AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782700211498
125 pages
Rageot Editeur (07/08/1996)
3.14/5   18 notes
Résumé :

Elle s'appelle Caravelle Beauregret. Ça ne s'invente pas ! Vrai prénom, vrai nom, vrais ennuis aussi. Sa mère, journaliste célèbre, reçoit de mystérieuses menaces. Vendredi 13, son meilleur copain, tagger et roi du skate, semble plongé dans de sombres trafics. Un lien existe-t-il entre ces deux affaires ?

Que lire après Signé vendredi 13Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
J'ai lu, relu et rerelu ce roman sans relâche durant des années au cours de mon enfance et jeune adolescence...
Une intrigue sombre portée par une héroïne douce et rêveuse, dont la principale force réside dans sa propension à l'imaginaire, qui se laisse ainsi porter par son imagination et se lance corps et âme à la poursuite de ce qu'elle ressent. Une héroïne aussi fascinante que son nom, Caravelle Beauregret, aussi intrigante que son histoire familiale et sa relation avec sa soeur jumelle, l'intransigeante et parfaite Carabine...
Qu'est-ce que j'ai pu aimer ces jumelles, Caravelle et Carabine, Catastrophe et Cataclysme, l'une précise, droite, implacable, l'autre indécise, émotive et rêveuse.
Un très bel ouvrage jeunesse, une première approche du polar qui incite à l'ouverture culturelle, au métissage, aux différences, au voyage, car un vent de lointain souffle sur les longs cheveux noirs des héroïnes...
L'enfant que j'étais a appris qu'un héros pouvait se construire dans ses imperfections ou plutôt, que ce que l'on vit comme une faiblesse, par comparaison à son entourage, peut s'avérer être une grande force, jalousée par d'autres...
Caravelle jalouse sa soeur, son cartésianisme, sa droiture - et son petit-ami - sans voir que pour sa part, son imagination, sa sensibilité et son empathie la poussent à se dépasser - et à suivre les pas du mystérieux Vendredi 13...
Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis ma dernière lecture de Signé Vendredi 13... il est peut-être temps de le relire !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Je m’appelle Caravelle Beauregret. J’ai quinze ans et des parents ; un vrai prénom, de vrais ennuis.

Ah ! la chose importante, j’aime autant vous prévenir : je suis jolie, au diable ceux qui pensent le contraire. Ils peuvent se noyer dans la Seine, se promener au fond d’une baleine ou sauter du haut de la tour Eiffel.



Je rencontre Vendredi 13 un beau samedi, sur l’esplanade du Trocadéro, pendant notre festival de patins à roulettes.

Car nous formons une équipe redoutable, les trois terribles, le trio tonitruant : Carabine, ma sœur jumelle, Banzaï (c’est son petit copain), et moi.

Rien de plus encombrant qu’une jumelle, surtout avec des bonnes notes en quantités industrielles, une mère toujours en vadrouille et un père qui travaille un mois par semaine.

Maman ? Journaliste ! Difficile de deviner où elle se balade. Elle enquête en Afrique sur l’influence de la table de multiplication sur les cauchemars des éléphants, en Australie sur les rhumatismes du kangourou et aux États-Unis sur la disparition d’un caïd de la Mafia.

Papa ? Ingénieur ! À l’EDF. Spécialiste des centrales. Il passe ses journées à transformer des champignons atomiques en glaçons électriques, ça prend du temps, on ne le voit pas souvent à la maison.

Reste Carabine, hélas, tellement douée, toujours gagnante : un point de plus en français, deux en anglais, et je ne vous parle pas des maths. Bref, parfaite, première de janvier à décembre, un vrai fléau.

En plus, elle m’a raflé Banzaï. Banzaï est dans notre classe. Il s’appelle en réalité Phan Hong. Malgré son surnom japonais, sa famille vient du Vietnam. Son père ? Un personnage assez mystérieux. Il importe des jonques ou du jade, je ne sais pas trop. Il est riche, ils habitent un bel appartement rue de la Pompe, pas loin du nôtre.

Banzaï, je le trouve mignon dès la première minute, à la rentrée, en septembre. Et badaboum, il me sourit au coin d’un couloir, juste après le cours de gym :

– Tu es Carabine Beauregret ? Dis donc, tu te débrouilles comme un chef à la barre fixe.

Je grimace. J’ai drôlement envie de mentir, mais ça ne sert à rien :

– Tu me confonds avec ma sœur. Moi, je suis tombée du cheval d’arçon.

Il ouvre des yeux ronds, sifflote, comprend :

– Soeur ? Ah ! oui, les jumelles de la Martinique.

Carabine et moi n’aimons guère ce surnom : notre père est né à Paris, même si le sien venait de Fort-de-France. Des gens chuchotent parfois en le voyant au bras de ma mère, qui est archi-blonde.

Je regarde donc Banzaï qui pense à Carabine, et je maudis Carabine et sa barre fixe.

Justement, ladite Carabine, l’inévitable, quitte à son tour le vestiaire :

– Paraît que tu me cherches ?

Les yeux de Banzaï brillent, s’agrandissent : ça y est, elle l’a eu !

Ils s’éloignent...
Commenter  J’apprécie          10
Il hausse les épaules :

– Vous venez ici chaque semaine. Je vous ai souvent observés. Vous avez tous des surnoms, non ?

On se regarde, intrigués. Il grimace :

– Moi, c’est Vendredi 13.

Pourquoi pas ? Je me gratte la tête, désigne le chat.

– Et lui ?

Vendredi 13 répond :

– Bad Luck.

Quoi ? Banzaï, qui n’a pas dit grand-chose, lâche d’une voix intriguée :

– Malchance, en anglais ?

Vendredi 13 hausse les épaules :

– Pourquoi pas ?

Banzaï ricane avec hostilité :

– Et lequel de vous porte malheur ?

L’inconnu murmure d’une voix vaguement menaçante :

– T’en sais rien. Heureusement !

Il pivote sur ses patins. Brusquement affolée, je crie :

– Hé ! Où vas-tu ! On se reverra ?

J’ai l’impression que le chat lui-même hausse les épaules, répète :

– Pourquoi pas ?
Commenter  J’apprécie          10
J’ai envie de rire, mais le chat noir se débat entre mes mains, me griffe encore, m’échappe, rejoint d’un bond l’épaule du mystérieux.

Je braille malgré moi :

– Hé ! Aïe ! Sauvage !

Le garçon cligne des yeux :

– Désolé. Il ne supporte pas que quelqu’un d’autre le touche.

Il caresse son monstre, me sourit :

– Remarque, il ne t’a pas croquée vivante. Félicitations.

Je lui rends son sourire, contente. Mais Carabine marmonne :

– Il est sacré, ton chat ?

Le visage du garçon se ferme :

– On vient de loin ensemble...
Commenter  J’apprécie          10
Un jour, des journalistes de FR3 nous filment même pour les actualités régionales. Hourra ! Maman n’a pas toujours la vedette, dans cette famille !

J’aime ça. Et puis, j’aime retrouver les mêmes gestes chaque semaine, défier ceux des autres groupes qui roulent, foncent, s’éclatent de leur côté. Le Trocadéro nous appartient.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : jumellesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2885 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}