AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070134644
Éditeur : Gallimard (01/09/2011)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Lisbeth Sorel est cadre supérieur pour une grande compagnie aérienne. A Buenos Aires, elle rencontre Eduardo Ros, danseur de tango et gigolo. Leur rencontre les amène à se dévoiler et à remettre en question leur vision de la vie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  05 avril 2019
Un livre qui se lit tout doucement, sans heurt, sas prises de tête, il relate simplement la vie d'une femme moderne, une femme très émancipée, s'imposant aussi professionnellement que sentimentalement. Une femme qui n'hésite pas à solliciter qu'on la place dans l'avion à côté d'un homme qu'elle vient d'apercevoir pendant les formalités, dont le physique lui a tapé dans l'œil, et qu'elle vise de marquer son territoire avant la descente de l'avion. Une femme qui n'hésite pas de proposer au super danseur de tango, Edouardo, de passer une nuit avec elle à Reykjavik. Attention, c'est elle qui paie cette aimable disponibilité d'Edouardo! Mais, face à cette force de caractère, Lisbeth peut aussi à un moment s'identifier à un colosse au pied d'argile, surtout dans la nuit comme celle qu'elle va passer à Reykjavik, une ville dont les paysages et les rencontres à la fois étranges et aimables vont réveiller ses vieux fantômes. He oui, Lisbeth n'est pas qu'une femme qui drague les hommes mais elle est aussi une femme rongée par le remord, hantée par les souvenirs de sa sœur, morte par un cancer. Seulement, Une nuit à Reykjavik n'apportera pas le bonheur tel envisagé, sinon que de la consternation, qui, en même temps, sera une sorte de délivrance pour Lisbeth. Bien sur qu'il ne passe pas grand chose dans ce livre mais on passe un petit moment agréable avec Lisbeth!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Tempuslegendae
  22 octobre 2015
Parfois, la résistance a un goût de miel. Dans les livres comme ailleurs. Prenons l'exemple de Brina SVIT, cette romancière slovène qui, après s'être installée à Paris et avoir écrit dans sa langue natale, nous offrait un magnifique roman, petit miracle de grâce et de mélancolie. Mais, peut-on dire que cela se sait suffisamment? La question me parait logique, puisque Brina SVIT, entrée en clandestinité, nous écrit d'un pays occupé: un pays où la littérature s'exerce sous le joug de la dictature du sujet. Un pays où triomphe l'éditorialisme, où la question «de quoi ça parle?» se substitue à celle du comment et d'où l'on écrit, une contrée en proie au vertige narcissique de la tentation autofictionnelle, ce pays-là ne laisse guère de place à la fragilité romanesque, ni au tremblement du réel. C'est le cas de le dire: nous tremblons intensément à la lecture du roman de Brina SVIT. de froid et de fatigue d'abord, d'émotion enfin. La romancière nous y raconte une histoire en apparence sans intérêt, mais pourtant qui sauve et transcende son génie du réalisme sentimental.
Soit donc Lisbeth Sorel, une française ordinaire, la quarantaine, sans enfants ni mari, mais avec deux amants et une confortable situation pour passer gentiment le temps. Á Buenos Aires, où elle a rejoint une amie suisse, elle fait vaguement connaissance d'un jeune homme, Edouardo, «taxi dancer» pour dames amatrices de tango, dont elle aime on ne sait trop quoi, un rien, le maintien, une façon de fumer nonchalamment à la porte d'un night-club, de paraître ne rien attendre, et à qui elle propose, telle une femme vénale, de la rejoindre une semaine plus tard dans une chambre d'hôtel de Reykjavik pour passer une nuit légère.
Maintenant pourquoi l'Islande? Pourquoi pas, tant il est vrai qu'à l'heure du désir comme à celle du chagrin le monde est une minuscule planète… Une idée opposable, en somme…
Bien sûr, il serait insignifiant de dauber l'insignifiance supposée d'une telle histoire, ce genre «à nos amours et brève rencontre» qui, bien souvent dans le roman, est une consolation pour lectrice esseulée. Ce serait oublier que parfois, rarement mais alors c'est magnifique, chez quelques Sagan, chez Duras, et chez Brina SVIT donc, c'est une tragédie, c'est une forme d'assomption vers la douleur, c'est aussi une belle histoire d'amour. Et d'abord celle, qui court en sourdine à chaque page de ce livre poignant de tristesse, qui unit Lisbeth à sa «petite sotte de soeur», Lucie, qui fait des photographies et des bêtises, vit dans le désordre et mourra en laissant un appartement en ordre et son aînée à jamais comme une maison vide. Et tout cela écrit l'air de rien, dans les zones terribles des nuits blanches, des décalages horaires, des halls bruyants d'aéroports et des chambres d'hôtel, dans le sentiment aigu d'être à jamais exigé de soi, avec une grâce et une douceur qui serrent la gorge et sont comme une politesse faite au lecteur.
On ne peut oublier Lisbeth Sorel, cette femme qui pleure la mort de sa soeur Lucie aux marches du cercle polaire.
"Une Nuit à Reykjavik" est un roman éblouissant de beauté et de surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
tynn
  12 août 2016
Elle lui a proposé une nuit tarifiée.
ELLE, golden-woman pas tout jeune, LUI, argentin et danseur de tango.
Seule condition, venir dans un hôtel de Reykjavik.
Faire le voyage depuis Buenos Aires pour cela...
S'ensuit une longue nuit (qui commence tôt en Islande!) au plus près du réel et sans grand intérêt. le feront-ils, ne le feront-ils pas? Il ne se passe rien (même l'auteur le dit p 87). le pauvre homme, il a l'air de plus rien y comprendre! Il a bien du mérite et au final beaucoup d'élégance.
Pour ne pas se perdre dans l'ennui, on peut compter sur sa vie à ELLE, racontée par petites touches, son boulot, ses amants, sa soeur malade, sa copine suisse...le tout dessinant un portrait de femme à fleur de peau, profondément égratignée par ses drames familiaux et développant une manifeste incapacité au bonheur.
D'introspections en hésitations, on arrive à bout de ce pas de deux, mais pour ma part, que de temps perdu dans cette lecture! Deux étoiles néanmoins pour une écriture fluide et descriptive mais je n'ai été ni touchée, ni émue. Je reconnais aussi avoir pris cette lecture au premier degré, trop vite lassée pour y trouver des réflexions sur les frustrations, le désir et le "lâcher prise".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
mesrives
  21 novembre 2015
Lisbeth, une walking woman qui a tout pour elle, se paie un bel hidalgo, passionné de tango et rencontré précédemment à Buenos Aires, pour partager une nuit à Reykjavik dans une chambre d'hôtel.
Mais voilà, elle, si forte, habituée à tout diriger, tout contrôler, craque devant la nonchalance, l'indifférence feinte ou pas de son gigolo, Eduardo Ros.
Brina Svit nous invite alors à découvrir les frustrations et les interrogations de son héroïne, ses fêlures et ses blessures (le décès prématuré de ses parents, le deuil d'une soeur pas encore accepté).
Commenter  J’apprécie          150
Sharon
  15 novembre 2015
Après la lecture de ce livre, je crois que je peux encore une fois revendiquer mon insensibilité. Je n'ai pas été touchée, encore moins émue par l'héroïne, rien.
L'une des raisons est simple : le maniérisme de l'écriture. J'ai eu beaucoup de mal à supporter les descriptions. D'abord, la description que Lisbeth fait de son propre corps – forcément parfait – puis de ses vêtements, ou encore de ses différents partenaires. J'ai eu l'impression que chaque élément était censé composer non une partie du portrait physique, mais du portrait psychologique des personnages. Plus facile, sans doute, que de permettre aux lecteurs de connaître les personnages par leurs actes. J'ajoute que j'en ai aussi eu assez très vite que Lisbeth rappelle qu'elle a « les cuisses nues ». Oui, tu n'as pas mis de collants, ni de bas, et alors ? Quelle audace quand l'on se trouve dans une chambre d'hôtel. de même, son insistance à juger les hommes sur leur bouche et la manière dont ils enfournent la nourriture (bâillements). Si cela l'amuse, moi pas vraiment.
Il faut dire que Lisbeth est riche. Célibataire, ayant deux amants, elle peut aller en Argentine quand elle veut suivre des cours de tango et proposer à son futur amant de passer une nuit avec lui en Islande pour 5 000 €. Elle et sa soeur ont perdu leurs parents très jeunes, elle a dû s'occuper de sa soeur, gérer les crises d'angoisse et les troubles alimentaires de cette dernière. Ainsi passa la vie, jusqu'à ce que sa soeur découvre qu'elle est atteinte d'un cancer. Et je n'ai toujours pas ressenti d'émotion, sans doute aussi à cause des techniques narratives employées. le récit lui-même dure une nuit (et 167 pages) au cours de laquelle seuls des faits très banals sont racontés tandis que le passé de Lisbeth et Lucie est inséré dans cette trame, au cours de très brefs retours en arrière (quatre à six pages à chaque fois). le désordre apparent provient du fait que c'est Lisbeth qui choisit de se souvenir – ou pas. Cette manière de tenir le lecteur en haleine a plutôt échoué avec moi. Et si la douleur de Lisbeth est bien là, j'ai l'impression que ni elle ni sa soeur n'ont réellement vécu, plutôt qu'elles ont regardé la vie passer.
Je suis certaine que l'auteur a ses fans… je n'en fais pas partie, mais j'essaierai de lire un autre de ses livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
Actualitte   13 décembre 2011
On entre dans ce livre rapidement, intrigué par cette femme capable de claquer un énorme paquet de fric pour se payer un mec, une nuit. Puis vaguement agacé par ces dérapages verbaux incontrôlés aboutissant immanquablement à des dialogues de sourds. Au bout du compte, complètement séduit par ces personnages tellement torturés et tellement humains.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   03 novembre 2011
Pour sa mise en scène: Dans ce cinquième roman écrit en français, Brina Svit, née en Slovénie en 1954, impressionne par son art de brouiller les pistes grâce à une écriture très subtile.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   28 octobre 2011
Brina Svit montre que l'on a beau s'enfermer dans des pseudo-plaisirs pour tenter d'échapper au réel, nos souvenirs les plus odieux, les plus enfouis, finissent toujours par rejaillir.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   16 septembre 2011
Avec un mélange inimitable de mélancolie et d'humour, de charme et de brio, Brina Svit brosse le portrait incarné d'une femme qui ne sait pas s'endormir "à côté d'un homme inconnu, même d'un homme tout court".
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   24 octobre 2011
[ Incipit ]

1

Lisbeth, es-tu sûre de ton coup ? Est-ce que tu veux vraiment payer un homme pour qu’il passe une nuit avec toi ? Un homme que tu connais à peine? Ici, sur cette terre de glace et de feu ? Au milieu de nulle part ?
Elle jette un autre coup d’œil sur le paysage autour d’elle. Mais ce n’est pas un paysage. Il n’y a pas d’arbres, pas de champs, pas de maisons... Il n’y a rien. On dirait la lune, ce chaos volcanique à perte de vue, cette étendue noire recouverte çà et là d’une mince couche de neige. Pourtant c’est bien elle qui a voulu venir ici. Il fera froid et la nuit sera longue. Si déjà il faut qu’elle paie, autant que ça dure le plus longtemps possible. « Ce sera à Reykjavík », lui a-t-elle dit, il y a une semaine exactement, à Buenos Aires, sur le trottoir de l’avenue Scalabrini Ortiz, à quatre heures et demie du matin. Le jour commençait à se lever, et la canicule était toujours aussi humide et oppressante. Elle sentait une rigole de sueur couler sur son cou et entre ses seins. « C’est quel hôtel, Reykjavík ? » a-t-il demandé. Elle a détourné la tête pour qu’il ne voie pas le sourire moqueur au coin de sa bouche. « Ce n’est pas un hôtel, c’est une ville. Une ville loin d’ici. Je t’enverrai ton billet d’avion. »
Elle est arrivée vers une heure, midi, heure locale. L’hôtel, qu’ elle avait réservé par Internet, avait l’air assez central. La chambre 47, au dernier étage, donnant sur la rue, le port au loin et beaucoup de ciel. Petite, carrée, austère, sans couleurs, mais tout à fait ce qu’il fallait : pas besoin de lithographies aux murs pour coucher avec un homme. Elle a tâté le matelas, posé la tête sur un oreiller : un peu trop mou, trop haut, mais ça allait. Elle a jeté un coup d’œil dans la salle de bains, carrelée jusqu’au plafond, avec une vraie baignoire et un miroir sur toute la longueur du mur : ça allait aussi. Puis elle a défait ses bagages et a rangé ses affaires dans le placard à côté du lit. Il n’y avait pas grand-chose dans son sac : un pull, une paire de collants, une petite robe noire pour aller dîner, un collier d’ambre jaune... Il n’en fallait pas plus pour une nuit, même si elle allait être longue, très longue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BibaliceBibalice   16 septembre 2011
Elle jette un autre coup d'œil sur le paysage autour d'elle. Mais ce n'est pas un paysage. Il n'y a pas d'arbres, pas de champs, pas de maisons… Il n'y a rien. On dirait la lune, ce chaos volcanique à perte de vue, cette étendue noire recouverte çà et là d'une mince couche de neige. Pourtant c'est bien elle qui a voulu venir ici. Il fera froid et la nuit sera longue. Si déjà il faut qu'elle paie, autant que ça dure le plus longtemps possible. "Ce sera à Reykjavík", lui a-t-elle dit, il y a une semaine exactement, à Buenos Aires, sur le trottoir de l'avenue Scalabrini Ortiz, à quatre heures et demie du matin. Le jour commençait à se lever, et la canicule était toujours aussi humide et oppressante. Elle sentait une rigole de sueur couler sur son cou et entre ses seins. "C'est quel hôtel, Reykjavík ?" a-t-il demandé. Elle a détourné la tête pour qu'il ne voie pas le sourire moqueur au coin de sa bouche. "Ce n'est pas un hôtel, c'est une ville. Une ville loin d'ici. Je t'enverrai ton billet d'avion."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mesrivesmesrives   21 novembre 2015
Alors essaie de t'endormir, Lisbeth.
Vas-y.
Ferme les yeux, alourdis tes paupières, compte les moutons.
Fais un effort, il y a quand même pire qu'essayer de s'endormir.
Une demi-heure, une petite demi-heure, pas plus.
Ce sera assez. Assez pour récupérer. Assez pour faire une coupure, créi render une discontinuité, le sentiment de recommencer. C'est ce qui rend la vie supportable, la nuit, le sommeil, l'oubli. C'est ce qui fait qu'on peut continuer, tu le sais bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
art-bsurdeart-bsurde   10 septembre 2016
Pour une fois, ce n'était pas sa personne qui l’intéressait en premier lieu. Elle voulait revoir la série d'autoportraits de sa sœur. Parce que ce qu'elle a dû rêver, elle se trompait, ce n'était pas ça. Lucie, sa petite sotte de sœur, ne pouvait pas se mettre devant l'objectif de cette façon calme et frontale, sans mise en scène particulière, sans narcissisme ou attendrissement inutile, et écrire en dessous : "je vais mourir". Elle ne pouvait pas prendre des photos aussi vivantes, vibrantes, tremblantes et formellement impeccables - parce qu'elles n'auraient pas pu être plus vivantes, vibrantes, tremblantes et impeccables en même temps, avec ce sens de la composition et du cadrage qui coupait le souffle - et les intituler : "je vais mourir". On ne pouvait pas se regarder de cette façon lucide et détachée. Personne ne pouvait le faire, c'était impossible, intenable, insupportable. Et Lucie, sa petite sotte de sœur, qui avait lutté toute sa vie contre ses peurs et ses terreurs, qui s'enfermait dans sa chambre en écoutant Rachmaninov et répétait que cinq heures de l'après-midi était le moment le plus angoissant de la journée, encore moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mesrivesmesrives   21 novembre 2015
Elle, Lizbeth, une femme en crise, sur une île en crise. C'est ça? Oui, ça doit être ça. Mais c'était quand? C'était au début de la nuit, c'est-à-dire il y a longtemps.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Brina Svit (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brina Svit
Un monde de livres : Josyane Savigneau recoit Brina Svit, Amaury Da Cunha et Samuel Doux sur RCJ
autres livres classés : littérature slovèneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2113 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..