AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203208742
Éditeur : Casterman (27/05/2020)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 652 notes)
Résumé :
Je voulais le ciel. Et j'ai grandi en m'efforçant d'obtenir de ce monde... un monde éternel.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  08 avril 2013
Craig, petit garçon mal dans sa peau, a grandi dans une famille très catholique et pratiquante dans une ferme isolée du Winconsin. Très proche de son petit frère, Phil, avec qui il partage ses jours et ses nuits, il apprendra bien vite à se méfier des grandes personnes qui ne lui veulent pas que du bien. Très entouré malgré tout par ses parents, il connaîtra une adolescence difficile et aura du mal à se trouver une place. Garçon rêveur et solitaire, son seul refuge à l'époque est alors le dessin, occupation qui lui permet de s'évader de ce monde qu'il ne comprend pas et qui deviendra par la suite une véritable passion. On le suivra dans ses années de collège puis de lycée, son premier amour avec Raina, quelque peu ébranlé par l'éducation religieuse qu'il a reçue puis dans l'apprentissage de sa vie d'adulte...
Un véritable chef d'oeuvre que nous offre ici Craig Thompson !
Très émue et totalement conquise par cet album titanesque et grandiose, je me suis prise d'affection pour cette histoire autobiographique au graphisme impressionnant. le scénario est d'une force incroyable. Craig est un garçon aussi touchant qu'attachant et a su à merveille retranscrire son histoire à travers cet album. A la fois sensible, romantique et poignant, ce récit se dévore avec un plaisir certain.
Graphiquement, le dessin tout en noir et blanc est une pure merveille. D'une rare beauté, avec un trait très expressif, à la fond rond ou taillé au couteau, Craig ne s'est pas ménagé en nous proposant, avec ses presque 600 pages, un roman graphique étonnant et prodigieux.
Blankets, manteau de neige... Qu'il fut bon de s'y réfugier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Bruidelo
  25 novembre 2019
Je ne suis pas tout à fait à l'aise avec l'appellation « roman graphique », j'y sens un peu de mépris pour la bonne vieille BD et sa recherche d'efficacité, son côté bonne enfant désireuse de plaire au lecteur, de lui donner du bon temps. Le roman graphique, ça se prend au sérieux, ça se pince le nez au moindre soupçon de légèreté, ça se la pète un peu quoi.
Et je trouve qu'il y a de ça dans Blankets, un côté «on n'est pas là pour se divertir» un peu trop appuyé, quelque chose d'un peu pesant, j'ai eu l'impression de manquer d'oxygène parfois, malgré d'intéressantes tentatives d'évasion par le dessin, le personnage/narrateur a vraiment un boulet au pied, et à mes yeux ça empêche la BD de décoller.
Graphiquement, je reconnais volontiers que c'est un travail intéressant. Il y a de l'inventivité dans le trait et la mise en page, un certain charme mélancolique dans ces paysages du Wisconsin ou du Michigan avec les arbres se dressant dans les étendues de neige, quelque chose de vraiment sympa dans les grandes cases, parfois en pleine page, avec ses rêves d'enfant.
Mais le scénario n'est pas à la hauteur, c'est longuet, trop souvent convenu,
j'ai eu l'impression que Craig Thompson cochait les cases de la fiche «enfance malheureuse»: le cagibi, le pipi au lit, ah! ne pas oublier, un peu de harcèlement... et que tout ça mis bout à bout ne donnait rien de bien convaincant.
Amateurs d'humour et de légèreté, de pétillant, passez votre chemin, Blankets n'est pas pour vous. Mais la plupart des critiques sont enthousiastes, c'est peut-être moi qui ai perdu mon âme d'ado, et qui n'apprécie plus trop ce ton grave et sans recul d'auto-apitoiement pour débiter ce qui m'est apparu comme des banalités...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4210
Foxfire
  23 novembre 2020
Ma 1ère rencontre avec Craig Thompson avait été en demi-teinte. « Adieu chunky rice » était inabouti, plein de maladresses mais montrait aussi de belles qualités. J'étais donc ressortie de cette lecture avec l'envie de poursuivre ma découverte de l'auteur. C'est chose faite avec ce « Blankets, manteau de neige ». Au vu de la réputation de cette B.D et des qualités que j'avais perçues dans « Chunky rice », je m'attendais à apprécier ma lecture mais je ne m'attendais pas à être émerveillée à ce point.
« Blankets » est une magnifique histoire d'amour et pas n'importe quel amour puisque c'est le premier amour qu'évoque ici Thompson. Ceux qui ne sont pas revenus de tout en conviendront, le premier amour a une saveur particulière et laisse une trace indélébile dans le coeur. Il y a une forme de magie lorsqu'un être s'éveille à ce sentiment. Et cela, Thompson l'évoque de façon fine et sensible. Certes, le premier amour est ici idéalisé mais il faudrait être blasé de tout et tristement cynique pour en faire le reproche à l'auteur. de plus, si cet émoi adolescent est sublimé, le regard de Thompson n'est pas mièvre pour autant. Il fait juste le choix de s'attarder sur la beauté, la sensualité et la pureté de cette idylle de jeunesse. « Blankets » est d'une simplicité qui touche au sublime. Ici, pas de ressorts dramatiques ni tragiques pour emporter l'adhésion du lecteur. Il s'agit d'une histoire d'amour ordinaire, simple, normale. Malgré cela, ou peut-être grâce à cela, « Blankets » est extrêmement touchant et émouvant. Tout au long de ma lecture, j'avais à la fois le coeur serré et le sourire aux lèvres. A chaque page, j'avais envie de remercier Thompson de me procurer tant de douces émotions, un peu teintées de tristesse mais tellement jolies, tellement pures…
Les personnages sont magnifiquement caractérisés. Eux aussi sont quelque peu idéalisés mais ils sont vrais, avec leurs qualités et leurs faiblesses. Encore plus que de l'attachement, c'est de l'affection que l'on ressent envers eux. Craig et Raina, je les ai aimés. Et leur histoire est belle, éphémère mais sincère et magique. Je suis tombée amoureuse de leur amour.
Les personnages secondaires sont également très réussis, en premier lieu la famille de Raina dont chacun des membres est très touchant.
Le traitement graphique est à l'avenant. J'avais été séduite par le trait de Thompson sur « Chunky rice », il m'a encore plus convaincue avec « Blankets ». Sa maîtrise du noir et blanc est podigieuse. Il déploie une remarquable inventivité visuelle. le fond et la forme se marient parfaitement grâce à de nombreuses trouvailles visuelles fortes et poétiques sans jamais être prétentieuses ni exagérément démonstratives. Subtilité et délicatesse sont les maîtres mots.
C'est beau, c'est pur, c'est bouleversant avec presque rien. Cette B.D devrait toucher le coeur de quiconque a un jour aimé. « Blankets » est un bijou, un trésor d'émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
mariech
  15 février 2015
Roman graphique autobiographique qui raconte l'enfance , l'adolescence , le premier amour de l'auteur avec une grande sensibilité , une douce nostalgie .
Beaucoup d'émotions dans la retranscription du passage de l'enfance à l'âge adulte , ce moment qui va séparer les deux frères , cette cassure que tout etre humain subit , ce deuil que nous faisons tous avec plus ou moins de bonheur , deuil de l'imaginaire , deuil du corps d'enfant .
Ces moments de jeux entre les deux frères , ah toutes ces nuits dans le même lit , les batailles de pirates , les tempêtes , les naufrages réalisés avec la complicité des oreillers , draps de lits , ours en peluches .
La rencontre avec Raina lors d'un camp d'été chrétien , les deux adolescents qui se reconnaissent si forts , tellement semblables qu'ils paraissent être fréres et soeurs .
Il y a une sensualité bien palpable au fil des pages racontant l'idylle naissante des deux ado , mais aussi , un etat de grâce , un immense respect dans les souvenirs de ce premier amour .
Une BD que je recommande vivement .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
colimasson
  25 septembre 2015
Un moyen comme un autre de liquider son enfance, c'est de quitter le monde de l'imagination pour se coltiner la réalité. Craig abandonne le dessin et le rêve, tombe amoureux et essaie de concilier ce sentiment avec la pureté de son adhésion chrétienne. Craig est un type plutôt équilibré : lorsqu'il est amoureux, il se donne absolument, mais ça ne l'empêche pas de continuer à se passionner pour le côté tragique et humain de la Bible, beaucoup plus intensément que ses interlocuteurs ecclésiastiques.

Au cours des 600 pages immersives de ce roman graphique, Craig comprendra que son amour avec Raina est une utopie qui ne peut pas être équitablement partagée : on ne peut pas donner sans cesse sans jamais rien recevoir en retour. Il remettra également en question son adhésion au dogme du christianisme lorsqu'il découvrira toutes les modifications subies par le texte au cours de l'histoire. Ainsi des passages ont-ils été ajoutés à l'Ecclésiaste plus de 600 ans après l'époque de Salomon, pour en atténuer le pessimisme original pourtant goûteux. En amour comme en religion, on se fout de l'absolu, on pense au quotidien avant tout, rejetant les idéaux dans les promesses d'un avenir qui possèderait tous les avantages, sauf celui de pouvoir vraiment exister un jour.

Craig Thompson écrit sans amertume et si son histoire n'a rien d'extraordinaire, elle est toutefois bercée par une douce émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   21 janvier 2010
Si un prisonnier devait être libéré de ses liens, autorisé à se retourner et à observer ce qui l'entoure, il aurait un véritable choc. En fait, il croirait probablement que ce qu'il a connu auparavant était la vérité, et que ceci est une sorte d'hérésie. Progressivement, il réalisera que ce qu'il pensait être un homme était en fait l'ombre de la statue d'un homme. Un plus grand choc encore serait de sortir les prisonniers de la grotte, à la lumière du soleil. Le premier effet serait l'aveuglement. Doucement, ils pourraient s'adapter à ce nouveau monde... commençant par distinguer ce qu'ils connaissent - les ombres - ... ensuite, ils pourraient examiner le ciel, mais seulement de nuit. L'étape finale serait la possibilité d'observer le ciel de jour... de regarder en face la lumière du soleil
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
NievaNieva   26 janvier 2014
— C'était au printemps, nous nous promenions quand nous avons découvert cette GIGANTESQUE CAVERNE !
— Ouais... la caverne. C'était dingue... C'était RÉEL ?
— Bien sûr que oui ! On l'a visitée, tu te rappelles ? Il y avait juste assez de place pour qu'on s'y tienne debout. Il y avait des stalactites... et on a trouvé une SALAMANDRE ! On était si excités qu'on y est retournés le lendemain, à la sortie de l'école. Seulement cette fois, c'était plus ou moins devenu une tanière, à renards, je pense. On pouvait ramper dedans, mais certainement pas marcher DEBOUT comme avant.
— Oui, oui... je me rappelle. Et le surlendemain, en y retournant, on a trouvé un simple trou dans le sol. Nos jambes pouvaient à peine s'enfoncer de quelques centimètres. Et le jour d'après... IL AVAIT DISPARU.
— C'est vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alouettalouett   21 janvier 2010
Je crois toujours en Dieu, à la parole de Jésus aussi, mais le reste du christianisme... cet Bible, ces églises, ce dogme... seulement dressés pour séparer les peuples et les cultures. C'est comme nier la beauté d'être un Humain et ignorer tous ces espaces qui ont besoin d'être remplis par l'individuel
Commenter  J’apprécie          170
mandarine43mandarine43   30 octobre 2011
Parfois, au réveil, les souvenirs laissés par un rêve sont plus beaux que la réalité, et on n'a pas envie de les oublier.
Pendant un moment, vous vous sentez comme un fantôme...
... pas entièrement matérialisé et incapable de composer avec ce qui l'entoure.
Ou bien, c'est le rêve qui vous hante.
Vous attendez la promesse d'un prochain rêve.
Commenter  J’apprécie          130
mandarine43mandarine43   30 octobre 2011
La première fois que je suis allé dans une bibliothèque publique, j'ai eu l'impression d'être un gamin qui rentre dans une confiserie où tous les bonbons seraient gratuits.
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Craig Thompson (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Craig Thompson
Lorsque son père disparaît sans donner de nouvelles, Violette se lance immédiatement à sa recherche à travers l'Univers, accompagnée de deux amis un peu « spatiaux »... Baleines de l'espace, gang de motards interstellaires, stations orbitales de luxe... Une grande odyssée galactique par l'auteur de "Blankets" et "Habibi" !
« Space Boulettes », de Craig Thompson, en librairie le 16 mars 2016 !
autres livres classés : premier amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4004 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..