AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791095604303
204 pages
Belleville éditions (06/03/2020)
3.67/5   15 notes
Résumé :
« J’étais assise, la tête renversée en arrière, la coiffeuse en train de me laver les cheveux et un instant, j’ai eu peur qu’en me massant lentement le cuir chevelu, elle palpe mes pensées. Malaxer ces questions embrouillées, ces réflexions apeurées qui me trottaient dans le crâne. Moi seule devais trouver les réponses à tout cela, ses réponses à lui étaient toujours identiques, univoques, uniques. Ses réponses lui appartenaient. Qu’est-ce qui était encore à moi, ri... >Voir plus
Que lire après Ce que l'on ne peut confier à sa coiffeuseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Miha, riche banquier qui se vautre dans des restaurants aux menus à multiples zéros,
et son insoutenable désir de batracien,
"Matej, danseur et animateur, enterrements de vies de jeunes filles, anniversaires, fêtes d'entreprise, gay et hétéro, tarifs à débattre", et son insoutenable envie d'un manteau Dolce Gabbana qui coûte la peau des fesses,
Erika et son insoutenable désir de prendre le large,
Elle, et l'insoutenable désir d'avoir une bonne conscience suite à l'acte vil,
La jeune fille et son insoutenable désir de ciel partagé avec les oiseaux,
Le photographe et l' insoutenable désir de coller des photos mentales aux réelles,
Stefan et l'insoutenable désir de la fille aux lèvres de fraise contré par l'insoutenable désir de plaire à maman,
Elle et Lui, et l'insoutenable désir du "Rien",
L'Epouse et La Maîtresse , et l'insoutenable désir de trouver la pièce manquante,
L'insoutenable désir de "l'anémone de mer" pour "le bernard-l'ermite", organismes liés par l'égalité, vivant en symbiose et se facilitant mutuellement l'existence, NON APPLICABLE à l'espèce humaine 😁,
Les petits secrets d'un grand maître de cuisine et son insoutenable désir de mensonges,
La vieille Amalija et son insoutenable désir de vengeance et d'"esprit sain dans un corps sain",
Viktorija et son insoutenable désir d'amour échangé contre " des renards écorchés",

Bienvenue dans le monde loufoque et décalé de l'écrivaine slovène Agata Tomazic ! Treize superbes nouvelles, où tous les personnages flambent de l'insoutenable désir de quelque chose, qui n'est autre que d'exister si non de vivre ! Un bonheur de lecture que je vous invite à partager !

"Dans la vie, il ne faut jamais faire ou subir des choses que l'on ne peut confier à sa coiffeuse ", hé,hé, voilà la leçon 😁!
Commenter  J’apprécie          937
Un grand merci à l'amie qui m'a offert ce livre. J'ai passé un très bon moment à lire ces nouvelles hors du commun. Je ne connaissais pas Agata Tomazic mais je peux vous dire qu'elle mérite d'être lue. Ne vous attendez pas à quelque chose de classique. Mais avec le titre, impossible de se dire cela ! Bienvenue dans un monde déjanté où les personnages le sont tout autant ! Cette écrivaine slovène revisite des thèmes connus issus, pour la plupart, du fantastique. C'est fort plaisant, d'autant plus que les critères de la nouvelle sont respectés.

Mais cela ne s'arrête pas là. Il faut lire ces nouvelles à un autre degré. En effet, Agata Tomazic est « la voix » de la Slovénie. Dans tous les récits de ce recueil, nous pouvons retrouver ce petit quelque chose qui la rattache à l'Histoire de son pays.

Bref, j'ai vraiment apprécié la plume de cette écrivaine qui gagne à être connue.
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          420
C'est un titre plutôt curieux que voilà, dédié à ces nouvelles de cette auteure slovène, Agata Tomažič. N'hésitez pas à aller lire cet article des Éditions Belleville, dans lequel cette dernière parle de son pays. Vous pourrez d'ailleurs y télécharger deux des nouvelles présentées le Balcon et Peu réjouissantes prévisions, le premier récit étant l'un de mes préférés du recueil. L'illustratrice est , vous pouvez retrouver également une Storytelling la concernant sur le site des Éditions Belleville. La première nouvelle le Roi Grenouille est au moins aussi curieuse et a toutes les allures d'un conte pour enfant. Elle reste pour moi la plus curieuse de tout le recueil. Mais, pour un peu que nous nous mettons à chercher un peu plus avant, on comprendra que la dimension allégorique de la métamorphose de cet homme en grenouille pour goûter à la joie de croasser librement dans le marais du coin, en révèlent beaucoup plus sur les influences, ou plutôt les sources d'inspiration de notre auteure issue de ce pays disparu, qui a implosé sous la pression de ses conflits ethniques.


J'évoquais précédemment le terme de contes mais nous n'en sommes pas si loin. Des contes modernes, qui s'ancrent dans cette réalité fin de siècle, désenchantée, désabusée, et qui sont par conséquents le reflet d'une forte désillusion générale et individuelle de l'homme qui n'aspire plus qu'à retourner à l'innocence originelle animale. Agata Tomažič slovène dresse un constat d'échec clair et retentissant, pas de doute à avoir, mais tout son art est d'y avoir mis suffisamment les formes pour que la critique ne prenne pas le dessus sur ces drôles d'histoires, qui se lisent d'un trait. Au fur et à mesure des nouvelles, se dévoile ce besoin impérieux de ces non-héros, qui étouffent dans la place qui est la leur, et finissent par se libérer de ces liens qui les rattachent à une prison invisible. Histoires de libertés retrouvées, d'êtres qui trouvent le courage d'écouter (ou pas) cette voix intérieure qui les poussent à la révolte. Qui n'a pas de retour, évidemment.

Au sein même de cette toute nouvelle société slovène, Agata Tomažič dessine la femme et l'homme, chacun dans leur rôle, qui pèse quelquefois un peu trop lourd sur leurs épaules. Et dans quelques-unes de ces récits l'homme reste au centre des courts récits d'Agata, et il n'est pas épargné! Une fois n'est pas coutume, la femme n'est pas uniquement celle qui incarne la futilité et la légèreté, celle dont la moquerie ne fonctionne plus tellement le cliché a été usé par la plume d'autres écrivains. Ce n'est pas elle qui apparaît comme la potiche écervelée car elle a la malchance d'être coquette. C'est son congénère masculin, et les uns et les autres retrouvent un semblant d'égalité. L'auteure procède à une sorte de déconstruction de l'importance du rôle de l'homme dans la vie de la femme, à travers elle, la femme retrouve sa liberté et son indépendance, l'homme obstacle ou simple moyen pour la femme de s'émanciper d'un joug illicite, d'un parasitisme tellement encombrant. La nouvelle La pièce manquante met en face les deux femmes, épouse et maitresse, d'un homme, menteur et manipulateur. L'auteure ne dit jamais ce qu'il faut faire, elle ne fait que montrer et suggérer cette autre voie. La vie a tant d'autres choses à montrer, que l'attachement presque pathologique à un seul homme apparaît comme un handicap existentiel. J'ai beaucoup aimé lire les nouvelles d'Agata Tomažič, qui se sert de son engagement féministe pour fabriquer sa voix d'écrivain, ou peut -être est-ce l'inverse. Elle décortique les liens, je parlerais davantage de rapports de force, qui les unissent, met en relief les contradictions qui les régissent, invitant sa lectrice, et son lecteur aussi je l'espère, à réfléchir sur les rapports qui régissent hommes et femmes. le quotidien est finalement un matériau littéraire inusable, dérision dans la tragédie, sarcasme dans la gravité, d'autant plus si les rapports des deux sexes tendent à évoluer.


Une galerie d'histoires, de personnages qui n'ont pas grand-chose en commun si ce n'est de vivre dans ce tout nouveau pays qu'est la Slovénie, tous mus par une propension ou une impossibilité à se libérer d'un joug qu'ils finissent pas éprouver comme tyrannique. Que ce soit leur propre corps, la mère, le mari, leur famille. L'auteure slovène a capturé des instants de vie, qu'ils se comptent en minutes, en heures, en jours, pour retranscrire cette sensation intense de délivrance, qu'ils ressentent et vivement tous différemment, à travers plaisir ou culpabilité de la transgression, soulagement. Comme un interlude de liberté, pour certains, dans leur vie, cette bouffée d'oxygène qu'ils inspirent à grands poumons et qu'ils stockent pour reprendre leur vie. Pour d'autres, c'est définitif et pour d'autres, encore, c'est une impasse.

J'ai ressenti certaines influences d'Agata Tomažič. La première nouvelle m'a fortement marquée, je crois qu'on ne peut pas ne pas nommer Kafka dans cette image d'homme qui se transforme en grenouille ou encore à Nicolas Gogol lors de la deuxième nouvelle le Manteau. Même s'il n'est pas question d'une vieille pelisse mais d'un très moderne pièce Dolce et Gabbana parfait pour ce fringant jeune homme de ce début de XXIe siècle qui craint moins le froid que l'indifférence de ses pairs. Transparait aussi cette envie à retourner à un état naturel, une sérénité que seuls la nature et le monde animal peuvent accorder. Que ce soit par les grenouilles, les oiseaux, les chiens, la renouée du Japon, ou ces renards écorchés, il apparaît que c'est peut-être indirectement un appel à un retour à la simplicité.

J'ai eu un coup de coeur pour ce recueil d'une Slovénie ordinaire, mais diverse, libre, et féminine. Ma nouvelle préférée? Ne pouvant choisir, je citerais Une pièce manquante, sorte de dialogue indirecte entre l'épouse et la maîtresse, le manteau et le balcon. La dernière fois que je suis littérairement allée en Slovénie c'était, en temps de guerre, la deuxième, la patriotique, par le biais de Drago Jancar et de son extraordinaire Cette nuit, je l'ai vue. Ici, le pays a retrouvé une certaine quiétude, cela se ressent à travers ces courts textes, même si les enjeux sont différents. Peut-être celui de retrouver une indépendance totale et sans concession, nationale et individuelle, malgré une mondialisation qui pèse toujours plus sur le pays. Ce recueil d'Agata Tomažič est une belle porte d'entrée sur ce petit mais magnifique pays, celui qui s'en est peut-être le mieux sorti de l'éclatement de la fédération yougoslave.
Lien : https://tempsdelectureblog.w..
Commenter  J’apprécie          10
Les jeunes éditions Belleville ont pris le parti de nous faire voyager avec des auteurs jusqu'alors inconnus chez nous : Turquie, Égypte, Arménie, Moldavie, Croatie ... Ce que l'on ne peut confier à sa coiffeuse, premier ouvrage traduit en français de l'écrivaine slovène Agata Tomazic, est un recueil de nouvelles au ton singulier dont le sous-titre, Histoires slovènes délicieusement ordinaires est tout un programme, respecté à la lettre. Ordinaires, oui, car elles racontent des moments de la vie quotidienne de différents personnages, masculins ou féminins, d'âges et de milieux sociaux très différents. Mais ces existences deviennent le fait d'événements surprenants, avec parfois un basculement vers les rives du fantastique comme avec la première nouvelle où un cadre dynamique se transforme peu à peu en ... batracien. Un début kafkaïen mais Agata Tomazic sait varier les tonalités, avec un style délicat et précis, et particulièrement efficace dans le registre de la comédie noire, quand ce n'est pas l'absurde qui s'invite. Ainsi, dans un récit très réjouissant, cette jeune fille qui comprend le langage des oiseaux et le restitue dans toute sa verdeur, au grand dam de son entourage. Certaines nouvelles pourraient sembler bien sombres, car pointant souvent des comportements inhumains dans une société qui l'est également, mais l'auteure y met une belle suavité et une ironie cinglante qui font que oui, effectivement, on peut parler d'histoires délicieuses. Elles donnent en tous cas une irrépressible envie de voir se confronter Agata Tomazic à l'épreuve du roman.

Mes remerciements aux éditions Belleville pour l'envoi de ce livre.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
Commenter  J’apprécie          132
En une série d'histoires du quotidien qui semblent d'abord terriblement banales, mais que l'on ne peut malgré tout raconter à sa coiffeuse - et cela, c'est le dénouement qui nous le prouve presque à tous les coups -, Agata Tomažič transfigure la Slovénie en un monde étrangement poétique, tantôt corrosif, qui dénonce des situations on ne peut plus graves, comme par exemple les violences conjugales, ou encore le racisme, tantôt triviales et particulièrement décalées, en un monde qui prête, dans tous les cas, à rire jaune.

En cette transfiguration poétique du quotidien slovène, les portraits des personnages, plus encore que la situation à laquelle ils font face, sont centraux, et remarquables de véracité, de lucidité, de cruelle réalité, en une brièveté qui fait particulièrement mouche.

Une excellente découverte que ces nouvelles slovènes. Je vais de ce pas me procurer d'autres oeuvres de l'autrice.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Il me semble que le fait de parler de tout, et particulièrement de ces événements quotidiens, constitue la clé d'un mariage heureux. Même si la personne à laquelle on parle est en train de taper sur le clavier de son ordinateur. Et même si pas un des faits que l'on raconte ne s'est réellement déroulé.
Commenter  J’apprécie          350
Monsieur Pozun déglutit nerveusement en faisant passer la liasse des billets de vingts euros entre ses mains.

– Alors, jurez sur une personne ou sur une chose sacrée à vos yeux.

Matej attacha sa serviette autour des reins et contempla le plafond. Il réfléchit quelques instants puis il prononça la formule magique:

– Sur le manteau.

Monsieur Pozun cligna convulsivement des yeux.

-Quoiii?

-Je le jure sur un manteau. Dolce et Gabbana. Cent pour cent en poils de chameau, noir, 1 099 euros dans la boutique LJ rue Vosnjakova à Ljubljana. Encore trois spectacles et je pourrai l’acheter. J’ai déjà économisé 900 euros, mais comme je dois 90 euros pour la chambre avec salle de bains que je sous-loue la semaine prochaine, j’ai besoin d’un show supplémentaire devant les ouvrières de la filature Litija. Mais je l’ai déjà réservé, je connais le vendeur et il me mange dans la main, vous voyez ce que je veux dire. Une semaine tout au plus, et je me réchaufferai dans ce superbe manteau! Je le jure!

-Quel manteau? Quel Dolfe? Est-ce que tu te fous de moi ? Tu crois que tu vas m’extorquer de l’argent ? Tu veux que je te crève les pneus ou que je sabote tes freins?
Commenter  J’apprécie          10
L'oiseau t'appartient vraiment quand il revient après que tu l'as relâché. Lui couper les plumes ou, Dieu m'en garde, l'enfermer dans une cage, constitue une preuve évidente de manque de confiance en soi.
Commenter  J’apprécie          10
La solitude, c'est de n'avoir personne pour qui cuisiner.
Commenter  J’apprécie          60
— Ne fais jamais confiance a une demoiselle au visage maquillé, lui avait-elle précisé, ces filles-là ont quelque chose à cacher, et selon toute vraisemblance, il s'agit de quelque terrible défaut : cupidité, lubricité ou tout du moins un manque d'intelligence.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature slovèneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Agata Tomazic (1) Voir plus

Lecteurs (48) Voir plus



Quiz Voir plus

Incipit : la guerre 14-18 dans les romans

Il était une fois cinq soldats français qui faisaient la guerre, parce que les choses sont ainsi. Le premier, jadis aventureux et gai, portait à son cou le matricule 2124 d’un bureau de recrutement de la Seine. (Un long dimanche de fiançailles)

Sébastien Japrisot
Antoine Dubar
Philippe Claudel
Henri Barbusse

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..