AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782916529820
154 pages
Editions Terriciaë (01/06/2012)
4.75/5   8 notes
Résumé :
Que le peintre le plus insignifiant de l'histoire de l'art ait pu enfanter le tableau le plus convoité du monde, ça suffit à faire naître des vocations. La nouvelle passion de Tonton ? L'art en général, et ce tableau très particulier. Ça l'a pris comme ça, d'un coup. Faut dire qu'il a su pour le prix de revente, et ça a été une révélation. Mais il y a un petit problème. Ce tableau n'est pas dans un musée, ni dans un coffre, ni même au fond de l'eau dans un costume é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  08 août 2015
- C'est une histoire de principe, Donatienne, insista le Boss. Quand je donne un ordre, j'aimerai qu'on m'obéisse.
Et croyez-moi, ce n'est pas gagné. Tout avait pourtant presque bien commencé. Tonton avait réuni son équipe pour ce qui s'annonçait être le coup du siècle. Il ne s'agissait pas seulement de monter un coup pour gagner le plus d'argent possible. Non, cela, c'était déjà fait, et le refaire ne changeait strictement rien au statut de Tonton. Non, là, sa fine équipe allait travailler pour l'art... et l'art, c'est compliqué, surtout quand on imagine que les plus fins connaisseurs de la bande sont Bruno, et Mamour. Pour Bruno, passe encore, mais Mamour est aveugle - seulement, ce sont les deux membres de l'équipe avec des cerveaux en bon état.
En quoi consiste cet "art" ? A dérober un tableau unique en ce qu'il existe en double exemplaire, tous les deux peints par le peintre lui-même, qui n'avait pas craint de se plagier - après tout, on n'est jamais si bien servi que par soi-même, surtout quand on est un artiste que l'on qualifierait volontiers de "confidentiel".
Seulement, il y a un hic, ou une olive dans le clafoutis, pour citer le texte : il faut introduire Gérard dans la place, parce qu'il est le parfait sosie du Vicomte de la Taille. En fait, soyons franc : ce n'est pas seulement un hic c'est... comme un iceberg qui surgirait, mais au beau milieu de la Méditerranée. Non, parce que le charmant vicomte, que Gérard doit "remplacer" est sur le point de se marier, bien qu'il affiche un goût très prononcé pour la gente masculine. Petite précision, toujours utile de nos jours : il épouse une femme, que dis-je, une femme, une duchesse, la duchesse de Rompay-Lérang.
Ce n'est rien de dire que tout se complexifie : il faut le lire pour le croire. Il y a tellement de retournements de situations qu'à la fin, on ne sait pas vraiment quelle était le bon sens - si tant est qu'il y en est un. Oui, l'art est difficile, presque autant que l'enfance de ce cher Gérard.
Un roman, ou plutôt une série de romans - cinq tomes à ce jour - à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
YvPol
  29 septembre 2017
Tome 2 des -excellentes- aventures de Tonton et sa bande ; vous reporter à mon précédent billet pour comprendre pourquoi je lis le 2 maintenant alors que j'ai déjà lu le 6 et tous les autres. C'est dans ce volume que l'on fait connaissance avec Donatienne de Gayrlasse qui deviendra la bonne de Tonton, et hop, l'équipe est complète. Plonger Tonton et sa bande dans le monde délicat et feutré de l'aristocratie, mais quelle mouche a piqué Samuel Sutra ? Bon, pour la mouche, je ne sais pas mais elle devait avoir de lourds antécédents. Par contre, le monde délicat et feutré vole en éclat et s'il n'adopte pas les mêmes codes que celui de la truande on ne peut pas dire qu'il soit plus glorieux, par exemple, la description de Donatienne : "La dame, d'une cinquantaine bien secouée, mais à la mise impeccable, aux souvenirs de Tonton, était la riche descendante d'une longue lignée de militaires qui s'étaient transmis le sang bleu de génération en génération, à grands coups de consanguinité. L'arbre généalogique devait compter certaines branches ayant donné plus de fruits que de noyaux. Lignée remontant, à ce que l'on disait, à des temps forts reculés, où l'on se battait à mains nues et à pied, le cheval n'ayant pas encore été inventé." (p.9)
Que dire que je n'aurais pas dit sur un roman avec Tonton ? C'est difficile tant à chaque fois, je me régale, je me marre, j'apprends de nouvelles tournures d'argot que je suis bien incapable de retenir, non pas que je soye coincé et que je répugne à user de vocables un rien familier voire pire, mais tout simplement parce que je ne les retiens pas. Il m'a fallu des visionnages et des visionnages des Tontons flingueurs (pas cités innocemment, bien entendu) pour en retenir quelques mots et pareil pour les excellents OSS 117 (mais là, il n'y a pas trop de rapport sinon que j'aime). L'autre référence, hors Audiard, Dard et Lautner, et qui est notée dans la très courte biographie de l'auteur en fin de volume est Alexandre Astier et son Kaamelott, et c'est vrai que le langage pratiqué par l'un et par l'autre se ressemblent ou du moins procurent le même plaisir. Visualisez cette scène : Gérard qu'on pourrait aisément qualifier d'abutyrotomofilogène -mot trouvé sur divers sites et qui signifie "qui n'a pas inventé le fil à couper le beurre", il y en a tout plein de mots comme ça rares, inventés, oubliés, désuets, c'est marrant à replacer dans un papier-, donc Gérard entre dans un bar gay -déjà c'est dur à imaginer- à la recherche de sa cible et demande :
"- Je cherche un mec, avoua-t-il.
Le serveur le dévisagea, parcourant la piste des yeux comme pour vérifier la nature de l'endroit.
- Tu déconnes ? Tu rentres dans un bar gay et tu cherches un mec ? T'es du genre à bouffer quand t'as faim, ma grande. Ça me chavire, les gars comme toi. le mystère... L'imprévu..." (p.102)
Moi aussi, ça me chavire, si vous ça ne vous fait rien, je ne peux rien pour vous si ce n'est vous prescrire une dose maximale de Tonton pour vous dérider, maintenant qu'ils sont tous parus chez Flamant noir, commencez par le numéro 1, puis le 2, etc etc... Si au contraire vous aussi ça vous chavire, eh bien, commencez par le 1, le 2 etc etc...
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigitte22
  11 août 2012
Et j'ai retrouvé la fabuleuse petite équipe du "Pire du Milieu" !! Tonton, bien sûr, mais aussi Gérard, au cerveau embrumé, son neveu Pierre guère mieux loti, Bruno, dit le Zébré, et Mamour (l'aveugle :) !), accompagné de son inséparable chien Kiki. Tonton a un nouveau coup en tête, un tableau convoité par un autre malfrat, David Chicaude… Reste à se procurer ce tableau, qui se trouve dans le château d'une famille de la haute société, où va se dérouler un mariage, et dont le marié n'est autre que le sosie parfait de Gérard… C'est une fois de plus furieusement drôle, les personnages qui entrent en scène ont des noms impossibles (à lire tout haut), la baronne Donatienne de Guayrlasse, la duchesse Benoîte de Rompay-Layran, le Docteur Hornaute (pour ce dernier j‘ai dû y réfléchir à deux fois :) ).. Et on se dit qu'encore une fois, tout est bien mal parti …
Drôlissimes à souhait, ces deux romans de Samuel Sutra auront enchanté ma fin de vacances ! Merci à lui !
Commenter  J’apprécie          20
AuPouvoirDesMots
  20 novembre 2012
Après « le pire du milieu », Samuel Sutra remet Tonton et ses acolytes en selle avec « Les particules et les menteurs ».
Ce coup-là est le coup du siècle, foi de Tonton ! Va falloir fricoter avec la particule pour arriver à ses fins. J'm'explique : le gros Gérard, bras gauche de Tonton, ressemble fort à un gars au sang bleu qu'on nomme le Vicomte de la Taille, celui-là même qui possède un tableau au doux nom de « Dame aux Godasses » très recherché par un collectionneur aux activités troubles.
Le plan est simple : le gros Gérard devient le Vicomte, et une fois dans la place, on récupère ledit tableau. Un plan sans faille, du tout cuit. Reste à peaufiner l'art et la manière, ce ne sera pas sans l'aide précieuse de la baronne Donatienne de Gayrlasse, figure incontournable de la noblesse rescapée.
Et je me suis ré-ga-lée !
Dès lors que commence cette aventure, la verve pimentée, l'éloquence drolatique de Samuel Sutra ne s'arrêtera que 144 pages plus loin. C'est du non-stop de métaphores alambiquées, de dialogues facétieux et de situations burlesques à souhait.
« - Vous faites chier, les gonzesses. Vous changez d'avis comme de culotte. Avec toi, je pensais avoir de la marge, mais maintenant si ton côté chiant l'emporte sur l'hygiène, où on va ?! »
« le regard encore englué de châssis grumeleux, Gérard s'étira dans un grognement de bête, lâchant au passage une louise retentissante qui aurait fait pleurer de jalousie Maurice André au mieux de sa forme. »
Moi, Tonton, il me fait du bien. C'est du polar anti-déprime, on devrait pouvoir l'obtenir sur ordonnance. Si vous ne connaissez pas encore Samuel Sutra, il faut y remédier urgemment, question de santé publique !
Lien : http://aupouvoirdesmots.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
collectifpolar
  11 décembre 2021
voici un joyaux de comédie noire policière.
Second volet des aventures de Tonton. Car...Dans le milieu, Tonton est un modèle, une référence, et sa fine équipe est à son image.
Mais lors que nous raconte "Les particules et les menteurs : Tonton, l'art et la manière "
Tonton et son équipe décident de s'emparer du tableau d'un grand maître de la peinture, Ruffy, en ignorant tout de sa valeur. Ils savent seulement qu'il est convoité par l'un des plus grands voleurs d'art de tous les temps. Désireux de la lui revendre, ils doivent à présent infiltrer la noblesse.
Nous avons là un polar sur une bande de branquignoles ! une sorte de tontons flingueurs encore plus humoristique. C'est dire la finesse psychologique des personnages et l'écriture ciselée de notre auteur.
Moi tout cela me fais penser aux aventures de John Dortmunder de Donald E Westlake. Aussi je suis fan et merci et bravo Monsieur Samuel Sutra pour tout cela
Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   11 décembre 2021
Ne pouvant se résoudre à un tel aveu, il insista :
— Chère baronne, loin de moi l’idée saugrenue de remettre en doute le jugement que vous portez d’emblée sur une nouvelle recrue, mais il me semble que tant qu’on n’a pas essayé…
Donatienne pencha son regard vers ses mules, secoua sa mise en plis datant d’une bonne année et soupira comme un accordéon éventré :
— Tonton, je comprends que ce soit des trucs durs à encaisser, mais crois-moi. C’est pas la peine. C’est comme quand des enturbannés fanatiques avaient décidé de garer leur Boeing entre la machine à café et le placard à balais d’un bureau des tours jumelles de New York. Devant l’hésitation légitime du pilote, ils avaient dû le convaincre par une formule du genre « Tant qu’t’y as pas essayé, ti peux pas savoir si ça passe ». Y a fort à parier que la dernière phrase enregistrée par la boîte noire était une remarque sarcastique du commandant, affirmant qu’il leur avait bien dit que c’était trop juste. Ce coup-là, moi, je le tente pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   11 décembre 2021
— Tonton, vous comptez m’expliquer un jour ce qu’on est venu usiner ici, ou faut vraiment que je devine, commença de s’inquiéter Gérard.
Tonton, le menton levé, guettait d’un œil sûr l’ouverture imminente du portail et semblait profiter de cette pose altière pour puiser dans un registre rassurant. Il s’agissait de ne pas effrayer son éternel complice et de le maintenir dans la condition sereine de celui qui se rend chez un noble pour la première fois.
— Mon petit Gérard, je viens te confier à une mienne amie. Bien que je ne l’aie pas vue depuis un certain temps, et je le regrette, elle a répondu favorablement à mon appel lorsque je me suis entretenu avec elle à ton sujet. Elle va faire de toi un homme du monde !
Gérard ramena sa babine de dessous jusque sous son nez, stigmate révélateur chez lui d’une perplexité sans précédent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   11 décembre 2021
— Tu vois, Gérard ? Première leçon. Là, t’aurais dû m’arrêter. Me laisser foutre des coups de pompes à un portail après tout ce que je venais de te bonir était le premier test, auquel tu viens d’échouer. Désolé de te le dire. Essaie d’être un peu plus attentif la prochaine fois, gros…
Gérard n’eut pas le temps de comprendre le quarantième degré de cette remontrance de mauvaise foi. Des pas crissèrent sur le gravier, se rapprochèrent du portail, lequel finit enfin par pivoter, dévoilant la baronne dans un peignoir éponge, des mules à fleurs aux pieds et une Gauloise roulée main plantée au coin du bec.
— Ma couille, merde, je t’avais oublié ! s’excusa la baronne. Allez-y, rentrez les mecs, je serai à vous dans deux minutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   11 décembre 2021
— Mais, Donatienne, où allez-vous chercher que j’ai de vils desseins en tête en vous sollicitant de la sorte ?
— Parce que faut pas me prendre pour une cruche ! Et encore moins pour une aveugle. Tu te pointes avec ton gus ici pour que j’en fasse un élégant, et tu crois que j’ai pas mordu le topo ? C’est le portrait craché de… enfin, j’en dis pas plus parce qu’il semble que t’as pas mis ton niaiseux au parfum, mais sache que je vois très bien où tu l’emmènes.
— C’est moi, le niaiseux ? s’inquiéta Gérard.
— Ouais, mais sans offense, mec, rassura Donatienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   11 décembre 2021
— Ben, je me demandais depuis combien de temps vous l’aviez pas revue, votre duchesse…
— Déjà, elle est pas duchesse, mais « que » baronne.
— Ah… Je dois l’appeler Madame la « Que » Baronne, alors ?
— Oublie, Gégé, les titres, on verra plus tard. Et pour répondre à ta question, ben… ça fait quand même quelques années que je l’avais pas revue.
Gérard paraissait perplexe.
Il relativisa :
— Les bonnes manières, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas. Mais y aurait pas comme un relâchement chez la dame ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Samuel Sutra (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Sutra
Samuel Sutra, "Kind of black", Éditions Terriciae, 1er juin 2013.
autres livres classés : comédie policièreVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2417 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre