AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290169935
Éditeur : Editions 84 (10/10/2018)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 69 notes)
Résumé :


« À l'heure où ces lignes seront publiées, j'aurai trouvé en Dieu une nouvelle naissance. »

Pendant près de 20 ans, Soeur Emmanuelle a rédigé ses mémoires, elle y est revenue incessamment, et jusque dans les derniers mois de son existence, pour les reprendre, les corriger et les enrichir.

Ses Confessions d'une religieuse sont donc le livre le plus important qu'elle ait écrit :
Le premier, car elle l'a débuté avan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  30 avril 2015
Je ne suis pas spécialement versé dans le religieux, même si je ne renie pas la religion dans laquelle j'ai été élevé.
Cependant, je trouve que les biographies ou autobiographies, de surcroît teintées de spiritualité sont toujours enrichssantes.
Ce livre raconte la vie et les actions de Soeur Emmanuelle, une âme pure, mais parfois torturée, tout en étant également une page d'histoire, et théologie et parfois de philosophie.
Le niveau de formation intellectuel de ce genre de religieuse est étonnant. Cette femme, tout en vouant sa vie à son Dieu, s'est surtout consacrée aux hommes, pleine de passion, de colère, de révolte mais aussi d'actions concrètes pour que les choses changent.
Une belle histoire, qui en dehors de tout aspect fanatique apporte beaucoup de thèmes de réflexion. On en sort pas tout à fait le même sur pas mal de sujets.
Commenter  J’apprécie          222
Gaoulette
  13 décembre 2016
Ah depuis le temps que je l'avais dans ma Pal je ne sais pas pourquoi j'ai attendu tout ce temps car ça était une véritable surprise de découvrir une vrai Soeur Emmanuelle, je dirais plutôt faire la connaissance de Madeleine qui est resté ancré à Soeur Emmanuelle.
Tout au long de mes années catéchismes, je n'avais entendu que des éloges de cette Soeur bien atypiques et puis j'avais vu une interview aux infos et il faut dire que cette sacré bonne femme avait la langue bien pendue et ne se laissait pas faire. Alors j'ai voulu découvrir la femme qu'elle était et son parcours qui est une référence comme Méré Theresa ou l'Abbé Pierre.
Soeur Emmanuelle nous livre tout d'abord ses convictions qui vont être confrontés aux scepticisme des tout son entourage. Elle nous livre son parcours quoique chaotique parfois et surtout assez comique dans sa façon de faire. Elle nous parle sans langue de bois et fait un autoportrait qui m'a bien surprise. Je ne m'attendais pas du tout à cela.
C'est un livre religieux en apparence mais qui peut être lu par toutes les hommes/femmes croyants ou pas. Car c'est avant tout le parcours d'une femme qui est sure de ses convictions mais n'essaye à aucun moment de convertir son lecteur. Toutes les confessions sont centrées sur elle-même avant tout en tant que femme combattante.
Pour moi une très belle découverte qui aurait mérité un coup de coeur mais je n'ai pas la note maximale. Je me suis perdue parfois dans les confessions de Soeur Emmanuelle. Mais elle le dit elle-même elle a pondu ses confessions brutes et c'était à l'Abbé Philippe Asso de s'en débrouiller. Je ne rigole pas, Soeur Emmanuelle va vous surprendre plus d'une fois dans ses propos, dans son parcours, dans ses tentations et surtout ses défauts dont elle peut être fiers.
Tous mes respects pour cette petite femme extraordinaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
cicou45
  28 février 2011
La vie touchante de Soeur Emmanuelle qui, tout au long de sa vie, n'a eu qu'un seul et unique amour : Dieu. La dévotion de cette femme qui a fait voeu de chasteté, de pauvreté et de dévotion aux autres est extrêmement touchante. Elle y raconte notamment la période durant laquelle elle a vécu avec les chiffonnières du Caire et tout ce qu'elle a fait pour améliorer leur condition de vie ainsi que celle des enfants égyptiens. Autobiographie qui a été publiée à titre posthume, Soeur Emmanuelle était quelqu'un de très humble et qui, bien qu'ayant connu, comme Soeur Térésa, ses moments de gloire, ne tenait pas à attirer sur elle les projecteurs.
Ce livre est prenant mais parfois difficile à saisir dans toute sa portée en raison de toutes les références bibliques et de la dévotion de Soeur Emmanuelle pour Dieu. A découvrir néanmoins.
Commenter  J’apprécie          70
frandj
  21 août 2015
Dès les années ’90, la valeur exceptionnelle de Sœur Emmanuelle a bien reconnue par les Français. Elle a connu cette notoriété en raison de son rôle de "petite sœur des chiffonniers", au Caire. Mais ce qu’on ignore souvent, c’est que cette action caritative a commencé tardivement, après sa retraite d’enseignante; auparavant, elle avait été en poste notamment à Istanbul, Tunis et Alexandrie.
Ses mémoires ont été publiées juste au moment de sa mort (2008). Elle y raconte toute sa vie, avec franchise et simplicité, sans dissimuler les périodes parfois difficiles qu’elle a dû traverser. Ce récit est très riche: il parle concrètement du Tiers-Monde, de la vie religieuse, du développement de communautés déshéritées, de charité - au sens le plus noble du mot - et de la foi qui a animé son action. On peut considérer Sœur Emmanuelle comme une sainte, non pas dans le style saint-sulpicien, mais parce qu’elle a donné le meilleur d’elle-même, sans jamais oublier qu'elle était un être humain ordinaire.
Un beau livre, facile à lire et qui pousse à la réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Yuean
  26 décembre 2016
Quelle livre !! Un de mes coups de coeur de l'année, peut-être même de toujours. La promesse est pourtant simple, Soeur Emmanuelle nous raconte sa vie. Je vois déjà des mines blasées, j'entends siffler les "passionnant…" ironiques ? Hé bien vous ne croyez pas si bien dire, car même les plus pessimistes seront conquis par cette autobiographie captivante, honnête et enjouée, jamais prosélyte.
De sa petite enfance à son entrée en religion, de sa carrière d'enseignante à son engagement auprès des chiffonniers du Caire, Soeur Emmanuelle nous raconte ses choix, ses joies et sa philosophie de vie. C'est une oeuvre conséquente mais très facile à lire, y compris pour quelqu'un n'ayant pas de connaissance particulière en religion. On est immédiatement happé par ce récit d'une vie consacrée à apporter de la lumière partout où il en manque. Soeur Emmanuelle est la preuve que le choix du spirituel n'implique en rien la fermeture d'esprit ou le rejet de la société. Elle est aussi la preuve que quand on veut, on peut. Son énergie est contagieuse, son amour de l'autre et du partage transpire à chaque page du livre, son oeuvre irradie de positivité et de tolérance.
Revendiquant sa sincérité, la Soeur ne cherche jamais à se cacher derrière de faux semblants. Elle aborde d'elle-même des questions très personnelles, ou porte un regard qui est le sien sur certains phénomènes du monde contemporain (montée des extrémismes, soutien à l'avortement etc...). Bien sûr, elle partage aussi sa conception de la religion ou digresse sur la théologie, mais là n'est pas son principal propos. A la fin de ce livre, on ne souhaite qu'une chose : agir, agir et encore agir. Porté par la folle énergie d'Emmanuelle, celle à qui on a toujours dit que ce qu'elle voulait faire était impossible à réaliser, on se prend à avoir envie, à notre tour, de déplacer des montagnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
VivianeBVivianeB   19 avril 2009
J'ai décrit dans les pages précédentes la tranche de ma vie la plus bouleversante, le partage du destin du rebut de l'espèce humaine, les chiffonniers, mes frères. Mais d'autres cris m'atteignent au coeur du bidonville : les cris d'enfants livrés ailleurs dans le monde à la famine et à la mort. C'était de nouveau la chaire de ma chair qui gémissait sur les trottoirs de Khartoum ou dans les immeubles calcinés de Beyrouth. Les cris d'un enfant, quelle que soit la couleur de sa peau, font toujours choc. On se précipite pour le prendre dans ses bras et sécher ses larmes. La misère des petits d'hommes, je la connaissais. Elle m'avait frappée, corps et âme. Mais; défiée dans un combat corps à corps, en équipe, elle pouvait être terrassée. C'est ainsi que j'ai été amenée à poursuivre en d'autres lieux l'expérience passionnante des bidonvilles du Caire : ranimer avec d'autres lutteurs les étincelles de vie pour les faillir jaillir en gerbes de feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CarosandCarosand   15 octobre 2014
"Si vous venez au couvent pour avoir une bonne petite vie, bien à l'abri des difficultés du monde, je vous conseille de partir au plus vite. Comme pour tous ceux qui passent sur cette terre, des épreuves vous attendent. Celles de la vie religieuse viennent d'abord de la virginité du corps et du cœur : l'être humain cherche normalement un amour sensible qui le satisfasse corps et âme. Le vœu de chasteté que vous vous préparez à prononcer vous paraîtra à certaines heures d'une stérilité farfelue. Mais la vraie fécondité vient de l'amour. Dans la mesure où vous vivrez un plus grand amour envers Dieu et l'humanité, une source de vie jaillira de vous. Vous offrirez le don le plus précieux dont chaque être a soif sur terre : la tendresse, la gratuité dans l'amour".
La gratuité dans l'amour, tout est là. Cet idéal allumé par mère Marie-Alphonse au matin de ma consécration religieuse est devenu la flamme jamais éteinte tout au long de ma vie. Alors que j'écris ces lignes dans ma cabane au cœur du bidonville, au soir de ma destinée, je peux encore en offrir la chaleur à mes frères et sœurs chiffonniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SepoSepo   22 avril 2014
NOEL DES CHIFFONIERS:
Quand je suis arrivé au bidonville, les chiffonniers chrétiens gardaient une foi vivante, mais relation avec l'Eglise copte orthodoxe qui ne paraissait pas soupçonner leur existence. Ils ne mettaient jamais les pieds à la paroisse assez proche, car ils se sentaient trop mal vus des fidèles !
Je vais visiter pour la première fois le patriarche Chenouda pour lui parler de son troupeau sans pasteur et demander un prêtre pour Noël. Il me reçoit avec la plus grande cordialité et accède immédiatement à ma requête. ce sera le point de départ de notre amitié. J'ai ainsi assisté à la plus belle messe de Noël de ma vie! Un chiffonnier nous prête sa cabane et sa cour rigoureusement nettoyées. Quelques relents d'ordures y subssitent seulement. Une lampe à butane éclaire les parois noiraâtres, la table branlante couverte d'un vioeux drap qui sert d'autel et quelques bancs de couleur indéfinie. L'âne de la crèche et le boeuf transformé en buflesse ne sont pas loin. Quelques hi-han sonores, entremêlés de grogements de cochons, nous le rappellent. Un vieux moine arrive et ne paraït pas décontenancé comme son homélie le prouve: "Si le Christ devait renaître sur terre cette nuit, il viendraitchez vius: son gîte, c'est la pauvreté, les bergers sont vos frères. Soyez dans la joie, le Ciel visite le bidonville."
Des bougies sont allumées. le plus bouleversant, ce sont les visages de nos chiffonnières: leurs yeux sont éclatants de lumière, meurs lèvres chantent avec allégresse:"Koudous, Koudous, Koudous, Saint, Saint, Saint, le Seigneur." ces femmes précocement vieillies par la dureté de leur vie ont soudain revêtu un rayon de beauté céleste."p.212
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CarosandCarosand   15 octobre 2014
Une réalité vivante m'habite, distincte et plus exigeante que ma conscience et qu'aucune parole humaine ne pourra jamais communiquer. Elle s'insuffle sans s'imposer, comme la brise légère qui apporte, dit la Bible, un message de Dieu. Ces parole du Christ la résument : "Laisse tout, suis-moi." L'appel était impérieux. Je l'écoutais et le fuyais, tour à tour, sur tous mes sentiers jusqu'à ce que, vaincue, je lui obéisse. Ceux qui vivent de cette présence d'amour perçue dans le tréfonds de l'âme en font la constante expérience. Pour les autres, l'évoquer apparaît comme la marque d'un mysticisme exalté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
segrobsegrob   19 juillet 2012
Cette joie au milieu de ce dénuement est stupéfiante ! Où l'homme trouve-t-il donc son bonheur?

Cette même question, je me la poserai plus tard en Europe, où je découvre souvent un climat de morosité, une insatisfaction foncière. J'ai l'impression que les individus sont empêtrés dans un autre genre d'esclavage. Des désirs impossibles à maîtriser, sans cesse renaissants, une course haletante sans rémission étouffent dans son germe le plaisir de vivre, de vivre l'instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Sœur Emmanuelle (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sœur Emmanuelle
Vahina Giocante dans les pas de Soeur Emmanuelle au Burkina .L'actrice soutient une grande campagne de l'association Asmae dont elle est la marraine et nous raconte son immersion dans une mission au Burkina Faso. | Retrouvez sur notre site toutes les vidéos du Nouvel Observateur
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1139 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre