres et mangas. le milieu du monde, c'est un peu comme une histoire d'amour : un coup de foudre au premier regard, une envie immuable d'en savoir toujours un peu plus sur son histoire, histoire qu'on écoute avec des étoiles plein les yeux, des paroles que l'on boit, une certaine empathie, une curiosité infinie, une envie que ça ne s'arrête pas... Sa couverture m'avait attrapé l'oeil en rayon : des couleurs franches, la photo fascinante d'un jeune garçon à la gueule d'ange et au regard accrocheur et plein de mystère, l'air d'être sur le point de me dire quelque chose. Malheureusement, le milieu du monde était noyé dans la masse ; sorti juste avant Noël dernier dans les librairies qui croulaient, comme un peu plus tous les ans, sous la marchandise conséquente de fin d'année, le roman a été bien trop discret en rayon. Pourtant, il ne mérite pas que l'on passe à côté de lui.
Dans le milieu du monde, tout gravite autour de Phil, le jeune narrateur ; c'est un petit microcosme qui se forme constamment dans les pages, éclectique, profond, riche et gigantesque où il fait bon y trouver une place. le milieu du monde c'est comme l'album photo de la jeunesse du personnage ; à chaque division du roman correspond un instantané, lui-même correspondant à une histoire, à une anecdote, une rencontre, une révélation... Dans le présent, lorsque Phil a environ dix-sept ans, le moindre petit détail de la scène est l'occasion pour lui de revenir en arrière, alors qu'il était un jeune adolescent de douze ou treize ans. Ainsi, la cicatrice sur la clavicule de sa soeur Diane le conduira à nous raconter la bataille du Grand Oeil. Ou encore, le séjour dans la maison de Tereza mènera le lecteur à se voir conter l'enterrement rocambolesque du père de celle-ci. Tout au long de son récit, l'auteur parvient à manier la chronologie dissociée de façon captivante sans ne se laisser le droit à l'erreur. On apprécie la façon dont le personnage principal a tout l'air de dire : "Tiens, cher lecteur, tout ça me rappelle que, quand j'étais plus jeune..."
Tous les protagonistes marquent par leur trait de personnalité. Ils sont juste assez nombreux au point qu'on n'oublie pas une seule fois leur identité dans le récit ni leur fonction dans celui-ci. Pour certains, bien qu'ils fassent un passage éclair dans le roman, l'auteur sait les rendre inoubliables ; ils sont comme en filigrane au fil des pages et on apprécie beaucoup les allusions qui leur sont faites tout au long du récit (je pense surtout à Wolf et à Annie, deux personnages à la fois dérangeants et forts que je ne suis pas prête d'oublier). Finalement, le milieu du monde est un pot-pourri riche et complexe de personnalités différentes et originales qui marqueront tout autant le lecteur que le narrateur dont ils vont, tous ensemble, traverser la jeunesse.
Même la demeure où Phil habite est un personnage à part entière, cette très grande maison qu'on croirait entendre parfois respirer dans les pages, qui porte un prénom, Visible, qu'on imagine pourtant blottie au creux des feuillages de l'autre coté de la rive, loin des regards des Pantins, les habitants de la ville qui prennent l'adolescent et sa famille pour des excentriques. Visible, c'est finalement, en plein hiver, là où tout commence et là où tout finit.
Glass est sans aucun doute le personnage le plus énigmatique du roman et celui qui m'a le plus captivée. C'est une mère étrange, difficile à cerner dans les premières pages. Mais au-delà de ses apparences parfois dures et froides comme le verre ("glass" en anglais et "glas" en allemand), elle a pour ses enfants un instinct maternel des plus étonnants. Pas forcément démonstrative, Glass témoigne de l'amour quasi amical qu'elle a pour Phil et Diane qu'elle appelle "Darling" en les laissant tous deux vivre leurs aventures de jeunes adolescents en plein apprentissage de la vie, tout en laissant une oreille à leur portée, telle la psy consciencieuse qu'elle est dans la vie ; en liberté, c'est ainsi qu'on imagine ses enfants avec des tâches roses de Mercurochrome aux genoux et des petits bleus à l'âme. Pour Phil, son plus gros bleu à l'âme est sans aucun doute son homosexualité. le milieu du monde n'est pas le roman d'un coming out pour autant mais on prend beaucoup de plaisir à lire l'histoire d'amour tumultueuse qu'il vit avec Nicholas. le milieu du monde a cette force d'exceller dans le traitement de tous les sujets qu'il aborde, plus où moins graves, plus ou moins légers, avec toute la maturité appréciable dont fait preuve le narrateur.
J'accorde ★ ★ ★ ★ ★ à le milieu du monde. Phil m'a raconté toute sa jeunesse sans aucun tabou et j'ai apprécié son honnêteté, son intimité. L'auteur a su construire des personnages ultra denses façonnés par ce qui les entoure ; c'est alors un bonheur de les voir évoluer page après page. D'une justesse incroyable et d'une richesse incontestable, le milieu du monde n'a rien de la littérature young adult d'aujourd'hui ; sans doute l'histoire de Phil et sa famille fera-t-elle aussi le bonheur de lecteurs plus âgés. le milieu du monde est finalement l'histoire d'un apprentissage de la vie dans laquelle les mots choisis avec finesse vous transportent dans un monde fantastique où les aventures sont à la limite du merveilleux tellement les personnages sont beaux.
J'ai lu le milieu du monde dans le cadre de l'édition Masse Critique de Babelio de juin 2019. J'ai été très heureuse de voir le titre apparaître dans la sélection dédiée à la littérature jeunesse et je l'ai été d'autant plus lorsque j'ai appris que j'avais été sélectionnée pour recevoir un exemplaire et le chroniquer sur la toile. Merci infiniment aux éditions Aleph pour l'envoi ! Il me tarde de découvrir les prochains romans qui seront publiés chez eux. S'ils sont tout aussi magiques que le milieu du monde, je ne doute pas qu'une belle et grande aventure les attend.
Lien : https://lirecestboireetmange..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lesperanza
  30 janvier 2020
Le Milieu du Monde n'est pas un genre que je lis en général, mais en voyant dans ma librairie le petit carton épinglé à sa couverture disant qu'il avait été un coup de coeur pour un des libraires, cela avait attisé ma curiosité. le résumé, bref mais intriguant, m'avait donné envie d'en savoir davantage et c'est ainsi que je l'avais commandé pour Noël.
Voilà donc une lecture que je viens d'achever. Très honnêtement, je pensais que j'allais l'adorer. Il ne m'a pas déçu mais disons que j'ai moins accroché que ce que j'avais imaginé.

Pourtant, le roman ne démérite pas. C'est extrêmement bien écrit, l'histoire est particulière et originale... L'auteur a su rendre son récit unique à sa façon.
Malgré tout, j'ai eu du mal à accrocher au début. La première moitié ne m'a pas ennuyé mais ne m'a pas captivé non plus. Étrangement, je ne saurai expliquer la raison pour laquelle je n'ai pas été transporté directement dans l'univers du narrateur. Mais tout simplement, j'ai mis du temps à accrocher.
J'ai pris davantage de plaisir à lire la seconde moitié du livre. Je commençais à bien appréhender le style d'écriture de l'auteur et la lecture était plus fluide. Ce n'est pas un coup de coeur et je suis déçue de ne pas avoir aimé comme je l'avais espéré, mais cela restera une jolie découverte ♡
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
I_Meliodas
  05 juillet 2019
Merci à Babelio et aux éditions Aleph pour m'avoir confié leur livre.
Phil est un jeune garçon qui vit dans une étrange maison avec sa soeur jumelle, Diane et sa mère, Glass. Il nous raconte des moments de sa vie, son histoire, des moments de son enfance qui sont liés à son présent. Phil vit sa vie entourée de « pantins » (Les gens habitants sur l'autre rive de leur maison) et accompagné de sa fidèle amie Kat. Phil va tomber amoureux de Nicholas, un beau ténébreux qui ne se dévoilera pas facilement à notre héros. La période de sa vie qu'il raconte sera une grande désillusion pour notre ami tant au niveau de l'amour que de l'amitié.
Je suis une adepte de la SFFF donc je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant ce livre, mais je n'ai pas été déçue. Certes c'est loin de ce que je connais, mais il y a une certaine poésie, une douceur dans ce roman qui donne envie que l'histoire ne s'arrête jamais. Les personnages sont tous plus atypiques les uns que les autres. On s'attache très facilement à Phil, Diane, Glass et tous les autres. Je n'ai pas dévoré ce livre en peu de temps, non pas parce qu'il ne m'intéressait pas, mais plutôt parce que j'avais envie de prolonger les jours de lecture et de m'éloigner de ceux de la fin. Ici je me demande encore quelle va être la suite des aventures de ce jeune homme.
L'auteur à une très belle plume. Sa manière d'écrire est plaisante. J'ai vraiment apprécié les retours dans l'enfance de Phil. Même si parfois j'ai eu envie de sauter ces passages pour connaitre la suite, mais on se rend très vite compte que c'est « retour » sont importants pour la suite et comprendre les pensées de notre héros.
Bref c'est fut une très belle lecture que je recommande à tout ceux qui veulent une lecture calme, belle et touchante (j'ai même eu la larme à l'oeil à un moment donné).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chawol
  29 juin 2019
Il était une fois une immense demeure aux allures de château délabré, en marge d'une petite ville perdue. Dans cette maison vit une toute petite famille, qui fait pourtant bien parler d'elle. La mère vient d'Amérique, elle est excentrique, rebelle, provocante, vit comme elle l'entend. La fille est une ombre, avare de mots, mystérieusement proche des insectes, des animaux, du monde. le fils est notre narrateur, spectateur de sa propre vie et pourtant sensible, chargé d'émotions et de souvenirs de son enfance. C'est le présent: la vie de marginal, le quotidien, le mystère, les liens précieux qui déchirent et qui soignent, les autres habitants, ces « Pantins ». C'est le passé: ses moments incongrus, parfois hors du temps, parfois inexplicables, ses moments qui construisent, une enfance marquée par un amour maternel paradoxal : profond mais égoïste. C'est une poupée qui chuchote à l'oreille, un vieux magasin poussiéreux, un étang sans fond, une aura qui attise la colère et l'hostilité, des mots silencieux, l'amour dissimulé, un voyage. Ce roman est un conte au coin du feu, dans un fauteuil sans âge, pour grandir au milieu du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alinette74
  19 juin 2019
J'ai reçu ce livre de la masse critique Babelio et je remercie les éditions Aleph.
Malheureusement je n'ai pas du tout accroché à cette histoire et j'ai lu en survolant et en diagonale ce que je n'aime pas faire habituellement.
Mais là, je me suis ennuyée, je ne me suis pas attachée aux personnages même celui de Phil, et l'écriture et la manière de raconter ce livre ne m'a pas du tout plu. C'est très long, pas de rebondissements et un récit comme un conte ou une légende.
Je ne peux que vous dire de vous faire votre avis mais pour ma part, il ne me laissera pas de souvenirs.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
CaprideghCapridegh   23 juillet 2019
Il a tout vu, tout. La phrase résonne dans mes oreilles. Wolf a parlé comme un enfant peu sûr de lui, entêté, menaçant. J'attends la suite : Et je vais tout raconter. Et soudain je sens un rire monter en moi à la pensée que ce petit jeu va se répéter indéfiniment. Tous les garçons du lycée vont passer devant moi à tour de rôle et se laisser embrasser, juste pour s'assurer que leur pire cauchemar est bien en train de devenir réalité : non ce n'est pas dans leur tête, ce n'est pas un simple mirage né lors de nuits fiévreuses et sans sommeil passées à ruminer de mauvaises pensée. Et une fois que leur salive se sera mélangée à la mienne, ils se serviront de moi comme d'un papier tournesol pour voir quelle couleur va s'afficher, et savoir enfin s'ils en sont ou pas - des lépreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
I_MeliodasI_Meliodas   05 juillet 2019
L'amour te pousse à faire des choses étranges. Il te fait distribuer des bonbons arc-en-ciel, il te fait dansoter dans les rues avec des souliers rouges aux pieds, et il n'hésite pas une seule seconde à te faire creuser des tombes à mains nues au beau milieu de la nuit dans quelque jardin paradisiaque.
Commenter  J’apprécie          30
LesperanzaLesperanza   30 janvier 2020
- J'ai pas mal réfléchi, Phil.
(...)
- Et ?
- Et j'en ai conclu que les choses qu'on ne peut pas changer, il faut juste savoir les accepter.
Commenter  J’apprécie          50
CaprideghCapridegh   12 juillet 2019
Les enfants sont de la cire entre les mains du monde, dit Tereza, un jour où je lui en parlai. Des livres ouverts aux pages vierges, qui sont écrits par nous, les adultes. Ce qui se trouve dans les premiers chapitres, tu ne pourras plus t'en défaire et tu devras vivre avec pour le reste de ta vie.
Commenter  J’apprécie          10
CaprideghCapridegh   21 juillet 2019
Les aventures dans lesquelles je me trouvais embarqué en lisant les livres empruntés à la bibliothèque avaient beau être aussi variées et différents les unes des autres que les histoires des Mille et Une Nuits, elles avaient pourtant toutes le même effet : elles m'enveloppaient comme un manteau protecteur et me préservaient des Pantins du monde là-dehors. C'est pour cette raison que j'aimais la bibliothèque [de Visible]. Pour moi, c'était le milieu du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
178 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre