AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290343159
149 pages
Éditeur : J'ai Lu (19/11/2004)

Note moyenne : 4.53/5 (sur 16 notes)
Résumé :

" Je crois que l'important, pour moi, n'est pas tellement de vivre que de faire vivre. " Sœur Emmanuelle nous relate elle-même, pour la première fois, les étapes spirituelles et humaines d'une vie intense et riche, entièrement consacrée aux autres, De sa Belgique natale aux écoles d'Istanbul et aux bidonvilles du Caire, Madeleine Cinquin, de son vrai nom, n'aura eu de cesse que d'apporter soin et réconfort aux femme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
araucaria
  13 avril 2012
Récit très fort. Livre offrant des témoignages bouleversants. Un très grand livre à lire et à relire. Il enseigne l'humilité et la tolérance.
Commenter  J’apprécie          140
Giwago
  28 avril 2008
C'est un livre magnifique. On apprend à découvrir cette femme merveilleuse, et on se rend compte, qu'après tout, Soeur Emmanuelle n'est qu'une femme, extraordinaire et exemplaire certes, mais une femme avant tout, avec ses qualités mais aussi ses défauts. Ce livre est le genre de livre, et Soeur Emmanuelle le genre de personne, qui arriveraient à me rapprocher (ou me faire revenir) de la religion… En tout cas, qu'on soit croyant ou pas, c'est un livre qui fait réfléchir sur les autres, sur la manière dont chacun peut essayer d'aider son prochain, mais ce livre fait aussi réfléchir sur soi… Bref à lire…
Commenter  J’apprécie          40
Yuean
  26 décembre 2016
Pour une première lecture de Soeur Emmanuelle, le moins qu'on puisse dire est que je ne suis pas déçu ! Au contraire, le livre a dépassé toutes mes espérances.
Soeur Emmanuelle se sert de différents épisodes de sa vie pour démontrer combien les autres ont été nécessaires à son épanouissement. Elle livre un discours plein d'empathie et d'optimisme sur la nature humaine, à milles lieux des tensions de l'époque actuelle. Lucide sur la détresse de la jeunesse dans l'Europe actuelle, elle ne peut masquer son étonnement et sa tristesse de voir combien les sociétés qui ont "tout" sont aujourd'hui perdues dans le non-sens et l'absurde. Mais Soeur Emmanuelle n'est pas là donner des leçons, pas son genre ! Au contraire, elle essaye d'apporter des réponses à des questions que tout le monde ressent mais qui ne sont jamais réellement formulées. Et c'est avec un formidable joie de vivre qu'elle y parvient !
Un ouvrage court, au rythme enlevé, qui se dévore.Vite, où sont ses autres écrits ?? Un coup de coeur 2016 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   03 novembre 2020
La deuxième chose qui m'a frappée - et dont j'ai souvent parlé dans mes conférences -, c'est l'extraordinaire morosité des Français. Je venais de mon bidonville où, en dépit de toute la saleté et de tous les problèmes, règne la joie de vivre et j'arrive dans le métro parisien. C'était incroyable! Je regardais ces gens, chacun assis dans son coin sans oser regarder son voisin, avec ces têtes d'une tristesse pas possible. J'avais envie de leur dire : "Qu'est-ce qui vous est arrivé? On vous a tout volé? Vous avez perdu un être cher? Mais enfin, qu'est-ce que vous avez?" Cela m'a fait réfléchir. Je suis comme tout le monde. Si je vivais à Paris, je ferais sans doute la même tête triste. Mais pourquoi? Il doit y avoir une raison. Comment se fait-il qu'un pauvre diable de chiffonnier qui vit dans une cabane sans eau, sans électricité, sans le moindre confort, qui n'a aucun loisir à l'extérieur - sauf, s'il est un homme, le minable bistrot du coin - paraît plus heureux qu'un Européen qui a tout?
J'ai vécu une expérience époustouflante au Sénégal. Dans des cabanes dont les murs étaient en carton bouilli et le sol en terre battue, j'ai rencontré un groupe de femmes qui m'ont expliqué qu'il n'y avait pas de travail pour elles mais qu'elles se "débrouillaient" en ramassant les fruits et les légumes qui restaient après la fin du marché. Il n'y avait rien dans ces cabanes. Et quand je dis rien, c'est rien. Or ces femmes, pendant toute la durée de ma visite, n'ont pas arrêté de rire et de s'amuser. Elles paraissaient les femmes les plus heureuses du monde. Je n'arrive pas à m'expliquer cela. Est-ce le fait de ne pas avoir sous les yeux le luxe des autres? De ne pas être constamment tenté, comme on l'est à Paris, à cause des vitrines, de la télévision, des affiches, etc., par les plaisirs de la société de consommation? Qu'est-ce qu'il faut, finalement, pour qu'un homme soit heureux? Je n'en sais rien. Toujours est-il que moi, j'ai constaté que moins tu as, plus tu vis. Je le crois dur comme fer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
araucariaaraucaria   02 janvier 2016
L'événement qui m'a sans doute le plus marqué dans ma vie s'est déroulé un dimanche matin sur une plage de la mer du Nord, en Belgique. C'était en septembre 1914 et je n'avais pas encore six ans. Nous habitions Bruxelles où mon père - qui était français - avait hérité de sa mère une petite fabrique de lingerie. Officier de réserve et très patriote, mon père, Jules Cinquin, s'était présenté au bureau de recrutement de Calais, mais on lui avait répondu que sa classe n'était pas encore appelée. Pour profiter des derniers beaux jours de l'été, avant la grande séparation, mes parents avaient loué une villa au bord de la mer, à Blankenberge, près d'Ostende.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
araucariaaraucaria   02 janvier 2016
Dieu nous a donné le monde, les poissons, les oiseaux, la terre pour faire la fête, pour en jouir ensemble, en partageant. Pour moi, le plus important sur terre, c'est de déployer toutes les ressources que nous avons reçues - notre intelligence, notre volonté, notre santé tant qu'elle est encore bonne - pour vivre au maximum en créant du bonheur. Le vivant, c'est celui qui aime une fleur, un rayon de soleil, un bon repas. Au moment de mourir, saint François, le pauvre d'Assise, a demandé à Claire de lui donner un gâteau à la frangipane. Et Claire, qui savait qu'il adorait la frangipane, le lui avait déjà préparé. Tu vois, c'est cela, vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucariaaraucaria   02 janvier 2016
Plus tard, au Soudan, au Liban, j'ai vu des centaines d'autres enfants morts ou en train de mourir - du tétanos, tués par balle ou simplement de faim. Je n'aurais pas pu continuer à supporter cette vie si je n'avais pas cru à la résurrection. L'amour est plus fort que la mort. Ton enfant, ma voisine, tu vas le retrouver, comme moi je sais que je retrouverai ma mère et tous les êtres que j'ai aimés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucariaaraucaria   02 janvier 2016
"Si j'en ai la force, je voudrais dire à tous ceux que je laisse sur la terre que je les emporte avec moi dans le Ciel. Chacun d'entre eux. Car, vois-tu, Marlène, l'amour est plus fort que la mort."
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sœur Emmanuelle (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sœur Emmanuelle
Vahina Giocante dans les pas de Soeur Emmanuelle au Burkina .L'actrice soutient une grande campagne de l'association Asmae dont elle est la marraine et nous raconte son immersion dans une mission au Burkina Faso. | Retrouvez sur notre site toutes les vidéos du Nouvel Observateur
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Chefs et penseurs religieux. Religieux (220)
autres livres classés : humanitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1328 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre