AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782492270796
320 pages
Elyzad (08/09/2022)
3.78/5   9 notes
Résumé :
Une jeune femme fuit l’Argentine et sa dictature. C’est la France qui va l’accueillir, où, réfugiée politique, elle goûte peu à peu au bonheur avec Arnaud dans le Sud. Mais est-ce le fil de sa vie qu’elle poursuit là ? Pourquoi Malena ne parle-t-elle jamais de son passé ? Quels tourments a-t-elle traversés ? Arnaud tente de percer le mystère de celle qu’il aime. De l’emprise politique à celle de l’intime, il n’y a parfois qu’un pas.Dans ce texte d’une grande force r... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
ChtiBaboun
  30 novembre 2022
Nous avons tous en mémoire des noms qui jalonnent l'histoire contemporaine de l'Argentine : Péron, anciens nazis, dictature, Videla, les Malouines, les mères de la Place de Mai, disparitions, Coupe du Monde 1978.
Ce roman d'Anne Christelle Tinel va sacrément nous rafraichir la mémoire et raviver de sombres souvenirs.
Dans un récit déstructuré mais facile à suivre, elle va nous mettre dans les pas de Malena , jeune argentine aux parents engagés, politiquement à gauche.
A travers différents tableaux, nous allons peu à peu reconstruire sa vie.
Un accident dans les montagnettes de Creuse.
Un exil avec une arrivée à Gènes puis à Paris dans les locaux de la Cimade.
La rencontre d'Arnaud.
Puis l'Argentine .
Malena, c'est ton nom est le roman de l'identité, de la prise de conscience.
La lecture du roman peut sembler ardu par moment du fait d'une non ponctuation. Mais cette amoncellement dit bien cette déconstruction, cette recherche de soi de l'autre.
Roman émouvant qui donne la part belle aux femmes, dont ces magnifiques mères argentines.
Malena est bien plus qu'un nom. Il est le nom des gens de l'exil.

Lien : http://auxventsdesmots.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Flo_herisson
  19 septembre 2022
1982 Buenos Aires Aux heures les plus sombres de la dictature argentine, Malena , la trentaine, embarque sur un paquebot pour l'Europe avec pour seul bagage et seul souvenir un faux passeport et quelques photo.Son exil la conduira de Gênes à Paris, où , la peur au ventre, elle enchaînera les petits boulots jusqu'à l'obtention du tant convoité statut de réfugiée. C'est finalement auprès d'Arnaud, un jeune veuf qu'elle trouvera l'apaisement, coulant des jours paisibles sur son exploitation agricole du Sud Ouest, et mettant une chape de silence sur son passé sud américain. Jusqu'à cette journée du 15 août 2005, oú une banale fête de famille ravivera la douleur de souvenirs enfouis et fera resurgir des secrets qu'elle avait tenté d'oublier.
.
Très intéressée par l'histoire contemporaine de l'Argentine, c'est d'abord son thème qui m'a attirée, et c'est finalement le style et la construction de ce roman qui m'ont séduite. Pourtant je dois avouer que ce n'était pas gagné car les premières pages m'ont presque déroutée par leur forme. Un style dépouillé, une ponctuation aléatoire et l'emploi du « tu » à l'encontre de Malena ont mis une distance que les ressorts romanesque de cette histoire ont rapidement réduit, pour finalement me happer jusqu'à un dénouement insoupçonnable.
C'est une histoire superbe, un roman très fort qui nous parle d'exil et de traumatismes, de reconstruction et de douleurs enfouies, un portrait de femme poignant qui incarne la complexité et la tragédie de l'Argentine des années 70. Un texte à la fois intime et politique, extrêmement documenté et passionnant, le chemin d'une femme brisée qui revient à la lumière en se libérant des chaînes d'un passé qui l'entrave et l'étouffe. Un roman enfin où les références à Pablo Neruda illuminent le texte. Superbe, forcément

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Manonlitetvadrouilleaussi
  06 novembre 2022
La belle surprise avec cette masse critique Babelio. J'ai beaucoup aimé ce roman, tant par le fond que la forme. le fond, avec cette jeune femme en exil, réfugiée politique, au passé mystérieux, et la forme, par l'emploi du « Tu » sur pratiquement toute la narration. Mais ce n'est pas tout, ce qui m'a d'autant plus séduite, c'est que l'autrice a réussi à me surprendre !
Découpé en quatre parties, ce roman est foisonnant, très bien écrit et je n'avais qu'une envie, connaître la suite. Les nombreux flash-back nous emmènent dans un pays et une époque dont je connaissais que très peu l'histoire. Pas de réels chapitres, mais des séparations dans le texte qui rendent malgré tout la lecture fluide.
Malena c'est ton nom, raconte l'histoire de Malena qui fuit son pays, l'Argentine, alors en pleine dictature militaire. Mais Malena c'est ton nom, c'est aussi le poids des secrets, les traumatismes et la reconstruction.
1982. On ne compte plus le nombre de disparus, de fusillés ou de prisonniers politiques depuis le coup d'état de 1976. La famille de Malena n'échappe malheureusement pas à la répression puisque ses parents et son frère n'ont plus donné signe de vie. Il est temps pour elle de partir. Faux papiers, nouvelle identité. Commence alors un long périple. Première escale, l'Italie. Irina, Fabio, Marco et l'usine de confection. Puis, direction la France, le Sud et Arnaud. Il faut tout réapprendre, une langue, la confiance, mais surtout se donner le droit d'être enfin heureuse.
Aout 2005. Les décennies ont passé. Malena et Arnaud passent une journée en famille, puis tout bascule. Depuis deux ans, le nouveau président argentin met fin à l'impunité des coupables ayant sévi pendant la dictature. Des procès sont en cours. Les militaires vont être enfin jugés et les recherches vont commencer. Des années que les familles de disparus attendent. Mais pas Malena. Elle, elle fuit l'actualité « Pour se reconstruire, certaines personnes ont besoin de l'oubli. Quand la violence est telle qu'elle n'est plus gérable, le cerveau opère une sorte de mécanisme de sauvegarde pour se protéger. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecoindesmots
  21 octobre 2022
Malena. Son nom est Malena. Comme un mantra, elle le répète inlassablement lorsqu'elle débarque à Gênes, en 1982, après avoir fui la dictature argentine en bateau. Malena. Son nom est Malena. Comme un mantra, elle se le répète inlassablement lorsqu'elle vient demander asile en France en tant que réfugiée politique. Malena. Malena. Malena. Les années passent, elle quitte Paris pour le sud de la France et rencontre Arnaud. Pourtant, même après tant d'années, les blessures sont encore béantes et l'horreur trop présente. Malena. Sa famille disparue et ses silences. Ses interminables silences sur son passé et ses années passées sous la coupe des dictateurs qui s'enchaînent, sans répit. Et puis, un jour Malena est retrouvée mutique, sous le choc, en pleine nature. Alors Arnaud va tenter de comprendre, de remonter le fil de l'histoire de celle qu'il aime. de lui donner voix. Enfin. Pour Malena.
C'est finalement ce qui m'a tant plu lors des premières pages qui aura fini par me lasser et incommodera lecture : l'utilisation de la deuxième personne du singulier pour relater l'histoire de Malena. Si j'en comprends la raison, le procédé narratif a rapidement nuit à mon plaisir de lecture et ne l'aura pas permis de m'immerger comme je l'aurais souhaité dans cette quête identitaire portant, notamment, sur les ravages de l'oppression. Une lecture en demi-teinte, donc, sur un sujet qui avait pourtant tout pour me plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ramettes
  22 octobre 2022
Chaque lecteur arrive avec son vécu et ces connaissances. Je fais partie de la génération qui a beaucoup entendu parler dans les années 80 de cette période sombre de l'Histoire de l'Argentine, dans les livres de Langue vivante « Espagnol » dès la 6ième on avait des auteurs et des références à cette période. Je partais donc avec des idées préconçues. le lecteur qui n'en a jamais entendu parler va avoir un autre regard et faire d'autres découvertes que celles que j'ai faites.
C'est un roman sur l'identité. Qui sommes-nous vraiment ? Sommes-nous celui que l'autre forge ? Celui dont on donne une image ? de la naissance à la mort on peut avoir plusieurs vies, plusieurs identités… On vit avec des non-dits. On laisse passer suffisamment d'informations pour qu'on ne nous pose pas trop de questions sur notre jardin secret, ou ce qu'on a refoulé.
La couverture m'avait intriguée, ce tableau célèbre destructuré, reconstruit comme s'il y avait plusieurs arrières plans derrière le premier plan. On retrouve cela dans le texte. Puisque le lecteur va découvrir l'histoire par fragment en essayant de se faire une idée globale de ces vies. L'art jouera un petit rôle dans ce roman…
Dans un premier temps nous assistons au sauvetage d'une femme, cette scène inaugurale interpelle le lecteur, qui se demande qui est cette femme, que lui est-il arrivé, où sommes nous et quand. Nous sommes en 1982 en Italie, puis en France où Malena un argentine a émigré à cause de la dictature en Argentine. L'autrice a choisi d'utiliser le « tu ». Cela continue d'interpeller le lecteur. Ce « tu » est insistant, lancinant, presque accusateur parfois. Ce « tu » dureras sur plusieurs époques tant qu'on est avec le personnage de Malena.
Milena a cloisonné son esprit et refoulé certaines choses, on retrouve cela dans la composition du roman. Lorsque les vannes vont s'ouvrir c'est un véritable raz de marais psychologique.
Lorsqu'on a fini cette longue partie nous avons l'impression d'avoir compris qui était Malena et ce qui lui était arrivé. Mais c'est sans compter sur l'imagination de l'autrice qui a un projet plus complexe.
Nous allons avoir une autre focale et le « tu » disparait pour un il, et découvrir un homme qui n'avait jamais vraiment chercher à savoir qui était sa femme.
Dans une troisième partie un « elle » va apparaitre avec un autre personnage… la clé de l'énigme. Nous allons avoir de nombreuses réponses mais l'autrice a laissé assez de part d'ombre pour que le lecteur comble avec ses connaissances sur cette époque. L'histoire est relancée avec un autre regard. Ce fut une bonne surprise car l'autrice reprend la main. Mais chut ! [blog]
Je vous laisse découvrir ce beau roman. J'ai découvert une écriture qui m'a beaucoup plus, j'ai bien envie de découvrir ses autres romans.
Lien : https://latelierderamettes.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Videos de Anne-Christine Tinel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Christine Tinel
VLEEL Acte II Rencontre littéraire avec 6 éditeurs qui présentent leur rentrée littéraire 2022
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

La peau de Chagrin

Comment se nomme le personnage principal?

Valentin de Raphaël
Benjamin De Villecourt
Raphaël de Valentin
Emile

20 questions
755 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre