AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203003278
Éditeur : Casterman (21/09/2011)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 420 notes)
Résumé :
Vendue à un scribe alors qu’elle vient tout juste de quitter l’enfance, puis éduquée par celui-ci, une très jeune femme voit son mari assassiné sous ses yeux par des voleurs. Elle parvient pourtant à leur échapper et trouve refuge sur une improbable épave de bateau échoué en plein désert, en compagnie d’un enfant nommé Habibi. Ensemble, dans des décors souvent nimbés de magie, ils vont grandir et vivre leur vie au sein de cet étrange endroit, en s’efforçant autant q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  26 décembre 2012
Dodola et Zam sont deux enfants qui ont trouvé refuge dans un navire échoué dans les sables « le désert est un cimetière pour les hommes et les bêtes et les déchets des hommes. Habibi avait trouvé ce bateau échoué et nous en avions fait notre maison. (p. 25) Habibi, c'est le bien-aimé : la jeune fille aime le garçon comme un frère, comme un fils. « Es-tu ma maman ? Non. On est orphelin. On est comme frère et soeur. » (p. 97) Dodola et Zam se sont trouvés sur un marché aux esclaves. Loin des hommes, cachés dans les dunes, ils veulent se soustraire à l'avidité des puissants. Pour calmer le petit garçon noir, la jeune fille arabe lui raconte le Coran et lui apprend la force des mots.
Tenaillés par la peur d'être séparés, Dodola et Zam grandissent en prenant lentement conscience de leur différence de sexe. L'innocente fraternité devient plus trouble. Dans leur Éden de sable, l'éveil ne vient pas de la faute, mais du temps qui passe. Quand les deux enfants sont arrachés l'un à l'autre, le récit commence : même favorite du sultan de Wanatolie, Dodola n'oublie pas Zam, et Zam n'oublie pas Dodola.
Ce troublant récit, très sensuel et parfois violent, n'est pas linéaire. le temps fait des boucles, le passé s'impose au présent et interroge l'avenir. Difficile de savoir si l'on est aux pays des Mille et une nuits, dans un Orient mythologique, ou dans un monde moderne où les anciens esclavages ont été remplacés par les tours d'acier. Les prophètes vivent dans des cloaques et les djinns sont prêts à frapper l'innocent qui s'égare. Et le plus grand prédateur, c'est encore l'humain. On en viendrait à accuser Allah, à le maudire de la vie qu'il a répandue sur le monde. « Mais qu'est-ce qui T'a pris de créer l'homme ? L'homme abandonne son créateur. L'homme profane la Création. » (p. 597)
Dodola et Zam sont deux innocences profanées : leur candeur a laissé la place à l'instinct de survie. Ils sont les deux parties d'un même être, mais à force de se perdre et de marcher éloignés, ils perdent des morceaux d'eux-mêmes et ne peuvent plus se compléter comme à l'origine. Dodola était trop belle pour éviter la souillure et Zam court sans après une pureté qu'il voudrait déposer aux pieds de sa belle. Entre eux, « habibi » est plus qu'un mot tendre, c'est une identité, une incantation.
Quelle merveille que ce roman graphique ! Tout n'est que noir et blanc, mais les enluminures sont éclatantes et l'Orient chatoie en monochrome, jusqu'à l'éblouissement. La calligraphie se fait trésor et merveille : son dessin célèbre les beautés du Coran et des textes sacrés. Dans le pouvoir incarné des mots et des lettres, comment ignorer qu'Allah – et tous ses pairs ! – est amour avant toute autre chose ? Dodola et Zam sont comme les enfants dont le dieu exigeait le sacrifice : après mille tourments, leur salut vient de Celui qui jamais ne les aurait abandonnés. Ce sublime roman graphique n'est pas un ouvrage de propagande ou d'endoctrinement. Il remet simplement à leur juste place les notions d'amour et de respect. À lire, ne serait-ce que pour l'esthétique du livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Under_The_Moon
  17 novembre 2012
Wahou !
C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit quand j'ai refermé Habibi.
Je n'avais jamais lu Craig Thompson avant ça, c'est un article dans un magazine qui m'a donné envie de lire.
Le moins qu'on puisse dire est que je n'ai pas été déçue, ce roman graphique est tout simplement époustouflant !
Habibi est une belle histoire d'amour, d'espoir et de désenchantement.C'est l'histoire de deux orphelins, Zam et Dodoa, deux exclus de la société qui tentent de survivre au mieux avec le peu d'armes dont ils ont été dotés.
A travers ses deux personnages principaux, Craig Thompson nous parle de l'asservissement de l'être humain par son corps que ce soit par ses propres désirs, par des mutilations ou par des viols.
Vous vous en doutez, même si le décor n'est pas sans rappeler celui des mille et une nuits, l'auteur ne fait pas le récit d'une belle histoire où nos deux héros seraient épargnés par les difficultés de la vie. Au contraire, ils sont confrontés au pire de l'humanité et à ses plus bas instincts dès leur plus jeune âge...
Face à cette vie qui ne les épargne pas, ils ont tout de même une arme de poids : la connaissance. Celle du Coran et des Hadith. Si elle ne panse pas les plaies, elle leur permet l'évasion et surtout, elle leur permet de garder espoir et de ne pas s'abaisser à l'état d'animal malgré les mauvais traitements.
En effet, le Livre tient une place importante dans l'oeuvre de Thompson. Il reproduit des passages du Coran, avec un graphisme à couper le souffle, Parfois un même épisode dans le récit coranique est mis en parallèle avec son équivalent dans la Bible des Juifs. Cela permet d'entretenir l'atmosphère mystérieuse et onirique du récit.
Ce qui est remarquable, c'est la façon dont Craig Thompson met en parallèle le récit du Coran et la situation de nos personnages à l'époque "moderne". Avec cette comparaison, les temps modernes nous apparaissent encore plus déshumanisés - et déshumanisant ...
Le flou qui existait au début du roman en ce qui concernait le temps et le lieu de l'action disparaissent peu à peu. Et à mesure que l'on tourne les pages, on se demande si nous avions réellement besoin de situer, si après tout, cette histoire n'est pas intemporelle.
Avec son talent de conteur - très pédagogue qui plus est ! pour preuve toutes ses magnifiques pages de calligraphie arabe - Craig Thompson réussit à faire passer ces questions pourtant essentielles dans un récit au second plan.
Une découverte et une aventure extraordinaire pour moi.
Sans doute mon deuxième coup de coeur pour cette année 2012.
Et pour vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
KrisPy
  23 juin 2015
Inspiré des contes des mille et une nuits, ce récit, dense, foisonnant, intense, se passe à notre époque, mais dans une partie de l'orient où le temps semble s'être arrêté au moyen-âge : les esclaves sont monnaie courante, les mariages d'hommes adultes avec des petites filles sont la norme culturelle, et l'on émascule les petits garçons pour en faire des eunuques capables de garder le harem du sultan.
Dans ce monde là - qui n'est en fait pas si imaginaire que ça -, Dodola, petite fille de 9 ans, vendue pour mariage à un scribe qui lui apprendra la magie de la calligraphie et des histoires, va avoir une vie étrange et sauvage, où elle rencontrera son Habibi, la source de sa force, et vivra plusieurs vies, plusieurs morts avant de pouvoir le retrouver à nouveau, changé à jamais par leur séparation.
La vie ensemble pour eux sera-t-elle encore possible après avoir traversé tous ces obstacles qui les ont changé irrémédiablement au plus profond de leur chair ?
Et que leur restera-t-il dans ce monde ravagé par le consumérisme, où même le désert est devenu décharge à ciel ouvert...?
Un ouvrage incroyable ! Une magique et tragique histoire d'amour et d'amitié illustrée et calligraphiée avec maestria par Craig Thompson. A lire, à regarder, à savourer absolument !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Soleney
  14 novembre 2017
Habibi (« bien-aimé » en arabe) est un coup de poing. C'est le genre de livre pour lesquels on est un peu sonné quand la dernière page est lue et dont on ressort hanté par les personnages.
L'histoire se passe dans un pays arabe indéterminé. C'est la sécheresse. Dodola, une petite fille de neuf ans, est vendue par son père à un scribe d'une quarantaine d'année.
« Quelle horreur ! » dira-t-on.
Mais l'homme est tendre avec sa toute nouvelle compagne, et pour la consoler de sa récente séparation (et de la pénibilité de son devoir conjugal parce qu'elle est quand même beaucoup, BEAUCOUP trop jeune pour ça), il lui raconte des histoires et lui apprend les rudiments de l'écriture.
« Ouf, au moins il est gentil… »
C'est alors que des brigands s'introduisent chez le scribe pour lui voler sa femme (et le tuer, par la même occasion). Abuser d'elle ? Non, mieux vaut la vendre au plus offrant. Dodola, reconvertie en marchandise, croise la route d'un bébé noir, visiblement orphelin. Prise d'affection, elle le prend sous son aile, parvient à s'enfuir avec lui et trouve refuge dans le désert. Les années passent. Ils vivent du passage des caravanes, qui leur laissent des denrées alimentaires.
« Bon, alors ça va pour eux, non ? »
Jusqu'au jour où, victime de sa réputation de sorcière, elle se fait enlever pour servir les appétits sexuels d'un sultan.
C'est une histoire terrible et triste, mais aussi très belle et poétique. Je suis infiniment admirative du travail de Craig Thompson, qui mêle à ses dessins moult calligraphies arabes – extraits de Coran, de poèmes, des citations… Les traductions sont en fin d'ouvrage. Je ne suis pas fan de son coup de crayon. Mais je suis tombée des nues quand j'ai vu la finesse des détails, deviné les heures, les jours et les semaines d'études que ça a impliqué.
Les personnages sont hypnotisants. La jeune femme qu'est devenue Dodola est un être fort, volontaire, capable de se sacrifier pour protéger Zam, le bébé noir. C'est aussi quelqu'un de profondément bon et droit. Mais une femme indépendante dans une société aussi machiste en bave, et j'ai été scandalisée à plus d'un titre.

Et pour finir, j'ai été extrêmement touchée par les messages que véhicule ce roman. le gaspillage, la pollution, l'industrialisation sont la face cachée des grandes villes modernes. Et ce sont les petits villages qui en pâtissent. L'égoïsme et l'ennui sont le pendant de l'excès de pouvoir, et conduisent à des dérives terrifiantes. C'est ainsi que le sultan, lassé de son harem, décide de tuer arbitrairement la moitié de ses concubines pour « refaire son stock ».
Comprenez-le, il avait besoin de nouveauté…
Ce qui nous engage sur le terrain de la condition féminine ! C'est simple : les femmes sont des marchandises. Leur corps est particulièrement convoité par les mâles ; Dodola, qui est jeune et belle et qui n'a pas de mari, est constamment obligée de louvoyer, de ruser pour tirer son épingle du jeu. Se faire passer pour une sorcière. Changer une cruche d'eau en or. S'enfuir au moment opportun. Vendre son corps contre de la nourriture.
En revanche, pour une fois, la honte change de camp. Les choses sont expliquées ainsi : ce sont les djinns qui instillent le désir dans le coeur des hommes – comme le dit le Coran. Les hommes sont faibles et manipulables, ils sont esclaves de leurs pulsions. Et c'est leur faiblesse qui condamne les femmes à devenir des objets.
Ça ferait presque plaisir à entendre si ce n'était pas si vrai.
Pour résumer, Habibi m'a profondément marquée. J'ai été choquée, heureuse, horrifiée et soulagée. J'ai ri, j'ai frissonné, et tout simplement j'ai aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jamiK
  13 septembre 2017
680 pages de dessins magnifiques, jouant sur la calligraphie arabe, en noir et blanc, aux entrelacs multiples, aux mises en pages destructurées, aux contrastes forts et au trait sûr et gracieux. C'est impressionnant. Et il y a l'histoire, intemporelle, où l'antique se mêle au contemporain, avec ces deux personnages en souffrance, Dodola et Zam, et les thèmes de la religion, de la tradition, dans l'ambiance des textes sacré et des Mille et une Nuits où vient se mêler un conte moderne, abordant des sujets aussi variés que la sexualité, la pollution, l'amour, la pauvreté. Il y a tout ce qu'il faut pour faire un chef d'oeuvre, et pourtant je me suis parfois ennuyé, le thème de la religion, avec ses références au textes sacrés m'a un peu pesé, j'en ai presque trouvé la lecture laborieuse, le rythme trop heurté, les fréquents passages de références au textes anciens à la fable moderne et l'utilisation de la symbolique ont un peu bloqué mon enthousiasme.
Commenter  J’apprécie          210

critiques presse (8)
BullesEtOnomatopees   17 janvier 2012
On retrouve une réelle dimension œcuménique dans ces 1001 nuits version Craig Thompson. Formidable raconteur d’histoires, il entraîne le lecteur dans un tourbillon de mythes, les rendant palpables par un dessin mouvant et sans limites. Reste que cette omniprésence de la religion et de ses poncifs (la pénitence en tête) peut parfois être étouffante. Tout de même incontournable.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Lhumanite   02 janvier 2012
Œuvre magistrale et monumentale, Craig Thompson livre après Blankets un récit onirique et merveilleux, bercée dans une ambiance des Mille et Une Nuits, avec la douceur d’un conte et la cruauté d’un mythe.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
BDSelection   22 novembre 2011
Au final, on obtient un touchant et chaleureux roman graphique gigogne, qui joue autant sur la complémentarité que sur la dualité, et que l’on peut résumer avec un seul mot : capital !
Lire la critique sur le site : BDSelection
ActuaBD   16 novembre 2011
Si Thompson parvient souvent à une maestria graphique digne du meilleur Will Eisner (expressions, mouvements), il s’embourbe un peu dans sa fascination pour la culture arabe. D’autant plus délicat qu’il n’épargne pas dans son scénario un monde oriental certes fictif mais précisément référencé.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Telerama   09 novembre 2011
Thompson a beaucoup à dire, et il le fait en se livrant à une espèce de va-tout radical. L'éblouissement graphique est total. Il perdure bien au-delà d'une première lecture et de l'admiration perplexe que laisse cette labyrinthique et folle ambition.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   07 novembre 2011
Riche, bouillonnant, exténuant et stimulant. Ainsi est le voyage que propose Craig Thompson par le biais d’Habibi.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Lexpress   21 octobre 2011
Fidèle aux thèmes qui ont fait le succès de Blankets, [... ] Craig Thompson signe une variation tendre et facétieuse sur les clichés des Mille et une nuits. Succès assuré!
Lire la critique sur le site : Lexpress
BDGest   17 octobre 2011
Impressionnant, aussi bien sur le plan du scénario que sur le plan graphique, Habibi est à lire d'urgence.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   11 janvier 2012
- Je n'ai jamais mangé d'aussi bonnes pitas !
- On dirait que notre Chamera a un don pour la cuisine.
- C'est parce que le sel vient directement de ses larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Under_The_MoonUnder_The_Moon   16 novembre 2012
La sainte soufie RABI'A AL-ADAWIYYA a été vue portant une torche et une cruche d'eau.
Une torche - pour brûler le Paradis...
Une cruche d'eau - pour noyer l'Enfer ...
Pour que les deux voiles disparaissent ...
... et que les croyants rendent gloire à Dieu ...
... non dans l'espoir d'une récompense ...
... ni dans la crainte d'un châtiment ...
... mais pas " hubb" (amour).
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipetteLiliGalipette   26 décembre 2012
« Mais qu’est-ce qui T’a pris de créer l’homme ? L’homme abandonne son créateur. L’homme profane la Création. » (p. 597)
Commenter  J’apprécie          150
mandarine43mandarine43   12 janvier 2012
Jusqu'à ce qu'un matin je réalise qu'il était, lui aussi, un enfant.
Un esclave de son désir et de ses frustrations...
bouillant d'une énergie prête à déborder dans la violence...
mais qui, traitée avec douceur...
le rendait fragile, vulnérable et craintif.
Commenter  J’apprécie          40
GregorGregor   30 octobre 2012
Zam était apaisé par les histoires. Il ne réalisait pas que les pluies étaient acides. Il ne réalisait pas le danger de notre situation. Presque neuf ans s'étaient écoulés, mais notre esclavage était éternel. Il ne réalisait pas que notre monde se mourait. Les gens réclamaient désespérément de l'eau, mais il n'y en avait pas pour tous car les sources étaient taries. Quand le monde sera à son dernier soupir, les masses auront besoin de distractions pour oublier la destruction...et mon corps sera encore un marchandise prisée. Ainsi va le monde des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Craig Thompson (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Craig Thompson
Lorsque son père disparaît sans donner de nouvelles, Violette se lance immédiatement à sa recherche à travers l'Univers, accompagnée de deux amis un peu « spatiaux »... Baleines de l'espace, gang de motards interstellaires, stations orbitales de luxe... Une grande odyssée galactique par l'auteur de "Blankets" et "Habibi" !
« Space Boulettes », de Craig Thompson, en librairie le 16 mars 2016 !
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre