AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Mailhos (Traducteur)
ISBN : 2351785053
Éditeur : Gallmeister (07/10/2010)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Ex-star de football universitaire et vétéran de la guerre du Golfe, Dahlgren Wallace n'aspire qu'à poser ses valises. Aussi, lorsque le magnat des médias Fred Lather lui propose de devenir guide de pêche dans sa propriété du Montana, l'occasion est trop belle. Jusqu'au jour où l'un des invités se fait assassiner à quelques pas de lui. Accusé du meurtre, Wallace est contraint de mener sa propre enquête. La liste des suspects ne tarde pas à s'allonger, tandis que la v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  27 juillet 2013
Dahlgren Wallace est un personnage comme on pourrait en croiser des tas dans les romans américains : ex-star de football universitaire, vétéran de la guerre du Golfe, un caractère soupe au lait et les poings qui savent parler. Vu sous cet angle, ça pue le cliché.
Oui, mais... le cliché étant bien écrit, il passe comme une lettre à la poste.
Bon, je ne vous cacherai pas que le roman coule lentement comme une rivière et que l'auteur profite que son personnage soit guide de pêche pour nous instruire sur la pêche à la mouche.
Ami de la vitesse, va voir ailleurs, ici, c'est pas la vitesse des chutes du Niagara.
On pourrait penser que la vie pour Dalhgren Wallace allait couler comme la rivière, lui qui était devenu guide de pêche pour le magnat des médias Fred Lather... Ce type qui possède un gros ranch entouré de prairies, de gibier, de bisons et au milieu de tout cela coule une rivière.
Jusqu'au jour où l'un des invités se fait assassiner à quelques pas de Dalhgren. Oui, c'est dangereux la pêche à la mouche !
Vu que le gus refroidit était seul dans le bras de la rivière et que c'est notre ami qui l'y avait emmené, les options sont peu nombreuses quand à l'identité d'un présumé coupable...
Hormis un coup d'une truite tueuse, qui d'autre aurait pu tuer l'homme ? Pas sa veuve, elle était restée dans l'autre bras de la rivière.
Accusé du meurtre, embarqué en hélico par le FBI et l'agent Sully (et non pas SCully), Wallace devra répondre à des questions mais sera relâché. le voici bien décidé à mener sa propre enquête, en digne émule de Sherlock Holmes qu'il devient.
Le Montana a p'têt des décors somptueux, mais la ville est remplie de barjots (pas frigides en plus) : entre les milices de néo-nazis dont le chien se nomme Himmler, entre des éco-terroristes sois-disant défenseurs des droits des animaux, on a aussi des ranchers véreux qui sont prêts à tout pour mettre la main sur le ranch de Lather ou lui faire cesser son élevage de bisons futés.
Bon, si l'enquête possède quelques rebondissements en tout genre, elle prend son temps et j'avoue que cela ne m'a pas dérangé. Wallace a ses défauts, mais je l'aime bien. Il sait réfléchir, prendre des risques, rendre les coups et mener son enquête à l'insu (pas toujours) de l'agent Sully ou du shérif de la ville.
Le roman se lit de manière agréable, parsemé de répliques humoristiques ou de bons mots. On s'instruit sur la pêche à la mouche, sur les Mormons, sur d'autres communautés religieuse de l'Amérique et le temps de lecture file comme l'eau de la rivière.
Petit bémol : que Dalhgren se fasse enlever/menacer par les nazillons de service, ça passe. Mais qu'ensuite ce soit les écolos limite "coco et sadico" qui s'en prennent à lui, ça fait beaucoup pour un roman !
Ma seule remarque... Quant au final, il était... J'ai adoré l'initiative de cette tête brûlée de Dalhgren ! Il a bien mené son enquête et sa persévérance a payée.
"La Rivière de sang" ou le portrait acide de l'Amérique qui part en couille... Première aventure de Dahlgren Wallace que je suis et je compte bien garder un oeil sur lui !

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Crazynath
  16 janvier 2016
J'aime beaucoup les éditions Gallmeister qui me font passer régulièrement de très bons moments de lecture !
J'ai découvert avec plaisir La rivière de sang de Jim Tenuto.
Cet auteur nous emmène au Montana, avec comme personnage principal Dahlgren Wallace qui est guide de pèche.
On découvre dans ce livre les subtilités de la pèche à la mouche ( j'avoue ne rien n'y connaitre, mais les descriptions de l'auteur donnent envie, sinon de pêcher, mais en tout cas de se promener au bord d'un ruisseau au milieu du Montana ), mais pas seulement...
L'histoire prend très vite un autre tournant que celui du bras d'une rivière puisque le dernier client de Wallace va être découvert assassiné en pleine partie de pêche . Comme quoi, même une activité aussi cool que la pêche à la mouche n'est pas sans danger...
Wallace , en parallèle d'une enquête menée par le FBI ( excusez du peu ) , va lui aussi découvrir qu'il existe un nombre assez impressionnant de suspects potentiels . Entre la milice d'illuminés du coin, les Mormons ( eh oui, même eux !!),et bien d'autres spécimens forts originaux, on ne s'ennuie pas dans ce petit coin du Montana qui se voulait un peu plus paisible que ça dans mes représentations.
Une première découverte de cet auteur qui se révèle être fort sympathique .
Aux dernières nouvelles, il serait en train d'écrire le deuxième volet des aventures de ce guide de pêche pas comme les autres . Affaire à suivre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
blandine5674
  31 janvier 2016
Normalement une activité de pêche, c'est tranquille ? Eh bien, pas dans ce roman dont l'action se passe dans le Montana avec Dahlgren, guide de pêche chez un important homme d'affaires. Négociations et marchés se font lors de ces sessions de lancer à la mouche, comme débute le roman avec une scène magnifique digne du film ‘Et au milieu coule une rivière' avec des détails très visuels. Mais le lendemain matin, le client est tué au bord de la rivière, d'où le titre. Et là le festival commence : politique, écologie, FBI, gros sous. Pour se disculper du meurtre, Dahlgren va devoir faire son enquête lui-même. Des dialogues truculents d'humour qui font mouche, ayant pour cadre les grands espaces avec, pour rôle principal, la pêche et la rivière. J'ai apprécié le côté nature, un peu moins celui de la finance.
Commenter  J’apprécie          130
Corboland78
  11 juin 2013
Jim Tenuto a grandi à Chicago où son père était policier, il vit aujourd'hui à San Diego (Californie). Après avoir servi dans le corps des Marines et exercé divers métiers, il a commencé à publier des nouvelles dans des magazines sportifs. Paru en France en 2006, La Rivière de sang, est son premier roman.
Ex-star de football universitaire et vétéran de la Guerre du Golfe, Dahlgren Wallace n'aspire qu'à poser ses valises. Aussi, lorsque le magnat des médias Fred Lather lui propose de devenir guide de pêche dans sa propriété du Montana, l'occasion est trop belle. Jusqu'au jour où l'un des invités se fait assassiner à quelques pas de lui durant une partie de pêche. D'abord accusé du meurtre, Wallace est contraint de mener sa propre enquête. La liste des suspects ne manque pas d'envergure, milices néo-nazis, éco-terroristes défenseurs des droits des animaux, ranchers véreux, tous sont prêts à tout pour mettre la main sur le ranch de Lather et dans l'immédiat c'est Dahlgren qui dérouille.
Un hasard amusant m'a amené à lire, presque consécutivement, deux polars dont les héros sont guide de pêche et j'avoue que c'est un contexte plutôt plaisant. Par ailleurs, comme ici, j'aime bien les bouquins où les chapitres ont des titres et non des numéros, je ne sais pas pourquoi, mais ça m'inspire favorablement. J'étais donc réellement bien disposé pour apprécier ce roman de Jim Tenuto. Ca c'était avant, parce qu'à l'arrivée je l'ai trouvé plutôt décevant.
Les aspects positifs, car il y en a quand même. On apprend beaucoup sur la technique de la pêche à la mouche et on découvre un peu le monde des Mormons. Les aspects négatifs maintenant, l'intrigue n'est pas vraiment passionnante, voire simplette ou lourdingue sous de fausses pistes se voulant complexes, la construction est un peu faiblarde et laborieuse. de plus, mettre dans un seul roman des néo-nazis (les mêmes que ceux du film Les Blues Brothers ? vous voyez le genre) et des militants écologiques extrémistes, ça fait beaucoup. J'imagine que l'auteur a voulu pointer les travers d'une société américaine en pleine débandade mais ça ne le fait pas !
Une fois encore, un roman qui plus est un polar, c'est comme une recette de cuisine, il ne suffit pas d'y mettre tous les ingrédients pour que ce soit réussi. le roman n'est pas franchement mauvais, il se lit agréablement mais pour un polar il ne casse pas trois pattes à un canard. La rivière sans retour ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
bibliomanu
  28 février 2014
Si je vous parle tout à coup d'une combi Waders, de monter une Adams en 16, d'une Olive Soft Hackle ou d'une Serendipity, il est fort probable que des points d'interrogation vont éclore au dessus de vos têtes. Ou bien vous aurez tout simplement compris qu'il va sans doute être question de pêche dans La Rivière de sang.
Parce qu'il n'y a pas que Joe Pickett dans la vie, ni le très regretté Stoney Calhoun, on va cette fois-ci s'offrir une petite virée avec Dahlgren Wallace, ancienne star du football américain, vétéran de la guerre du Golfe et actuel guide de pêche pour le compte de Fred Lather, le propriétaire, dit-il, de la « plus grosse chaîne d'info du monde ». Ce dernier s'est fait un petit plaisir en achetant un ranch dans les terres très étendues du Montana, dont les terres très étendues suscitent bien des convoitises. Les fonctions de Dahlgren sont simples. Il doit amener les invités de marques de Lather à la pêche, les guider, leur montrer les plus beaux coins et leur sortir le «satané putain de grand jeu » dans le but de les éblouir. Au moment où commence cette histoire il emmène justement un couple de mormons californiens richissimes. Manque de bol, Dahlgren déteste les mormons et les californiens. Manque de bol bis, l'homme qu'il est chargé d'accompagner est assassiné dans le bras d'une rivière reculée. Je vous laisse deviner qui va être suspecté en premier.
Alors, alors, alors... J'aurais bien du mal à vous dire ce que j'ai préféré dans ce roman. La Rivière de sang tire toute sa force et son impact de l'ensemble des éléments qui le constituent. A savoir les grands espaces, cette nature dévoilée, cet appel au calme et au silence cependant brisé par des hommes trouvant toujours le moyen de tout ramener à des considérations mercantiles.
Il y a aussi tous les ingrédients d'un polar efficace dont le rythme est loin d'être indolent. Quand on parle de pêche on aurait tendance à croire que tout se passe dans une lente contemplation. C'est loin d'être le cas. Les personnages brillent de leur présence, révélés tous autant qu'ils sont par un sens du dialogue aussi vif que percutant. Et puis il y a l'humour, aussi, qui finit de faire de la Rivière de sang un bon et grand polar. Il faut voir toute la dérision dont fait preuve Jim Tenuto à l'égard des miliciens néo-nazis, des éco-terroristes protecteurs d'animaux, des ranchers avides, tous prêts à suggérer sans trop se mouiller non plus, attention, qu'ils sont à l'origine du meurtre. Il faut voir cette relation particulière que noue Dahlgren avec un agent du FBI faisant office d'ange gardien, comme il faut entendre, enfin, les répliques cinglantes et dévastatrices fusant de la bouche de notre héros lors de réunions de ranchers.
Alors ce sont des mots tout prêts, tout mâchés, bon à utliliser pour n'importe quel chroniqueur emballé par un ouvrage mais puisqu'ils sont là et qu'ils reflètent une réalité, j'aurais bien tort de m'en priver : en ce qui concerne La Rivière de sang, le cocktail est explosif et dépasse toutes les attentes. Aussi, avant que Jim Tenuto ne nous livre une nouvelle aventure de Dahlgren Wallace, n'hésitez pas à piocher dans le catalogue Gallmeister. On n'est pas loin de toucher à du « à tous les coups on gagne »...
Lien : http://bibliomanu.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
AifelleAifelle   09 juillet 2011
"Les poissons n'ont pas ce genre de dialogue intérieur. Tout ce bazar antropomorphique à la Disney mes les brise sérieusement. Un ami m'a dit un jour que si Bambi avait été une truite, la pêche serait interdite aux Etats-Unis, et il n'avait sans doute pas tort. J'ai passé plus de temps sur l'eau que la plupart des gens n'en passeront de toute leur vie. J'ai pris, ou aidé d'autres pêcheurs à prendre, des milliers de poissons. Pas un seul d'entre eux ne m'a communiqué la moindre pensée. Lorsque le mammifère doué du cortex cérébral le plus développé consacre autant d'encre et de papier à la capture d'une créature dotée d'une des plus minuscules cervelles de la nature, çà en dit plus long sur lui que sur elle".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Corboland78Corboland78   11 juin 2013
Il m’est arrivé de pêcher avec des hommes qui considèrent le moindre succès de leur femme ou de leur petite amie sur la rivière comme une atteinte à leur virilité. Pas Elden. Il se réjouissait des victoires de Susi autant que des siennes. A la fin de la journée, Elden refusa de me lâcher la main, qu’il me serra pendant un laps de temps digne de figurer dans le Guinness des records. – J’ai passé un excellent après-midi, dit-il. J’ai hâte de remettre ça demain. Aussi tôt que possible. A quelle heure pouvons-nous partir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette2911   26 juillet 2013
- Je ne sais pas grand-chose sur la mort, mais je peux vous garantir qu'elle vous placera dans l'incapacité définitive de défendre votre réputation.
Commenter  J’apprécie          200
belette2911belette2911   26 juillet 2013
- J'voudrais qu'tu fasses passer un message à Brewster.
Ebon fronça les sourcils.
- Dis-lui que son proctologue a appelé. Ils viennent de retrouver sa cervelle.
Horace éclata de rire, Mordecai pouffa, et Ebon me fixa d'un air bizarre, certain que son patron venait de se faire ridiculiser, mais en quoi exactement, ça, pour le moment, mystère.
Commenter  J’apprécie          70
belette2911belette2911   26 juillet 2013
- Internet est aujourd'hui un vrai bouillon de culture pour les obsédés de la théorie du complot, les groupes paramilitaires et les cellules néonazies. Le plus terrifiant, c'est que toutes ces insanités se fondent sur un noyau de vérité. Oui, il y a une société secrète à Yale et, oui, la Commission trilatérale existe bel et bien. Ce sont des faits.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : mormonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..